Archives par mot-clé : plateformes

twitter et les usages affectifs des hashtags

je n’ai jamais communiqué sur ce blog à propos de la sortie des articles que j’ai écrits en compagnie de Maxime Cervulle à propos de  la plateforme Twitter et des deux hashtags #manifpourtous et #mariagepourtous en 2014 et 2015. Comme les articles, au nombre de deux pour le moment, constituent en fait la partie terrain et la partie plus théorique d’un même travail, mais que le premier est bien plus souvent lu et cité que le second, peut-être moins accessible puisque dans des actes publiés à un très petit nombre d’exemplaires, ce post vise à  faciliter leur référencement commun. Il pourra d’ailleurs, je l’espère, être actualisé dans un avenir pas trop lointain, afin d’y ajouter un ou deux autres textes tirés de la même étude, textes co-écrits avec des auteur.e.s supplémentaires.

Le premier papier présente l’étude que l’on a faite à partir d’un corpus de tweets collectés en 2013 durant le débat à l’assemblée nationale sur le mariage pour les personnes de même sexe. Il est publié sur le site de la rfsic et sa référence est la suivante :

 Maxime Cervulle et Fred Pailler, « #mariagepourtous : Twitter et la politique affective des hashtags », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 4 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 19 décembre 2016. URL : http://rfsic.revues.org/717 ; DOI : 10.4000/rfsic.717

Résumé : Au cours des années 2012 et 2013, le projet de réforme du Code civil français visant l’ouverture du mariage aux couples de personnes de même sexe a fait l’objet d’une importante controverse et a rencontré une forte opposition, notamment représentée par La Manif pour tous. Le mouvement d’opposition s’est en particulier appuyé sur une formation discursive défendant une conception rigide de la « différence des sexes » par la revendication d’un modèle familial strictement nucléaire et d’une division sexuée des rôles sociaux. À partir de l’étude des traces d’usages sur Twitter, cet article vise à interroger les processus de médiatisation de cette controverse tels qu’ils se sont manifestés au sein de ce réseau social numérique. Sur la base d’un corpus de tweets collectés durant le printemps 2013, nous proposons une réflexion à la fois méthodologique et théorique sur les enjeux et modalités du déploiement des discours relatifs à la controverse au sein de cette plateforme de sociabilité numérique. En interrogeant la dimension affective de l’usage des hashtags (mots-clés choisis par les usagers pour indexer un message), nous tentons de rendre compte de l’activation en ligne de rapports de force au travers desquelles se constitue et s’exerce l’identité des acteurs collectifs de la controverse. Il s’agit de décrire la capacité de cette pratique ordinaire d’indexation à mettre en tension des discours au sein d’un champ de relations. L’article souligne ainsi combien la participation au débat public relatif au « mariage pour tous » sur Twitter n’aurait pas tant consisté en l’expression de la singularité des usagers qu’en la contribution de ces derniers à une entreprise collective de construction et d’indexation de tensions sociales dont ils étaient en situation de faire l’expérience.

Le deuxième article est paru en mars 2016 et sa référence est la suivante :

Maxime Cervulle, Fred Pailler. De la politique des identités à la politique des affects : communautés et controverses en ligne. Actes du colloque Théma’TIC 2014 – IUT R. Schuman – université de Strasbourg. 2016 [preprint –> <hal-01221327>]

résumé : Dans cet article, nous revenons sur une recherche conduite en 2013 et 2014 à partir de l’étude de traces d’usages récoltées sur la plateforme de micro-blogging Twitter, à l’occasion du débat public relatif à l’ouverture du mariage aux couples de personnes de même sexe (Cervulle et Pailler, 2014). L’étude du débat tel qu’il a pris forme sur Twitter donne à voir combien les pratiques d’indexation participent désormais du répertoire des pratiques politiques, puisqu’en effet, le recours des internautes à ces pratiques permet d’activer et d’intensifier des tensions à la fois de l’ordre du discours et de la sociabilité. Dans cet article, nous souhaitons souligner le rôle spécifique des dispositifs sociotechniques dans l’édification en ligne d’une politique en partie non-représentationnelle, qui se distingue nettement des modalités de mobilisation et d’affrontements politiques perceptibles dans l’espace public. Ne postulant ni la revendication identitaire comme moment nécessaire des actions politiques, ni les revendications d’accès et de reconnaissances comme forcément identitaires, nous montrons, à partir d’une réflexion sur l’usage affectif de l’indexation par les « hashtags » (mots-clés utilisés sur la plateforme Twitter), non pas tant une disparition du processus de représentation et de son corollaire identitaire que des usages particulièrement différenciés de la représentation suivant les contextes et les acteurs.

