Archives par mot-clé : lumière

S2E0 Éloge de la Lumière

Me voici revenu du colloque « Éloge de la lumière », tenu à la Condition Publique à Roubaix les 15 et 16 décembre 2011. Le premier point notable de cet évènement est d’abord son origine non-universitaire, puisque c’est A. Leuridan, une professionnelle de l’éclairage et du paysage qui en a fait la programmation, à l’invitation d’une structure culturelle, la DRAC nord pas de calais.

+++++++++++++++++++++++++++++++++

Parler de ce qui rend visible :

L’enjeu principal de cette rencontre consistait à poser un faisceau de questions qui touche différents métiers de la lumière, métiers pour le moins éclatés entre de nombreux univers professionnels ( le monde de l’art contemporain, le monde des politiques de planification urbaine et de sécurité publique, le monde du spectacle vivant, etc.). j’y ai assisté avec ma culture de sociologue et d’universitaire, mais ma place était officiellement celle d’un observateur, puisque je me suis chargé de l’accompagnement médiatique, plus précisément du livetweet, des conférences pour le compte de gamelab-agency.org. Par ailleurs, il est possible de consulter l’ensemble des captures vidéos du colloque, sur la room 52 de selfworld.net, et l’archive #lumiR du livetweet sur tweetdoc.org.

Discuter de la lumière elle-même, formuler les enjeux et les savoirs des professions spécialisées dans son traitement et son agencement, considérer l’arrivée des nouvelles sources et technologies, était une première qui nécessitait le rassemblement d’intervenants connaissant, chacun prit isolément, les travaux de certains des autres, mais n’ayant pas d’expérience d’une rencontre commune jusqu’ici. Aussi, contrairement aux colloques universitaires, peu de dynamiques de champs était directement perceptibles (l’idée de Bourdieu sur ce point étant à peu près que les contenus scientifiques, les savoirs, « incarnent » des rapports stratégiques de distribution/acquisition des places sur un échiquier social) ; la relative nouveauté de l’approche « luxo-centrée » offre ainsi une certaine candeur aux échanges et donnant la place d’abord à la curiosité des participants. Les interventions n’ont pour autant fait l’objet d’aucune complaisance intellectuelle, à l’image de la conférence de B. Maitte qui a synthétisé environ 2000ans d’histoire des sciences en 2H30 pour montrer combien les conceptions afférentes à la notion de lumière avaient évolué au cours des siècles.

Énoncés et visibilités :

Néophyte sur ces questions, ce qui m’a d’abord frappé, c’est combien les conceptions que l’ensemble des intervenants avaient de la lumière était proches de la manière dont Foucault l’a lui-même théorisée, ou plutôt dont Deleuze l’a synthétisée dans sa lecture de l’œuvre de Foucault1 : la lumière est condition de visibilité et donc condition de l’expérience spatiale de l’homme. En cela, elle est radicalement hétérogène aux énoncés, car les « choses » que l’on voit ne correspondent pas naturellement aux « mots » que l’on utilise. De cette façon, énoncés et visibilités peuvent appartenir à des séries qui ne se rejoignent que localement et momentanément, à une époque donnée, sous le coup d’un jeu de pouvoir, d’un enjeu particulier de vérité et d’é-vidence. Par exemple : la série des énoncés relatifs à la délinquance et au crime (les lois, des portions du code pénal par exemple) ne correspond que temporairement à la série des dispositifs d’isolement et de limitation des déplacements que l’on appelle « prisons », alors que la punition menait auparavant au bûcher ou bien à la torture publique, et que les bâtiments constitués de cellules individuelles (les monastères) ou collectives (les hopitaux généraux), avaient de toutes autres fonctions sociales. La lumière et sa construction, sa production, affectent autant que les énoncés mais sur des points différents et non-directement énonçables.

Si Foucault reconnaît bien un primat aux mots, aux représentations, aux énoncés, il n’en reste pas moins qu’il préserve les visibilités et les productions lumineuses d’y être réduites. Ce principe de « minoration » apparaît en creux dans le discours de A. Leuridan, lorsqu’elle rappelle que l’organisation d’un colloque sur le travail de la lumière est un exercice paradoxal dans la mesure où souvent, ceux qui choisissent cette voie professionnelle choisissent aussi de s’éloigner en partie de l’exercice des mots, des énoncés, donc de l’avant-scène. Non pas une conscience de l’insuffisance des mots, mais bien une connaissance et une maîtrise à la fois de savoir-faire et d’objets résoluments non-discursifs, parce qu’ils affectent sans avoir besoin d’être dits (ils ne produisent pas la lumière, la lumière est leur condition d’existence). Deleuze rappelle qu’en « oubliant la théorie des visibilités on mutile la conception que Foucault se fait de l’histoire, mais on mutile aussi sa pensée, la conception qu’il se fait de la pensée ». Il ajoute que cette pensée ne s’ancre ni dans une phénoménologie, ni dans une philosophie analytique, mais dans une épistémologie, science réflexive des savoirs : les énoncés ET les visibilités constituent des savoirs, des strates de savoirs. Concernant les visibilités, les intervenants au colloque « éloge de la lumière » se trouvent être de ceux qui possèdent les techniques de production de ces savoirs de ce qui est non-discursif et le projet de leur réunion par A. Leuridan a clairement eu pour intention de tester la manière dont ils pourraient énoncer en commun ses savoirs.

Continuer la lecture de S2E0 Éloge de la Lumière

  1. DELEUZE G. « Foucault » 1986, Paris, éd. Minuit []

colloque « Éloge de la lumière » ROUBAIX 15 & 16 décembre

le colloque « Éloge et travail de la lumière » se tient à Roubaix à la Condition Publique et regroupe sur deux jours  les interventions d’universitaires et de professionnels de la lumière. Le programme se trouve ici sur le site de Annie Leuridan, l’organisatrice.

Le colloque fait l’objet d’un livestream visible sur selfworld et d’un livetweet (auquel je participerai) sur gamelab-agency.org ou sur le hashtag twitter #lumiR