Archives par mot-clé : pornographie

les usages des catégories sexuelles en ligne

le 14 décembre 2016, s’est tenu à Lille la journée d’étude « Genre, médias et numérique », organisée par le labo Geriico, et à laquelle j’ai été invité pour présenter une partie de mon travail de thèse en cours de rédaction. Les vidéos des interventions sont d’ores et déjà disponibles sur le site de l’université de lille 3, et je copie ici les notes de mon intervention notamment parce que c’est l’occasion de pouvoir enfin publier à l’écrit un travail commencé en 2011 et jusqu’ici plutôt documenté de façon audio (conférences à l’ISCC, quelques émissions de radio, etc.), si l’on met de côté le post initial qui avait fait suite à ma communication à l’AFS2011. Par ailleurs, je suis convaincu que c’est un texte qui peut aider chercheur·e·s ou étudiant·e·s à situer de façon à la fois plus explicite et plus riche leurs travaux lorsqu’il·le·s font le choix conscient de se concentrer sur un seul type de plateforme. Enfin, cette communication à Lille est le fruit d’un premier effort de synthèse à un moment ou je suis en train encore de reprendre la grille d’analyse des interfaces, aussi tout n’y est pas toujours parfaitement abouti ni impeccablement défini, mais ce sont les joies du travail scientifique en train de se faire…

Pour commencer

Je travaille sur des plateformes dont on fait un usage sexuel ou sentimental en ligne, que ce soit des plateformes de rencontre généraliste ou de niche, à visée sentimentale ou récréative, ou encore des plateformes de diffusion de vidéo pornographiques. Je ne distingue pas a priori rencontre et tubes pornographiques, car, sur le terrain, les plateformes qui m’intéressent offrent toutes la possibilité de rencontrer en échangeant des messages, ou bien de regarder, consulter (il est facile de comprendre que c’est l’activité incontournable 😉 ), quels que soient les contenus consultés.

logos_sites adopte meetic tinder mytilene grindr planetromeo cam4xhamster xtube adultfriendfinder, etc.
la classification des plateformes entre sites de rencontre et sites porno est-elle sociologiquement pertinente ?

L’argument méthodologique qui voudrait que l’on définisse en sciences sociales un objet médiatique à étudier par le fait qu’il est plus ou moins sexuel ou pus ou moins sentimental ne me semble aucunement recevable étant donné qu’il invisibiliserait ce qui anime principalement les plateformes, c’est-à-dire le fait même de positionner une offre technologique sur des critères à la fois médiatiques ET sexuels. C’est ce qui m’intéresse ici, et la façon dont je vais solliciter la notion d’orientation intimes développée par M. Bozon pour expliquer les énoncés formulés dans les interfaces des plateformes pourrait tout aussi bien être utilisée pour expliquer les prises de position méthodologiques des chercheur·e·s sur la délimitation de leurs terrains/objets.

L’inscription sur ces plateformes consiste en un travail de définition de soi, de présentation de soi et d’enregistrement de données au sein d’une base de données. Ces données qui seront soit utilisées par la plateforme elle-même pour identifier ses client.e.s, soit publiées à l’attention des autres abonné.e.s, soit transmises à des entreprises tierces (annonceurs, etc.) dans un contexte de marché biface.

L’étape de l’inscription organise un tri des personnes, parfois la constitution de groupes cohérents, suivant des catégories mises à leur disposition dans les formulaires d’inscription. Les potentiel.le.s abonné.e.s doivent pouvoir y correspondre ou tout du moins pouvoir s’en accommoder, et pouvoir s’accommoder ensuite du type d’expérience en ligne que les plateformes ont pensé devoir correspondre au choix de telle ou telle de ces catégories. Les catégories en jeu sont systématiquement issues de l’une ou l’autre de ces familles de catégories que l’on peut regrouper sous l’appellation générique de « catégories sexuelles », qui comprennent les catégories de sexe ou genre, d’orientation sexuelle et de statut relationnel.

Ce qui m’intéresse dans la compréhension des usages de ces catégories sexuelles par les plateformes, c’est moins qui elles désignent, que la façon dont parfois tout peut être réduit à la combinaison de seulement deux d’entre elles (catégories de genre h/f) ou bien au contraire d’autres fois tout va concourir à en solliciter une bien plus grande variété. C’est-à-dire que le nombre même de ces catégories sur le terrain va impliquer des logiques différentes dans leur emploi, leur combinaison et, au final, leur signification1.  Choisir entre ces deux possibilités (lexique réduit ou varié) d’utiliser les catégories sexuelles a des conséquences importantes, à la fois logiques, médiatiques et sociales.

Je vais d’abord présenter le fonctionnement des formulaires d’inscription, puis ce qu’il se passe lors de la navigation sur ces plateformes, et enfin, à l’aide de la notion d’orientations intimes, de M. Bozon, tenter de mettre ces logiques d’inscription et de navigation en perspective.

Continuer la lecture de les usages des catégories sexuelles en ligne

  1. on retrouve bien entendu cette idée chez E. Kosofsky-Sedgwick, notamment dans l’introduction à Épistémologie du Placard, cf. Kosofsky-Sedgwick Eve, 2008, Épistémologie du placard, Paris, éd. Amsterdam []

revue POLI n°11 « Politiques sonores »

Cette semaine sort le numéro 11 de la revue POLI, Politiques des Images, numéro coordonné par le chercheur M. Boidy  (CEMTI-Paris 8),  l’artiste pali meursault et moi-même et réalisé en collaboration et avec le soutien de la Philharmonie de Paris.

Ce numéro présente notamment de nombreuses traductions inédites qui intéresseront sans aucun doute les spécialistes de cultural & visual studies : d’abord, le second texte de l’anthropologue australien M. Taussig traduit en français, texte qui aborde l’usage du phonographe dans les expéditions coloniales aux côté de la dynamite, des feux d’artifices et des fusils.  Ensuite, un texte bien connu de N. Mirzoeff sur les luttes politiques des peintres et sculpteurs sourds en France au XVIIIème s., et un texte de la musicologue J.A. Peraino qui aborde la question du caractère genré de la voix et des reprises de chansons pop. Enfin, une grande interview de J. Sterne, auteur de « The Audible Past » (fraîchement traduit en français, foncez lire « une histoire de la modernité sonore », co-éd. par La Découverte/La Rue Musicale), interview durant laquelle il raconte la naissance des sound studies comme  cadre théorique et critique en rapport étroit avec celui des visual studies.

je vous laisse lire la présentation du numéro que l’on peut retrouver aussi sur le site de POLIrevue,  notez bien que vous pouvez d’ores et déjà télécharger gratuitement l’édito et très bientôt l’article de Nicholas Mirzoeff, théoricien bien connu des visual et sound studies.

bonne lecture !

PS : n’hésitez  pas à commander des anciens numéros à l’unité ou bien à vous abonner à la revue 😉

Continuer la lecture de revue POLI n°11 « Politiques sonores »

vidéos du colloque « Les médias, nouveaux éducateurs à la sexualité ? »

Je voudrais mentionner rapidement la mise en ligne des vidéos du colloque qui s’était tenu le 23 mai 2014 au Conseil Régional Rhone-Alpes : « Les médias, nouveaux éducateurs à la sexualité ? » sur la chaîne dailymotion de la Plateforme de Formateurs en Éducation à la Sexualité.

