Archives par mot-clé : savoirs situés

Parution : Cultures Pornographiques, Anthologie des Pornstudies

Je voudrais signaler ici la sortie aux éditions Amsterdam du livre coordonné par F. Vörös « Cultures  Pornographiques : anthologie des pornstudies », auquel j’ai participé comme traducteur de deux des textes qui le composent. Ce n’est pas tant pour évoquer ces deux traductions que je présente cet ouvrage ici, mais précisément pour tout le reste du livre sur lequel je n’ai pas du tout travaillé, et que je n’ai découvert que ces dernières semaines.

À travers 10 textes assemblés en un panorama résolument non exhaustif et une introduction très riche (j’avais d’abord marqué génialement synthétique), F. Vörös fait le travail essentiel de revenir sur  40ans d’études de la pornographie, de la construction de ses objets, et de la multiplicité des conflits définitionnels, méthodologiques et épistémologiques qui les ont animés. Il produit par ailleurs une approche tout à fait claire de l’imbrication industrielle des cultures médiatiques et sexuelles, approche qui intéressera autant les spécialistes des médias et des cultures visuelles que les amateur.e.s de pornographies s’intéressant aux supports de leurs plaisirs.

Trois choses me tiennent particulièrement à cœur dans cette sélection de texte :

– d’abord le fait que l’ouvrage rassemble un certain nombre de « premières traductions » en français d’auteur.e.s pourtant majeur.e.s dans les cultural studies internationales. Je peux me tromper, mais ni Kobena Mercer, ni Laura Kipnis n’ont jamais été traduits en français.  Des auteurs comme Williams et Dyer, ont déjà vu certains de leurs travaux paraître (essentiellement « Hardcore, pour la première, et « White » n’est toujours pas traduit pour le second), mais rien qui ne permette de cerner l’ampleur du travail qu’il.le.s ont effectué durant leurs deux longues carrières. Par ailleurs, le livre est l’occasion de lire en français des auteur.e.s important.e.s des media studies actuelle, que ce soit Susana Paasonen (une interview d’elle a été publiée dans le n°9 de la revue POLI) dont j’avais mentionné l’article traduit dans l’anthologie qui nous occupe aujourd’hui lors de mon tout premier post sur ce blog,qui portait sur les incohérences logiques de la rhétorique anti-porno, ou encore le duo de chercheures britanniques Smith et Attwood, qui dirige la revue PornStudies.

– Ensuite F. Vörös présente, à la fin de son introduction la nécessité de considérer les pornstudies moins comme le champ qui s’est constitué autour d’un objet singulier (qui serait, à force de labeur, désormais suffisamment circonscrit), que comme le cadre épistémologiquement cohérent et dynamique d’un travail sur les rapports de pouvoir qui traverse les industries culturelles, les technologies numériques, les pratiques et les imaginaires sexuels. En somme, le champ d’étude se trouve être, dans une certaine mesure au moins, indépendant du seul objet souvent fétichisé des images-pornographiques. La constitution du sexuel comme matériau médiatique y est bel et bien en jeu, pourtant, elle n’a pas le pouvoir de délimiter à elle seule la définition des pornstudies, tant elle s’inscrit dans un monde « plus vaste » et doit être analysée comme telle.  Il faut dire qu’une portion majoritaire des études sur le web, en excluant par principe de ses corpus les sites porno, délimite  en creux et sans jamais y toucher, le lit d’une spécialisation en objets à caractères sexuels nécessitant soit-disant un traitement théorique et méthodologique spécifique. Les porn studies n’auraient qu’à occuper cette place. Sauf que le champ véritable des porn studies tel que mis en évidence par F. Vörös est avant tout un champ d’étude de rapports de pouvoirs, au même titre qu’un autre, et requiert assez globalement de ne jamais se refermer sur lui-même comme champ autonome d’investigation du seul sexuel.

