Archives par mot-clé : pratiques

revue POLI n°9 « Sexe en Public »

Cette semaine voit sortir le numéro 9 de la revue POLI, Politiques des Images, numéro dirigé par Nelly Quemener (MCF Paris 3) et Florian Vörös (ATER Paris 8)

J’ai eu le plaisir de participer doublement à ce numéro, d’abord avec une interview réalisée auprès d’un projectionniste de cinéma pornographique et ensuite avec une traduction (réalisée avec M. Coville et M. LoJacono) d’un texte du sociologue australien Kane Race sur les dispositifs mobiles de rencontre.

je vous laisse lire la présentation du numéro que l’on peut retrouver aussi sur le site de POLIrevue,  notez bien que vous pouvez d’ores et déjà télécharger l’édito ainsi que l’article de K. Race que nous y avons traduit.

bonne lecture !

Continuer la lecture de revue POLI n°9 « Sexe en Public »

revue Hermès : Sexualités

À la fin de l’été 2014 est sorti le 69ème numéro de la revue Hermès (dir. D. Wolton), numéro que j’ai coordonné avec E.A. Amato et V. Schafer.

À l’occasion du 4àème anniversaire de la parution du « Nouvel Ordre Sexuel », il était important pour nous de dresser un panorama, en aucun cas exhaustif évidemment, des différents types de recherche sur les sexualités et la communication en sciences sociales en France aujourd’hui. Trois parties composent l’ouvrage et se centrent chacune sur un aspect communicationnel spécifique : la façon dont les éléments de sexualité sont toujours pris dans une économique des discours et des silences (qui valent alors tout autant qu’un discours), la façon dont les industries et les institutions culturelles ainsi que les grands médias traitent des sexualités, et enfin, la manière dont l’espace public est conçu à la fois comme un espace d’expression et de controverse à propos des sexualités.

Je vous laisse lire la présentation du numéro ainsi que le sommaire et les résumés des quelques 40 auteur-es qui y ont contribué.

Continuer la lecture de revue Hermès : Sexualités

pornographic affects @ crossroads 2012

Xroads logo

La semaine prochaine débutera le Crossroads 2012, le colloque international des cultural studies. Il se tiendra à Paris, entre l’UNESCO, la Sorbonne et Paris 3 – Censier. Un nombre très important de participants (1300 intervenants dans mon souvenir) vont se relayer entre des plénières, des « spotlights-sessions » et surtout durant des sessions thématiques (plus de 30 sessions en parallèle certains jours : non, personne ne pourra tout voir !), ce qui donne un programme pour le moins gigantesque[pdf]. Un certain nombre de ces sessions auront pour thèmes les visual studies et/ou les politiques des affects, et l’on dénombre parmi des centaines de thèmes différents, trois panels (dont un à la même heure) portant sur la question de la pornographie, de ses usages, et des méthodes pour l’étudier.

Je me fais une joie de présenter ici le panel auquel je vais pour ma part participer (cf. les résumés en fin de post). Il a été concocté  par Florian Vörös, qui lui a attribué le joli titre de Pornographic Affects. Nous aurons le plaisir de voir nos interventions discutées par S. Paasonen, enseignante finlandaise et auteur du fameux Carnal Resonance, une étude féministe centrée sur l’analyse d’un corpus de spams pornographiques.

Nos trois interventions auront lieu à Censier – Sorbonne Nouvelle – paris 3, le mardi 3 juillet à 14h30 (pile). Elle porteront elles aussi sur des terrains liés aux usages du porno en ligne, aux représentations de la sexualité auxquelles celui-ci peut participer, et aux cultures affectives qui s’en dégagent. En voici les résumés :

