Archives par mot-clé : industrie

revue POLI n°11 « Politiques sonores »

Cette semaine sort le numéro 11 de la revue POLI, Politiques des Images, numéro coordonné par le chercheur M. Boidy  (CEMTI-Paris 8),  l’artiste pali meursault et moi-même et réalisé en collaboration et avec le soutien de la Philharmonie de Paris.

Ce numéro présente notamment de nombreuses traductions inédites qui intéresseront sans aucun doute les spécialistes de cultural & visual studies : d’abord, le second texte de l’anthropologue australien M. Taussig traduit en français, texte qui aborde l’usage du phonographe dans les expéditions coloniales aux côté de la dynamite, des feux d’artifices et des fusils.  Ensuite, un texte bien connu de N. Mirzoeff sur les luttes politiques des peintres et sculpteurs sourds en France au XVIIIème s., et un texte de la musicologue J.A. Peraino qui aborde la question du caractère genré de la voix et des reprises de chansons pop. Enfin, une grande interview de J. Sterne, auteur de « The Audible Past » (fraîchement traduit en français, foncez lire « une histoire de la modernité sonore », co-éd. par La Découverte/La Rue Musicale), interview durant laquelle il raconte la naissance des sound studies comme  cadre théorique et critique en rapport étroit avec celui des visual studies.

je vous laisse lire la présentation du numéro que l’on peut retrouver aussi sur le site de POLIrevue,  notez bien que vous pouvez d’ores et déjà télécharger gratuitement l’édito et très bientôt l’article de Nicholas Mirzoeff, théoricien bien connu des visual et sound studies.

bonne lecture !

PS : n’hésitez  pas à commander des anciens numéros à l’unité ou bien à vous abonner à la revue 😉

Continuer la lecture de revue POLI n°11 « Politiques sonores »

Parution : Cultures Pornographiques, Anthologie des Pornstudies

Je voudrais signaler ici la sortie aux éditions Amsterdam du livre coordonné par F. Vörös « Cultures  Pornographiques : anthologie des pornstudies », auquel j’ai participé comme traducteur de deux des textes qui le composent. Ce n’est pas tant pour évoquer ces deux traductions que je présente cet ouvrage ici, mais précisément pour tout le reste du livre sur lequel je n’ai pas du tout travaillé, et que je n’ai découvert que ces dernières semaines.

À travers 10 textes assemblés en un panorama résolument non exhaustif et une introduction très riche (j’avais d’abord marqué génialement synthétique), F. Vörös fait le travail essentiel de revenir sur  40ans d’études de la pornographie, de la construction de ses objets, et de la multiplicité des conflits définitionnels, méthodologiques et épistémologiques qui les ont animés. Il produit par ailleurs une approche tout à fait claire de l’imbrication industrielle des cultures médiatiques et sexuelles, approche qui intéressera autant les spécialistes des médias et des cultures visuelles que les amateur.e.s de pornographies s’intéressant aux supports de leurs plaisirs.

Trois choses me tiennent particulièrement à cœur dans cette sélection de texte :

– d’abord le fait que l’ouvrage rassemble un certain nombre de « premières traductions » en français d’auteur.e.s pourtant majeur.e.s dans les cultural studies internationales. Je peux me tromper, mais ni Kobena Mercer, ni Laura Kipnis n’ont jamais été traduits en français.  Des auteurs comme Williams et Dyer, ont déjà vu certains de leurs travaux paraître (essentiellement « Hardcore, pour la première, et « White » n’est toujours pas traduit pour le second), mais rien qui ne permette de cerner l’ampleur du travail qu’il.le.s ont effectué durant leurs deux longues carrières. Par ailleurs, le livre est l’occasion de lire en français des auteur.e.s important.e.s des media studies actuelle, que ce soit Susana Paasonen (une interview d’elle a été publiée dans le n°9 de la revue POLI) dont j’avais mentionné l’article traduit dans l’anthologie qui nous occupe aujourd’hui lors de mon tout premier post sur ce blog,qui portait sur les incohérences logiques de la rhétorique anti-porno, ou encore le duo de chercheures britanniques Smith et Attwood, qui dirige la revue PornStudies.