– Enfin, c’est dans la part importante donnée aux affects, à leur description qu’ils soient émotions, jouissance, tensions, dégoûts, etc., ainsi qu’à leur compréhension comme éléments centraux de production des rapports sociaux et des situations, et encore à la place qu’ils doivent/peuvent prendre dans le travail méthodologique, que l’ouvrage trouve son troisième pilier. À l’opposé d’une posture souvent observable dans les SHS, qui consiste à prendre les arguments de la réflexivité comme une formalité dont il.le.s peuvent se débarrasser en trois lignes au début de leurs articles, l’assemblage global des textes offre une perspective particulièrement riche de ce que l’on peut envisager comme des études méthodologiquement « engagée », capables tout autant de réflexivité que de réactivité par rapport aux limites du point-de-vue de leurs auteur.e.s. Ce type de posture permet tout autant de s’extraire des débats moralistes du « pour ou contre » la pornographie, ou encore des dangers ou des effets libérateurs de la pornographie, que de les informer et de les mettre, enfin, en perspective.

Je ne saurais donc que recommander vivement sa lecture, qui trace, des cartes postales pornographiques du XIXe s., aux « tubes » porno et aux camgirls, d’analyses particulièrement introspectives à des enquêtes quantitatives, un panorama particulièrement riche et dense sur les usages sexuels des images de ce que leur compréhension fait aux sciences sociales. Je vous laisse découvrir ci-dessous, le sommaire et la présentation de chacun des articles.

bonne lecture  🙂

Continuer la lecture de Parution : Cultures Pornographiques, Anthologie des Pornstudies

Terrains « ratés » et métaphores de l’exercice réflexif

Je voulais écrire une petite note sur la réflexivité, ou plutôt sur le soin  à apporter au fait de la garder vivante, de ne pas la réifier comme méthode, ni d’enquête ni de compte-rendu. C’est pour une autre fois, la première version est illisible. C’était une manière d’annoncer la sortie d’un article que j’ai co-écrit avec Jonathan Chibois, sur ces questions et l’impact qu’elles ont eu sur la façon dont nous avons écrit et valorisé différents types de textes et de formes scripturales au cours de nos enquêtes respectives (dont les thèmes, parlement et sexualités, n’ont pas grand chose à voir, il est vrai 😉 ). Une version de ce papier est disponible dans les archives HAL : Jonathan Chibois, Fred Pailler. Une métaphore digestive de l’exercice réflexif, in Matthieu Quidu (dir). Épistémologie du corps du savant (tome I), 1, L’Harmattan, 2014, Le chercheur et la description scientifique du réel, 978-2-343-03953-4 et Jonathan cross-poste à ce sujet aussi.

Avec Jonathan, nous nous sommes bien entendu parce que nous avions une expérience assez similaire de terrains d’enquêtes que nous jugions, à un moment donné, complètement ratés. De fait, étant le plus vieux, j’avais un peu d’avance sur la manière de formuler et de sortir de cette impression d’échec, tout en n’ayant pas encore les moyens d’en produire la théorie. Plus frais et plus à vif face à ses échecs, Jonathan a été pour moi un bon interlocuteur, ravivant aisément une série de questions en apparences insurmontables. C’est donc un (long) processus de formulation des éléments les plus infimes de ces ratages qui s’est engagé entre lui et moi, avec la conviction qu’il était possible de produire des compte-rendus précisément à partir des défaillances méthodologiques et individuelles que nous avions traversées. La question s’est formulée autour des métaphores qui animent les conceptions canoniques de la réflexivité, parce qu’au milieu de ce travail, Jonathan animait un mois du carnet de la Villa Réflexive  ; la manière de formuler les choses aurait peut-être aussi bien pu être orientée plus concrètement vers celle des formulations plus classiques en méthodologie d’enquête en sociologie (la sociologie qui oublie parfois qu’elle peut réfléchir aux catégories qu’elle emploie pour décrire, par exemple… #ploumploum)  ou, encore, vers celle des savoirs situés, bien plus pratique à mon sens. Quoi qu’il en soit, c’est le passage d’un travail par objets d’études que l’on doit décrire à un travail par déploiement de problèmes qui a motivé notre rédaction de l’article, puisque nous y proposons une métaphore moins centrée sur une conception spatiale et spéculaire de la réflexivité, une métaphore qui, au contraire, insiste sur le travail nécessaire de transformation, d’assimilation et de digestion des problèmes épistémiques/épistémologiques qui se sont posés au chercheur durant son enquête.

il ne me reste plus qu’à vous en souhaiter une bonne lecture.