J’y était intervenu en même temps qu’une douzaine de chercheur.e.s et de professionnel.le.s de santé devant un public de professionnel.le.s de l’éducation en général, de l’éducation à l’image et de l’action sociale, tou.te.s confronté.e.s aux questions de sexualité posées par les enfants ou les adolescents avec lesquels il.le.s travaillent au quotidien.

je glisse ici, en plus de ma présentation (qui met un moment à prendre son rythme, la faute à la canicule…) les vidéos de quelques unes des autres interventions qui m’avaient particulièrement intéressé. Je passe en revanche sur les deux interventions de la journée qui m’avait effaré tellement leurs deux intervenants travaillaient ostensiblement à aligner propos sexistes et culpabilisateurs – alimentant leur fructueux business de la production de panique morale (mais en fait je pourrai refaire une série d’été, tellement les propos de ces personnes frisaient l’inconsistance de ceux de Vanneste et consorts). Vous pouvez dans tous les cas retrouver l’ensemble des vidéos sur la page dédiée du site web du PES.

Cette journée de discussion avec des gens de terrain, au-delà des seules interventions qui ont été captées en vidéo, m’a permis de prendre conscience de certains problèmes qui se posent aux éducateurs et éducatrices : comment réfléchir à la manière dont on peut parler, dans un contexte pédagogique, d’images que l’on ne montrera pas (pour parler du régime visuel de la pornographie par exemple) ? Comment, aussi, parler de pratiques des images que l’on ne connaît pas ou n’a pas vu soi-même (parler du sexting et de ses formes associées au slut-shaming, etc.), et ainsi de suite. C’était tout bonnement passionnant. Sur ce, je vous souhaite une bonne écoute.

 

Elise Vinet – Publicité, sexualité et médias : « miroir, miroir, dis-moi… » – 23 mai 2014 – « Les médias, nouveaux éducateurs à la sexualité ? »

 

Philippe Liotard – Il était une fois l’hypersexualisation – 23 mai 2014 – « Les médias, nouveaux éducateurs à la sexualité ? »

 

Fred Pailler et Marie Chevret – video 1/2 – Pornographie, de la   transgression à la consommation – 23 mai 2014 – « Les médias, nouveaux éducateurs à la sexualité ? »

 

Fred Pailler et Marie Chevret – video 2/2 – Pornographie, de la   transgression à la consommation – 23 mai 2014 – « Les médias, nouveaux éducateurs à la sexualité ? »

 

Parution : Cultures Pornographiques, Anthologie des Pornstudies

Je voudrais signaler ici la sortie aux éditions Amsterdam du livre coordonné par F. Vörös « Cultures  Pornographiques : anthologie des pornstudies », auquel j’ai participé comme traducteur de deux des textes qui le composent. Ce n’est pas tant pour évoquer ces deux traductions que je présente cet ouvrage ici, mais précisément pour tout le reste du livre sur lequel je n’ai pas du tout travaillé, et que je n’ai découvert que ces dernières semaines.

À travers 10 textes assemblés en un panorama résolument non exhaustif et une introduction très riche (j’avais d’abord marqué génialement synthétique), F. Vörös fait le travail essentiel de revenir sur  40ans d’études de la pornographie, de la construction de ses objets, et de la multiplicité des conflits définitionnels, méthodologiques et épistémologiques qui les ont animés. Il produit par ailleurs une approche tout à fait claire de l’imbrication industrielle des cultures médiatiques et sexuelles, approche qui intéressera autant les spécialistes des médias et des cultures visuelles que les amateur.e.s de pornographies s’intéressant aux supports de leurs plaisirs.

Trois choses me tiennent particulièrement à cœur dans cette sélection de texte :

– d’abord le fait que l’ouvrage rassemble un certain nombre de « premières traductions » en français d’auteur.e.s pourtant majeur.e.s dans les cultural studies internationales. Je peux me tromper, mais ni Kobena Mercer, ni Laura Kipnis n’ont jamais été traduits en français.  Des auteurs comme Williams et Dyer, ont déjà vu certains de leurs travaux paraître (essentiellement « Hardcore, pour la première, et « White » n’est toujours pas traduit pour le second), mais rien qui ne permette de cerner l’ampleur du travail qu’il.le.s ont effectué durant leurs deux longues carrières. Par ailleurs, le livre est l’occasion de lire en français des auteur.e.s important.e.s des media studies actuelle, que ce soit Susana Paasonen (une interview d’elle a été publiée dans le n°9 de la revue POLI) dont j’avais mentionné l’article traduit dans l’anthologie qui nous occupe aujourd’hui lors de mon tout premier post sur ce blog,qui portait sur les incohérences logiques de la rhétorique anti-porno, ou encore le duo de chercheures britanniques Smith et Attwood, qui dirige la revue PornStudies.

– Ensuite F. Vörös présente, à la fin de son introduction la nécessité de considérer les pornstudies moins comme le champ qui s’est constitué autour d’un objet singulier (qui serait, à force de labeur, désormais suffisamment circonscrit), que comme le cadre épistémologiquement cohérent et dynamique d’un travail sur les rapports de pouvoir qui traverse les industries culturelles, les technologies numériques, les pratiques et les imaginaires sexuels. En somme, le champ d’étude se trouve être, dans une certaine mesure au moins, indépendant du seul objet souvent fétichisé des images-pornographiques. La constitution du sexuel comme matériau médiatique y est bel et bien en jeu, pourtant, elle n’a pas le pouvoir de délimiter à elle seule la définition des pornstudies, tant elle s’inscrit dans un monde « plus vaste » et doit être analysée comme telle.  Il faut dire qu’une portion majoritaire des études sur le web, en excluant par principe de ses corpus les sites porno, délimite  en creux et sans jamais y toucher, le lit d’une spécialisation en objets à caractères sexuels nécessitant soit-disant un traitement théorique et méthodologique spécifique. Les porn studies n’auraient qu’à occuper cette place. Sauf que le champ véritable des porn studies tel que mis en évidence par F. Vörös est avant tout un champ d’étude de rapports de pouvoirs, au même titre qu’un autre, et requiert assez globalement de ne jamais se refermer sur lui-même comme champ autonome d’investigation du seul sexuel.

– Enfin, c’est dans la part importante donnée aux affects, à leur description qu’ils soient émotions, jouissance, tensions, dégoûts, etc., ainsi qu’à leur compréhension comme éléments centraux de production des rapports sociaux et des situations, et encore à la place qu’ils doivent/peuvent prendre dans le travail méthodologique, que l’ouvrage trouve son troisième pilier. À l’opposé d’une posture souvent observable dans les SHS, qui consiste à prendre les arguments de la réflexivité comme une formalité dont il.le.s peuvent se débarrasser en trois lignes au début de leurs articles, l’assemblage global des textes offre une perspective particulièrement riche de ce que l’on peut envisager comme des études méthodologiquement « engagée », capables tout autant de réflexivité que de réactivité par rapport aux limites du point-de-vue de leurs auteur.e.s. Ce type de posture permet tout autant de s’extraire des débats moralistes du « pour ou contre » la pornographie, ou encore des dangers ou des effets libérateurs de la pornographie, que de les informer et de les mettre, enfin, en perspective.

