Archives par mot-clé : réception

revue POLI n°11 « Politiques sonores »

Cette semaine sort le numéro 11 de la revue POLI, Politiques des Images, numéro coordonné par le chercheur M. Boidy  (CEMTI-Paris 8),  l’artiste pali meursault et moi-même et réalisé en collaboration et avec le soutien de la Philharmonie de Paris.

Ce numéro présente notamment de nombreuses traductions inédites qui intéresseront sans aucun doute les spécialistes de cultural & visual studies : d’abord, le second texte de l’anthropologue australien M. Taussig traduit en français, texte qui aborde l’usage du phonographe dans les expéditions coloniales aux côté de la dynamite, des feux d’artifices et des fusils.  Ensuite, un texte bien connu de N. Mirzoeff sur les luttes politiques des peintres et sculpteurs sourds en France au XVIIIème s., et un texte de la musicologue J.A. Peraino qui aborde la question du caractère genré de la voix et des reprises de chansons pop. Enfin, une grande interview de J. Sterne, auteur de « The Audible Past » (fraîchement traduit en français, foncez lire « une histoire de la modernité sonore », co-éd. par La Découverte/La Rue Musicale), interview durant laquelle il raconte la naissance des sound studies comme  cadre théorique et critique en rapport étroit avec celui des visual studies.

je vous laisse lire la présentation du numéro que l’on peut retrouver aussi sur le site de POLIrevue,  notez bien que vous pouvez d’ores et déjà télécharger gratuitement l’édito et très bientôt l’article de Nicholas Mirzoeff, théoricien bien connu des visual et sound studies.

bonne lecture !

PS : n’hésitez  pas à commander des anciens numéros à l’unité ou bien à vous abonner à la revue 😉

Continuer la lecture de revue POLI n°11 « Politiques sonores »

revue POLI n°9 « Sexe en Public »

Cette semaine voit sortir le numéro 9 de la revue POLI, Politiques des Images, numéro dirigé par Nelly Quemener (MCF Paris 3) et Florian Vörös (ATER Paris 8)

J’ai eu le plaisir de participer doublement à ce numéro, d’abord avec une interview réalisée auprès d’un projectionniste de cinéma pornographique et ensuite avec une traduction (réalisée avec M. Coville et M. LoJacono) d’un texte du sociologue australien Kane Race sur les dispositifs mobiles de rencontre.

je vous laisse lire la présentation du numéro que l’on peut retrouver aussi sur le site de POLIrevue,  notez bien que vous pouvez d’ores et déjà télécharger l’édito ainsi que l’article de K. Race que nous y avons traduit.

bonne lecture !

Continuer la lecture de revue POLI n°9 « Sexe en Public »

pornographic affects @ crossroads 2012

Xroads logo

La semaine prochaine débutera le Crossroads 2012, le colloque international des cultural studies. Il se tiendra à Paris, entre l’UNESCO, la Sorbonne et Paris 3 – Censier. Un nombre très important de participants (1300 intervenants dans mon souvenir) vont se relayer entre des plénières, des « spotlights-sessions » et surtout durant des sessions thématiques (plus de 30 sessions en parallèle certains jours : non, personne ne pourra tout voir !), ce qui donne un programme pour le moins gigantesque[pdf]. Un certain nombre de ces sessions auront pour thèmes les visual studies et/ou les politiques des affects, et l’on dénombre parmi des centaines de thèmes différents, trois panels (dont un à la même heure) portant sur la question de la pornographie, de ses usages, et des méthodes pour l’étudier.

Je me fais une joie de présenter ici le panel auquel je vais pour ma part participer (cf. les résumés en fin de post). Il a été concocté  par Florian Vörös, qui lui a attribué le joli titre de Pornographic Affects. Nous aurons le plaisir de voir nos interventions discutées par S. Paasonen, enseignante finlandaise et auteur du fameux Carnal Resonance, une étude féministe centrée sur l’analyse d’un corpus de spams pornographiques.

