m/f exclusive binarism and the implicitation of sex on digital plateforms

Suivent les deux versions, en anglais d’abord puis en français, de ma communication au colloque « médiatiser les sexualités / mediating sexualities » qui se tient en ligne du 2 au 4 novembre 2020 (il manque encore la bibliographie…)
You’ll find in this post the text of my presentation, in both english and french, for the « médiatiser les sexualités / mediating sexualities » international online conference, 2/4 november 2020 (bibliography references still pending…)

I would like to present elements of an ethnography i have made on various dating and porn digital platforms. My talk is mainly based on the analysis of sign-up forms, of structure of databases and access policies to contents, as well as on content moderation rules of the platforms.

A fairly common approach in the field of STS.

From there, I will describe the material and semiotic elements that frame the sexualization of the browsing experience on these platforms. I will focus especially on how some platforms produce an implicitly sexual experience, by implementing m/f exclusive binarism in their databases in order to define groups of users and what these groups will be allowed to do or consult.

In short, I am not going to talk about queer creativity here, and, on the contrary, I will focus on the technical, logical and semiotic framing of heteronormative uses.


Digital sexual mediations and the exclusive m/f binarism


The last 40 years have brought together practices and media, before commonly considered as distinct or even antagonistic, within the same devices, our computers and smartphones. This gathering of different mediations relies more or less on one common and versatile database model. And this is the case for the mediation of dating and pornography.

Even today, the clear distinction between dating and porn platforms appears to be meaningful for many. Before the web and online dating had been invented, the distinction between dating and pornography was simply based on the media nature of the latter. Pornography has always been seen as less true, less relational and less moral, since it was about representation. But what can one say about this distinction since the encounter is also subject to mediation? In fact, in a digital environment, it is easy to observe that users regularly exchange on porn platforms just as much as they produce and watch images on dating platforms.

Hence, I have chosen to study a continuum of platforms ranging from dating sites, swingers or gay sites, to porn tubes and sexcams. Bringing together these different types of platforms helps to identify a set of mediations. Always both sexual and digital these enable to select both content and users and frame the ways to browse, exchange, but also, ultimately, affecting and being affected while facing the screen.

There are three main mediations that allow to map at a relatively low cost the main sexual policies of digital platforms and services :
1. the sexual lexicons made available to subscribers to describe themselves when they sign up
2. the access policies : by preventing or authorizing each user to access to contents produced by certain groups of subscribers,
3. the visual semiotics of faces, nudity and sexual organs


In the end, if we put aside the undermined notions of dating and porn sites and focus on the set of digital sexual mediations, we discover two different modes of sexualization:
– an EXPLICIT mode of sexualization which concerns the qualification of textual and visual contents. The definition of its explicit nature varies largely
– an IMPLICIT mode of sexualization which concerns the sexual orientation of browsing and the access to contents.

These two modes can be mutually exclusive, on dating platforms for instance, or they can be combined, on some « strictly » gay or lesbian apps.

In short, there is no such thing as a « sex-neutral » platform, even if platforms would present themselves as non-sexual arguing that they do not represent sex explicitly. However, in order to create a sexual experience without representing sex, the same platforms orient sexually the browsing of contents that would otherwise be considered as non-sexual. In order to do so, they implement the exclusive m/f binarism as a basic algorithm to define and make sortable contents and users.

The implementation of m/f binarism is a technical constraint that is not very visible, a kind of « naturalization by technology », because it either resonates with the representations of the sexuality of the users or it excludes people who could not grasp nor conform to it. In this respect, it conditions the relations between users who accept it as much as the definite absence of relations between these users and the excluded persons. As a result, the implementation of binarism feeds a hierarchy of sexual and gender identities by pushing people who would not be able to grasp it towards platforms that do not implement binarism as a general algorithm.

In the next few minutes, I will illustrate how the exclusive m/f binarism structures the browsing of users, via the 3 types of digital sexual mediations.


1: exclusive m/f binarism and contents/users qualification

Not all platforms offer the same lexicons of categories in their sign-up forms.

– The simplest lexicon to apprehend is based on the exclusive m/f binarism: It is provided to qualify both the user and the people sought/ wanted (« I am… I am looking for… »).. From this type of statements, the platform silently reckon a sexual orientation which will be registered in the database. This is the case on eharmony.com, meetic.fr, match.com, etc. This way, each user, and in fact each content, is registered in the database with a sexual orientation and, consequently, a relational compatibility.

