Archives par mot-clé : épistémologie

revue POLI n°11 « Politiques sonores »

Cette semaine sort le numéro 11 de la revue POLI, Politiques des Images, numéro coordonné par le chercheur M. Boidy  (CEMTI-Paris 8),  l’artiste pali meursault et moi-même et réalisé en collaboration et avec le soutien de la Philharmonie de Paris.

Ce numéro présente notamment de nombreuses traductions inédites qui intéresseront sans aucun doute les spécialistes de cultural & visual studies : d’abord, le second texte de l’anthropologue australien M. Taussig traduit en français, texte qui aborde l’usage du phonographe dans les expéditions coloniales aux côté de la dynamite, des feux d’artifices et des fusils.  Ensuite, un texte bien connu de N. Mirzoeff sur les luttes politiques des peintres et sculpteurs sourds en France au XVIIIème s., et un texte de la musicologue J.A. Peraino qui aborde la question du caractère genré de la voix et des reprises de chansons pop. Enfin, une grande interview de J. Sterne, auteur de « The Audible Past » (fraîchement traduit en français, foncez lire « une histoire de la modernité sonore », co-éd. par La Découverte/La Rue Musicale), interview durant laquelle il raconte la naissance des sound studies comme  cadre théorique et critique en rapport étroit avec celui des visual studies.

je vous laisse lire la présentation du numéro que l’on peut retrouver aussi sur le site de POLIrevue,  notez bien que vous pouvez d’ores et déjà télécharger gratuitement l’édito et très bientôt l’article de Nicholas Mirzoeff, théoricien bien connu des visual et sound studies.

bonne lecture !

PS : n’hésitez  pas à commander des anciens numéros à l’unité ou bien à vous abonner à la revue 😉

Continuer la lecture de revue POLI n°11 « Politiques sonores »

Chatroulette : et le sexe devint l’erreur du web 2.0 (#oldiesbutgoodies)

Voici la version française d’un texte déjà posté jadis en anglais sur sociographie.net, version française qui était elle-même parue en mai 2011 dans le n°4 de la revue POLI, Politiques des Images. Il est bien daté puisque chatroulette a non seulement été fermé pendant deux ans, mais a vu ses usages complètement redesignés, pour des raisons mêlant à la fois morale médiatico-sexuelle, problèmes de qualification juridique des contenus et, non des moindres, tentatives de dégager une plus-value à partir d’une plateforme vraiment pas optimisée pour ce type d’objectifs au départ.

J’ai corrigé une note de bas de page, mais n’ai touché à rien d’autre, même si parfois, j’aurai bien envie de tout reprendre, ayant un petit peu mieux formulé ma conception de ce que DOIT être une étude du web pour être qualifiée de netnography (ce mot est affreux, mais bon…) ou encore d’ethnographie en ligne :  pour faire vite, lire des posts de blogs un après-midi, ou bien surfer de temps en temps dans pornhub ou meetic, même en prenant des notes au crayon dans un moleskine, ça compte pas. Relater la manière dont on peut remplir son profil sur une plateforme ou raconter des anecdotes d’interactions glanées auprès d’utilisateurs dont on ne cerne qu’à grand peine les usages ne suffit pas pour présenter un dispositif. En gros, la sociologie ou l’ethnométhodologie du web de l’intime qui produit des modes d’emploi de sites web (j’en ai encore lu un bien long il n’y a pas longtemps, je reviendrai dessus très bientôt ici) ne vaut rien à mes yeux, parce que produire des modes d’emplois d’objets techniques c’est passer à côté complètement de ces objets et de ce qui les entoure. Mettre en évidence la spécificité d’une articulation de discours sexuels (donc de cultures sexuelles spécifiques transformées ou apparues avec le web), et de pratiques (médiatiques, corporelles, etc.) et d’objets sémio-techniques traversés par des rapports de forces particulièrement puissants, demande un minimum de points de passages aux chercheur.e.s, à commencer par être en mesure de situer leur point de vue sur le terrain, de mesurer l’impact de leurs motifs scientifiques sur ce point de vue, de formuler la manière dont leur présence sur le terrain EST une présence sexuelle, quoi qu’il.le.s en pensent, et aussi désincarnée puisse-t-elle être.  À partir de là, on peut allonger la liste, certes, mais on peut commencer concrètement à accorder du crédit à ce qu’on lit, tout simplement parce qu’on a affaire à un travail ethnographique à part entière, et pas seulement à un récit vite emballé. mais je m’égare, revenons à chatroulette…

Dans ce petit texte, je fais le récit mi-scandalisé mi amusé des premières « études » qui ont été faites à propos de chatroulette, études toutes plus pressées, et donc bâclées, les unes que les autres, études dont celles produites par des labos d’instituts célèbres ou d’entreprises 2.0 n’étaient pourtant pas les plus scrupuleuses en termes d’éthiques comme, surtout, de logique élémentaire de la collecte de données.  Pourquoi, une plateforme conçue par un ado de 17ans donnait du fil à retordre à des chercheurs soit-disant rompus à l’ethnographie du web  ? Parce que le site proposait à l’époque l’exact inverse du sur-balisage du web « classique » et n’était pas en mesure d’avertir du caractère sexuel ou pas des contenus accessibles à un temps t((je vous renvois à la page wikipédia, dont le footer contient un certain nombre d’articles tous plus amusants les uns que les autres, et illustrant fort bien ce qui passionnait les foules (de journalistes) au lancement de la plateforme)). Cette surprise sexuelle permanente a eu pour premier effet de faire basculer une portion non négligeable des chercheurs et des journalistes dans une panique méthodologico-morale, dont je vous laisse prendre la mesure, en précisant, que quelques années plus tard, il n’est pas rare, de croiser ce type de raisonnements alambiqués face (ou bien, plus souvent, afin de ne surtout pas avoir à faire face) à de tels terrains.