Je ne saurais donc que recommander vivement sa lecture, qui trace, des cartes postales pornographiques du XIXe s., aux « tubes » porno et aux camgirls, d’analyses particulièrement introspectives à des enquêtes quantitatives, un panorama particulièrement riche et dense sur les usages sexuels des images de ce que leur compréhension fait aux sciences sociales. Je vous laisse découvrir ci-dessous, le sommaire et la présentation de chacun des articles.

bonne lecture  🙂

Continuer la lecture de Parution : Cultures Pornographiques, Anthologie des Pornstudies

Les porn studies à la télé

Cette semaine, Florian Vörös et moi-même avons été les invités (en compagnie de Jizzkov du TagParfait) de jean-Marc Manach dans son émission du « 14h42 » sur les enjeux du numérique. L’émission portait sur les questions de pornographie, des transformation de l’industrie, aussi bien pour la production que la diffusion des contenus) comme des transformations des pratiques avec l’arrivée du numérique, il y a bientôt 20ans. Ces trois quarts d’heure de discussion nous ont permis d’évoquer quelques uns des aspects de l’étude de cette industrie culturelle par les sciences sociales, ce que l’on appelle désormais les pornstudies (qui possède depuis cette année leur propre revue scientifique : Porn Studies).

la vidéo de l’émission n’est pas actuellement disponible en ligne, seul.e.s les abonnés au site Arretsurimage.net (qui produit l’émission) ont pu la consulter dans sa totalité. Je mettrai à jour ce post dès qu’elle sera accessible à tout le monde.

 

revue POLI n°9 « Sexe en Public »

Cette semaine voit sortir le numéro 9 de la revue POLI, Politiques des Images, numéro dirigé par Nelly Quemener (MCF Paris 3) et Florian Vörös (ATER Paris 8)

J’ai eu le plaisir de participer doublement à ce numéro, d’abord avec une interview réalisée auprès d’un projectionniste de cinéma pornographique et ensuite avec une traduction (réalisée avec M. Coville et M. LoJacono) d’un texte du sociologue australien Kane Race sur les dispositifs mobiles de rencontre.

je vous laisse lire la présentation du numéro que l’on peut retrouver aussi sur le site de POLIrevue,  notez bien que vous pouvez d’ores et déjà télécharger l’édito ainsi que l’article de K. Race que nous y avons traduit.

bonne lecture !

Continuer la lecture de revue POLI n°9 « Sexe en Public »

revue Hermès : Sexualités

À la fin de l’été 2014 est sorti le 69ème numéro de la revue Hermès (dir. D. Wolton), numéro que j’ai coordonné avec E.A. Amato et V. Schafer.

À l’occasion du 4àème anniversaire de la parution du « Nouvel Ordre Sexuel », il était important pour nous de dresser un panorama, en aucun cas exhaustif évidemment, des différents types de recherche sur les sexualités et la communication en sciences sociales en France aujourd’hui. Trois parties composent l’ouvrage et se centrent chacune sur un aspect communicationnel spécifique : la façon dont les éléments de sexualité sont toujours pris dans une économique des discours et des silences (qui valent alors tout autant qu’un discours), la façon dont les industries et les institutions culturelles ainsi que les grands médias traitent des sexualités, et enfin, la manière dont l’espace public est conçu à la fois comme un espace d’expression et de controverse à propos des sexualités.

Je vous laisse lire la présentation du numéro ainsi que le sommaire et les résumés des quelques 40 auteur-es qui y ont contribué.

Continuer la lecture de revue Hermès : Sexualités

Qu’est-ce qu’un site de rencontre ?

Il est dit depuis la création de ce blog que je travaille sur la question des politiques des affects, et ça a souvent pris le ton d’une discussion autour de la pornographie. Il est dit, bien moins souvent par contre, que je m’intéresse à la pornographie, parce qu’au début des années 2000 je m’intéressais aux documents de présentation de soi en général, certains d’entre eux étant à caractère sexuel. En 2000, il faut se rappeler que le web 1.0 ne s’appelait que « le web » ou « la toile », c’était avant l’invention de meetic, avant le boom des réseaux sociaux, avant même les blogosphères fourmillantes ; c’était l’époque des pages persos, et si les internautes faisaient déjà beaucoup de choses qu’ils continuent à faire aujourd’hui, les choses ne se passaient quand même pas tout à fait comme elles se déroulent aujourd’hui.

/// Un objet à étudier, de travers…

Pour être honnête, pendant assez longtemps, j’ai soigneusement évacué la question de la pornographie pour me concentrer sur les « vraies » pages persos et les « vrais » profils qui présentaient des gens cherchant des rencontres, des échanges « cybersexuels »,  des discussions autour de leurs pratiques, ces présentations allant des plus communes – « je suis untel/unetelle » – aux plus intriguantes, telles celles qui affichaient des catalogues de matériel SM en guise d’unique présentation de soi. Certains des internautes créant ces pages ne semblaient d’ailleurs même pas avoir de but précis et créaient et entretenaient leurs pages persos pour le seul plaisir de se présenter et d’être présent sur le web. J’opposais ce corpus de pages perso à caractère sexuel (PPCS) à une autre frange du web grandissant, celles des sites d’animatrices sexy ou porno, croyant déceler dans les pages perso une plus grande authenticité (#grosmalin) que dans les performances des actrices/animatrices. Je travaillais sur le web amateur, sans même encore l’avoir compris, je pensais que c’était d’abord un web « perso », où la signification de « perso » glissait tout aussi aisément vers celle de « quotidien » et « contingent » que vers celle de « sexuel » et « d’intime », et semblait éloigner toutes ces significations d’un ensemble articulé autour des termes professionnel.le/pornographie-de-studios/dispositifs-payants.

frontpages de sites de rencontres sur google image #ROSE #cœur #love #hétérosexualité
frontpages de sites de rencontres sur google image #ROSE #cœur #love #hétérosexualité

Puis vint l’invention des sites de rencontre généralistes, sur le modèle de match.com (lancé en 1995) et eharmony.com (lancé en 2000), ce qui a inspiré le lancement de meetic.fr (en 2001) et consorts. Vinrent aussi, un peu plus rapidement en fait, les plateformes communautaires liées aux pratiques libertines (friendfinder.com est lancé en 1996, et deviendra plus tard le célèbre Adultfriendfinder.com) et gays ( gay.com lancé en 1997, et gaydar.co.uk en 1999). Ces plateformes offraient les mêmes services que les sites de rencontre généralistes, et, sur leurs pages d’introduction et d’inscription, elles parlaient elles aussi, régulièrement mais jamais systématiquement, de rencontres. En effet, leurs services semblaient dépasser ceux des sites de rencontre généralistes, notamment par le fait qu’elles autorisaient les internautes à afficher des images d’eux-mêmes, dans le plus simple appareil si cela leur chantait1.

Je ne pouvais pas décemment évacuer ces plateformes libertines et gays au seul motif qu’elles contenaient des images ou des propos pornographiques, puisqu’elles contenaient aussi des discours tout à fait personnels ! Ces plateformes me mettaient face à une contradiction vis-à-vis de la catégorie même de pornographie : je n’avais jusqu’alors pas évacué la pornographie de mon corpus pour le fait de son caractère sexuel (sexe explicite vs. sexe neutralisé ou implicite) mais parce que je jugeais que les actrices/animatrices rémunérées n’était pas impliquées personnellement et authentiquement (pro vs. am, fiction vs. authenticité). N’arrivant pas à résoudre ce conflit définitionnel, j’ai choisi de conserver l’ensemble de ces sites comme un point se jouant de mes propres catégories d’interprétation mais un point pour autant tout à fait central sur le terrain en ce qu’il identifie un enjeu essentiel des pratiques des internautes autour de l’appréhension des images, de leurs usages et de leurs significations. Au fur et à mesure du développement du web 2.0, j’ai intégré des éléments de plus en plus ouvertement et uniquement centrés sur la pornographie, comprenant que j’avais durant un moment manqué de discernement quant à la définition de mon objet d’étude je ne travaillais ni tout à fait sur des types de contenus, ni tout à fait sur des types de sites web ; restait à éclaircir la définition de ce nouvel objet.