– Ensuite F. Vörös présente, à la fin de son introduction la nécessité de considérer les pornstudies moins comme le champ qui s’est constitué autour d’un objet singulier (qui serait, à force de labeur, désormais suffisamment circonscrit), que comme le cadre épistémologiquement cohérent et dynamique d’un travail sur les rapports de pouvoir qui traverse les industries culturelles, les technologies numériques, les pratiques et les imaginaires sexuels. En somme, le champ d’étude se trouve être, dans une certaine mesure au moins, indépendant du seul objet souvent fétichisé des images-pornographiques. La constitution du sexuel comme matériau médiatique y est bel et bien en jeu, pourtant, elle n’a pas le pouvoir de délimiter à elle seule la définition des pornstudies, tant elle s’inscrit dans un monde « plus vaste » et doit être analysée comme telle.  Il faut dire qu’une portion majoritaire des études sur le web, en excluant par principe de ses corpus les sites porno, délimite  en creux et sans jamais y toucher, le lit d’une spécialisation en objets à caractères sexuels nécessitant soit-disant un traitement théorique et méthodologique spécifique. Les porn studies n’auraient qu’à occuper cette place. Sauf que le champ véritable des porn studies tel que mis en évidence par F. Vörös est avant tout un champ d’étude de rapports de pouvoirs, au même titre qu’un autre, et requiert assez globalement de ne jamais se refermer sur lui-même comme champ autonome d’investigation du seul sexuel.

– Enfin, c’est dans la part importante donnée aux affects, à leur description qu’ils soient émotions, jouissance, tensions, dégoûts, etc., ainsi qu’à leur compréhension comme éléments centraux de production des rapports sociaux et des situations, et encore à la place qu’ils doivent/peuvent prendre dans le travail méthodologique, que l’ouvrage trouve son troisième pilier. À l’opposé d’une posture souvent observable dans les SHS, qui consiste à prendre les arguments de la réflexivité comme une formalité dont il.le.s peuvent se débarrasser en trois lignes au début de leurs articles, l’assemblage global des textes offre une perspective particulièrement riche de ce que l’on peut envisager comme des études méthodologiquement « engagée », capables tout autant de réflexivité que de réactivité par rapport aux limites du point-de-vue de leurs auteur.e.s. Ce type de posture permet tout autant de s’extraire des débats moralistes du « pour ou contre » la pornographie, ou encore des dangers ou des effets libérateurs de la pornographie, que de les informer et de les mettre, enfin, en perspective.

Je ne saurais donc que recommander vivement sa lecture, qui trace, des cartes postales pornographiques du XIXe s., aux « tubes » porno et aux camgirls, d’analyses particulièrement introspectives à des enquêtes quantitatives, un panorama particulièrement riche et dense sur les usages sexuels des images de ce que leur compréhension fait aux sciences sociales. Je vous laisse découvrir ci-dessous, le sommaire et la présentation de chacun des articles.

bonne lecture  🙂

Continuer la lecture de Parution : Cultures Pornographiques, Anthologie des Pornstudies

Les porn studies à la télé

Cette semaine, Florian Vörös et moi-même avons été les invités (en compagnie de Jizzkov du TagParfait) de jean-Marc Manach dans son émission du « 14h42 » sur les enjeux du numérique. L’émission portait sur les questions de pornographie, des transformation de l’industrie, aussi bien pour la production que la diffusion des contenus) comme des transformations des pratiques avec l’arrivée du numérique, il y a bientôt 20ans. Ces trois quarts d’heure de discussion nous ont permis d’évoquer quelques uns des aspects de l’étude de cette industrie culturelle par les sciences sociales, ce que l’on appelle désormais les pornstudies (qui possède depuis cette année leur propre revue scientifique : Porn Studies).

la vidéo de l’émission n’est pas actuellement disponible en ligne, seul.e.s les abonnés au site Arretsurimage.net (qui produit l’émission) ont pu la consulter dans sa totalité. Je mettrai à jour ce post dès qu’elle sera accessible à tout le monde.

 

Pornographie, appareillage numérique et Internet : vers une culture sexuelle augmentée ?