Pornographic affects

Session abstract
From their beginnings (Dyer, 1985; Williams, 1989, 1991, 1994) to their most recent developments (Paasonen, 2011) one of the central concerns of porn studies have been the bodily feelings and sensations at work in porn spectatorship, the way they have been framed by previous intellectual traditions (moralist legal definitions, behaviorist psychology, anti-pornography feminism), and the way they can be reframed and reconsidered from renewed, located and embodied critical perspectives. Following this path, this session examines the affects at work in bodily practices such as marketing, sharing, posting, commenting, watching, listening and reading contemporary pornographies. The session will focus on pornography produced for, disseminated over, and consumed via the Internet.
References:
Richard Dyer, « Male Gay Porn : Coming To Terms », Jump Cut, no. 30, 1985
Linda Williams, Hard Core. Power, Pleasure and the « Frenzy of the Visible », University of California Press, 1989
Linda Williams, « Film Bodies: Gender, Genre, and Excess », Film Quarterly 44, no. 4, 1991
Linda Williams, « Corporealized Observers: Visual Pornography and the ‘Carnal Density of Vision’ », in P. Petro (ed.), Fugitive Images: From Photography to Video, Indiana University Press, 1994
Susanna Paasonen, Carnal Resonance. Affect and Online Pornography, MIT Press, 2011

Porning Intimacy: Homemade Pornography on SellYourSexTape
Kristina Pia Hofer

Amateur pornographies on the internet are all about distinction: to grab the attention of potential viewers, they must offer something new, unusual, or scandalizing. This paper discusses US-based member paysite SellYourSexTape as a case study, and explores how the site stages amateur clips as pornographic home movies to distinguish itself as ‘really’ amateur in the attention economy of the internet. Though both pornography and the home movie are functional genres that aim at evoking specific affects and emotions in their viewers, these affects and emotions seem to not quite match. Home movies have been described as educing a feeling of emotional intimacy, the bliss of long-term attachments, and familial togetherness – themes that are virtually absent from many ‘mainstream’ pornographies. Conversely, pornography depicts sexual acts in maximum visibility and minute detail in order to arouse its audiences, while in most home movies the display of sex and sexualities (let alone as maximally visible performances) are taboo. Clips on SellYourSexTape, however, make this seemingly unbridgeable gap with its contradictory affective register tellingly productive. This paper argues that SYST clips are porning intimacy to grab the attention of its users. Playing on structural  similarities and differences between pornography and the home movie, they offer the homemade display of domestic intimacy as something pornographic, and thus potentially arousing.

The frenzy of « raw » sex. The everyday life reception of condomless pornographies.
Florian Voros

Working from the ethnographic materials of a current investigation among Parisian gay and straight male porn audiences, this paper discusses the receptions of “raw” and “juicy” pornographic subgenres, from the classic condomless straight “meat shot”, to the more recent gay “barebacking” and straight “cream pie”. Although they relate to different sexual cultures, with contrasting experiences of HIV risk, these subgenres have in common their audio, visual and textual eroticized focus on bodily fluids and mucous membranes. The supposed “impact” of “exposure” to these representations on prophylactic behaviors has become an intensely discussed public health issue over the last decade in France. Working from the critical tools of queer studies (Tim Dean, Sharif Mowlabocus) and media reception studies, this paper proposes a move from behaviorist “effect” paradigms towards an ethnographic analysis of the everyday-life routines through which these controversial representations are affectively and ethically “domesticated” (Jane Juffer) by their audiences.

Politics of access, politics of affects and production of knowledge. Reflections from an ethnographic fieldwork on online intimacy cultures
Fred Pailler

How does an ethnographer produce her/his data when investigating websites such as chat rooms, dating sites, first person sexual stories and user generated porn platforms? To collect these documents, he (if s/he’s a man) must sign up and fill in profiles, as any other web user. The personal information registered on these websites serves the purpose of describing himself and, often, of qualifying the contents he wants to see showing up on his screen, as well as those he does not want to. The ethnographer can only understand the suggestion logics of these websites at the condition of going beyond his own identifications, creating and using fake profiles. What he declares about himself and experiments in the reflexive game of falsification, allows him to draw the map of access authorizations and to understand the online circulations and frontiers of intimacy. This methodology confronts the ethnographer to a normative apparatus which combines discourses on technology and sexuality. This apparatus affects his own intimacy and – main consequence – affects the way he accounts for intimacy cultures on the web. This paper discusses the ways in which the production of ethnographic knowledge on online sexual communication is entangled in both politics of access and politics of affects.