Bonne lecture 🙂

 

chatroulettepix

 ***

Chatroulette.com est un site web dont la fulgurante publicité s’est faite entre fin 2009 et début 2010, et dont l’avenir semble encore incertain au courant de l’été 2010, qu’il prenne une nouvelle forme ou disparaisse complètement. Le temps d’un hiver, Chatroulette a posé quelques problèmes aux internautes, principalement à ceux qui prennent pour tâche de commenter et décrire le web, qu’ils soient journalistes, sociologues ou spécialistes des médias. C’est l’un de ces problèmes qu’il va s’agir de dessiner ici. Chatroulette est un site web proposant à quiconque muni d’une webcam d’être mis en contact audiovisuel avec un inconnu. S’il est possible de ne pas activer sa propre caméra, l’usage veut que l’on autorise la machine à nous filmer en même temps que l’est notre interlocuteur. L’écran principal de Chatroulette est scindé en deux parties de tailles égales. Sur la moitié droite de l’écran une zone dans laquelle il est possible de rédiger des messages, ce qui produit un effet de discussion en ligne lorsque les interlocuteurs écrivent chacun leur tour. Sur la moitié gauche de l’écran sont disposés les deux cadres affichant les caméras, celle de l’interlocuteur en haut, et la nôtre en bas. L’interface de Chatroulette permet ainsi aux internautes de se voir, de se parler et de s’écrire simultanément, représentant à l’écran quelque chose d’improbable hors du web : visualiser le champ, le contre-champ et les dialogues rédigés d’un seul coup d’œil, en somme, avoir sous les yeux la représentation documentaire du face-à-face auquel on est en train de participer.

Continuer la lecture de Chatroulette : et le sexe devint l’erreur du web 2.0 (#oldiesbutgoodies)

Terrains « ratés » et métaphores de l’exercice réflexif

Je voulais écrire une petite note sur la réflexivité, ou plutôt sur le soin  à apporter au fait de la garder vivante, de ne pas la réifier comme méthode, ni d’enquête ni de compte-rendu. C’est pour une autre fois, la première version est illisible. C’était une manière d’annoncer la sortie d’un article que j’ai co-écrit avec Jonathan Chibois, sur ces questions et l’impact qu’elles ont eu sur la façon dont nous avons écrit et valorisé différents types de textes et de formes scripturales au cours de nos enquêtes respectives (dont les thèmes, parlement et sexualités, n’ont pas grand chose à voir, il est vrai 😉 ). Une version de ce papier est disponible dans les archives HAL : Jonathan Chibois, Fred Pailler. Une métaphore digestive de l’exercice réflexif, in Matthieu Quidu (dir). Épistémologie du corps du savant (tome I), 1, L’Harmattan, 2014, Le chercheur et la description scientifique du réel, 978-2-343-03953-4 et Jonathan cross-poste à ce sujet aussi.

Avec Jonathan, nous nous sommes bien entendu parce que nous avions une expérience assez similaire de terrains d’enquêtes que nous jugions, à un moment donné, complètement ratés. De fait, étant le plus vieux, j’avais un peu d’avance sur la manière de formuler et de sortir de cette impression d’échec, tout en n’ayant pas encore les moyens d’en produire la théorie. Plus frais et plus à vif face à ses échecs, Jonathan a été pour moi un bon interlocuteur, ravivant aisément une série de questions en apparences insurmontables. C’est donc un (long) processus de formulation des éléments les plus infimes de ces ratages qui s’est engagé entre lui et moi, avec la conviction qu’il était possible de produire des compte-rendus précisément à partir des défaillances méthodologiques et individuelles que nous avions traversées. La question s’est formulée autour des métaphores qui animent les conceptions canoniques de la réflexivité, parce qu’au milieu de ce travail, Jonathan animait un mois du carnet de la Villa Réflexive  ; la manière de formuler les choses aurait peut-être aussi bien pu être orientée plus concrètement vers celle des formulations plus classiques en méthodologie d’enquête en sociologie (la sociologie qui oublie parfois qu’elle peut réfléchir aux catégories qu’elle emploie pour décrire, par exemple… #ploumploum)  ou, encore, vers celle des savoirs situés, bien plus pratique à mon sens. Quoi qu’il en soit, c’est le passage d’un travail par objets d’études que l’on doit décrire à un travail par déploiement de problèmes qui a motivé notre rédaction de l’article, puisque nous y proposons une métaphore moins centrée sur une conception spatiale et spéculaire de la réflexivité, une métaphore qui, au contraire, insiste sur le travail nécessaire de transformation, d’assimilation et de digestion des problèmes épistémiques/épistémologiques qui se sont posés au chercheur durant son enquête.

il ne me reste plus qu’à vous en souhaiter une bonne lecture.