Archives par mot-clé : écriture

twitter et les usages affectifs des hashtags

je n’ai jamais communiqué sur ce blog à propos de la sortie des articles que j’ai écrits en compagnie de Maxime Cervulle à propos de  la plateforme Twitter et des deux hashtags #manifpourtous et #mariagepourtous en 2014 et 2015. Comme les articles, au nombre de deux pour le moment, constituent en fait la partie terrain et la partie plus théorique d’un même travail, mais que le premier est bien plus souvent lu et cité que le second, peut-être moins accessible puisque dans des actes publiés à un très petit nombre d’exemplaires, ce post vise à  faciliter leur référencement commun. Il pourra d’ailleurs, je l’espère, être actualisé dans un avenir pas trop lointain, afin d’y ajouter un ou deux autres textes tirés de la même étude, textes co-écrits avec des auteur.e.s supplémentaires.

Le premier papier présente l’étude que l’on a faite à partir d’un corpus de tweets collectés en 2013 durant le débat à l’assemblée nationale sur le mariage pour les personnes de même sexe. Il est publié sur le site de la rfsic et sa référence est la suivante :

 Maxime Cervulle et Fred Pailler, « #mariagepourtous : Twitter et la politique affective des hashtags », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 4 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 19 décembre 2016. URL : http://rfsic.revues.org/717 ; DOI : 10.4000/rfsic.717

Résumé : Au cours des années 2012 et 2013, le projet de réforme du Code civil français visant l’ouverture du mariage aux couples de personnes de même sexe a fait l’objet d’une importante controverse et a rencontré une forte opposition, notamment représentée par La Manif pour tous. Le mouvement d’opposition s’est en particulier appuyé sur une formation discursive défendant une conception rigide de la « différence des sexes » par la revendication d’un modèle familial strictement nucléaire et d’une division sexuée des rôles sociaux. À partir de l’étude des traces d’usages sur Twitter, cet article vise à interroger les processus de médiatisation de cette controverse tels qu’ils se sont manifestés au sein de ce réseau social numérique. Sur la base d’un corpus de tweets collectés durant le printemps 2013, nous proposons une réflexion à la fois méthodologique et théorique sur les enjeux et modalités du déploiement des discours relatifs à la controverse au sein de cette plateforme de sociabilité numérique. En interrogeant la dimension affective de l’usage des hashtags (mots-clés choisis par les usagers pour indexer un message), nous tentons de rendre compte de l’activation en ligne de rapports de force au travers desquelles se constitue et s’exerce l’identité des acteurs collectifs de la controverse. Il s’agit de décrire la capacité de cette pratique ordinaire d’indexation à mettre en tension des discours au sein d’un champ de relations. L’article souligne ainsi combien la participation au débat public relatif au « mariage pour tous » sur Twitter n’aurait pas tant consisté en l’expression de la singularité des usagers qu’en la contribution de ces derniers à une entreprise collective de construction et d’indexation de tensions sociales dont ils étaient en situation de faire l’expérience.

Le deuxième article est paru en mars 2016 et sa référence est la suivante :

Maxime Cervulle, Fred Pailler. De la politique des identités à la politique des affects : communautés et controverses en ligne. Actes du colloque Théma’TIC 2014 – IUT R. Schuman – université de Strasbourg. 2016 [preprint –> <hal-01221327>]

résumé : Dans cet article, nous revenons sur une recherche conduite en 2013 et 2014 à partir de l’étude de traces d’usages récoltées sur la plateforme de micro-blogging Twitter, à l’occasion du débat public relatif à l’ouverture du mariage aux couples de personnes de même sexe (Cervulle et Pailler, 2014). L’étude du débat tel qu’il a pris forme sur Twitter donne à voir combien les pratiques d’indexation participent désormais du répertoire des pratiques politiques, puisqu’en effet, le recours des internautes à ces pratiques permet d’activer et d’intensifier des tensions à la fois de l’ordre du discours et de la sociabilité. Dans cet article, nous souhaitons souligner le rôle spécifique des dispositifs sociotechniques dans l’édification en ligne d’une politique en partie non-représentationnelle, qui se distingue nettement des modalités de mobilisation et d’affrontements politiques perceptibles dans l’espace public. Ne postulant ni la revendication identitaire comme moment nécessaire des actions politiques, ni les revendications d’accès et de reconnaissances comme forcément identitaires, nous montrons, à partir d’une réflexion sur l’usage affectif de l’indexation par les « hashtags » (mots-clés utilisés sur la plateforme Twitter), non pas tant une disparition du processus de représentation et de son corollaire identitaire que des usages particulièrement différenciés de la représentation suivant les contextes et les acteurs.

bonne lecture !

Terrains « ratés » et métaphores de l’exercice réflexif

Je voulais écrire une petite note sur la réflexivité, ou plutôt sur le soin  à apporter au fait de la garder vivante, de ne pas la réifier comme méthode, ni d’enquête ni de compte-rendu. C’est pour une autre fois, la première version est illisible. C’était une manière d’annoncer la sortie d’un article que j’ai co-écrit avec Jonathan Chibois, sur ces questions et l’impact qu’elles ont eu sur la façon dont nous avons écrit et valorisé différents types de textes et de formes scripturales au cours de nos enquêtes respectives (dont les thèmes, parlement et sexualités, n’ont pas grand chose à voir, il est vrai 😉 ). Une version de ce papier est disponible dans les archives HAL : Jonathan Chibois, Fred Pailler. Une métaphore digestive de l’exercice réflexif, in Matthieu Quidu (dir). Épistémologie du corps du savant (tome I), 1, L’Harmattan, 2014, Le chercheur et la description scientifique du réel, 978-2-343-03953-4 et Jonathan cross-poste à ce sujet aussi.

Avec Jonathan, nous nous sommes bien entendu parce que nous avions une expérience assez similaire de terrains d’enquêtes que nous jugions, à un moment donné, complètement ratés. De fait, étant le plus vieux, j’avais un peu d’avance sur la manière de formuler et de sortir de cette impression d’échec, tout en n’ayant pas encore les moyens d’en produire la théorie. Plus frais et plus à vif face à ses échecs, Jonathan a été pour moi un bon interlocuteur, ravivant aisément une série de questions en apparences insurmontables. C’est donc un (long) processus de formulation des éléments les plus infimes de ces ratages qui s’est engagé entre lui et moi, avec la conviction qu’il était possible de produire des compte-rendus précisément à partir des défaillances méthodologiques et individuelles que nous avions traversées. La question s’est formulée autour des métaphores qui animent les conceptions canoniques de la réflexivité, parce qu’au milieu de ce travail, Jonathan animait un mois du carnet de la Villa Réflexive  ; la manière de formuler les choses aurait peut-être aussi bien pu être orientée plus concrètement vers celle des formulations plus classiques en méthodologie d’enquête en sociologie (la sociologie qui oublie parfois qu’elle peut réfléchir aux catégories qu’elle emploie pour décrire, par exemple… #ploumploum)  ou, encore, vers celle des savoirs situés, bien plus pratique à mon sens. Quoi qu’il en soit, c’est le passage d’un travail par objets d’études que l’on doit décrire à un travail par déploiement de problèmes qui a motivé notre rédaction de l’article, puisque nous y proposons une métaphore moins centrée sur une conception spatiale et spéculaire de la réflexivité, une métaphore qui, au contraire, insiste sur le travail nécessaire de transformation, d’assimilation et de digestion des problèmes épistémiques/épistémologiques qui se sont posés au chercheur durant son enquête.

il ne me reste plus qu’à vous en souhaiter une bonne lecture.