bonne lecture !

les usages des catégories sexuelles en ligne

le 14 décembre 2016, s’est tenu à Lille la journée d’étude « Genre, médias et numérique », organisée par le labo Geriico, et à laquelle j’ai été invité pour présenter une partie de mon travail de thèse en cours de rédaction. Les vidéos des interventions sont d’ores et déjà disponibles sur le site de l’université de lille 3, et je copie ici les notes de mon intervention notamment parce que c’est l’occasion de pouvoir enfin publier à l’écrit un travail commencé en 2011 et jusqu’ici plutôt documenté de façon audio (conférences à l’ISCC, quelques émissions de radio, etc.), si l’on met de côté le post initial qui avait fait suite à ma communication à l’AFS2011. Par ailleurs, je suis convaincu que c’est un texte qui peut aider chercheur·e·s ou étudiant·e·s à situer de façon à la fois plus explicite et plus riche leurs travaux lorsqu’il·le·s font le choix conscient de se concentrer sur un seul type de plateforme. Enfin, cette communication à Lille est le fruit d’un premier effort de synthèse à un moment ou je suis en train encore de reprendre la grille d’analyse des interfaces, aussi tout n’y est pas toujours parfaitement abouti ni impeccablement défini, mais ce sont les joies du travail scientifique en train de se faire…

Pour commencer

Je travaille sur des plateformes dont on fait un usage sexuel ou sentimental en ligne, que ce soit des plateformes de rencontre généraliste ou de niche, à visée sentimentale ou récréative, ou encore des plateformes de diffusion de vidéo pornographiques. Je ne distingue pas a priori rencontre et tubes pornographiques, car, sur le terrain, les plateformes qui m’intéressent offrent toutes la possibilité de rencontrer en échangeant des messages, ou bien de regarder, consulter (il est facile de comprendre que c’est l’activité incontournable 😉 ), quels que soient les contenus consultés.

logos_sites adopte meetic tinder mytilene grindr planetromeo cam4xhamster xtube adultfriendfinder, etc.
la classification des plateformes entre sites de rencontre et sites porno est-elle sociologiquement pertinente ?

L’argument méthodologique qui voudrait que l’on définisse en sciences sociales un objet médiatique à étudier par le fait qu’il est plus ou moins sexuel ou pus ou moins sentimental ne me semble aucunement recevable étant donné qu’il invisibiliserait ce qui anime principalement les plateformes, c’est-à-dire le fait même de positionner une offre technologique sur des critères à la fois médiatiques ET sexuels. C’est ce qui m’intéresse ici, et la façon dont je vais solliciter la notion d’orientation intimes développée par M. Bozon pour expliquer les énoncés formulés dans les interfaces des plateformes pourrait tout aussi bien être utilisée pour expliquer les prises de position méthodologiques des chercheur·e·s sur la délimitation de leurs terrains/objets.

L’inscription sur ces plateformes consiste en un travail de définition de soi, de présentation de soi et d’enregistrement de données au sein d’une base de données. Ces données qui seront soit utilisées par la plateforme elle-même pour identifier ses client.e.s, soit publiées à l’attention des autres abonné.e.s, soit transmises à des entreprises tierces (annonceurs, etc.) dans un contexte de marché biface.

