Archives par mot-clé : contenus

les usages des catégories sexuelles en ligne

le 14 décembre 2016, s’est tenu à Lille la journée d’étude « Genre, médias et numérique », organisée par le labo Geriico, et à laquelle j’ai été invité pour présenter une partie de mon travail de thèse en cours de rédaction. Les vidéos des interventions sont d’ores et déjà disponibles sur le site de l’université de lille 3, et je copie ici les notes de mon intervention notamment parce que c’est l’occasion de pouvoir enfin publier à l’écrit un travail commencé en 2011 et jusqu’ici plutôt documenté de façon audio (conférences à l’ISCC, quelques émissions de radio, etc.), si l’on met de côté le post initial qui avait fait suite à ma communication à l’AFS2011. Par ailleurs, je suis convaincu que c’est un texte qui peut aider chercheur·e·s ou étudiant·e·s à situer de façon à la fois plus explicite et plus riche leurs travaux lorsqu’il·le·s font le choix conscient de se concentrer sur un seul type de plateforme. Enfin, cette communication à Lille est le fruit d’un premier effort de synthèse à un moment ou je suis en train encore de reprendre la grille d’analyse des interfaces, aussi tout n’y est pas toujours parfaitement abouti ni impeccablement défini, mais ce sont les joies du travail scientifique en train de se faire…

Pour commencer

Je travaille sur des plateformes dont on fait un usage sexuel ou sentimental en ligne, que ce soit des plateformes de rencontre généraliste ou de niche, à visée sentimentale ou récréative, ou encore des plateformes de diffusion de vidéo pornographiques. Je ne distingue pas a priori rencontre et tubes pornographiques, car, sur le terrain, les plateformes qui m’intéressent offrent toutes la possibilité de rencontrer en échangeant des messages, ou bien de regarder, consulter (il est facile de comprendre que c’est l’activité incontournable 😉 ), quels que soient les contenus consultés.

logos_sites adopte meetic tinder mytilene grindr planetromeo cam4xhamster xtube adultfriendfinder, etc.
la classification des plateformes entre sites de rencontre et sites porno est-elle sociologiquement pertinente ?

L’argument méthodologique qui voudrait que l’on définisse en sciences sociales un objet médiatique à étudier par le fait qu’il est plus ou moins sexuel ou pus ou moins sentimental ne me semble aucunement recevable étant donné qu’il invisibiliserait ce qui anime principalement les plateformes, c’est-à-dire le fait même de positionner une offre technologique sur des critères à la fois médiatiques ET sexuels. C’est ce qui m’intéresse ici, et la façon dont je vais solliciter la notion d’orientation intimes développée par M. Bozon pour expliquer les énoncés formulés dans les interfaces des plateformes pourrait tout aussi bien être utilisée pour expliquer les prises de position méthodologiques des chercheur·e·s sur la délimitation de leurs terrains/objets.

L’inscription sur ces plateformes consiste en un travail de définition de soi, de présentation de soi et d’enregistrement de données au sein d’une base de données. Ces données qui seront soit utilisées par la plateforme elle-même pour identifier ses client.e.s, soit publiées à l’attention des autres abonné.e.s, soit transmises à des entreprises tierces (annonceurs, etc.) dans un contexte de marché biface.

L’étape de l’inscription organise un tri des personnes, parfois la constitution de groupes cohérents, suivant des catégories mises à leur disposition dans les formulaires d’inscription. Les potentiel.le.s abonné.e.s doivent pouvoir y correspondre ou tout du moins pouvoir s’en accommoder, et pouvoir s’accommoder ensuite du type d’expérience en ligne que les plateformes ont pensé devoir correspondre au choix de telle ou telle de ces catégories. Les catégories en jeu sont systématiquement issues de l’une ou l’autre de ces familles de catégories que l’on peut regrouper sous l’appellation générique de « catégories sexuelles », qui comprennent les catégories de sexe ou genre, d’orientation sexuelle et de statut relationnel.