S1E4 La pornographie en ligne n’est pas réductible aux sites pornos : indexation et censure

[Si vous avez manqué les épisodes précédents : Une proposition de loi « contre la pornographie » développe des arguments tantôt étranges tantôt éculés. Il s’agit d’y retrouver une logique, en pistant les énoncés les plus solides qui s’y sont logés. En présentant la pornographie comme dangereuse sans jamais la définir intrinsèquement et en centrant les réponses possibles de l’État sur la gestion des accès aux contenus, les députés comptent régler tous les problèmes d’un coup : ils proposent d’établir une liste que les fournisseurs d’accès devraient utiliser pour filtrer ce que les internautes peuvent ou pas regarder sur leurs écrans. Voyons ce que cette liste « officielle » de sites pornos a comme arguments en sa faveur à déployer…]

+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++


Porn (x) = controverse (tech. +  sex.), rien de plus, rien de moins…

Lors du précédent épisode, je n’ai pas assez insité sur l’idée suivante : l’usage du terme « pornographie » désigne l’articulation de considérations techniques (ne serait-ce qu’une morale de la technique) et de considérations sexuelles. Sinon on parle de grivoiseries, d’obscénités, de bien d’autres choses encore, et pourquoi pas, même, d’érotisme ;-). Ceci ne signifie en rien qu’un discours tenu sur la pornographie fera explicitement et systématiquement mention des deux types de considérations, bien au contraire, puisqu’ il n’est souvent centré que sur l’une des deux seulement. Toutefois, on trouvera toujours une remarque, un détail, qui fera plus silencieusement référence au second type de considération, celui qui reste tapi dans l’implicite du discours : le plus souvent, le drame sexuel est mis en avant, ou bien l’extase pornographique, et entre les lignes il devient possible d’y lire un rapport au livre, à l’image, à l’écran, etc. D’où l’équation en guise de titre pour ces premiers paragraphes. C’est une hypothèse foucaldienne et cela implique de considérer comme possible le fait que morale sexuelle et conceptions techniques n’évoluent pas d’un commun mouvement. Chez Foucault, les mots et les choses, pour reprendre ce titre humoristique, ont une grande autonomie, même s’ils entretiennent des rapports puissants.

Pour cerner son point de vue, il est utile de revenir aux histoires croisées entre « mots » et « choses », croisées donc mais rarement coïncidentes : les criminels, par exemple, passent de l’échafaud à la prison, mais où la prison est une architecture qui provient d’un ensemble de savoirs-pouvoirs issus du traitement de la folie (l’hopital général et l’isolement du reste de la ville) et non d’un savoir concernant la pénalisation des crimes. Deleuze, dans son livre sur Foucault, énonce clairement cette diffraction entre le discursif et le non-discursif (ce qui génère la lumière et les mouvements) qui sont tous les deux des manières de stratifier les savoirs, et rappelle au passage qu’il existe en plus un rapport discursif au non-discursif qui peut n’avoir rien à faire avec le discursif lui-même (dans le cas de la pornographie, les énoncés sur la sexualité contenus dans les films, ne sont pas les mêmes que ceux qui sont faits sur l’activité de consommation de pornographie comme forme de sexualité, etc. Ou bien ne le sont qu’à de très rares moments). Depuis le XVIIIème siècle, on peut constater une évolution importante de la pornographie, notamment des acteurs qui s’y impliquent (des écrivains et des penseurs légitimes du XVIIIème siècle, aux actrices X inconnues des productions de la vallée de San Fernando en Californie), mais à chaque époque, les discours reproduisent la même dynamique en ce qu’ils portent sur la sexualité et sont liés à des modes de publications et d’usages de certains objets : le livre, les salons littéraires, la photographie, évidemment, le cinéma et les réponses spécifiques (c’est la loi de finance de 75 qui instaure la catégorie X, pas une loi pénale !), etc. En somme, il faudrait refaire toute une histoire de la pornographie en montrant comment les deux ensembles, que j’appelle trop rapidement sûrement « cultures sexuelles » et « dispositifs techniques », évoluant de façon autonome, sont régulièrement réarticulés et re-problématisés par l’usage persistent du terme « pornographie »1. Pourquoi ce retour sur la définition de la pornographie dans une perspective foucaldienne ? D’abord parce que nous devions poser les enjeux de chaque discours sexuel et technique auparavant, afin de dégager notre propre positionnement, mais aussi parce qu’il n’est pas simple forcément de concevoir l’imbrication ou la dispersion des différents discours sur le sexuel : ceux représentés par les films et ceux impliquant le visionnage des films, ceux que le lecteur se représente avant la lecture et ceux qu’il découvre par la lecture/consultation, etc.