Voici le transcript d’une présentation que j’avais faite en 2011 au colloque Travail et création artistique en régime numérique, colloque durant lequel j’avais eu le plaisir d’être invité à venir blogguer (un peu, une fois l’an 😉 ) sur culturevisuelle.org. J’ai retrouvé ce texte ce weekend, à l’occasion de la diffusion de l’émission Place de la Toile #pdlt  de Xavier Delaporte & Thibault Henneton portant sur la pornographie en ligne et principalement les usages liés au « tubes », ces plateformes de partage de vidéos pornographiques construites techniquement sur le modèle de youtube.com. L’émission peut être ré-écoutée sur le site de franceculture ou bien podcastée sur le flux RSS. Judy Minx, Stephen des Aulnois, Ghislain Faribeau, et Florian Voros y sont tous quatre intervenus autour des enjeux de transformation de l’esthétique, de l’indexation, du partage, de l’économie et des pratiques sexuelles liées à la pornographie contemporaine. L’émission avait quelque chose de très familier pour moi à cause des questions et des réflexions qu’elle soulevait, aussi je suis retourné lire cette communication qui portait sur un sujet tout à fait similaire quoi qu’un peu plus large, et dont j’avais un peu oublié la teneur depuis le temps.

Après avoir mesuré l’ampleur du désastre archivistique que constitue ma d..pbox, et re-lu la dite communication, ralé sur les erreurs, les choses passées sous silence pour tenir dans le temps imparti de présentation (que j’avais particulièrement explosé à l’époque…), et les approximations dues à mon jeune âge d’alors ( pour le coup, je ne dissimulerai reviendrai pas sur la qualification du système des tags par un simple « lexical », qualification qui me semble tellement… naïve, aujourd’hui), je me suis dit, qu’à titre historique, il était surement intéressant de la publier ici. En effet, avec ses tares et son enthousiasme, cette communication trace des grandes lignes qui me semblent toujours d’actualité, et peuvent même paraître assez banale aux yeux de certains, mais ne sont peut-être pas si évidentes à cerner pour tout le monde. D’abord parce que les usages de la pornographie en ligne ont beau avoir gagné l’ensemble des générations d’utilisateurs, les tubes ne sont pas toujours connus de tout-e-s, ensuite parce que la pornographie est souvent un sujet mis à part dans les études des medias, alors qu’elle en accueille bien souvent les paradigmes et les formes les plus saillantes.

***

Qu’est-ce que la pornographie ? Vaste question, s’il en est. La définition commune veut qu’elle soit le plus souvent une série d’images photographiques ou vidéos, aux contenus sexuellement explicites. Si l’on demande où se trouve la pornographie, on peut aussi se dire qu’elle se situe dans des cinémas spécialisés, dans des vidéo-clubs ou des sex-shops, vendue sur des supports VHS ou DVD. Si l’on creuse encore un peu, on sait aussi que la pornographie ne serait rien sans les « stars du X » (la réputation de rocco siffredi ou de la cicciolina dépasse largement le groupe des consommateurs de pornographie). On sait aussi que la pornographie est le plus souvent le support d’une activité solitaire, activité masturbatoire, le plus souvent, donc toujours regressive et anti-sociale.

Évidemment, cette première définition ne prend pas en compte l’avènement récent des technologies du numérique, mais cet oubli n’est pas gratuit : la définition que je viens de donner est à peu près celle avec laquelle la majorité des individus ont construit leur propre culture sexuelle et sentimentale, avec où sans consommation de pornographie, mais avec la connaissance de son existence. J’ai 34 ans, et ma génération est la dernière a avoir construit sa culture sexuelle et sentimentale avant même de découvrir le web et la pornographie en ligne, c’est-à-dire qu’elle s’est construite en référence à cette vieille définition. Les générations suivantes ont à faire à une autre manière d’élaborer leurs cultures sexuelles et sentimentales, d’abord parce qu’elles y travaillent avec l’aide du web et des technologies numériques, c’est l’une de leur ressources pour résoudre des problèmes, donc avec des systèmes de documentation et de médiation que nous n’avions pas à disposition, et ensuite parce que ces outils numériques ont absorbé la pornographie et l’ont transformée.

