Archives par mot-clé : panique morale

vidéos du colloque « Les médias, nouveaux éducateurs à la sexualité ? »

Je voudrais mentionner rapidement la mise en ligne des vidéos du colloque qui s’était tenu le 23 mai 2014 au Conseil Régional Rhone-Alpes : « Les médias, nouveaux éducateurs à la sexualité ? » sur la chaîne dailymotion de la Plateforme de Formateurs en Éducation à la Sexualité.

J’y était intervenu en même temps qu’une douzaine de chercheur.e.s et de professionnel.le.s de santé devant un public de professionnel.le.s de l’éducation en général, de l’éducation à l’image et de l’action sociale, tou.te.s confronté.e.s aux questions de sexualité posées par les enfants ou les adolescents avec lesquels il.le.s travaillent au quotidien.

je glisse ici, en plus de ma présentation (qui met un moment à prendre son rythme, la faute à la canicule…) les vidéos de quelques unes des autres interventions qui m’avaient particulièrement intéressé. Je passe en revanche sur les deux interventions de la journée qui m’avait effaré tellement leurs deux intervenants travaillaient ostensiblement à aligner propos sexistes et culpabilisateurs – alimentant leur fructueux business de la production de panique morale (mais en fait je pourrai refaire une série d’été, tellement les propos de ces personnes frisaient l’inconsistance de ceux de Vanneste et consorts). Vous pouvez dans tous les cas retrouver l’ensemble des vidéos sur la page dédiée du site web du PES.

Cette journée de discussion avec des gens de terrain, au-delà des seules interventions qui ont été captées en vidéo, m’a permis de prendre conscience de certains problèmes qui se posent aux éducateurs et éducatrices : comment réfléchir à la manière dont on peut parler, dans un contexte pédagogique, d’images que l’on ne montrera pas (pour parler du régime visuel de la pornographie par exemple) ? Comment, aussi, parler de pratiques des images que l’on ne connaît pas ou n’a pas vu soi-même (parler du sexting et de ses formes associées au slut-shaming, etc.), et ainsi de suite. C’était tout bonnement passionnant. Sur ce, je vous souhaite une bonne écoute.

 

Elise Vinet – Publicité, sexualité et médias : « miroir, miroir, dis-moi… » – 23 mai 2014 – « Les médias, nouveaux éducateurs à la sexualité ? »

 

Philippe Liotard – Il était une fois l’hypersexualisation – 23 mai 2014 – « Les médias, nouveaux éducateurs à la sexualité ? »

 

Fred Pailler et Marie Chevret – video 1/2 – Pornographie, de la   transgression à la consommation – 23 mai 2014 – « Les médias, nouveaux éducateurs à la sexualité ? »

 

Fred Pailler et Marie Chevret – video 2/2 – Pornographie, de la   transgression à la consommation – 23 mai 2014 – « Les médias, nouveaux éducateurs à la sexualité ? »

 

Chatroulette : et le sexe devint l’erreur du web 2.0 (#oldiesbutgoodies)

Voici la version française d’un texte déjà posté jadis en anglais sur sociographie.net, version française qui était elle-même parue en mai 2011 dans le n°4 de la revue POLI, Politiques des Images. Il est bien daté puisque chatroulette a non seulement été fermé pendant deux ans, mais a vu ses usages complètement redesignés, pour des raisons mêlant à la fois morale médiatico-sexuelle, problèmes de qualification juridique des contenus et, non des moindres, tentatives de dégager une plus-value à partir d’une plateforme vraiment pas optimisée pour ce type d’objectifs au départ.

J’ai corrigé une note de bas de page, mais n’ai touché à rien d’autre, même si parfois, j’aurai bien envie de tout reprendre, ayant un petit peu mieux formulé ma conception de ce que DOIT être une étude du web pour être qualifiée de netnography (ce mot est affreux, mais bon…) ou encore d’ethnographie en ligne :  pour faire vite, lire des posts de blogs un après-midi, ou bien surfer de temps en temps dans pornhub ou meetic, même en prenant des notes au crayon dans un moleskine, ça compte pas. Relater la manière dont on peut remplir son profil sur une plateforme ou raconter des anecdotes d’interactions glanées auprès d’utilisateurs dont on ne cerne qu’à grand peine les usages ne suffit pas pour présenter un dispositif. En gros, la sociologie ou l’ethnométhodologie du web de l’intime qui produit des modes d’emploi de sites web (j’en ai encore lu un bien long il n’y a pas longtemps, je reviendrai dessus très bientôt ici) ne vaut rien à mes yeux, parce que produire des modes d’emplois d’objets techniques c’est passer à côté complètement de ces objets et de ce qui les entoure. Mettre en évidence la spécificité d’une articulation de discours sexuels (donc de cultures sexuelles spécifiques transformées ou apparues avec le web), et de pratiques (médiatiques, corporelles, etc.) et d’objets sémio-techniques traversés par des rapports de forces particulièrement puissants, demande un minimum de points de passages aux chercheur.e.s, à commencer par être en mesure de situer leur point de vue sur le terrain, de mesurer l’impact de leurs motifs scientifiques sur ce point de vue, de formuler la manière dont leur présence sur le terrain EST une présence sexuelle, quoi qu’il.le.s en pensent, et aussi désincarnée puisse-t-elle être.  À partir de là, on peut allonger la liste, certes, mais on peut commencer concrètement à accorder du crédit à ce qu’on lit, tout simplement parce qu’on a affaire à un travail ethnographique à part entière, et pas seulement à un récit vite emballé. mais je m’égare, revenons à chatroulette…