Je ne suis pas le seul à m’être confronté à ces enjeux, et c’est l’objet de ce post que de présenter une variété de réponses faites par d’autres chercheur.e.s aux questions de sexualité et de pornographie dans la conception et la définition d’objets d’études tournant autour des sociabilités numériques « intimes ». Il s’agit ici de montrer comment les projets et les conditions de recherches peuvent orienter (#LœufOuLaPoule) les choix de définition des terrains comme des objets à étudier. Les études que je vais présenter, et la définition que chacune d’entre elles offre de son objet, constituent les travaux les plus proches de mes propres recherches. Poser la question de la rencontre en ligne c’est poser la question de la production de relations directes (sans « entremetteuses ») entre les internautes (mais pas tout à fait sans intermédiaires, n’oublions quand même pas les dispositifs techniques). C’est aussi poser la question des relations entre médiation et médiatisation de la sexualité, interroger comment les cultures médiatiques, sentimentales/romantiques et sexuelles se construisent et se combinent.

Continuer la lecture de Qu’est-ce qu’un site de rencontre ?

  1. Notons bien que sites de rencontre généralistes et sites libertins ou gays requièrent tous la majorité légale pour activer un abonnement et les seconds ajoutent un avertissement pour contenus pornographiques à chaque connexion []

Pornographie, appareillage numérique et Internet : vers une culture sexuelle augmentée ?

Voici le transcript d’une présentation que j’avais faite en 2011 au colloque Travail et création artistique en régime numérique, colloque durant lequel j’avais eu le plaisir d’être invité à venir blogguer (un peu, une fois l’an 😉 ) sur culturevisuelle.org. J’ai retrouvé ce texte ce weekend, à l’occasion de la diffusion de l’émission Place de la Toile #pdlt  de Xavier Delaporte & Thibault Henneton portant sur la pornographie en ligne et principalement les usages liés au « tubes », ces plateformes de partage de vidéos pornographiques construites techniquement sur le modèle de youtube.com. L’émission peut être ré-écoutée sur le site de franceculture ou bien podcastée sur le flux RSS. Judy Minx, Stephen des Aulnois, Ghislain Faribeau, et Florian Voros y sont tous quatre intervenus autour des enjeux de transformation de l’esthétique, de l’indexation, du partage, de l’économie et des pratiques sexuelles liées à la pornographie contemporaine. L’émission avait quelque chose de très familier pour moi à cause des questions et des réflexions qu’elle soulevait, aussi je suis retourné lire cette communication qui portait sur un sujet tout à fait similaire quoi qu’un peu plus large, et dont j’avais un peu oublié la teneur depuis le temps.

Après avoir mesuré l’ampleur du désastre archivistique que constitue ma d..pbox, et re-lu la dite communication, ralé sur les erreurs, les choses passées sous silence pour tenir dans le temps imparti de présentation (que j’avais particulièrement explosé à l’époque…), et les approximations dues à mon jeune âge d’alors ( pour le coup, je ne dissimulerai reviendrai pas sur la qualification du système des tags par un simple « lexical », qualification qui me semble tellement… naïve, aujourd’hui), je me suis dit, qu’à titre historique, il était surement intéressant de la publier ici. En effet, avec ses tares et son enthousiasme, cette communication trace des grandes lignes qui me semblent toujours d’actualité, et peuvent même paraître assez banale aux yeux de certains, mais ne sont peut-être pas si évidentes à cerner pour tout le monde. D’abord parce que les usages de la pornographie en ligne ont beau avoir gagné l’ensemble des générations d’utilisateurs, les tubes ne sont pas toujours connus de tout-e-s, ensuite parce que la pornographie est souvent un sujet mis à part dans les études des medias, alors qu’elle en accueille bien souvent les paradigmes et les formes les plus saillantes.

***

Qu’est-ce que la pornographie ? Vaste question, s’il en est. La définition commune veut qu’elle soit le plus souvent une série d’images photographiques ou vidéos, aux contenus sexuellement explicites. Si l’on demande où se trouve la pornographie, on peut aussi se dire qu’elle se situe dans des cinémas spécialisés, dans des vidéo-clubs ou des sex-shops, vendue sur des supports VHS ou DVD. Si l’on creuse encore un peu, on sait aussi que la pornographie ne serait rien sans les « stars du X » (la réputation de rocco siffredi ou de la cicciolina dépasse largement le groupe des consommateurs de pornographie). On sait aussi que la pornographie est le plus souvent le support d’une activité solitaire, activité masturbatoire, le plus souvent, donc toujours regressive et anti-sociale.

Évidemment, cette première définition ne prend pas en compte l’avènement récent des technologies du numérique, mais cet oubli n’est pas gratuit : la définition que je viens de donner est à peu près celle avec laquelle la majorité des individus ont construit leur propre culture sexuelle et sentimentale, avec où sans consommation de pornographie, mais avec la connaissance de son existence. J’ai 34 ans, et ma génération est la dernière a avoir construit sa culture sexuelle et sentimentale avant même de découvrir le web et la pornographie en ligne, c’est-à-dire qu’elle s’est construite en référence à cette vieille définition. Les générations suivantes ont à faire à une autre manière d’élaborer leurs cultures sexuelles et sentimentales, d’abord parce qu’elles y travaillent avec l’aide du web et des technologies numériques, c’est l’une de leur ressources pour résoudre des problèmes, donc avec des systèmes de documentation et de médiation que nous n’avions pas à disposition, et ensuite parce que ces outils numériques ont absorbé la pornographie et l’ont transformée.

En effet, la pornographie a évolué au contact du numérique autant au niveau des représentations qui la nourrissent qu’au niveau des appareils mêmes de sa production, que des usages qui sont fait des images, et que des discours qui l’accompagnent. Le web est un dispositif qui combine des formes techniques et médiatiques qui lui sont antérieures, les absorbe en engageant leur numérisation puis leur diffusion en ligne. Il les combine mais aussi les recompose chacune, leur ajoutant de nouvelles propriétés ou au contraire les privant de certains de leurs éléments caractéristiques. Si l’on a pu définir un temps la pornographie comme une forme mass-médiatique diffusant des représentations explicites de la sexualité, notamment lorsqu’on la critiquait, cette définition est liée essentiellement au développement dans les quarante dernières années de la presse et du cinéma porno et dépendait jusqu’à aujourd’hui des configurations techniques respectives qu’André Gunthert a qualifiée « d’outils en lecture seule » de ces deux dispositifs de diffusion. Je vais présenter ici les formes nouvelles qui ont pu en émerger, en trois tableaux  :

  • esthétique, en décrivant les nouveaux types d’images pornographiques produits principalement par l’utilisation des webcams
  • organisationnel, en considérant ce que l’activité ou le travail pornographique à l’ère du web interrogent les catégories de professionnel, d’amateur et de consommateurs
  • lexical, en évoquant l’impact de l’indexation par mots-clés/tags sur les plate-formes de partage de vidéos sur la formation des cultures sexuelles contemporaines.

Ces tableaux, ne sont pas exhaustifs, mais il permettent d’ouvrir le champs de vision pour dresser un panorama des dynamiques qui animent la pornographie contemporaine.

Continuer la lecture de Pornographie, appareillage numérique et Internet : vers une culture sexuelle augmentée ?

« L’échange de sextos chez les adolescents et son impact sur le secteur des technologies » par d.boyd (trad.)

