Archives par mot-clé : identification

revue POLI n°9 « Sexe en Public »

Cette semaine voit sortir le numéro 9 de la revue POLI, Politiques des Images, numéro dirigé par Nelly Quemener (MCF Paris 3) et Florian Vörös (ATER Paris 8)

J’ai eu le plaisir de participer doublement à ce numéro, d’abord avec une interview réalisée auprès d’un projectionniste de cinéma pornographique et ensuite avec une traduction (réalisée avec M. Coville et M. LoJacono) d’un texte du sociologue australien Kane Race sur les dispositifs mobiles de rencontre.

je vous laisse lire la présentation du numéro que l’on peut retrouver aussi sur le site de POLIrevue,  notez bien que vous pouvez d’ores et déjà télécharger l’édito ainsi que l’article de K. Race que nous y avons traduit.

bonne lecture !

Continuer la lecture de revue POLI n°9 « Sexe en Public »

revue Hermès : Sexualités

À la fin de l’été 2014 est sorti le 69ème numéro de la revue Hermès (dir. D. Wolton), numéro que j’ai coordonné avec E.A. Amato et V. Schafer.

À l’occasion du 4àème anniversaire de la parution du « Nouvel Ordre Sexuel », il était important pour nous de dresser un panorama, en aucun cas exhaustif évidemment, des différents types de recherche sur les sexualités et la communication en sciences sociales en France aujourd’hui. Trois parties composent l’ouvrage et se centrent chacune sur un aspect communicationnel spécifique : la façon dont les éléments de sexualité sont toujours pris dans une économique des discours et des silences (qui valent alors tout autant qu’un discours), la façon dont les industries et les institutions culturelles ainsi que les grands médias traitent des sexualités, et enfin, la manière dont l’espace public est conçu à la fois comme un espace d’expression et de controverse à propos des sexualités.

Je vous laisse lire la présentation du numéro ainsi que le sommaire et les résumés des quelques 40 auteur-es qui y ont contribué.

Continuer la lecture de revue Hermès : Sexualités

Qu’est-ce qu’un site de rencontre ?

Il est dit depuis la création de ce blog que je travaille sur la question des politiques des affects, et ça a souvent pris le ton d’une discussion autour de la pornographie. Il est dit, bien moins souvent par contre, que je m’intéresse à la pornographie, parce qu’au début des années 2000 je m’intéressais aux documents de présentation de soi en général, certains d’entre eux étant à caractère sexuel. En 2000, il faut se rappeler que le web 1.0 ne s’appelait que « le web » ou « la toile », c’était avant l’invention de meetic, avant le boom des réseaux sociaux, avant même les blogosphères fourmillantes ; c’était l’époque des pages persos, et si les internautes faisaient déjà beaucoup de choses qu’ils continuent à faire aujourd’hui, les choses ne se passaient quand même pas tout à fait comme elles se déroulent aujourd’hui.

/// Un objet à étudier, de travers…

Pour être honnête, pendant assez longtemps, j’ai soigneusement évacué la question de la pornographie pour me concentrer sur les « vraies » pages persos et les « vrais » profils qui présentaient des gens cherchant des rencontres, des échanges « cybersexuels »,  des discussions autour de leurs pratiques, ces présentations allant des plus communes – « je suis untel/unetelle » – aux plus intriguantes, telles celles qui affichaient des catalogues de matériel SM en guise d’unique présentation de soi. Certains des internautes créant ces pages ne semblaient d’ailleurs même pas avoir de but précis et créaient et entretenaient leurs pages persos pour le seul plaisir de se présenter et d’être présent sur le web. J’opposais ce corpus de pages perso à caractère sexuel (PPCS) à une autre frange du web grandissant, celles des sites d’animatrices sexy ou porno, croyant déceler dans les pages perso une plus grande authenticité (#grosmalin) que dans les performances des actrices/animatrices. Je travaillais sur le web amateur, sans même encore l’avoir compris, je pensais que c’était d’abord un web « perso », où la signification de « perso » glissait tout aussi aisément vers celle de « quotidien » et « contingent » que vers celle de « sexuel » et « d’intime », et semblait éloigner toutes ces significations d’un ensemble articulé autour des termes professionnel.le/pornographie-de-studios/dispositifs-payants.