Dans ce petit texte, je fais le récit mi-scandalisé mi amusé des premières « études » qui ont été faites à propos de chatroulette, études toutes plus pressées, et donc bâclées, les unes que les autres, études dont celles produites par des labos d’instituts célèbres ou d’entreprises 2.0 n’étaient pourtant pas les plus scrupuleuses en termes d’éthiques comme, surtout, de logique élémentaire de la collecte de données.  Pourquoi, une plateforme conçue par un ado de 17ans donnait du fil à retordre à des chercheurs soit-disant rompus à l’ethnographie du web  ? Parce que le site proposait à l’époque l’exact inverse du sur-balisage du web « classique » et n’était pas en mesure d’avertir du caractère sexuel ou pas des contenus accessibles à un temps t((je vous renvois à la page wikipédia, dont le footer contient un certain nombre d’articles tous plus amusants les uns que les autres, et illustrant fort bien ce qui passionnait les foules (de journalistes) au lancement de la plateforme)). Cette surprise sexuelle permanente a eu pour premier effet de faire basculer une portion non négligeable des chercheurs et des journalistes dans une panique méthodologico-morale, dont je vous laisse prendre la mesure, en précisant, que quelques années plus tard, il n’est pas rare, de croiser ce type de raisonnements alambiqués face (ou bien, plus souvent, afin de ne surtout pas avoir à faire face) à de tels terrains.

Bonne lecture 🙂

 

chatroulettepix

 ***

Chatroulette.com est un site web dont la fulgurante publicité s’est faite entre fin 2009 et début 2010, et dont l’avenir semble encore incertain au courant de l’été 2010, qu’il prenne une nouvelle forme ou disparaisse complètement. Le temps d’un hiver, Chatroulette a posé quelques problèmes aux internautes, principalement à ceux qui prennent pour tâche de commenter et décrire le web, qu’ils soient journalistes, sociologues ou spécialistes des médias. C’est l’un de ces problèmes qu’il va s’agir de dessiner ici. Chatroulette est un site web proposant à quiconque muni d’une webcam d’être mis en contact audiovisuel avec un inconnu. S’il est possible de ne pas activer sa propre caméra, l’usage veut que l’on autorise la machine à nous filmer en même temps que l’est notre interlocuteur. L’écran principal de Chatroulette est scindé en deux parties de tailles égales. Sur la moitié droite de l’écran une zone dans laquelle il est possible de rédiger des messages, ce qui produit un effet de discussion en ligne lorsque les interlocuteurs écrivent chacun leur tour. Sur la moitié gauche de l’écran sont disposés les deux cadres affichant les caméras, celle de l’interlocuteur en haut, et la nôtre en bas. L’interface de Chatroulette permet ainsi aux internautes de se voir, de se parler et de s’écrire simultanément, représentant à l’écran quelque chose d’improbable hors du web : visualiser le champ, le contre-champ et les dialogues rédigés d’un seul coup d’œil, en somme, avoir sous les yeux la représentation documentaire du face-à-face auquel on est en train de participer.

Continuer la lecture de Chatroulette : et le sexe devint l’erreur du web 2.0 (#oldiesbutgoodies)

Parution : Cultures Pornographiques, Anthologie des Pornstudies

Je voudrais signaler ici la sortie aux éditions Amsterdam du livre coordonné par F. Vörös « Cultures  Pornographiques : anthologie des pornstudies », auquel j’ai participé comme traducteur de deux des textes qui le composent. Ce n’est pas tant pour évoquer ces deux traductions que je présente cet ouvrage ici, mais précisément pour tout le reste du livre sur lequel je n’ai pas du tout travaillé, et que je n’ai découvert que ces dernières semaines.