Nos trois interventions auront lieu à Censier – Sorbonne Nouvelle – paris 3, le mardi 3 juillet à 14h30 (pile). Elle porteront elles aussi sur des terrains liés aux usages du porno en ligne, aux représentations de la sexualité auxquelles celui-ci peut participer, et aux cultures affectives qui s’en dégagent. En voici les résumés :

Pornographic affects

Session abstract
From their beginnings (Dyer, 1985; Williams, 1989, 1991, 1994) to their most recent developments (Paasonen, 2011) one of the central concerns of porn studies have been the bodily feelings and sensations at work in porn spectatorship, the way they have been framed by previous intellectual traditions (moralist legal definitions, behaviorist psychology, anti-pornography feminism), and the way they can be reframed and reconsidered from renewed, located and embodied critical perspectives. Following this path, this session examines the affects at work in bodily practices such as marketing, sharing, posting, commenting, watching, listening and reading contemporary pornographies. The session will focus on pornography produced for, disseminated over, and consumed via the Internet.
References:
Richard Dyer, « Male Gay Porn : Coming To Terms », Jump Cut, no. 30, 1985
Linda Williams, Hard Core. Power, Pleasure and the « Frenzy of the Visible », University of California Press, 1989
Linda Williams, « Film Bodies: Gender, Genre, and Excess », Film Quarterly 44, no. 4, 1991
Linda Williams, « Corporealized Observers: Visual Pornography and the ‘Carnal Density of Vision’ », in P. Petro (ed.), Fugitive Images: From Photography to Video, Indiana University Press, 1994
Susanna Paasonen, Carnal Resonance. Affect and Online Pornography, MIT Press, 2011

Porning Intimacy: Homemade Pornography on SellYourSexTape
Kristina Pia Hofer

Amateur pornographies on the internet are all about distinction: to grab the attention of potential viewers, they must offer something new, unusual, or scandalizing. This paper discusses US-based member paysite SellYourSexTape as a case study, and explores how the site stages amateur clips as pornographic home movies to distinguish itself as ‘really’ amateur in the attention economy of the internet. Though both pornography and the home movie are functional genres that aim at evoking specific affects and emotions in their viewers, these affects and emotions seem to not quite match. Home movies have been described as educing a feeling of emotional intimacy, the bliss of long-term attachments, and familial togetherness – themes that are virtually absent from many ‘mainstream’ pornographies. Conversely, pornography depicts sexual acts in maximum visibility and minute detail in order to arouse its audiences, while in most home movies the display of sex and sexualities (let alone as maximally visible performances) are taboo. Clips on SellYourSexTape, however, make this seemingly unbridgeable gap with its contradictory affective register tellingly productive. This paper argues that SYST clips are porning intimacy to grab the attention of its users. Playing on structural  similarities and differences between pornography and the home movie, they offer the homemade display of domestic intimacy as something pornographic, and thus potentially arousing.

The frenzy of « raw » sex. The everyday life reception of condomless pornographies.
Florian Voros

Working from the ethnographic materials of a current investigation among Parisian gay and straight male porn audiences, this paper discusses the receptions of “raw” and “juicy” pornographic subgenres, from the classic condomless straight “meat shot”, to the more recent gay “barebacking” and straight “cream pie”. Although they relate to different sexual cultures, with contrasting experiences of HIV risk, these subgenres have in common their audio, visual and textual eroticized focus on bodily fluids and mucous membranes. The supposed “impact” of “exposure” to these representations on prophylactic behaviors has become an intensely discussed public health issue over the last decade in France. Working from the critical tools of queer studies (Tim Dean, Sharif Mowlabocus) and media reception studies, this paper proposes a move from behaviorist “effect” paradigms towards an ethnographic analysis of the everyday-life routines through which these controversial representations are affectively and ethically “domesticated” (Jane Juffer) by their audiences.

Politics of access, politics of affects and production of knowledge. Reflections from an ethnographic fieldwork on online intimacy cultures
Fred Pailler

How does an ethnographer produce her/his data when investigating websites such as chat rooms, dating sites, first person sexual stories and user generated porn platforms? To collect these documents, he (if s/he’s a man) must sign up and fill in profiles, as any other web user. The personal information registered on these websites serves the purpose of describing himself and, often, of qualifying the contents he wants to see showing up on his screen, as well as those he does not want to. The ethnographer can only understand the suggestion logics of these websites at the condition of going beyond his own identifications, creating and using fake profiles. What he declares about himself and experiments in the reflexive game of falsification, allows him to draw the map of access authorizations and to understand the online circulations and frontiers of intimacy. This methodology confronts the ethnographer to a normative apparatus which combines discourses on technology and sexuality. This apparatus affects his own intimacy and – main consequence – affects the way he accounts for intimacy cultures on the web. This paper discusses the ways in which the production of ethnographic knowledge on online sexual communication is entangled in both politics of access and politics of affects.