L’étape de l’inscription organise un tri des personnes, parfois la constitution de groupes cohérents, suivant des catégories mises à leur disposition dans les formulaires d’inscription. Les potentiel.le.s abonné.e.s doivent pouvoir y correspondre ou tout du moins pouvoir s’en accommoder, et pouvoir s’accommoder ensuite du type d’expérience en ligne que les plateformes ont pensé devoir correspondre au choix de telle ou telle de ces catégories. Les catégories en jeu sont systématiquement issues de l’une ou l’autre de ces familles de catégories que l’on peut regrouper sous l’appellation générique de « catégories sexuelles », qui comprennent les catégories de sexe ou genre, d’orientation sexuelle et de statut relationnel.

Ce qui m’intéresse dans la compréhension des usages de ces catégories sexuelles par les plateformes, c’est moins qui elles désignent, que la façon dont parfois tout peut être réduit à la combinaison de seulement deux d’entre elles (catégories de genre h/f) ou bien au contraire d’autres fois tout va concourir à en solliciter une bien plus grande variété. C’est-à-dire que le nombre même de ces catégories sur le terrain va impliquer des logiques différentes dans leur emploi, leur combinaison et, au final, leur signification1.  Choisir entre ces deux possibilités (lexique réduit ou varié) d’utiliser les catégories sexuelles a des conséquences importantes, à la fois logiques, médiatiques et sociales.

Je vais d’abord présenter le fonctionnement des formulaires d’inscription, puis ce qu’il se passe lors de la navigation sur ces plateformes, et enfin, à l’aide de la notion d’orientations intimes, de M. Bozon, tenter de mettre ces logiques d’inscription et de navigation en perspective.

Continuer la lecture de les usages des catégories sexuelles en ligne

  1. on retrouve bien entendu cette idée chez E. Kosofsky-Sedgwick, notamment dans l’introduction à Épistémologie du Placard, cf. Kosofsky-Sedgwick Eve, 2008, Épistémologie du placard, Paris, éd. Amsterdam []

décrypter l’amendement « anti-anorexiques » n°1052 de la Loi sur la Santé Publique

3 amendements ont été votés en catimini fin mars 2015, après [EDIT : que l’un d’entre eux a] été , durant les 15 jours précédents, d’abord retiré puis réintroduit, au dernier moment,  au projet de loi de santé publique1 : le premier, l’amendement n°1053 porte sur les retouches d’images représentant des corps, un autre, l’amendement n°2310, porte sur le poids et la santé des mannequins, un troisième, l’amendement n°1052, porte sur la répression des sites créés par des personnes atteintes de troubles des conduites alimentaires (TCA). Ces trois textes ne touchent pas aux mêmes champs de l’expérience des TCA et de leur traitement, et ne doivent pas forcément être lus comme un ensemble cohérent.

En effet, les deux premiers concernent la production et la mise en circulation dans une optique de gain financier d’images produites par l’industrie de la mode et du divertissement, et ce n’est pas un problème qu’ils soient passés au vote, si tant est que des personnes compétentes en droit du travail et en politiques des médias soient consultées pour la rédaction des décrets. L’amendement n°1053 sur la retouche photo ne devrait faire souffrir personne de par son insertion dans le code pénal. L’amendement n°2310 sur l’emploi de mannequins jugé.e.s trop maigres, dans son principe, revient à faire entériner par l’État la normalisation de la maigreur/minceur qui sera affichée par les mannequins plutôt qu’à prôner une plus grande diversité des corps dans le monde de la mode et du divertissement. Mais il reste toutefois audible dès lors qu’il permet à certains acteurs (les associations, les mannequins eux-mêmes ?) d’alerter la justice sur des cas de maltraitance et de problèmes de santé au travail.