Other platforms give different options. They add new categories to the lexicon used to declare oneself and, therefore, break the exclusiveness of m/f binarism. This way, every user is first identified in the database for himself or herself and not according to the object of his or her desire. Sexual orientations are then explicit, either because they cannot be logically calculated from gender categories, or because they are themselves the starting point of cultural identifications instead of qualifying a logical relationship.

There are two versions of this type of lexicon:
– the increased m/f binarism: « intermediate or external » are added to the m/f categories like ‘bisex’, ‘trans’, ‘crossdresser’, ‘couple’, etc.
– a proliferation of categories that do not qualify gender or sexual orientation anymore, but practices, fetishes, types of situations or interactions, and so on. They no longer shape a logical system but are more a statistical mass, like in tags list or tagclouds.


2: exclusive m/f binarism and sexual orientation of browsing

On platforms, giving access to types of content means authorizing access to types of people, and these access approvals are made on the basis of declared or processed sexual orientations.

The platforms that only offer the exclusive m/f binarism to declare oneself when signing up will sexually orient the browsing of their users through a strict selection of the contents that they will be allowed to consult : users will only access data and profiles compatible with the sexual orientation that has been assigned to them in the database, straight men will only see the contents of straight women, etc.

Other platforms, on the other hand, let users be free to consult any content or contact any user registered in their database. Thus, they offer the individual ability to sexualize uses and interactions regardless of sexual orientation. Open access is largely due to the inability of platforms to provide systematic restriction of access, rather a deliberate choice.

An intermediary access policy aims to limit the browsing of certain content to certain groups of users only. They use a system of secondary filters which are also built on the exclusive m/f binarism and sexual orientation. Here, sexual orientation has only a part locally : some groups are oriented towards content in line with their statements of sexual orientation, while others are given more room for manœuvre.

A hierarchy of socio-sexual groups then appears: on the tubes, straight men are most often protected from gay content but access content tagged « lesbian », while other users will not find rules « preserving » them from anything.


3: exclusive m/f binarism and its visual semiotics

Images are moderated on all platforms. Acknowledging the continuum of sexually implicit and/or explicit platforms, we must stop thinking about moderation as an operation of deleting explicit sex, and start considering it also as the operation of formating all the images that will be published, including non-sexual images.

We have already seen that platforms that implement m/f binarism as a sorting algorithm, proceed in this way while preventing the display of sexually explicit contents, images or texts. It is not only about sparing users explicit contents, but about establishing a visual regime of sexualization that promote a sexually oriented experience of the portrait, the close-up face.

First, the visual regime of the face is dialectically opposed to 2 other visual regimes: the first one is based on the gradation of nudity (which is central to all other dating/hookup platforms), and the second one is based on enacting a sexual performance (which may not involve any nudity, full-rubber porn for example).

The semiotic of the face, or the portrait, taken in a sexual context requires a whole gendered technicality that is expressed in the tutorials provided by dating platforms: shorts, shirtless, bikini, etc., are forbidden (face is expelled from nudity). Above all, women’s faces receive a very special attention: discreet and elegant make-up, no outrageousness, no vulgarity, the face is the central organ of seduction with women (you have to get a « solar portrait », as one interviewee told me).


Exclusive m/f binarism and heteronormativity

Neither the uses nor the business models of dating platforms can be understood without understanding both the importance of images in the uses and the fear of sexual representation in establishing contact. The platforms anticipate this need to visually silence sex by making only faces visible from bodies, and prepare the framing of interactions by sexually orienting browsing within their databases.

Implemented as an algorithm, the exclusive m/f binarism thus constitutes an epistemological and practical horizon. This is the necessary condition for the establishment of a heteronormative conjugalism, even if in practice few discussions will really lead to the formation of a couple. This conjugalism is defined first of all by its affective character : it is about creating an environment where affects can be activated precisely because of the very absence of explicit contents. There is here a positivity of sexual silence, which is not an individual choice but a industrial framing of media uses and sexual interactions.

This conjugalist framing can be found in the willingness of platforms to NOT ask for a declaration of sexual orientation while calculating it, as well as by the moderation which could sometimes keep more than half of the payroll of certain platforms busy to remove the inappropriate images from their databases. It is therefore a very costly need for modesty, but a necessary expense to maintain the implicitness of sex.

thank you for your attention 😉

.

