Présentation de soutenance

J’ai soutenu ma thèse de doctorat en Sciences de l’information et de la communication à l’université de Nantes le 13 décembre 2019, devant un jury composé de :

Philippe LE GUERN – Professeur – Univ. Rennes 2 (directeur)
Jamil DAKHLIA – Professeur – Univ. Sorbonne Nouvelle (rapporteur)
Virginie JULLIARD – Professeure – Sorbonne Université  (rapportrice)
Antonio A. CASILLI – Professeur – Télécom Paris (examinateur)
Béatrice DAMIAN-GAILLARD – Professeure – IUT de Lannion (examinatrice)
Catherine DESCHAMPS – Professeure – ENSA de Nancy (examinatrice)

Le texte de ma présentation est retranscrit dans les paragraphes suivants, et j’ajouterai dans les jours qui viennent des billets supplémentaires pour synthétiser plus spécifiquement certains éléments de la thèse. Bonne lecture.

***

Mme la présidente, mesdames et messieurs les membres du jury, je  tiens à vous remercier de l’intérêt que vous avez porté à cette thèse, en l’évaluant et en prenant part à ce jury aujourd’hui. Je voudrais aussi remercier celles et ceux qui me font l’amitié de venir, contre vents et marées, assister à cette soutenance.

Ma thèse s’intitule « Les affects classifiés : numérique et médiations sexuelles ». La recherche dont elle est issue a commencé en 1999, en sociologie, en interrogeant les présentations intimes de soi sur internet. Elle a repris dans le cadre du doctorat de Sciences de l’information et de la communication de l’université de Nantes, et porte sur les formes numériques d’un dispositif de sexualité(s) et les conditions contemporaines de production des subjectivités sexuelles.

À partir d’un terrain ethnographique agençant observations en ligne, entretiens, rétro-ingénierie des accès aux bases de données, et analyses de contenus écrits et visuels, j’ai tenté de rendre compte de la façon dont des pratiques et des cultures sexuelles se sont combinées avec des objets informatiques et l’internet.

Sur toute la période de l’enquête, le terrain n’a cessé de se transformer, passant des pages personnelles, aux sites de rencontre avec profils, aux sexcams ou encore aux tubes pornos. j’ai toutefois limité cette recherche en excluant les applications mobiles et les réseaux sociaux numériques généralistes.

Un objet long et difficile à définir

Je suis arrivé sur le terrain à un moment très particulier où prévalaient les formes individuelles de documentation de soi et de sa sexualité, et où rencontre et pornographie cohabitaient largement. C’est le déploiement, dans les années 2000, d’un web tourné vers l’exploitation des données des usagèr·es qui a instauré la distinction entre sites de rencontre et sites porno. Au même moment, se sont développées à leur intersection, des plateformes qui permettaient aussi bien de rencontrer des gens que de visionner leurs images explicitement sexuelles. C’est le cas notamment des sites libertins ou gays, des sexcams, etc.

Je disposais ainsi d’un terrain qui, dans son évolution diachronique comme dans sa variété synchronique constituait un continuum très dynamique. Cependant, dans la littérature scientifique, ce continuum était imperceptible, et semblait ne pas exister pour deux raisons entrelacées : les disciplines comme les méthodes des SHS avaient tendance à se spécialiser et à n’étudier qu’une portion du spectre des activités sexuelles, et elles le faisaient sans jamais vraiment l’expliquer.

Par exemple, d’un côté, la sociologie s’intéressait aux rencontres parce qu’elles incarnent la naissance d’une relation conjugale. De l’autre, l’esthétique et la sémiotique se penchaient sur la pornographie, parce que ce sont des images particulières. Les savoirs universitaires étaient comme “figés” par une dichotomie à la fois sexuelle (relation vs. solitude, mais aussi, sentiments vs. sexe) et médiatique (textes vs. images, échanges vs. contenus).

À cela s’ajoutait que “la” rencontre, et “la” pornographie désignaient plus que de mesure, malgré leur pronom généralisant, des contenus et des pratiques hétérosexuelles. Autant dire que, d’un point de vue ethnographique, il manquait toujours une partie du terrain. J’ai donc rassemblé ces objets étudiés séparément au sein d’un objet composite, les « médiations sexuelles numériques ».