Le troisième, celui concernant les sites dits « pro-ana », pose un problème juridique, social et médical différent des deux premiers et bien plus sérieux : il concerne moins l’industrie du divertissement que la parole et les sociabilités mêmes des personnes souffrant de TCA. Or, comme le plaide l’équipe Anamia depuis des années, pour qu’un débat serein sur le « pro-ana » ait lieu, il faut avant tout que le climat autour de ces sites ne soit plus dominé, comme il l’est aujourd’hui, par des postures émotionnelles et paniques visant simplement à la disparition du « symptôme », en l’occurrence les sites eux-mêmes, plutôt qu’à la disparition des souffrances. Malgré cela, dans l’état actuel de la prise en compte des TCA dans le débat public, il est manifeste que ce n’est pas encore le cas et l’amendement n°1052 n’apaise en rien la panique désignant ces blogs comme un problème puisqu’il vise à son tour, en essayant de n’en avoir jamais l’air, à désigner les blogueuses parlant de leurs TCA comme des criminelles agissant à l’encontre d’autres blogueuses.

Je propose dans les paragraphes suivants une lecture de l’amendement n°1052, qui, de part son statut de texte annonçant une intention de légiférer, n’est pas un texte tenu à une grande rigueur rhétorique ni même logique ; il se définit lui-même comme un « exposé sommaire ». À partir des connaissances scientifiques dont nous disposons (à commencer par les résultats de l’étude financée par l’ANR et réalisée par l’équipe pluridisciplinaire Anamia), je tente de réfléchir à la fois à ce que l’amendement énonce explicitement, à ce qu’il sous-entend et/ou à ce qu’il dissimule suivant les cas, à ce qu’il ignore (volontairement ou pas), à ce qu’il génère comme possible pénal ou comme conséquences pour les personnes atteintes de TCA qui feraient usage d’internet dans le cadre de leur maladie (c’est à dire une majorité d’entre elles). Commençons par le commencement, et par les premières lignes de ce texte.

Continuer la lecture de décrypter l’amendement « anti-anorexiques » n°1052 de la Loi sur la Santé Publique

  1. puisqu’on m’en a fait la remarque : l’expression « en catimini » fait référence non pas à un secret absolu qui aurait été gardé par les députés, mais au fait que tout s’est déroulé de manière à ce que le débat public ne puisse avoir lieu sur cette question avant la discussion à l’assemblée. L’expression utilisée ici est associée étymologiquement aux menstruations dont il n’est pas question de faire mention, de par leur caractère à la fois ordinaire et sacrilège []

Qu’est-ce qu’un site de rencontre ?

Il est dit depuis la création de ce blog que je travaille sur la question des politiques des affects, et ça a souvent pris le ton d’une discussion autour de la pornographie. Il est dit, bien moins souvent par contre, que je m’intéresse à la pornographie, parce qu’au début des années 2000 je m’intéressais aux documents de présentation de soi en général, certains d’entre eux étant à caractère sexuel. En 2000, il faut se rappeler que le web 1.0 ne s’appelait que « le web » ou « la toile », c’était avant l’invention de meetic, avant le boom des réseaux sociaux, avant même les blogosphères fourmillantes ; c’était l’époque des pages persos, et si les internautes faisaient déjà beaucoup de choses qu’ils continuent à faire aujourd’hui, les choses ne se passaient quand même pas tout à fait comme elles se déroulent aujourd’hui.

/// Un objet à étudier, de travers…

Pour être honnête, pendant assez longtemps, j’ai soigneusement évacué la question de la pornographie pour me concentrer sur les « vraies » pages persos et les « vrais » profils qui présentaient des gens cherchant des rencontres, des échanges « cybersexuels »,  des discussions autour de leurs pratiques, ces présentations allant des plus communes – « je suis untel/unetelle » – aux plus intriguantes, telles celles qui affichaient des catalogues de matériel SM en guise d’unique présentation de soi. Certains des internautes créant ces pages ne semblaient d’ailleurs même pas avoir de but précis et créaient et entretenaient leurs pages persos pour le seul plaisir de se présenter et d’être présent sur le web. J’opposais ce corpus de pages perso à caractère sexuel (PPCS) à une autre frange du web grandissant, celles des sites d’animatrices sexy ou porno, croyant déceler dans les pages perso une plus grande authenticité (#grosmalin) que dans les performances des actrices/animatrices. Je travaillais sur le web amateur, sans même encore l’avoir compris, je pensais que c’était d’abord un web « perso », où la signification de « perso » glissait tout aussi aisément vers celle de « quotidien » et « contingent » que vers celle de « sexuel » et « d’intime », et semblait éloigner toutes ces significations d’un ensemble articulé autour des termes professionnel.le/pornographie-de-studios/dispositifs-payants.