Résumé

Lors de cette conférence, danah boyd présente les enjeux technologiques, moraux et culturels liés à la pratique du sexting (« sex » + « texto »), c’est-à-dire à l’usage sexuel des technologies numériques d’enregistrement et de communication, les appareils photo numériques et les téléphones mobiles en premier lieu. De façon générale, les objets techniques génèrent des pratiques qui se déplacent et se transforment suivant les contextes politiques et domestiques mais aussi, simplement, au contact d’autres objets techniques amenant alors à revoir certaines pratiques jusque là bien établies.

Ici, c’est la photographie qui est remise en jeu en tant que pratique, alors qu’elle n’a pas fait l’objet de débats ni de conflits pendant des décennies. Depuis le début des années 2000, elle pose problème parce qu’il est devenu possible de faire circuler  sur internet ou sur les téléphones mobiles des photographies habituellement réservées à des usages privés (au sein du couple, etc.) ou bien destinées à  être oubliées au fond d’un tiroir. Cette visibilité soudaine de certaines images a enclenché une suite de réactions juridiques, techniques et sociales relativement violentes, allant jusqu’au fichage d’adolescents comme délinquants sexuels, ceux-ci ayant été jugés coupables de production, détention et diffusion de « pornographie infantile d’eux-mêmes ».

Dans sa conférence, d. boyd évoque essentiellement le scénario de panique morale tel qu’il s’est déroulé en Australie puis aux USA. Si les pays animés par cette réponse démesurée aux pratiques de sexting semblent offrir un terreau culturel bien différent du contexte français, il n’en reste pas moins que la législation française fonctionne avec le même vide juridique que les premiers : une interdiction aux mineurs de moins de 18 ans de manipuler ou produire de la pornographie alors que la majorité sexuelle est, elle, fixée à 16 ans. Si pour le moment, il n’existe pas de cas instruits par la justice française concernant des affaires de sexting, il n’est  pas inutile pour autant de réfléchir à la question.

Durant cette conférence, d. boyd s’adresse au secteur industriel, aux entrepreneurs spécialisés dans les technologies, parce que : 1/ ce secteur a un rôle à jouer dans la résolution de ce genre de problème puisqu’il en est l’un des vecteurs, et 2/ ce rôle ne relève pas des réponses qu’il a l’habitude de fournir, c’est-à-dire des réponses techniques et informatiques. L’ethnographe pose les éléments d’un programme sans pour autant être en mesure, de son propre aveu, de fournir une solution directement réalisable. Elle pose donc plutôt un programme de recherche et d’innovation, visant à penser à la fois les pratiques dans le contexte des sociabilités adolescentes et la manière dont une collaboration de l’ensemble du secteur technologique et des autorités pourrait permettre de dissocier et de mieux traiter d’une part les pratiques liées au sexting et d’autre part celles liées à la pornographie infantile.

bonne lecture.

fp.

Continuer la lecture de « L’échange de sextos chez les adolescents et son impact sur le secteur des technologies » par d.boyd (trad.)

pornographic affects @ crossroads 2012

Xroads logo

La semaine prochaine débutera le Crossroads 2012, le colloque international des cultural studies. Il se tiendra à Paris, entre l’UNESCO, la Sorbonne et Paris 3 – Censier. Un nombre très important de participants (1300 intervenants dans mon souvenir) vont se relayer entre des plénières, des « spotlights-sessions » et surtout durant des sessions thématiques (plus de 30 sessions en parallèle certains jours : non, personne ne pourra tout voir !), ce qui donne un programme pour le moins gigantesque[pdf]. Un certain nombre de ces sessions auront pour thèmes les visual studies et/ou les politiques des affects, et l’on dénombre parmi des centaines de thèmes différents, trois panels (dont un à la même heure) portant sur la question de la pornographie, de ses usages, et des méthodes pour l’étudier.

Je me fais une joie de présenter ici le panel auquel je vais pour ma part participer (cf. les résumés en fin de post). Il a été concocté  par Florian Vörös, qui lui a attribué le joli titre de Pornographic Affects. Nous aurons le plaisir de voir nos interventions discutées par S. Paasonen, enseignante finlandaise et auteur du fameux Carnal Resonance, une étude féministe centrée sur l’analyse d’un corpus de spams pornographiques.

Nos trois interventions auront lieu à Censier – Sorbonne Nouvelle – paris 3, le mardi 3 juillet à 14h30 (pile). Elle porteront elles aussi sur des terrains liés aux usages du porno en ligne, aux représentations de la sexualité auxquelles celui-ci peut participer, et aux cultures affectives qui s’en dégagent. En voici les résumés :

Pornographic affects

Session abstract
From their beginnings (Dyer, 1985; Williams, 1989, 1991, 1994) to their most recent developments (Paasonen, 2011) one of the central concerns of porn studies have been the bodily feelings and sensations at work in porn spectatorship, the way they have been framed by previous intellectual traditions (moralist legal definitions, behaviorist psychology, anti-pornography feminism), and the way they can be reframed and reconsidered from renewed, located and embodied critical perspectives. Following this path, this session examines the affects at work in bodily practices such as marketing, sharing, posting, commenting, watching, listening and reading contemporary pornographies. The session will focus on pornography produced for, disseminated over, and consumed via the Internet.
References:
Richard Dyer, « Male Gay Porn : Coming To Terms », Jump Cut, no. 30, 1985
Linda Williams, Hard Core. Power, Pleasure and the « Frenzy of the Visible », University of California Press, 1989
Linda Williams, « Film Bodies: Gender, Genre, and Excess », Film Quarterly 44, no. 4, 1991
Linda Williams, « Corporealized Observers: Visual Pornography and the ‘Carnal Density of Vision’ », in P. Petro (ed.), Fugitive Images: From Photography to Video, Indiana University Press, 1994
Susanna Paasonen, Carnal Resonance. Affect and Online Pornography, MIT Press, 2011

Porning Intimacy: Homemade Pornography on SellYourSexTape
Kristina Pia Hofer

Amateur pornographies on the internet are all about distinction: to grab the attention of potential viewers, they must offer something new, unusual, or scandalizing. This paper discusses US-based member paysite SellYourSexTape as a case study, and explores how the site stages amateur clips as pornographic home movies to distinguish itself as ‘really’ amateur in the attention economy of the internet. Though both pornography and the home movie are functional genres that aim at evoking specific affects and emotions in their viewers, these affects and emotions seem to not quite match. Home movies have been described as educing a feeling of emotional intimacy, the bliss of long-term attachments, and familial togetherness – themes that are virtually absent from many ‘mainstream’ pornographies. Conversely, pornography depicts sexual acts in maximum visibility and minute detail in order to arouse its audiences, while in most home movies the display of sex and sexualities (let alone as maximally visible performances) are taboo. Clips on SellYourSexTape, however, make this seemingly unbridgeable gap with its contradictory affective register tellingly productive. This paper argues that SYST clips are porning intimacy to grab the attention of its users. Playing on structural  similarities and differences between pornography and the home movie, they offer the homemade display of domestic intimacy as something pornographic, and thus potentially arousing.

The frenzy of « raw » sex. The everyday life reception of condomless pornographies.
Florian Voros

Working from the ethnographic materials of a current investigation among Parisian gay and straight male porn audiences, this paper discusses the receptions of “raw” and “juicy” pornographic subgenres, from the classic condomless straight “meat shot”, to the more recent gay “barebacking” and straight “cream pie”. Although they relate to different sexual cultures, with contrasting experiences of HIV risk, these subgenres have in common their audio, visual and textual eroticized focus on bodily fluids and mucous membranes. The supposed “impact” of “exposure” to these representations on prophylactic behaviors has become an intensely discussed public health issue over the last decade in France. Working from the critical tools of queer studies (Tim Dean, Sharif Mowlabocus) and media reception studies, this paper proposes a move from behaviorist “effect” paradigms towards an ethnographic analysis of the everyday-life routines through which these controversial representations are affectively and ethically “domesticated” (Jane Juffer) by their audiences.