Ce qui m’intéresse dans la compréhension des usages de ces catégories sexuelles par les plateformes, c’est moins qui elles désignent, que la façon dont parfois tout peut être réduit à la combinaison de seulement deux d’entre elles (catégories de genre h/f) ou bien au contraire d’autres fois tout va concourir à en solliciter une bien plus grande variété. C’est-à-dire que le nombre même de ces catégories sur le terrain va impliquer des logiques différentes dans leur emploi, leur combinaison et, au final, leur signification1.  Choisir entre ces deux possibilités (lexique réduit ou varié) d’utiliser les catégories sexuelles a des conséquences importantes, à la fois logiques, médiatiques et sociales.

Je vais d’abord présenter le fonctionnement des formulaires d’inscription, puis ce qu’il se passe lors de la navigation sur ces plateformes, et enfin, à l’aide de la notion d’orientations intimes, de M. Bozon, tenter de mettre ces logiques d’inscription et de navigation en perspective.

Continuer la lecture de les usages des catégories sexuelles en ligne

  1. on retrouve bien entendu cette idée chez E. Kosofsky-Sedgwick, notamment dans l’introduction à Épistémologie du Placard, cf. Kosofsky-Sedgwick Eve, 2008, Épistémologie du placard, Paris, éd. Amsterdam []

décrypter l’amendement « anti-anorexiques » n°1052 de la Loi sur la Santé Publique

3 amendements ont été votés en catimini fin mars 2015, après [EDIT : que l’un d’entre eux a] été , durant les 15 jours précédents, d’abord retiré puis réintroduit, au dernier moment,  au projet de loi de santé publique1 : le premier, l’amendement n°1053 porte sur les retouches d’images représentant des corps, un autre, l’amendement n°2310, porte sur le poids et la santé des mannequins, un troisième, l’amendement n°1052, porte sur la répression des sites créés par des personnes atteintes de troubles des conduites alimentaires (TCA). Ces trois textes ne touchent pas aux mêmes champs de l’expérience des TCA et de leur traitement, et ne doivent pas forcément être lus comme un ensemble cohérent.

En effet, les deux premiers concernent la production et la mise en circulation dans une optique de gain financier d’images produites par l’industrie de la mode et du divertissement, et ce n’est pas un problème qu’ils soient passés au vote, si tant est que des personnes compétentes en droit du travail et en politiques des médias soient consultées pour la rédaction des décrets. L’amendement n°1053 sur la retouche photo ne devrait faire souffrir personne de par son insertion dans le code pénal. L’amendement n°2310 sur l’emploi de mannequins jugé.e.s trop maigres, dans son principe, revient à faire entériner par l’État la normalisation de la maigreur/minceur qui sera affichée par les mannequins plutôt qu’à prôner une plus grande diversité des corps dans le monde de la mode et du divertissement. Mais il reste toutefois audible dès lors qu’il permet à certains acteurs (les associations, les mannequins eux-mêmes ?) d’alerter la justice sur des cas de maltraitance et de problèmes de santé au travail.

Le troisième, celui concernant les sites dits « pro-ana », pose un problème juridique, social et médical différent des deux premiers et bien plus sérieux : il concerne moins l’industrie du divertissement que la parole et les sociabilités mêmes des personnes souffrant de TCA. Or, comme le plaide l’équipe Anamia depuis des années, pour qu’un débat serein sur le « pro-ana » ait lieu, il faut avant tout que le climat autour de ces sites ne soit plus dominé, comme il l’est aujourd’hui, par des postures émotionnelles et paniques visant simplement à la disparition du « symptôme », en l’occurrence les sites eux-mêmes, plutôt qu’à la disparition des souffrances. Malgré cela, dans l’état actuel de la prise en compte des TCA dans le débat public, il est manifeste que ce n’est pas encore le cas et l’amendement n°1052 n’apaise en rien la panique désignant ces blogs comme un problème puisqu’il vise à son tour, en essayant de n’en avoir jamais l’air, à désigner les blogueuses parlant de leurs TCA comme des criminelles agissant à l’encontre d’autres blogueuses.