L’approche panoramique d’un objet complexe

L’étude des Médiations Sexuelles Numériques requiert une approche panoramique du continuum des plateformes. J’emploie ici le terme de panorama par commodité, pour dire combien ce nouvel objet peut, certes, faire perdre en précision dans l’élaboration des comptes-rendus, mais aussi faire gagner dans le même temps en compréhension de l’ensemble du terrain. Toutefois, ce que je propose ne correspond pas du tout à l’idée d’un point de vue distant et surplombant sur le terrain. Il faudrait plutôt le voir comme un perspectivisme fondé sur la mobilité et le croisement de différents points de vue.

Ce perspectivisme se construit en pratique par la juxtaposition successive de points de vue : D’abord de points de vue sexuels, grâce à la multiplication des profils suivant des genres différents, des orientations sexuelles différentes, des projets relationnels, etc. ; ceci permet de comprendre des variations de discours et d’usages dans le contexte sexuel d’une plateforme, mais aussi d’en observer la variation ou la persistance sur d’autres plateformes. Et ensuite la juxtaposition de points de vue technologiques, notamment par l’observation de l’infrastructure, qui va de la rétro-ingénierie des formulaires d’inscriptions à l’observation et l’effectuation du travail d’animation et de modération.

Ce nouveau genre de panorama permet de lister les points de vue existants, et d’identifier des positions dans l’espace social à la lueur, très concrète, des efforts discursifs, interactionnels, identitaires et émotionnels qu’il faut déployer (que l’on soit chercheur·ses ou abonné·es) pour passer d’une position à une autre. Ce qui existe depuis un point de vue ne prend pas la même valeur depuis un autre point de vue : les sites conjugalistes n’arrêtent pas de signifier que les images sont secondaires (tout en étant hautement préoccupés par elles), pointant leur centralité sur les sites porno ; là où les plateformes pornographiques, qui affichent mille vignettes dès leur page d’accueil, reposent en fait moins sur le seul visionnage que sur la hiérarchisation, le partage et la qualification des contenus par les abonné·es.

Tantôt les images, tantôt les discours, tantôt les échanges, tantôt les objets techniques eux-mêmes, semblent disparaître, passer en second plan. Et pourtant ils sont toujours tous présents, et actifs, sur les plateformes de ce terrain. Ainsi, il faut suivre ensemble des couches, des dimensions, du terrain qui sont ailleurs séparées méthodologiquement et accepter d’emblée le croisement de l’analyse d’usages avec l’analyse des contenus (produits par les abonné·es ou par les plateformes) et celle des technologies (hardware et software, visibles ou invisibles).

Les logiques affectives…

À quelles conditions va-t-on pouvoir se saisir de cette complexité ? N’est-elle pas le meilleur moyen de se perdre parmi les différentes dimensions du terrain, discursives, techniques, pratiques ? Tout dépend de ce que l’on cherche…

Les agencements de ces éléments entrent en résonance avec les corps, avec les techniques corporelles et sexuelles des usagèr·es. Les médiations sexuelles numériques constituent en cela une matrice commune aux sexualités et aux technologies numériques, qui n’est visible ni en observant seulement des discours sexuels, ni en observant seulement des usages des technologies numériques, ni seulement ces technologies elles-mêmes. On cherche ainsi ce qu’il se passe entre les objets habituellement étudiés.

Cette matrice est traversée par des jeux de forces qui en animent les éléments dans leur matérialité, les pixels de l’image, les nerfs de l’œil ou de la peau, le plastique de l’écran ou du clavier. La matérialité des sexualités ne se situe pas seulement dans la chair, dans les corps, mais bien aussi dans les appareils qui en alimentent les discours, en encadrent les échanges et les relations, en organisent et classent les affects. Ces appareils sont aujourd’hui numériques, et très peu virtuels.

Les jeux de forces qui animent les MSN doivent être entendus dans un sens très simple, celui de leur capacité à affecter, c’est-à-dire à transformer une chose en une autre, à avoir « un effet sur ». C’est aussi bien le clic sur la souris qui va ouvrir un profil dont la vignette a attiré notre œil, que la touche Entrée tapée pour envoyer un message à quelqu’un qu’on désire séduire. C’est aussi l’effet que les bases de données organisées selon une conception binaire et exclusive des sexes aura sur la navigation des abonné·es.

Ces forces affectent les corps, transforment leur capacité d’action et de réaction. En certaines situations, elles affectent les corps suivant des rapports de genre, de sexualité, (mais aussi de race, de classe, d’âge, etc.), et participent à la production de groupe socio-sexuel, socio-techno-sexuel pour être juste.