Politics of access, politics of affects and production of knowledge. Reflections from an ethnographic fieldwork on online intimacy cultures
Fred Pailler

How does an ethnographer produce her/his data when investigating websites such as chat rooms, dating sites, first person sexual stories and user generated porn platforms? To collect these documents, he (if s/he’s a man) must sign up and fill in profiles, as any other web user. The personal information registered on these websites serves the purpose of describing himself and, often, of qualifying the contents he wants to see showing up on his screen, as well as those he does not want to. The ethnographer can only understand the suggestion logics of these websites at the condition of going beyond his own identifications, creating and using fake profiles. What he declares about himself and experiments in the reflexive game of falsification, allows him to draw the map of access authorizations and to understand the online circulations and frontiers of intimacy. This methodology confronts the ethnographer to a normative apparatus which combines discourses on technology and sexuality. This apparatus affects his own intimacy and – main consequence – affects the way he accounts for intimacy cultures on the web. This paper discusses the ways in which the production of ethnographic knowledge on online sexual communication is entangled in both politics of access and politics of affects.

S1E5 : neutralisation sexuelle des documents vs. neutralité de l’internet

[Si vous avez manqué les épisodes précédents : Après avoir pris le temps de montrer que non seulement la proposition de filtrer les sites web ne pouvait en aucun cas avoir un impact salvateur sur les soit-disant effets de la pornographie, mais que la proposition de loi contre la pornographie était peut-être plus un problème de politique de l’internet plutôt que de santé publique ou de morale, il s’agit pour finir de faire une hypothèse un peu plus large : la neutralisation sexuelle d’un dispositif médiatique se trouve aujourd’hui en conflit avec la notion même de neutralité du web, neutralité qui fait l’objet de choix politiques dans tous les cas, choix politiques le plus souvent effectués en toute « ignorance de cause ».]

++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

Non-sexuel ou sexe implicite ? l’absence de pornographie ne signifie pas l’absence de sexualité

Il devient envisageable de s’interroger sur ce que signifie une absence de pornographie selon Vanneste, c’est-à-dire sur ce dont il veut s’assurer en faisant voter cette loi : le projet consiste à libérer/priver a priori certains espaces médiatiques de contenus liés à la sexualité, ces contenus n’étant pas définis concrètement. Un problème se pose : Vanneste et ses collègues ne déterminent pas non plus la nature de ce qui devrait remplacer les contenus pornographiques. Il s’agit toujours d’évoquer une suppression, comme si cette suppresssion pouvait instaurer une nouvelle ère médiatique, définitivement.  C’est à cet endroit que la définition « homogène » de la pornographie (que nous avons évoquée dans l’épisode 2 parce qu’elle était utilisée comme épouvantail par Vanneste et ses collègues), c’est à dire le contournement d’une définition en bonne et due forme et l’incapacité à définir des contenus nuémriques en propre devient capital : s’il existe une seule pornographie, identifiable en tant que telle, et non pas une multitude de pornographies répondant à une définition peut-être commune pour des raisons différentes (un halo ou un patchwork de pornographies), alors il existe une « anti-pornographie » comme il existerait de l’anti-matière. Or, à quoi les images de sexe explicites vont-elles, une fois supprimées/filtrées, laisser la place ? À des expressions essentiellement non-sexuelles ? Ou bien  à des expressions sexuellement implicites ? Au contraire de cette définition homogène, une définition pragmatique de la pornographie, si elle n’est pas franche et monolithique, et il est bien possible qu’elle ne le soit pas, ne peut laisser que supposer que le web « non-pornographique » ne le sera, lui non plus, jamais tout à fait.

À titre indicatif, imaginons un instant à quoi ressemblerait cette technologie sexuellement neutralisée ? A une technologie livrant des représentations (textuelles ou imagées) absolument non sexuelles, c’est-à-dire ne sollicitant aucune des pulsions potentiellement « dangereuses » (merci aux commentateurs de l’épisode précédent T Deshedin et MA Paveau 😉 ), des représentations qui serait donc non-genrées (puisque cela reste encore une condition sine qua non de la sexualisation des relations par la grande majorité des individus, aujourd’hui), des représentations qui ne feraient appel à aucun type de hiérarchie esthétique ni de  séduction visuelle, etc. Cette situation est proprement impossible à concevoir, elle demanderait de supprimer la quasi totalité de la publicité, du cinéma, etc. Bref, supprimer toute forme d’affect sexualisable, ce n’est pas de cela qu’il s’agit, donc. Il y aurait bien toujours du sexuel, c’est d’ailleurs une propriété attribuée habituellement au sexuel que de s’appliquer soit-disant partout, sauf que l’on ne serait pas en situation d’en parler, seulement d’y faire allusion peut-être, de le produire comme quelque chose qui existerait bel et bien, mais ne serait ni représentable (risque de connaissance objective) ni lié à un quelconque usage du support de représentation (risque de masturbation). le sexuel peut circuler librement en ligne, tant qu’il n’est pas explicite, et il devient intéressant de faire l’hypothèse qu’un web sexuellement neutralisé est un web à la sexualisation implicite plutôt qu’un web no-sex, l’un se faisant passer pour l’autre, mais nécessitant un cadre activement construit pour exister.

Continuer la lecture de S1E5 : neutralisation sexuelle des documents vs. neutralité de l’internet

S1E4 La pornographie en ligne n’est pas réductible aux sites pornos : indexation et censure

[Si vous avez manqué les épisodes précédents : Une proposition de loi « contre la pornographie » développe des arguments tantôt étranges tantôt éculés. Il s’agit d’y retrouver une logique, en pistant les énoncés les plus solides qui s’y sont logés. En présentant la pornographie comme dangereuse sans jamais la définir intrinsèquement et en centrant les réponses possibles de l’État sur la gestion des accès aux contenus, les députés comptent régler tous les problèmes d’un coup : ils proposent d’établir une liste que les fournisseurs d’accès devraient utiliser pour filtrer ce que les internautes peuvent ou pas regarder sur leurs écrans. Voyons ce que cette liste « officielle » de sites pornos a comme arguments en sa faveur à déployer…]

+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++


Porn (x) = controverse (tech. +  sex.), rien de plus, rien de moins…

Lors du précédent épisode, je n’ai pas assez insité sur l’idée suivante : l’usage du terme « pornographie » désigne l’articulation de considérations techniques (ne serait-ce qu’une morale de la technique) et de considérations sexuelles. Sinon on parle de grivoiseries, d’obscénités, de bien d’autres choses encore, et pourquoi pas, même, d’érotisme ;-). Ceci ne signifie en rien qu’un discours tenu sur la pornographie fera explicitement et systématiquement mention des deux types de considérations, bien au contraire, puisqu’ il n’est souvent centré que sur l’une des deux seulement. Toutefois, on trouvera toujours une remarque, un détail, qui fera plus silencieusement référence au second type de considération, celui qui reste tapi dans l’implicite du discours : le plus souvent, le drame sexuel est mis en avant, ou bien l’extase pornographique, et entre les lignes il devient possible d’y lire un rapport au livre, à l’image, à l’écran, etc. D’où l’équation en guise de titre pour ces premiers paragraphes. C’est une hypothèse foucaldienne et cela implique de considérer comme possible le fait que morale sexuelle et conceptions techniques n’évoluent pas d’un commun mouvement. Chez Foucault, les mots et les choses, pour reprendre ce titre humoristique, ont une grande autonomie, même s’ils entretiennent des rapports puissants.