Je propose dans les paragraphes suivants une lecture de l’amendement n°1052, qui, de part son statut de texte annonçant une intention de légiférer, n’est pas un texte tenu à une grande rigueur rhétorique ni même logique ; il se définit lui-même comme un « exposé sommaire ». À partir des connaissances scientifiques dont nous disposons (à commencer par les résultats de l’étude financée par l’ANR et réalisée par l’équipe pluridisciplinaire Anamia), je tente de réfléchir à la fois à ce que l’amendement énonce explicitement, à ce qu’il sous-entend et/ou à ce qu’il dissimule suivant les cas, à ce qu’il ignore (volontairement ou pas), à ce qu’il génère comme possible pénal ou comme conséquences pour les personnes atteintes de TCA qui feraient usage d’internet dans le cadre de leur maladie (c’est à dire une majorité d’entre elles). Commençons par le commencement, et par les premières lignes de ce texte.

Continuer la lecture de décrypter l’amendement « anti-anorexiques » n°1052 de la Loi sur la Santé Publique

  1. puisqu’on m’en a fait la remarque : l’expression « en catimini » fait référence non pas à un secret absolu qui aurait été gardé par les députés, mais au fait que tout s’est déroulé de manière à ce que le débat public ne puisse avoir lieu sur cette question avant la discussion à l’assemblée. L’expression utilisée ici est associée étymologiquement aux menstruations dont il n’est pas question de faire mention, de par leur caractère à la fois ordinaire et sacrilège []

« L’échange de sextos chez les adolescents et son impact sur le secteur des technologies » par d.boyd (trad.)

Résumé

Lors de cette conférence, danah boyd présente les enjeux technologiques, moraux et culturels liés à la pratique du sexting (« sex » + « texto »), c’est-à-dire à l’usage sexuel des technologies numériques d’enregistrement et de communication, les appareils photo numériques et les téléphones mobiles en premier lieu. De façon générale, les objets techniques génèrent des pratiques qui se déplacent et se transforment suivant les contextes politiques et domestiques mais aussi, simplement, au contact d’autres objets techniques amenant alors à revoir certaines pratiques jusque là bien établies.

Ici, c’est la photographie qui est remise en jeu en tant que pratique, alors qu’elle n’a pas fait l’objet de débats ni de conflits pendant des décennies. Depuis le début des années 2000, elle pose problème parce qu’il est devenu possible de faire circuler  sur internet ou sur les téléphones mobiles des photographies habituellement réservées à des usages privés (au sein du couple, etc.) ou bien destinées à  être oubliées au fond d’un tiroir. Cette visibilité soudaine de certaines images a enclenché une suite de réactions juridiques, techniques et sociales relativement violentes, allant jusqu’au fichage d’adolescents comme délinquants sexuels, ceux-ci ayant été jugés coupables de production, détention et diffusion de « pornographie infantile d’eux-mêmes ».

Dans sa conférence, d. boyd évoque essentiellement le scénario de panique morale tel qu’il s’est déroulé en Australie puis aux USA. Si les pays animés par cette réponse démesurée aux pratiques de sexting semblent offrir un terreau culturel bien différent du contexte français, il n’en reste pas moins que la législation française fonctionne avec le même vide juridique que les premiers : une interdiction aux mineurs de moins de 18 ans de manipuler ou produire de la pornographie alors que la majorité sexuelle est, elle, fixée à 16 ans. Si pour le moment, il n’existe pas de cas instruits par la justice française concernant des affaires de sexting, il n’est  pas inutile pour autant de réfléchir à la question.

Durant cette conférence, d. boyd s’adresse au secteur industriel, aux entrepreneurs spécialisés dans les technologies, parce que : 1/ ce secteur a un rôle à jouer dans la résolution de ce genre de problème puisqu’il en est l’un des vecteurs, et 2/ ce rôle ne relève pas des réponses qu’il a l’habitude de fournir, c’est-à-dire des réponses techniques et informatiques. L’ethnographe pose les éléments d’un programme sans pour autant être en mesure, de son propre aveu, de fournir une solution directement réalisable. Elle pose donc plutôt un programme de recherche et d’innovation, visant à penser à la fois les pratiques dans le contexte des sociabilités adolescentes et la manière dont une collaboration de l’ensemble du secteur technologique et des autorités pourrait permettre de dissocier et de mieux traiter d’une part les pratiques liées au sexting et d’autre part celles liées à la pornographie infantile.

bonne lecture.

fp.

Continuer la lecture de « L’échange de sextos chez les adolescents et son impact sur le secteur des technologies » par d.boyd (trad.)