frontpages de sites de rencontres sur google image #ROSE #cœur #love #hétérosexualité
frontpages de sites de rencontres sur google image #ROSE #cœur #love #hétérosexualité

Puis vint l’invention des sites de rencontre généralistes, sur le modèle de match.com (lancé en 1995) et eharmony.com (lancé en 2000), ce qui a inspiré le lancement de meetic.fr (en 2001) et consorts. Vinrent aussi, un peu plus rapidement en fait, les plateformes communautaires liées aux pratiques libertines (friendfinder.com est lancé en 1996, et deviendra plus tard le célèbre Adultfriendfinder.com) et gays ( gay.com lancé en 1997, et gaydar.co.uk en 1999). Ces plateformes offraient les mêmes services que les sites de rencontre généralistes, et, sur leurs pages d’introduction et d’inscription, elles parlaient elles aussi, régulièrement mais jamais systématiquement, de rencontres. En effet, leurs services semblaient dépasser ceux des sites de rencontre généralistes, notamment par le fait qu’elles autorisaient les internautes à afficher des images d’eux-mêmes, dans le plus simple appareil si cela leur chantait1.

Je ne pouvais pas décemment évacuer ces plateformes libertines et gays au seul motif qu’elles contenaient des images ou des propos pornographiques, puisqu’elles contenaient aussi des discours tout à fait personnels ! Ces plateformes me mettaient face à une contradiction vis-à-vis de la catégorie même de pornographie : je n’avais jusqu’alors pas évacué la pornographie de mon corpus pour le fait de son caractère sexuel (sexe explicite vs. sexe neutralisé ou implicite) mais parce que je jugeais que les actrices/animatrices rémunérées n’était pas impliquées personnellement et authentiquement (pro vs. am, fiction vs. authenticité). N’arrivant pas à résoudre ce conflit définitionnel, j’ai choisi de conserver l’ensemble de ces sites comme un point se jouant de mes propres catégories d’interprétation mais un point pour autant tout à fait central sur le terrain en ce qu’il identifie un enjeu essentiel des pratiques des internautes autour de l’appréhension des images, de leurs usages et de leurs significations. Au fur et à mesure du développement du web 2.0, j’ai intégré des éléments de plus en plus ouvertement et uniquement centrés sur la pornographie, comprenant que j’avais durant un moment manqué de discernement quant à la définition de mon objet d’étude je ne travaillais ni tout à fait sur des types de contenus, ni tout à fait sur des types de sites web ; restait à éclaircir la définition de ce nouvel objet.

Je ne suis pas le seul à m’être confronté à ces enjeux, et c’est l’objet de ce post que de présenter une variété de réponses faites par d’autres chercheur.e.s aux questions de sexualité et de pornographie dans la conception et la définition d’objets d’études tournant autour des sociabilités numériques « intimes ». Il s’agit ici de montrer comment les projets et les conditions de recherches peuvent orienter (#LœufOuLaPoule) les choix de définition des terrains comme des objets à étudier. Les études que je vais présenter, et la définition que chacune d’entre elles offre de son objet, constituent les travaux les plus proches de mes propres recherches. Poser la question de la rencontre en ligne c’est poser la question de la production de relations directes (sans « entremetteuses ») entre les internautes (mais pas tout à fait sans intermédiaires, n’oublions quand même pas les dispositifs techniques). C’est aussi poser la question des relations entre médiation et médiatisation de la sexualité, interroger comment les cultures médiatiques, sentimentales/romantiques et sexuelles se construisent et se combinent.

Continuer la lecture de Qu’est-ce qu’un site de rencontre ?

  1. Notons bien que sites de rencontre généralistes et sites libertins ou gays requièrent tous la majorité légale pour activer un abonnement et les seconds ajoutent un avertissement pour contenus pornographiques à chaque connexion []

S1E3 les accès, le dispositif, les compétences : la technologie selon Vanneste

[Si vous avez manqué les épisodes précédents : Une proposition de loi « contre la pornographie » développe des arguments tantôt étranges tantôt éculés. Il s’agit d’y retrouver une logique, en pistant les énoncés les plus solides qui s’y sont logés. La définition des contenus pornographiques par exemple y est proscrite, car elle empêcherait de rendre terrifiants les effets mêmes de cette pornographie. Les accès aux  contenus pornographiques, qui sont devenus l’objet de toute l’attention des députés, nous mènent aujourd’hui à interroger la définition qu’ils donnent du dispositif technique]