Les affects constituent aussi un concept relativement polyvalent qui permet de suivre les opérations de traduction d’une chose dans une autre, des discours en émotions, des techniques en interactions, des contenus en relations, etc. Les affects permettent, en définitive, de rendre compte de situations sans les découper en corpus homogènes de textes, d’images, d’usages, ou de représentations. L’un de ces affects est particulièrement intéressant en ce qu’il est l’objet de toutes les attentions sur le terrain, sans jamais vraiment être désigné comme tel : c’est le grab, le fait de se saisir d’un contenu médiatique, et que ce même contenu nous saisisse, que ce soit plaisant, excitant ou dégoûtant, voire ennuyeux.

« L’effet » est une relation active entre les contenus et les corps qui les manipulent, et les effets des textes ou des images, des informations en général, sont recherchés en tant que tels. Cependant tout le monde ne recherche pas les mêmes effets, ne désire pas être affecté de la même manière, ne supporte peut-être même pas vraiment les manières d’affecter ou d’être affecté·es des voisins ou des voisines. Des communautés affectives sont ainsi construites non à partir de pratiques de rencontre ou d’usages de pornographie, mais à partir de la matrice des médiations sexuelles numériques qui les permet, qui les distingue ou les hybride suivant les cas.

… qui président aux subjectivités sexuelles

S’il existe des positions ou des perspectives différentes sur le terrain, c’est qu’il existe des personnes ou des groupes qui les performent et les “maintiennent”. Ici, j’adopte une approche foucaldienne du dispositif numérique de sexualité(s), dans la mesure où je considère que les technologies ne sont pas le centre du dispositif. Les technologies ne produisent pas systématiquement des subjectivités techniques mais d’abord participent à la production des subjectivités sexuelles. Le dispositif est un dispositif de sexualité(s).

L’architecture des plateformes sert à saisir des contenus et à être saisi·e par eux. Une conséquence directe de cette conception des dispositifs c’est que l’usage seul ne fait pas « l’usager », et la subjectivation technique se négocie collectivement et localement. Je le montre lorsque je décris comment la dénonciation des fakes menace les auteurs présumés des fakes d’une destitution potentielle, pour raisons sexuelles, de leur statut d’usager.

Ajouté à cela, il s’agit aussi de penser la stabilité des subjectivités sexuelles dans un contexte qui est moins disciplinaire que celui que décrivait Foucault, avec les figures de normalité hétérosexuelle et de résistance homosexuelle. L’ère du numérique vient avec une prédilection pour l’expression de soi et pour le contrôle et la surveillance de celle-ci. Si des formes très stables existent toujours bel et bien dans ce contexte, les notions de normalité et de résistance semblent s’estomper un peu, dans la mesure où, par exemple, des espaces souverainement gays existent en ligne.

Cependant, cet équilibre réitère ou génère des formes intermédiaires entre les pôles identitaires et pratiques stabilisés, des formes mobiles, des subjectivités en cours entre ces repères. Internet est un lieu d’énonciation sexuelle en plus d’autres lieux d’énonciation sexuelle. En cela, il constitue un puissant outil de compartimentation des pratiques et/ou des identifications mais aussi de leur exploration et de leur profusion, et complique la composition des subjectivités sexuels…

Il me semble que l’on peut imaginer deux grandes figures alors, héritières de celles de Foucault : D’abord des figures monosexuelles, hétéro et gays principalement, consistantes en ce qu’elles trouvent leurs plateformes attitrées. Et ensuite, des figures composites, qui doivent souvent négocier et s’adapter aux conditions des premières. Ces figures composites se déclinent elles-mêmes en deux versions, l’une queer, loquace et visible, l’autre, plus souvent « au placard » et/ou résistant dans les interstices aux rapports de genre et à l’hétéroconjugalisme.

Sur quelques Médiations Sexuelles Numériques…

J’aimerais présenter maintenant un peu plus dans le détail cette matrice de médiations sexuelles numériques et la façon dont elle constitue un cadre d’expérience pour les usagèr·es.

D’abord, j’ai observé 3 types principaux de médiations sexuelles et numériques :

  • les horizons sexuels instaurés par les formulaires d’inscription sur les plateformes basés sur des lexiques sexuels plus ou moins restreints ou proliférants.
  • les politiques d’accès aux contenus, qui orientent sexuellement ou pas les appariements au sein d’une base de données (que ces derniers servent à rencontrer ou visionner).
  • la régulation des mises en scène des corps, plus précisément, celle de l’apparition des visages et des organes sexuels.