À travers 10 textes assemblés en un panorama résolument non exhaustif et une introduction très riche (j’avais d’abord marqué génialement synthétique), F. Vörös fait le travail essentiel de revenir sur  40ans d’études de la pornographie, de la construction de ses objets, et de la multiplicité des conflits définitionnels, méthodologiques et épistémologiques qui les ont animés. Il produit par ailleurs une approche tout à fait claire de l’imbrication industrielle des cultures médiatiques et sexuelles, approche qui intéressera autant les spécialistes des médias et des cultures visuelles que les amateur.e.s de pornographies s’intéressant aux supports de leurs plaisirs.

Trois choses me tiennent particulièrement à cœur dans cette sélection de texte :

– d’abord le fait que l’ouvrage rassemble un certain nombre de « premières traductions » en français d’auteur.e.s pourtant majeur.e.s dans les cultural studies internationales. Je peux me tromper, mais ni Kobena Mercer, ni Laura Kipnis n’ont jamais été traduits en français.  Des auteurs comme Williams et Dyer, ont déjà vu certains de leurs travaux paraître (essentiellement « Hardcore, pour la première, et « White » n’est toujours pas traduit pour le second), mais rien qui ne permette de cerner l’ampleur du travail qu’il.le.s ont effectué durant leurs deux longues carrières. Par ailleurs, le livre est l’occasion de lire en français des auteur.e.s important.e.s des media studies actuelle, que ce soit Susana Paasonen (une interview d’elle a été publiée dans le n°9 de la revue POLI) dont j’avais mentionné l’article traduit dans l’anthologie qui nous occupe aujourd’hui lors de mon tout premier post sur ce blog,qui portait sur les incohérences logiques de la rhétorique anti-porno, ou encore le duo de chercheures britanniques Smith et Attwood, qui dirige la revue PornStudies.

– Ensuite F. Vörös présente, à la fin de son introduction la nécessité de considérer les pornstudies moins comme le champ qui s’est constitué autour d’un objet singulier (qui serait, à force de labeur, désormais suffisamment circonscrit), que comme le cadre épistémologiquement cohérent et dynamique d’un travail sur les rapports de pouvoir qui traverse les industries culturelles, les technologies numériques, les pratiques et les imaginaires sexuels. En somme, le champ d’étude se trouve être, dans une certaine mesure au moins, indépendant du seul objet souvent fétichisé des images-pornographiques. La constitution du sexuel comme matériau médiatique y est bel et bien en jeu, pourtant, elle n’a pas le pouvoir de délimiter à elle seule la définition des pornstudies, tant elle s’inscrit dans un monde « plus vaste » et doit être analysée comme telle.  Il faut dire qu’une portion majoritaire des études sur le web, en excluant par principe de ses corpus les sites porno, délimite  en creux et sans jamais y toucher, le lit d’une spécialisation en objets à caractères sexuels nécessitant soit-disant un traitement théorique et méthodologique spécifique. Les porn studies n’auraient qu’à occuper cette place. Sauf que le champ véritable des porn studies tel que mis en évidence par F. Vörös est avant tout un champ d’étude de rapports de pouvoirs, au même titre qu’un autre, et requiert assez globalement de ne jamais se refermer sur lui-même comme champ autonome d’investigation du seul sexuel.

– Enfin, c’est dans la part importante donnée aux affects, à leur description qu’ils soient émotions, jouissance, tensions, dégoûts, etc., ainsi qu’à leur compréhension comme éléments centraux de production des rapports sociaux et des situations, et encore à la place qu’ils doivent/peuvent prendre dans le travail méthodologique, que l’ouvrage trouve son troisième pilier. À l’opposé d’une posture souvent observable dans les SHS, qui consiste à prendre les arguments de la réflexivité comme une formalité dont il.le.s peuvent se débarrasser en trois lignes au début de leurs articles, l’assemblage global des textes offre une perspective particulièrement riche de ce que l’on peut envisager comme des études méthodologiquement « engagée », capables tout autant de réflexivité que de réactivité par rapport aux limites du point-de-vue de leurs auteur.e.s. Ce type de posture permet tout autant de s’extraire des débats moralistes du « pour ou contre » la pornographie, ou encore des dangers ou des effets libérateurs de la pornographie, que de les informer et de les mettre, enfin, en perspective.

