Archives par mot-clé : méthode

Terrains « ratés » et métaphores de l’exercice réflexif

Je voulais écrire une petite note sur la réflexivité, ou plutôt sur le soin  à apporter au fait de la garder vivante, de ne pas la réifier comme méthode, ni d’enquête ni de compte-rendu. C’est pour une autre fois, la première version est illisible. C’était une manière d’annoncer la sortie d’un article que j’ai co-écrit avec Jonathan Chibois, sur ces questions et l’impact qu’elles ont eu sur la façon dont nous avons écrit et valorisé différents types de textes et de formes scripturales au cours de nos enquêtes respectives (dont les thèmes, parlement et sexualités, n’ont pas grand chose à voir, il est vrai 😉 ). Une version de ce papier est disponible dans les archives HAL : Jonathan Chibois, Fred Pailler. Une métaphore digestive de l’exercice réflexif, in Matthieu Quidu (dir). Épistémologie du corps du savant (tome I), 1, L’Harmattan, 2014, Le chercheur et la description scientifique du réel, 978-2-343-03953-4 et Jonathan cross-poste à ce sujet aussi.

Avec Jonathan, nous nous sommes bien entendu parce que nous avions une expérience assez similaire de terrains d’enquêtes que nous jugions, à un moment donné, complètement ratés. De fait, étant le plus vieux, j’avais un peu d’avance sur la manière de formuler et de sortir de cette impression d’échec, tout en n’ayant pas encore les moyens d’en produire la théorie. Plus frais et plus à vif face à ses échecs, Jonathan a été pour moi un bon interlocuteur, ravivant aisément une série de questions en apparences insurmontables. C’est donc un (long) processus de formulation des éléments les plus infimes de ces ratages qui s’est engagé entre lui et moi, avec la conviction qu’il était possible de produire des compte-rendus précisément à partir des défaillances méthodologiques et individuelles que nous avions traversées. La question s’est formulée autour des métaphores qui animent les conceptions canoniques de la réflexivité, parce qu’au milieu de ce travail, Jonathan animait un mois du carnet de la Villa Réflexive  ; la manière de formuler les choses aurait peut-être aussi bien pu être orientée plus concrètement vers celle des formulations plus classiques en méthodologie d’enquête en sociologie (la sociologie qui oublie parfois qu’elle peut réfléchir aux catégories qu’elle emploie pour décrire, par exemple… #ploumploum)  ou, encore, vers celle des savoirs situés, bien plus pratique à mon sens. Quoi qu’il en soit, c’est le passage d’un travail par objets d’études que l’on doit décrire à un travail par déploiement de problèmes qui a motivé notre rédaction de l’article, puisque nous y proposons une métaphore moins centrée sur une conception spatiale et spéculaire de la réflexivité, une métaphore qui, au contraire, insiste sur le travail nécessaire de transformation, d’assimilation et de digestion des problèmes épistémiques/épistémologiques qui se sont posés au chercheur durant son enquête.

il ne me reste plus qu’à vous en souhaiter une bonne lecture.