Pour cerner son point de vue, il est utile de revenir aux histoires croisées entre « mots » et « choses », croisées donc mais rarement coïncidentes : les criminels, par exemple, passent de l’échafaud à la prison, mais où la prison est une architecture qui provient d’un ensemble de savoirs-pouvoirs issus du traitement de la folie (l’hopital général et l’isolement du reste de la ville) et non d’un savoir concernant la pénalisation des crimes. Deleuze, dans son livre sur Foucault, énonce clairement cette diffraction entre le discursif et le non-discursif (ce qui génère la lumière et les mouvements) qui sont tous les deux des manières de stratifier les savoirs, et rappelle au passage qu’il existe en plus un rapport discursif au non-discursif qui peut n’avoir rien à faire avec le discursif lui-même (dans le cas de la pornographie, les énoncés sur la sexualité contenus dans les films, ne sont pas les mêmes que ceux qui sont faits sur l’activité de consommation de pornographie comme forme de sexualité, etc. Ou bien ne le sont qu’à de très rares moments). Depuis le XVIIIème siècle, on peut constater une évolution importante de la pornographie, notamment des acteurs qui s’y impliquent (des écrivains et des penseurs légitimes du XVIIIème siècle, aux actrices X inconnues des productions de la vallée de San Fernando en Californie), mais à chaque époque, les discours reproduisent la même dynamique en ce qu’ils portent sur la sexualité et sont liés à des modes de publications et d’usages de certains objets : le livre, les salons littéraires, la photographie, évidemment, le cinéma et les réponses spécifiques (c’est la loi de finance de 75 qui instaure la catégorie X, pas une loi pénale !), etc. En somme, il faudrait refaire toute une histoire de la pornographie en montrant comment les deux ensembles, que j’appelle trop rapidement sûrement « cultures sexuelles » et « dispositifs techniques », évoluant de façon autonome, sont régulièrement réarticulés et re-problématisés par l’usage persistent du terme « pornographie »1. Pourquoi ce retour sur la définition de la pornographie dans une perspective foucaldienne ? D’abord parce que nous devions poser les enjeux de chaque discours sexuel et technique auparavant, afin de dégager notre propre positionnement, mais aussi parce qu’il n’est pas simple forcément de concevoir l’imbrication ou la dispersion des différents discours sur le sexuel : ceux représentés par les films et ceux impliquant le visionnage des films, ceux que le lecteur se représente avant la lecture et ceux qu’il découvre par la lecture/consultation, etc.

Lorsque les députés se concentrent sur la consultation de pornographie par des mineurs, enfants ou adolescents, ils ne rappellent pas cette double problématique du sexuel et du technique et engagent leur discours de légitimation de leur proposition de loi par le versant moral et sexuel, sans toutefois dissimuler le fait qu’il s’agit de réguler les accès au sein d’un dispositif technique spécifique, l’internet. Ils vérifient notre définiton du discours sur la pornographie sans le valider explicitement. La question de la pornographie y est présentée comme le fait d’une sexualisation trop précoce du visionnage en ligne, sexualisation traumatisante selon les députés. Si nous avons vu comment les arguments n’étaient pas fondés rationnellement mais selon une logique affective ET « affectiviste », il n’en reste pas moins que les députés proposent une solution au problème : lister les contenus à prohiber, fournir la liste aux FAI afin qu’ils appliquent la censure requise.  La dimension technique est remisée à l’écart du danger, simplement parce qu’elle doit constituer la solution. Pour légitimer ce type de méthode, il faut cependant vérifier qu’il n’existe pas des « lieux » pour ne pas dire des « sites » qui produiraient du contenu sexuel sans que celui-ci ne soit annoncé, indexé en fait, comme pornographique. Il faut aussi veiller à repérer ce qui ne serait pas explicitement sexuel et serait pour autant associé aux index « porn/porno/Etc. » (si c’est le sexe explicite dont il faut protéger les personnes sensibles, alors rien ne les empêcherait de consulter les sites de Hentaï japonais, as dans la dissimulation outrageusement visible de ce qui serait obscène si explicitement figuré).  Cela revient à interroger simplement le fait que ce que désire combattre la proposition de loi n’existe peut-être tout simplement pas, ou, au moins, n’existe pas du tout dans les marges qu’elle a tant de mal à définir.  Il est à craindre qu’une portion non négligeable de la pornographie contemporaine n’ait pas été considérée par les députés, ni dans ses contenus, ni dans ses modalités de diffusion et d’utilisation.

Continuer la lecture de S1E4 La pornographie en ligne n’est pas réductible aux sites pornos : indexation et censure

  1. La catégorie juridique américaine d’obscénité, comme contre-exemple, (je renvois une fois de plus au texte de gayle Rubin) peut croiser la notion de pornographie mais est bien plus vaste dans la mesure où elle n’implique aucune dimension spécifiquement technique. Dans ce contexte, les grands procès américains des années 70/80 ont bien tenté de considérer la pornographie avant tout comme un rapport de pouvoir et d’aliénation (en accusant les réalisateurs et les producteurs de prostitution et d’obscénité), mais cette tactique qui a couté très cher au Gouvernement et au FBi a totalement échoué, simplement parce qu’elle niait l’activité même du cinéma : produire des images, des fictions visuelles, etc., et donc la possibilité de construire une défense structurée autour du discours explicite de la médiation technique []

S1E3 les accès, le dispositif, les compétences : la technologie selon Vanneste

[Si vous avez manqué les épisodes précédents : Une proposition de loi « contre la pornographie » développe des arguments tantôt étranges tantôt éculés. Il s’agit d’y retrouver une logique, en pistant les énoncés les plus solides qui s’y sont logés. La définition des contenus pornographiques par exemple y est proscrite, car elle empêcherait de rendre terrifiants les effets mêmes de cette pornographie. Les accès aux  contenus pornographiques, qui sont devenus l’objet de toute l’attention des députés, nous mènent aujourd’hui à interroger la définition qu’ils donnent du dispositif technique]

++++++++++++++++++++++++++++++++++++++


Dimension sexuelle ET technique de la pornographie et double signification du terme « media »

On peut trouver dans  l’article de Gayle Rubin sur les discours anti-pornographie américains des années 80 (version GB-pdf  ici), un problème qui ne se pose d’abord qu’au traducteur : comment traduire l’emploi que Rubin a du terme « media » ? En effet, « si ce terme désigne souvent, en anglais comme en français, les moyens qui servent à la circulation d’informations (télévision, radio, presse écrite), il a le plus souvent dans ce texte le sens plus précis de « support de communication », voire de « type de production culturelle par lequel est diffusé un message écrit, visuel, audio-visuel, etc. » (la pornographie étant alors l’un des nombreux médias disponibles). »1, nous indique le traducteur de l’article en français. La pornographie est particulièrement sujette à ce genre de fusion entre contenus/dimension culturelle et dispositif/matérialité technique, et ce n’est pas le problème du seul traducteur entre l’anglais et le français.