frontpages de sites de rencontres sur google image #ROSE #cœur #love #hétérosexualité
frontpages de sites de rencontres sur google image #ROSE #cœur #love #hétérosexualité

Puis vint l’invention des sites de rencontre généralistes, sur le modèle de match.com (lancé en 1995) et eharmony.com (lancé en 2000), ce qui a inspiré le lancement de meetic.fr (en 2001) et consorts. Vinrent aussi, un peu plus rapidement en fait, les plateformes communautaires liées aux pratiques libertines (friendfinder.com est lancé en 1996, et deviendra plus tard le célèbre Adultfriendfinder.com) et gays ( gay.com lancé en 1997, et gaydar.co.uk en 1999). Ces plateformes offraient les mêmes services que les sites de rencontre généralistes, et, sur leurs pages d’introduction et d’inscription, elles parlaient elles aussi, régulièrement mais jamais systématiquement, de rencontres. En effet, leurs services semblaient dépasser ceux des sites de rencontre généralistes, notamment par le fait qu’elles autorisaient les internautes à afficher des images d’eux-mêmes, dans le plus simple appareil si cela leur chantait1.

Je ne pouvais pas décemment évacuer ces plateformes libertines et gays au seul motif qu’elles contenaient des images ou des propos pornographiques, puisqu’elles contenaient aussi des discours tout à fait personnels ! Ces plateformes me mettaient face à une contradiction vis-à-vis de la catégorie même de pornographie : je n’avais jusqu’alors pas évacué la pornographie de mon corpus pour le fait de son caractère sexuel (sexe explicite vs. sexe neutralisé ou implicite) mais parce que je jugeais que les actrices/animatrices rémunérées n’était pas impliquées personnellement et authentiquement (pro vs. am, fiction vs. authenticité). N’arrivant pas à résoudre ce conflit définitionnel, j’ai choisi de conserver l’ensemble de ces sites comme un point se jouant de mes propres catégories d’interprétation mais un point pour autant tout à fait central sur le terrain en ce qu’il identifie un enjeu essentiel des pratiques des internautes autour de l’appréhension des images, de leurs usages et de leurs significations. Au fur et à mesure du développement du web 2.0, j’ai intégré des éléments de plus en plus ouvertement et uniquement centrés sur la pornographie, comprenant que j’avais durant un moment manqué de discernement quant à la définition de mon objet d’étude je ne travaillais ni tout à fait sur des types de contenus, ni tout à fait sur des types de sites web ; restait à éclaircir la définition de ce nouvel objet.

Je ne suis pas le seul à m’être confronté à ces enjeux, et c’est l’objet de ce post que de présenter une variété de réponses faites par d’autres chercheur.e.s aux questions de sexualité et de pornographie dans la conception et la définition d’objets d’études tournant autour des sociabilités numériques « intimes ». Il s’agit ici de montrer comment les projets et les conditions de recherches peuvent orienter (#LœufOuLaPoule) les choix de définition des terrains comme des objets à étudier. Les études que je vais présenter, et la définition que chacune d’entre elles offre de son objet, constituent les travaux les plus proches de mes propres recherches. Poser la question de la rencontre en ligne c’est poser la question de la production de relations directes (sans « entremetteuses ») entre les internautes (mais pas tout à fait sans intermédiaires, n’oublions quand même pas les dispositifs techniques). C’est aussi poser la question des relations entre médiation et médiatisation de la sexualité, interroger comment les cultures médiatiques, sentimentales/romantiques et sexuelles se construisent et se combinent.

Continuer la lecture de Qu’est-ce qu’un site de rencontre ?

  1. Notons bien que sites de rencontre généralistes et sites libertins ou gays requièrent tous la majorité légale pour activer un abonnement et les seconds ajoutent un avertissement pour contenus pornographiques à chaque connexion []