.

schéma montrant les 4 formes logiques du binarisme exclusif homme/femme fondant l'hétéronormativité
schéma montrant les 4 formes logiques du binarisme exclusif homme/femme fondant l’hétéronormativité

binarisme exclusif h/f et sexualisation implicite des plateformes numériques

Je vais vous présenter certains éléments d’une ethnographie faite sur diverses plateformes numériques de rencontre et de pornographie.
Mon propos s’appuie principalement sur l’analyse d’un corpus de formulaires d’inscription sur les plateformes, sur l’organisation des bases de données et des accès aux contenus textuels et visuels, ainsi que sur les règles de modération des images édictées par les Conditions Générales d’Utilisation des plateformes.

Une approche assez commune dans le champ des STS.

À partir de là, je vais dresser la liste des éléments matériels et sémiotiques qui cadrent la sexualisation de l’expérience de navigation sur ces plateformes, et je vais me concentrer plus particulièrement sur la façon dont certaines plateformes produisent une expérience implicitement sexuelle.
Elles le font en implémentant le binarisme exclusif h/f dans leurs bases de données afin de déterminer des groupes d’usagèr·es ainsi que ce que ces groupes seront autorisés à faire ou à voir.
En somme, je ne vais pas parler de créativité queer ici, bien au contraire, je vais me concentrer sur le cadrage technique, logique et sémiotique le plus straight des usages.


Des médiations sexuelles numériques et un binarisme h/f omniprésent


Ces 40 dernières années ont réuni des pratiques et des médias jusqu’ici couramment distincts, voire considérés comme antagonistes, au sein des mêmes appareils, nos ordinateurs et nos smartphones. Cette réunion de médiations diverses repose sur une infrastructure, notamment des base de données, à peu près communes. Il en va ainsi des médiations de la rencontre et de la pornographie.

Jusqu’à ce que l’on invente le web et les rencontres en ligne, la distinction entre la pratique de la séduction et de la rencontre et l’usage de pornographie s’établissait en marquant simplement le caractère médiatique de la seconde. La pornographie était toujours moins vraie et moins relationnelle, puisque de l’ordre de la représentation.

Mais que dire de cette distinction, dès lors que la rencontre fait elle aussi l’objet de médiations ? En contexte numérique, il suffit d’observer que l’on échange régulièrement sur les plateformes pornographiques tout autant que l’on produit et regarde des images de manière centrale sur les plateformes de rencontre.

De ce fait, j’ai travaillé sur un continuum de plateformes allant des sites de rencontre « sérieux », des sites libertins ou gays, aux tubes porno, en passant par les sites de sexcams.
Rassembler ces différents types de plateforme offre l’occasion de repérer un ensemble de médiations, toujours à la fois de l’ordre du sexuel et du numérique qui servent à sélectionner à la fois des contenus et des usagèr·es et cadrent les manières de naviguer, d’échanger, mais aussi, finalement, d’affecter et d’être affecté·e face à son écran.

Il existe 3 médiations principales qui permettent de cartographier à un coût relativement faible l’essentiel des politiques sexuels des plateformes et des services numériques.
1. les lexiques sexuels mis à disposition des abonné·es pour se décrire lors de leur inscription
2. les autorisations fournies aux usagèr·es d’accéder aux contenus produits par certains groupes d’abonné·es,
3. les sémiotiques visuelles des visages, de la nudité et des organes sexuels


Au final, si l’on met de côté les notions minées de site de rencontre et site pornos et qu’on se concentre sur un ensemble varié de médiations sexuelles numériques, on découvre deux modes différents de sexualisation :
– un mode de sexualisation EXPLICITE qui concerne la qualification des contenus textuels et visuels, et dont la définition du caractère explicite varie largement
– un mode de sexualisation IMPLICITE qui concerne l’orientation sexuelle de la navigation et de l’accès aux contenus ou aux personnes, même en l’absence de contenu explicitement sexuels.

Ces deux modes peuvent s’exclurent l’un l’autre, sur certaines plateformes « sérieuses par ex. », ou bien se combiner et s’articuler, sur les sites gays ou les applis lesbiennes par exemple.