La question est bien plus vaste, ce qui dans un sens est plutôt sain, puisque le dispositif est tout autant » culturel » que les contenus, le fait de s’en prendre aux « images » pornographiques étant tout à fait différent aujourd’hui de l’attaque de la littérature pornographique au XVIIIème siècle par exemple. Cette fusion permet toutefois de faire de nombreux raccourcis ou encore que les arguments déployés pour ou contre la pornographie finissent par user d’une construction complètement tautologique. G. Rubin ne tombe pas dans ce genre d’écueil, puisqu’elle relève justement les formules tautologiques des deux célèbres pseudo-féministes anti-porno MacKinnon et Dworkin. En revanche, elle fait glisser tout au long de son article la signification technique de « media » vers celle unique de « produit culturel » là-même où la fusion/confusion possible entre les deux structure les discours sur la pornographie. Rubin pourrait avoir pris le temps d’abord de discuter de documentation, de dispositif de lecture ou de visionnage, etc., discuter de technique, tant pis.

Dispositif technique indéfini et accès à la pornographie

Discuter du dispositif technique ? Certes, mais duquel ? En effet, si la proposition de loi de Vanneste ne s’engage jamais sur la voie d’une définition/discussion des contenus de la pornographie contre laquelle elle prétend s’ériger, elle ne s’engage pas plus dans la définition d’un dispositif technique ou d’une pratique particulière de ce dispositif autour desquels il faudrait précisément légiférer. Au contraire, les députés ont trouvé le moyen de régler le problème à la racine et de ne pas entrer dans less détails, en axant leurs décision sur la gestion des accès à la pornographie. L’épouvantail de la pornographie permet de constituer petit à petit un discours sur le dispositif technique comme arme du crime sans jamais l’accuser directement ; c’est donc une définition par défaut, comme pour la pornographie elle-même, qu’il faut chercher à lire dans ce texte.

La proposition de loi est claire sur un point, dès sa première ligne : elle traite des accès. Ensuite elle devient plus vague,  en surfant sur cette double dimension de la pornographie comme production culturelle et comme usage d’un dispositif technique. À proprement parler, elle construit son argumentaire tantôt  sur la question des accès (donc des index et des moteurs de recherches essentiellement, mais aussi des accès involontaires, en commençant par les pop-ups sauvages), sur la question du visionnage et de la consultation/consommation (comme relation sémiotique spécifique), sur l’existence seule des images et leur pouvoir intrinsèque (n’oublions pas que la proposition de loi affirme de but en blanc que « les images pornographiques provoquent la sécrétion de plusieurs hormones. » [SIC !]), enfin comme un enjeu de pouvoir entre enfants/ados, parents et État dans la définition de ce qui est visible ou pas. En somme, les objets techniques, aussi nombreux soient-ils permettent à chaque fois d’instaurer la même réthorique : l’objet technique permet qu’il se passe ceci ou cela, l’évènement en question étant indésirable a priori (voir une image, obtenir une réponse, etc.), l’accès global à la pornographie doit donc être régulé/censuré.

Continuer la lecture de S1E3 les accès, le dispositif, les compétences : la technologie selon Vanneste

  1. Rubin G. Surveiller et Jouir, PAris, EPEL 2011, p. 276 []

S1E2 Pour taire ce que l’on ne saurait voir…

[Si vous avez manqué les épisodes précédents : Au sujet d’une proposition de loi « contre la pornographie », un commentaire a été engagé sur les différentes options qui se présentent au député pour définir l’objet contre lequel il désire tant légiférer. Celui-ci préfère ne pas faire trop de cas des contenus de la pornographie et se pencher sur les manières d’y accéder, arguant que ses effets pervers seraient globalement atténués si leur accessibilité était régulée/empêchée.]

+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++


Cet épisode va être consacré à une lecture plus minutieuse de la définition que Vanneste donne de la pornographie. On pourrait aisément considérer qu’il compte de toute façon se concentrer sur la gestion des accès, et qu’il n’est pas intéressant d’aller plus avant dans la compréhension qu’il a de la pornographie. Il n’en reste pas moins qu’en éludant les contenus, la définition qu’il en donne lui permet de préparer en creux le terrain pour les représentations du dispositif qu’il va solliciter dans son discours et que, sur ce point, la façon dont il procède est assez signifiante.

La proposition de loi consiste à produire en filigrane une théorie des effets, à construire la pornographie en lui attribuant la capacité d’affecter ceux qui la consultent et à ne la considérer légalement que depuis cette seule qualité. C’est-à-dire que des représentations explicites de la sexualité ont, selon C. Vanneste, un impact, une efficacité, et ne peuvent laisser insensible celui ou celle qui les consulte, au point que son identité et/ou ses comportements en seront définitivement transformés. On pourrait croire que, vu sous cet angle, il s’agisse de prendre parti pour une « bonne pornographie » contre une « mauvaise ». Cependant, c’est une autre alternative que choisissent les députés en promulgant une absence totale de pornographie plutôt que le choix entre toutes les pornographies possibles. L’absence totale de pornographie en ligne, la création d’un web sécure et non-sexuel, par la  rhétorique des effets pervers, n’est concevable qu’à la mesure où l’on attribue deux caractéristiques essentielles à la pornographie : une homogénéité indépassable et l’impossibilité qu’elle puisse être problématisée ou intrinsèquement problématique. Unifiée et inconséquente à l’échelle des discours, elle n’en devient que plus logiquement sexuelle dans l’esprit des législateurs.

« LA » pornographie, ou l’impact d’un seul pronom sur l’ensemble d’un débat

La pornographie pose visiblement problème dans son ensemble parce qu’elle affecte trop puissamment. Si le titre de la proposition de loi constitue en manifeste cette considération pour une pornographie homogène, le corps du texte ne revient pas un instant sur cette idée et la perpétue ainsi comme une évidence. Si l’on prenait à l’inverse le problème et qu’on le posait image par image, on devrait alors déterminer une liste d’effets propres à chacune des images et l’on verrait peut-être la nature de ces effets varier et se disperser amplement. Mais « LA » pornographie est unifiée et homogène parce qu’elle doit avoir pour le rédacteur de la proposition de loi, dans une pure tautologie, un seul et même effet : la corruption des corps et des esprits.

C’est un procédé rhétorique simple : la force que l’on veut donner aux fameux « effets » n’est issue que de la seule homogénéité de ce qui les provoque. Il suffit donc, durant la rédaction, de maintenir cette homogénéité pour ne jamais faire faiblir la description des effets. Les députés travaillent à développer une théorie des effets centrée uniquement sur la réception d’une pornographie dont chaque image produit exactement le même impact et fonctionne de concert avec les autres images. Cette conception revient pratiquemment à nier le fait que des goûts et des pratiques diversifiés puissent exister, goûts et pratiques qui sont par ailleurs violemment décriées par les mêmes députés, donc reconnues sinon tolérées.

Le député Vanneste affirme ce genre d’idées régulièrement, son audience médiatique ne tenant d’ailleurs qu’à ce seul type de déclarations. Mais à quoi bon présenter la pornographie comme homogène, précisément, lorsque, par ailleurs, il s’acharne à revendiquer des distinctions radicales entre identités et/ou pratiques sexuelles, par exemple, et pourrait tout aussi bien s’engager à défendre une hiérarchie des contenus de la pornographie, comme il promet une hiérarchie des comportements et des désirs sexuels en promouvant une politique hétéro-normative et condamnant toutes les autres ? la seule raison pour laquelle les contenus pornogaphiques peuvent être regroupés sous une seule et même bannière reste le fait qu’ils peuvent être qualifiés de sexuels.

Continuer la lecture de S1E2 Pour taire ce que l’on ne saurait voir…