L’observation de ces points offre 3 enseignements :

D’abord, les trois types de médiations sexuelles numériques ne sont pas indépendants les uns des autres, dans la mesure où, plus les horizons sexuels et relationnels sont proliférants, plus les chances de voir des images sexuellement explicites sont importantes ; à l’inverse, les sites implémentant la différence des sexes la plus aride sont ceux qui dépensent le plus pour neutraliser les contenus explicitement sexuels téléversés par leurs abonné·es [edit : en contexte médiatique au moins, parler du caractère sexuel des contenus c’est toujours aussi produire un discours sur les orientations sexuelles, et vice versa]

Ensuite, il n’existe pas de classification universelle des sexualités. À la place, trois épistémologies sexuelles qui partagent des catégories communes (h/f, hétéro/homo) issues de la différence des sexes, mais ne les font pas entrer en relation de la même manière. Surtout, un grand nombre d’autres catégories sexuelles sont cantonnées à une seule de ces épistémologies : notamment les catégories liées aux relations non exclusives, aux identités queer et non-binaires, aux orientations non-monosexuelles, aux fétichismes. [edit : ainsi, il ne s’agit pas de chercher si une plateforme permet ou pas aux personnes gays de s’y inscrire, mais de savoir comment elle réactualise ou déborde la différence des sexes comme horizon général de tous les usages]

Enfin, les plateformes les plus sexuellement neutres sont celles qui travaillent le plus à réguler, et donc à définir ce qui est sexuel ou pas, et à l’évacuer. Ce sont donc celles qui investissent le plus dans les équipes et les technologies de modérations. Les contenus apparaissant comme sexuellement neutres sont, en fait, sexuellement neutralisés. [edit : étudier les usages ou les contenus sexuels ne suffit pas à rendre compte du dispositif de sexualité(s), il faut aussi rendre compte de tous les processus d’invisibilisation, de nettoyage, de neutralisation sexuelle]

4 types d’orientation de la navigation

L’étude systématique des MSN permet de rendre compte de la façon dont les plateformes orientent la navigation et résonnent avec le grab des abonné·es, lui offre ses conditions de félicité. L’orientation ici doit s’entendre dans le sens de l’évolution ou du déplacement dans un environnement, l’orientation sexuelle n’en étant qu’une forme parmi bien d’autres. On peut identifier 4 types principaux d’orientation de la navigation sur les plateformes :

  • une orientation conjugaliste de la navigation : fondé sur la différence stricte des sexes et des logiques relationnelles monosexuelles, une mise en scène des échanges centrée sur la dyade conjugale, un certain essentialisme, un rejet du sexe explicite et de la pornographie, même si l’activité sexuelle récréative est envisagée (mais comme préliminaire à une “vraie” relation)
  • une orientation de la navigation centrée sur les sociabilités sexuelles : fondé sur un aménagement de la différence des sexes pour intégrer des identités trans, non-binaire et/ou bi/pan-sexuelles, la sexualité est un instrument de capital social et les contacts des abonné·es sont souvent visibles, on y fait du réseau sexuel, et la sexualité peut être explicite, même sur des plateformes proposant d’abord des services de rencontre
  • une orientation auto-sexuelle de la navigation : fondée sur une prolifération des catégories sexuelles, sous forme de tags, de mots-clés, centré sur l’exploration et l’expérience de son propre désir, principalement en lien avec des contenus pornographiques, mais pas uniquement…
  • des orientations hybrides, en fait, plus souples : par exemple, les sites de sexcams combinent des fonctionnalités de sociabilités sexuelles et d’autosexualité qui laissent aux usagèr·es la possibilité de choisir le type de grab, sociable ou centré sur leur seul désir, qui leur convient le mieux. Ou encore comme OKCupid, qui combine prolifération des catégories sexuelles et neutralisation des contenus sexuellement explicites.

Voilà, c’est de cette manière que j’ai tenté de maintenir et adapter une tradition ethnographique exigeante aux pratiques du numérique, de contribuer à l’étude des sexualités à partir d’une sociologie ne faisant pas l’impasse sur les technologies, et d’apporter une pierre à l’édifice de l’info-com en pensant les médiations depuis une perspective affective. Au final, ces points combinés permettent, j’en serais ravi, de contribuer à l’émergence d’une approche queer des médias numériques et des Sciences & Technology Studies en France.
Je vous remercie de votre attention, et me réjouis, à présent, d’échanger avec vous et de répondre à vos questions.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search