++++++++++++++++++++++++++++++++++++++


Dimension sexuelle ET technique de la pornographie et double signification du terme « media »

On peut trouver dans  l’article de Gayle Rubin sur les discours anti-pornographie américains des années 80 (version GB-pdf  ici), un problème qui ne se pose d’abord qu’au traducteur : comment traduire l’emploi que Rubin a du terme « media » ? En effet, « si ce terme désigne souvent, en anglais comme en français, les moyens qui servent à la circulation d’informations (télévision, radio, presse écrite), il a le plus souvent dans ce texte le sens plus précis de « support de communication », voire de « type de production culturelle par lequel est diffusé un message écrit, visuel, audio-visuel, etc. » (la pornographie étant alors l’un des nombreux médias disponibles). »1, nous indique le traducteur de l’article en français. La pornographie est particulièrement sujette à ce genre de fusion entre contenus/dimension culturelle et dispositif/matérialité technique, et ce n’est pas le problème du seul traducteur entre l’anglais et le français.

La question est bien plus vaste, ce qui dans un sens est plutôt sain, puisque le dispositif est tout autant » culturel » que les contenus, le fait de s’en prendre aux « images » pornographiques étant tout à fait différent aujourd’hui de l’attaque de la littérature pornographique au XVIIIème siècle par exemple. Cette fusion permet toutefois de faire de nombreux raccourcis ou encore que les arguments déployés pour ou contre la pornographie finissent par user d’une construction complètement tautologique. G. Rubin ne tombe pas dans ce genre d’écueil, puisqu’elle relève justement les formules tautologiques des deux célèbres pseudo-féministes anti-porno MacKinnon et Dworkin. En revanche, elle fait glisser tout au long de son article la signification technique de « media » vers celle unique de « produit culturel » là-même où la fusion/confusion possible entre les deux structure les discours sur la pornographie. Rubin pourrait avoir pris le temps d’abord de discuter de documentation, de dispositif de lecture ou de visionnage, etc., discuter de technique, tant pis.

Dispositif technique indéfini et accès à la pornographie

Discuter du dispositif technique ? Certes, mais duquel ? En effet, si la proposition de loi de Vanneste ne s’engage jamais sur la voie d’une définition/discussion des contenus de la pornographie contre laquelle elle prétend s’ériger, elle ne s’engage pas plus dans la définition d’un dispositif technique ou d’une pratique particulière de ce dispositif autour desquels il faudrait précisément légiférer. Au contraire, les députés ont trouvé le moyen de régler le problème à la racine et de ne pas entrer dans less détails, en axant leurs décision sur la gestion des accès à la pornographie. L’épouvantail de la pornographie permet de constituer petit à petit un discours sur le dispositif technique comme arme du crime sans jamais l’accuser directement ; c’est donc une définition par défaut, comme pour la pornographie elle-même, qu’il faut chercher à lire dans ce texte.

La proposition de loi est claire sur un point, dès sa première ligne : elle traite des accès. Ensuite elle devient plus vague,  en surfant sur cette double dimension de la pornographie comme production culturelle et comme usage d’un dispositif technique. À proprement parler, elle construit son argumentaire tantôt  sur la question des accès (donc des index et des moteurs de recherches essentiellement, mais aussi des accès involontaires, en commençant par les pop-ups sauvages), sur la question du visionnage et de la consultation/consommation (comme relation sémiotique spécifique), sur l’existence seule des images et leur pouvoir intrinsèque (n’oublions pas que la proposition de loi affirme de but en blanc que « les images pornographiques provoquent la sécrétion de plusieurs hormones. » [SIC !]), enfin comme un enjeu de pouvoir entre enfants/ados, parents et État dans la définition de ce qui est visible ou pas. En somme, les objets techniques, aussi nombreux soient-ils permettent à chaque fois d’instaurer la même réthorique : l’objet technique permet qu’il se passe ceci ou cela, l’évènement en question étant indésirable a priori (voir une image, obtenir une réponse, etc.), l’accès global à la pornographie doit donc être régulé/censuré.

Continuer la lecture de S1E3 les accès, le dispositif, les compétences : la technologie selon Vanneste

  1. Rubin G. Surveiller et Jouir, PAris, EPEL 2011, p. 276 []