En effet, la pornographie a évolué au contact du numérique autant au niveau des représentations qui la nourrissent qu’au niveau des appareils mêmes de sa production, que des usages qui sont fait des images, et que des discours qui l’accompagnent. Le web est un dispositif qui combine des formes techniques et médiatiques qui lui sont antérieures, les absorbe en engageant leur numérisation puis leur diffusion en ligne. Il les combine mais aussi les recompose chacune, leur ajoutant de nouvelles propriétés ou au contraire les privant de certains de leurs éléments caractéristiques. Si l’on a pu définir un temps la pornographie comme une forme mass-médiatique diffusant des représentations explicites de la sexualité, notamment lorsqu’on la critiquait, cette définition est liée essentiellement au développement dans les quarante dernières années de la presse et du cinéma porno et dépendait jusqu’à aujourd’hui des configurations techniques respectives qu’André Gunthert a qualifiée « d’outils en lecture seule » de ces deux dispositifs de diffusion. Je vais présenter ici les formes nouvelles qui ont pu en émerger, en trois tableaux  :

  • esthétique, en décrivant les nouveaux types d’images pornographiques produits principalement par l’utilisation des webcams
  • organisationnel, en considérant ce que l’activité ou le travail pornographique à l’ère du web interrogent les catégories de professionnel, d’amateur et de consommateurs
  • lexical, en évoquant l’impact de l’indexation par mots-clés/tags sur les plate-formes de partage de vidéos sur la formation des cultures sexuelles contemporaines.

Ces tableaux, ne sont pas exhaustifs, mais il permettent d’ouvrir le champs de vision pour dresser un panorama des dynamiques qui animent la pornographie contemporaine.

Continuer la lecture de Pornographie, appareillage numérique et Internet : vers une culture sexuelle augmentée ?

« L’échange de sextos chez les adolescents et son impact sur le secteur des technologies » par d.boyd (trad.)

Résumé

Lors de cette conférence, danah boyd présente les enjeux technologiques, moraux et culturels liés à la pratique du sexting (« sex » + « texto »), c’est-à-dire à l’usage sexuel des technologies numériques d’enregistrement et de communication, les appareils photo numériques et les téléphones mobiles en premier lieu. De façon générale, les objets techniques génèrent des pratiques qui se déplacent et se transforment suivant les contextes politiques et domestiques mais aussi, simplement, au contact d’autres objets techniques amenant alors à revoir certaines pratiques jusque là bien établies.

Ici, c’est la photographie qui est remise en jeu en tant que pratique, alors qu’elle n’a pas fait l’objet de débats ni de conflits pendant des décennies. Depuis le début des années 2000, elle pose problème parce qu’il est devenu possible de faire circuler  sur internet ou sur les téléphones mobiles des photographies habituellement réservées à des usages privés (au sein du couple, etc.) ou bien destinées à  être oubliées au fond d’un tiroir. Cette visibilité soudaine de certaines images a enclenché une suite de réactions juridiques, techniques et sociales relativement violentes, allant jusqu’au fichage d’adolescents comme délinquants sexuels, ceux-ci ayant été jugés coupables de production, détention et diffusion de « pornographie infantile d’eux-mêmes ».

Dans sa conférence, d. boyd évoque essentiellement le scénario de panique morale tel qu’il s’est déroulé en Australie puis aux USA. Si les pays animés par cette réponse démesurée aux pratiques de sexting semblent offrir un terreau culturel bien différent du contexte français, il n’en reste pas moins que la législation française fonctionne avec le même vide juridique que les premiers : une interdiction aux mineurs de moins de 18 ans de manipuler ou produire de la pornographie alors que la majorité sexuelle est, elle, fixée à 16 ans. Si pour le moment, il n’existe pas de cas instruits par la justice française concernant des affaires de sexting, il n’est  pas inutile pour autant de réfléchir à la question.

Durant cette conférence, d. boyd s’adresse au secteur industriel, aux entrepreneurs spécialisés dans les technologies, parce que : 1/ ce secteur a un rôle à jouer dans la résolution de ce genre de problème puisqu’il en est l’un des vecteurs, et 2/ ce rôle ne relève pas des réponses qu’il a l’habitude de fournir, c’est-à-dire des réponses techniques et informatiques. L’ethnographe pose les éléments d’un programme sans pour autant être en mesure, de son propre aveu, de fournir une solution directement réalisable. Elle pose donc plutôt un programme de recherche et d’innovation, visant à penser à la fois les pratiques dans le contexte des sociabilités adolescentes et la manière dont une collaboration de l’ensemble du secteur technologique et des autorités pourrait permettre de dissocier et de mieux traiter d’une part les pratiques liées au sexting et d’autre part celles liées à la pornographie infantile.

bonne lecture.

fp.

Continuer la lecture de « L’échange de sextos chez les adolescents et son impact sur le secteur des technologies » par d.boyd (trad.)