Je ne saurais donc que recommander vivement sa lecture, qui trace, des cartes postales pornographiques du XIXe s., aux « tubes » porno et aux camgirls, d’analyses particulièrement introspectives à des enquêtes quantitatives, un panorama particulièrement riche et dense sur les usages sexuels des images de ce que leur compréhension fait aux sciences sociales. Je vous laisse découvrir ci-dessous, le sommaire et la présentation de chacun des articles.

bonne lecture  🙂

Continuer la lecture de Parution : Cultures Pornographiques, Anthologie des Pornstudies

décrypter l’amendement « anti-anorexiques » n°1052 de la Loi sur la Santé Publique

3 amendements ont été votés en catimini fin mars 2015, après [EDIT : que l’un d’entre eux a] été , durant les 15 jours précédents, d’abord retiré puis réintroduit, au dernier moment,  au projet de loi de santé publique1 : le premier, l’amendement n°1053 porte sur les retouches d’images représentant des corps, un autre, l’amendement n°2310, porte sur le poids et la santé des mannequins, un troisième, l’amendement n°1052, porte sur la répression des sites créés par des personnes atteintes de troubles des conduites alimentaires (TCA). Ces trois textes ne touchent pas aux mêmes champs de l’expérience des TCA et de leur traitement, et ne doivent pas forcément être lus comme un ensemble cohérent.

En effet, les deux premiers concernent la production et la mise en circulation dans une optique de gain financier d’images produites par l’industrie de la mode et du divertissement, et ce n’est pas un problème qu’ils soient passés au vote, si tant est que des personnes compétentes en droit du travail et en politiques des médias soient consultées pour la rédaction des décrets. L’amendement n°1053 sur la retouche photo ne devrait faire souffrir personne de par son insertion dans le code pénal. L’amendement n°2310 sur l’emploi de mannequins jugé.e.s trop maigres, dans son principe, revient à faire entériner par l’État la normalisation de la maigreur/minceur qui sera affichée par les mannequins plutôt qu’à prôner une plus grande diversité des corps dans le monde de la mode et du divertissement. Mais il reste toutefois audible dès lors qu’il permet à certains acteurs (les associations, les mannequins eux-mêmes ?) d’alerter la justice sur des cas de maltraitance et de problèmes de santé au travail.

Le troisième, celui concernant les sites dits « pro-ana », pose un problème juridique, social et médical différent des deux premiers et bien plus sérieux : il concerne moins l’industrie du divertissement que la parole et les sociabilités mêmes des personnes souffrant de TCA. Or, comme le plaide l’équipe Anamia depuis des années, pour qu’un débat serein sur le « pro-ana » ait lieu, il faut avant tout que le climat autour de ces sites ne soit plus dominé, comme il l’est aujourd’hui, par des postures émotionnelles et paniques visant simplement à la disparition du « symptôme », en l’occurrence les sites eux-mêmes, plutôt qu’à la disparition des souffrances. Malgré cela, dans l’état actuel de la prise en compte des TCA dans le débat public, il est manifeste que ce n’est pas encore le cas et l’amendement n°1052 n’apaise en rien la panique désignant ces blogs comme un problème puisqu’il vise à son tour, en essayant de n’en avoir jamais l’air, à désigner les blogueuses parlant de leurs TCA comme des criminelles agissant à l’encontre d’autres blogueuses.

Je propose dans les paragraphes suivants une lecture de l’amendement n°1052, qui, de part son statut de texte annonçant une intention de légiférer, n’est pas un texte tenu à une grande rigueur rhétorique ni même logique ; il se définit lui-même comme un « exposé sommaire ». À partir des connaissances scientifiques dont nous disposons (à commencer par les résultats de l’étude financée par l’ANR et réalisée par l’équipe pluridisciplinaire Anamia), je tente de réfléchir à la fois à ce que l’amendement énonce explicitement, à ce qu’il sous-entend et/ou à ce qu’il dissimule suivant les cas, à ce qu’il ignore (volontairement ou pas), à ce qu’il génère comme possible pénal ou comme conséquences pour les personnes atteintes de TCA qui feraient usage d’internet dans le cadre de leur maladie (c’est à dire une majorité d’entre elles). Commençons par le commencement, et par les premières lignes de ce texte.

Continuer la lecture de décrypter l’amendement « anti-anorexiques » n°1052 de la Loi sur la Santé Publique

  1. puisqu’on m’en a fait la remarque : l’expression « en catimini » fait référence non pas à un secret absolu qui aurait été gardé par les députés, mais au fait que tout s’est déroulé de manière à ce que le débat public ne puisse avoir lieu sur cette question avant la discussion à l’assemblée. L’expression utilisée ici est associée étymologiquement aux menstruations dont il n’est pas question de faire mention, de par leur caractère à la fois ordinaire et sacrilège []