S1E1 Ce que définir la pornographie veut dire…

[Si vous avez manqué l’épisode précédent : On y présente une proposition de loi contre la pornographie. On y annonce que des commentaires vont suivre, et qu’ils concerneront autant la pornographie que certaines conceptions des dispositifs techniques. On y introduit l’idée de « politiques des affects » et celle des enjeux de pouvoirs quant à la production et la consommation des images pornographiques (qui compte tout autant pour aborder le discours du législateur, pour comprendre les usages du web que pour fonder une méthode d’investigation sociologique pertinente]1.

+++++++++++++++++++++++++++++++++

Lorsqu’il est difficile de définir la pornographie, et surtout ses contenus

Parler de pornographie n’est pas toujours évident, légiférer et réguler la pornographie l’est encore moins dans la mesure où le discours législatif se donne deux objectifs : concerner tout le monde, et avoir l’air clair sinon définitif. Dans ce contexte, il faut savoir que la législation française peine depuis des décennies à définir ce qu’est la pornographie et n’arrive en aucune manière à se positionner clairement sur le sujet2. Elle tourne autour de la question, ne pouvant ni s’empêcher de produire un avis sur ce sujet (pour des motifs moraux ou sanitaires : par exemple, la charte de canal+ en est une version riche d’enseignements),  ni parvenir, en conséquence, à fournir une définition cohérente et applicable dans un contexte juridique.

Le texte de C. Vanneste ne déroge pas à cette tradition dans la mesure où, en aucun cas, il n’y est question de s’affronter à la définition des contenus pornographiques qu’il incrimine pourtant. Du coup, pour comprendre l’enjeu de cette proposition de loi, il faut, en premier lieu, se faire à l’idée qu’elle ne parle pas de pornographie, et que ce silence, somme toute bruyant, est tout à fait normal, vu qu’il constitue la rhétorique la plus cohérente pour les personnes qui revendiquent de combattre la pornographie par principe. Ne nous trompons pas, la vision d’un monde séparé entre pro- et anti-pornographie est peu pertinente, même si l’énonciation publique de l’une des positions voit le plus souvent un » mur se lever » pour défendre la position adverse (ce qui est en train de se passer sur le web avec la proposition de loi de Vanneste…).

Vanneste ne définit pas la pornographie par ses contenus et ne discute jamais de ce qu’elle montre.  Pour autant, il n’en donne pas moins une représentation et va même jusqu’à mentionner certains de ses contenus sous réserve de ne jamais les problématiser. La version qu’il donne de la pornographie devrait faire l’objet de l’épisode suivant (S1E2) d’ailleurs. Ainsi, les contenus ne font pas partie de sa stratégie discursive, ou plutôt, ils n’en font précisément partie qu’en restant des objets éloignés et flous de sa proposition de loi.

« Savoir sans savoir-définir », une forme discursive particulière

On peut se remémorer le célèbre « i know it when i see it ! » du juge Potter Stewart qui ne savait pas définir la pornographie hardcore, mais savait la reconnaître lorsqu’il en voyait. De fait, c’est une assertion qu’il faut considérer en ce qu’elle indique une manière de produire ou solliciter de la connaissance : Que sait-on que l’on ne sache définir ? Ou plutôt que sait-on qu’il n’y ait pas besoin, ni intérêt, à définir, pour statuer/trancher/agir ? « Savoir sans savoir définir » constitue un fondement épistémique sur lequel nous reviendrons plus loin, connaître sans savoir dire quoi, connaissance bien silencieuse, que l’on peut déjà considérer comme une forme particulièrement liée à un va et vient entre implicitation et explicitation des choses.

Continuer la lecture de S1E1 Ce que définir la pornographie veut dire…

  1. ce billet étant rédigé au beau milieu des prés et des chataigners, les références bibliographiques seront sommaires, jusqu’à nouvel ordre, c’est-à-dire jusqu’à mon retour en zone de forte densité urbaine… []
  2. cf. les travaux respectifs de M. Iacub, « De la pornographie en Amérique » dont on peut lire la synthèse par M.Trachman, M. Marzano, Alice au pays du porno et… (il est resté sur la table de la cuisine en partant !!), entre autres donc, ainsi que  R. Ogien, dont on peut trouver une synthèse de l’ouvrage « Penser la pornographie » []