S1E2 Pour taire ce que l’on ne saurait voir…

[Si vous avez manqué les épisodes précédents : Au sujet d’une proposition de loi « contre la pornographie », un commentaire a été engagé sur les différentes options qui se présentent au député pour définir l’objet contre lequel il désire tant légiférer. Celui-ci préfère ne pas faire trop de cas des contenus de la pornographie et se pencher sur les manières d’y accéder, arguant que ses effets pervers seraient globalement atténués si leur accessibilité était régulée/empêchée.]

+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++


Cet épisode va être consacré à une lecture plus minutieuse de la définition que Vanneste donne de la pornographie. On pourrait aisément considérer qu’il compte de toute façon se concentrer sur la gestion des accès, et qu’il n’est pas intéressant d’aller plus avant dans la compréhension qu’il a de la pornographie. Il n’en reste pas moins qu’en éludant les contenus, la définition qu’il en donne lui permet de préparer en creux le terrain pour les représentations du dispositif qu’il va solliciter dans son discours et que, sur ce point, la façon dont il procède est assez signifiante.

La proposition de loi consiste à produire en filigrane une théorie des effets, à construire la pornographie en lui attribuant la capacité d’affecter ceux qui la consultent et à ne la considérer légalement que depuis cette seule qualité. C’est-à-dire que des représentations explicites de la sexualité ont, selon C. Vanneste, un impact, une efficacité, et ne peuvent laisser insensible celui ou celle qui les consulte, au point que son identité et/ou ses comportements en seront définitivement transformés. On pourrait croire que, vu sous cet angle, il s’agisse de prendre parti pour une « bonne pornographie » contre une « mauvaise ». Cependant, c’est une autre alternative que choisissent les députés en promulgant une absence totale de pornographie plutôt que le choix entre toutes les pornographies possibles. L’absence totale de pornographie en ligne, la création d’un web sécure et non-sexuel, par la  rhétorique des effets pervers, n’est concevable qu’à la mesure où l’on attribue deux caractéristiques essentielles à la pornographie : une homogénéité indépassable et l’impossibilité qu’elle puisse être problématisée ou intrinsèquement problématique. Unifiée et inconséquente à l’échelle des discours, elle n’en devient que plus logiquement sexuelle dans l’esprit des législateurs.

« LA » pornographie, ou l’impact d’un seul pronom sur l’ensemble d’un débat

La pornographie pose visiblement problème dans son ensemble parce qu’elle affecte trop puissamment. Si le titre de la proposition de loi constitue en manifeste cette considération pour une pornographie homogène, le corps du texte ne revient pas un instant sur cette idée et la perpétue ainsi comme une évidence. Si l’on prenait à l’inverse le problème et qu’on le posait image par image, on devrait alors déterminer une liste d’effets propres à chacune des images et l’on verrait peut-être la nature de ces effets varier et se disperser amplement. Mais « LA » pornographie est unifiée et homogène parce qu’elle doit avoir pour le rédacteur de la proposition de loi, dans une pure tautologie, un seul et même effet : la corruption des corps et des esprits.

C’est un procédé rhétorique simple : la force que l’on veut donner aux fameux « effets » n’est issue que de la seule homogénéité de ce qui les provoque. Il suffit donc, durant la rédaction, de maintenir cette homogénéité pour ne jamais faire faiblir la description des effets. Les députés travaillent à développer une théorie des effets centrée uniquement sur la réception d’une pornographie dont chaque image produit exactement le même impact et fonctionne de concert avec les autres images. Cette conception revient pratiquemment à nier le fait que des goûts et des pratiques diversifiés puissent exister, goûts et pratiques qui sont par ailleurs violemment décriées par les mêmes députés, donc reconnues sinon tolérées.

Le député Vanneste affirme ce genre d’idées régulièrement, son audience médiatique ne tenant d’ailleurs qu’à ce seul type de déclarations. Mais à quoi bon présenter la pornographie comme homogène, précisément, lorsque, par ailleurs, il s’acharne à revendiquer des distinctions radicales entre identités et/ou pratiques sexuelles, par exemple, et pourrait tout aussi bien s’engager à défendre une hiérarchie des contenus de la pornographie, comme il promet une hiérarchie des comportements et des désirs sexuels en promouvant une politique hétéro-normative et condamnant toutes les autres ? la seule raison pour laquelle les contenus pornogaphiques peuvent être regroupés sous une seule et même bannière reste le fait qu’ils peuvent être qualifiés de sexuels.

Continuer la lecture de S1E2 Pour taire ce que l’on ne saurait voir…