En somme, il n’existe aucune plateforme « sexuellement neutres », et ce, même si des plateformes viennent à se présenter comme « sérieuses » sous prétexte qu’elles ne représenteraient pas le sexe explicitement.

Afin de créer cette expérience sexuelle de la navigation sans représenter le sexe, elles travaillent en fait à orienter sexuellement la navigation parmi des contenus qui seraient jugés autrement non-sexuels. Pour ce faire, elles implémentent le binarisme exclusif h/f comme un algorithme basique à même de qualifier et trier aussi bien les contenus que les abonné·es dans des groupes exclusifs.

L’implémentation du binarisme h/f est une contrainte technique peu visible, une sorte de « naturalisation par la technique », car soit elle résonne avec les représentations de la sexualité des usagers, soit elle exclue les personnes qui ne pourraient s’y conformer.

En cela, elle conditionne tout autant les relations entre les usagèr·es qui s’en accommodent que l’absence définitoire de relations entre ces mêmes usagers et les personnes exclues. De ce fait, l’implémentation du binarisme alimente une hiérarchie des identités sexuelles et de genre en repoussant les personnes qui ne pourraient s’en saisir vers les plateformes qui n’implémentent pas le binarisme comme un algorithme général.


1 : le binarisme exclusif h/f pour qualifier des contenus

Toutes les plateformes ne proposent pas les mêmes lexiques de catégories dans leurs formulaires d’inscription.

– Le lexique le plus simple à appréhender repose donc sur le binarisme exclusif h/f : Il est proposé pour qualifier à la fois l’usagèr·e et les personnes recherchées (« je suis… je cherche… »). À partir de ce type de déclarations, la plateforme se charge de calculer silencieusement une orientation sexuelle qui sera inscrite dans la base de données. C’est le cas sur eharmony.com, meetic.fr, match.com, etc. De cette manière, chaque usagèr·es, et en fait chaque contenu, est enregistré avec une orientation sexuelle et, partant, une certaine compatibilité relationnelle.

Sur d’autres plateformes, de nouvelles catégories au lexique sont ajoutées au binarisme h/f pour se déclarer. Elles rompent en cela le caractère exclusif du binarisme. Cette adjonction repose sur l’idée que toute usagèr·e est d’abord identifiée par la base de données pour lui-même ou elle-même et non en fonction de l’objet de son désir. Les orientations sexuelles y sont alors explicites, soit parce qu’elles ne peuvent plus du tout être déduites des catégories de sexe|genre, soit parce qu’elles sont elles-mêmes le point de départ des identifications au lieu de qualifier une potentielle relation.

Il existe deux versions de ce type de lexique :
– le binarisme h/f augmenté : Aux 2 catégories h/f, on ajoute des catégories « intermédiaires ou extérieures », qu’elles concernent le sexe|genre, l’orientation sexuelle ou le statut relationnel (bisex, trans, trav/crossdresser, couple, etc.). Sur ce modèle, on trouve les formulaires des site gays, lesbiens, libertins/échangistes, etc.)
– une prolifération de catégories pratiques, catégories de fétiches, catégories de relations ou de types d’interactions, etc. Elles ne forment plus système logique mais une masse statistique (tagcloud, etc.) et ne qualifient pas forcément le sexe|genre ni l’orientation sexuelle. Sur ce modèle, on trouve les tags des tubes pornos, les combinaisons potentiellement paradoxales de OKcupid, etc.


2 : le binarisme exclusif h/f pour orienter sexuellement la navigation

Sur les plateformes qui nous intéressent, autoriser l’accès à des types de contenus revient à autoriser l’accès à des types de personnes, et ces autorisations d’accès se font sur la base des orientations sexuelles déclarées ou calculées.

Les plateformes qui ne proposent que le binarisme exclusif h/f pour se déclarer à l’inscription vont orienter sexuellement la navigation de leurs usagèr·es par une sélection stricte des contenus qu’iels seront autorisé·es à consulter : les usagèr·es n’accèderont qu’aux données et aux profils compatibles avec l’orientation sexuelle qui leur a été attribuée dans la base de données, les hommes hétéros ne verront les contenus que de femmes hétéros, etc.