Lorsque les députés se concentrent sur la consultation de pornographie par des mineurs, enfants ou adolescents, ils ne rappellent pas cette double problématique du sexuel et du technique et engagent leur discours de légitimation de leur proposition de loi par le versant moral et sexuel, sans toutefois dissimuler le fait qu’il s’agit de réguler les accès au sein d’un dispositif technique spécifique, l’internet. Ils vérifient notre définiton du discours sur la pornographie sans le valider explicitement. La question de la pornographie y est présentée comme le fait d’une sexualisation trop précoce du visionnage en ligne, sexualisation traumatisante selon les députés. Si nous avons vu comment les arguments n’étaient pas fondés rationnellement mais selon une logique affective ET « affectiviste », il n’en reste pas moins que les députés proposent une solution au problème : lister les contenus à prohiber, fournir la liste aux FAI afin qu’ils appliquent la censure requise.  La dimension technique est remisée à l’écart du danger, simplement parce qu’elle doit constituer la solution. Pour légitimer ce type de méthode, il faut cependant vérifier qu’il n’existe pas des « lieux » pour ne pas dire des « sites » qui produiraient du contenu sexuel sans que celui-ci ne soit annoncé, indexé en fait, comme pornographique. Il faut aussi veiller à repérer ce qui ne serait pas explicitement sexuel et serait pour autant associé aux index « porn/porno/Etc. » (si c’est le sexe explicite dont il faut protéger les personnes sensibles, alors rien ne les empêcherait de consulter les sites de Hentaï japonais, as dans la dissimulation outrageusement visible de ce qui serait obscène si explicitement figuré).  Cela revient à interroger simplement le fait que ce que désire combattre la proposition de loi n’existe peut-être tout simplement pas, ou, au moins, n’existe pas du tout dans les marges qu’elle a tant de mal à définir.  Il est à craindre qu’une portion non négligeable de la pornographie contemporaine n’ait pas été considérée par les députés, ni dans ses contenus, ni dans ses modalités de diffusion et d’utilisation.

Continuer la lecture de S1E4 La pornographie en ligne n’est pas réductible aux sites pornos : indexation et censure

  1. La catégorie juridique américaine d’obscénité, comme contre-exemple, (je renvois une fois de plus au texte de gayle Rubin) peut croiser la notion de pornographie mais est bien plus vaste dans la mesure où elle n’implique aucune dimension spécifiquement technique. Dans ce contexte, les grands procès américains des années 70/80 ont bien tenté de considérer la pornographie avant tout comme un rapport de pouvoir et d’aliénation (en accusant les réalisateurs et les producteurs de prostitution et d’obscénité), mais cette tactique qui a couté très cher au Gouvernement et au FBi a totalement échoué, simplement parce qu’elle niait l’activité même du cinéma : produire des images, des fictions visuelles, etc., et donc la possibilité de construire une défense structurée autour du discours explicite de la médiation technique []