À l’inverse, d’autres plateformes laissent en principe leurs usagèr·es libres d’entrer en contact avec n’importe quels contenus ou n’importe quelles personnes présentes inscrites dans leur base de données. On y conserve donc une capacité individuelle à sexualiser usages et interactions, quelles que soient les orientations sexuelles que l’on y a déclarées.
L’ouverture des accès est majoritairement le fait de l’incapacité des plateformes à constituer une restriction systématisée de ces accès, bien plus qu’un choix délibéré de leur part.

Une forme intermédiaire entre ces deux types de politiques d’accès vise à ne restreindre la navigation que pour certains groupes d’usagèr·es, en usant d’un système de filtres secondaires construits sur le binarisme exclusif h/f.
L’orientation sexuelle ne joue alors que localement : certains groupes se voient orientés vers des contenus en accord avec leurs déclarations d’orientation sexuelle, tandis que d’autres bénéficient d’une marge de manœuvre plus importante.

Apparaît alors une hiérarchie des groupes socio-sexuels : sur les tubes, les hommes hétéros sont le plus souvent protégés des contenus gays mais accèdent aux contenus tagués « lesbiens », alors que d’autres usagèr·es ne trouveront pas de règles les « préservant » de quoi que ce soit.


3 : le binarisme exclusif h/f et ses formes visuelles

Les images sont modérées sur toutes les plateformes. Face à un terrain qui contient à la fois des plateformes de rencontre dites « sérieuses » et des tubes porno ou des sexcams, il faut arrêter de penser la modération seulement comme un geste de suppression (du sexe « explicite »), et la considérer aussi comme le formatage des images qui seront publiées, images non-sexuelles y compris.

On a vu que les sites qui implémentent le binarisme h/f comme algorithme d’orientation sexuel, procèdent ainsi tout en empêchant l’affichage d’images ou de textes sexuellement explicites. C’est qu’il ne s’agit pas seulement de « s’épargner les contenus explicites », il s’agit d’établir un régime visuel de sexualisation implicite par la promotion genrée et sexuellement orientée du portrait, des visages en gros plan.

D’abord, le régime visuel du visage s’oppose dialectiquement à deux autres régimes visuels : celui d’une gradation de la nudité d’une part (qui est un élément central de toutes les autres plateformes de rencontre, de OKCUPID à grindR), et celui de la performance sexuelle (qui peut n’impliquer aucune nudité).

La sémiotique du visage en contexte sexuel exige toute une technicité genrée qui s’énonce dans les conseils et tutoriels fournis par les plateformes de rencontre : proscription des shorts, des bikini, des dos et des torses nus, etc. Surtout, le visage des femmes subit une attention particulière : maquillage discret et élégant, jamais outrancier, jamais vulgaire. Le visage est l’organe central de séduction des femmes (il faut avoir un « portrait solaire » m’a dit une interviewée) sur les sites implémentant le binarisme h/f, alors que sur d’autres types de sites, elles évolueront plutôt de manière anonymes (sur les sites libertins par exemple).


Binarisme exclusif h/f et hétéronormativité :

On ne peut donc comprendre ni les usages ni les business models des plateformes de dating si l’on ne comprend pas à la fois l’importance des images dans les usages, l’importance de la crainte de la représentation sexuelle dans l’établissement des contacts.
Les plateformes anticipent cette nécessité de taire visuellement le sexe en ne rendant visible des corps que les seuls visages, et préparent le cadrage des interactions en orientant sexuellement la navigation au sein de leurs bases de profils et de contenus.

Implémenté comme un algorithme, le binarisme exclusif h/f constitue alors un horizon épistémologique et pratique visant l’établissement d’un conjugalisme hétéronormé, même si en pratique peu d’échanges sur ces plateformes mèneront véritablement à la création d’un couple.

Ce conjugalisme se définit d’abord par son caractère affectif, il constitue un environnement où des affects pourront s’activer précisément grâce à la perception de l’absence de contenus explicitement sexuels. Il existe ici une positivité du silence sexuel, qui n’est pas un choix individuel mais offert aux individus par un cadrage techno-sémiotique de leurs interactions.

On le retrouve dans la volonté des plateformes de NE PAS demander de déclarations d’orientation sexuelle tout en les calculant, mais aussi dans l’organisation de la modération, qui a pu occuper plus de la moitié de la masse salariale de certaines plateformes à retirer des bases de données les images jugées inappropriées. La pudeur apparaît dans ce contexte comme fort coûteuse, mais c’est une dépense nécessaire pour le maintien de l’implicitation du sexe.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search