Archives par mot-clé : catégories sexuelles

les usages des catégories sexuelles en ligne

le 14 décembre 2016, s’est tenu à Lille la journée d’étude « Genre, médias et numérique », organisée par le labo Geriico, et à laquelle j’ai été invité pour présenter une partie de mon travail de thèse en cours de rédaction. Les vidéos des interventions sont d’ores et déjà disponibles sur le site de l’université de lille 3, et je copie ici les notes de mon intervention notamment parce que c’est l’occasion de pouvoir enfin publier à l’écrit un travail commencé en 2011 et jusqu’ici plutôt documenté de façon audio (conférences à l’ISCC, quelques émissions de radio, etc.), si l’on met de côté le post initial qui avait fait suite à ma communication à l’AFS2011. Par ailleurs, je suis convaincu que c’est un texte qui peut aider chercheur·e·s ou étudiant·e·s à situer de façon à la fois plus explicite et plus riche leurs travaux lorsqu’il·le·s font le choix conscient de se concentrer sur un seul type de plateforme. Enfin, cette communication à Lille est le fruit d’un premier effort de synthèse à un moment ou je suis en train encore de reprendre la grille d’analyse des interfaces, aussi tout n’y est pas toujours parfaitement abouti ni impeccablement défini, mais ce sont les joies du travail scientifique en train de se faire…

Pour commencer

Je travaille sur des plateformes dont on fait un usage sexuel ou sentimental en ligne, que ce soit des plateformes de rencontre généraliste ou de niche, à visée sentimentale ou récréative, ou encore des plateformes de diffusion de vidéo pornographiques. Je ne distingue pas a priori rencontre et tubes pornographiques, car, sur le terrain, les plateformes qui m’intéressent offrent toutes la possibilité de rencontrer en échangeant des messages, ou bien de regarder, consulter (il est facile de comprendre que c’est l’activité incontournable 😉 ), quels que soient les contenus consultés.

logos_sites adopte meetic tinder mytilene grindr planetromeo cam4xhamster xtube adultfriendfinder, etc.
la classification des plateformes entre sites de rencontre et sites porno est-elle sociologiquement pertinente ?

L’argument méthodologique qui voudrait que l’on définisse en sciences sociales un objet médiatique à étudier par le fait qu’il est plus ou moins sexuel ou pus ou moins sentimental ne me semble aucunement recevable étant donné qu’il invisibiliserait ce qui anime principalement les plateformes, c’est-à-dire le fait même de positionner une offre technologique sur des critères à la fois médiatiques ET sexuels. C’est ce qui m’intéresse ici, et la façon dont je vais solliciter la notion d’orientation intimes développée par M. Bozon pour expliquer les énoncés formulés dans les interfaces des plateformes pourrait tout aussi bien être utilisée pour expliquer les prises de position méthodologiques des chercheur·e·s sur la délimitation de leurs terrains/objets.

L’inscription sur ces plateformes consiste en un travail de définition de soi, de présentation de soi et d’enregistrement de données au sein d’une base de données. Ces données qui seront soit utilisées par la plateforme elle-même pour identifier ses client.e.s, soit publiées à l’attention des autres abonné.e.s, soit transmises à des entreprises tierces (annonceurs, etc.) dans un contexte de marché biface.

L’étape de l’inscription organise un tri des personnes, parfois la constitution de groupes cohérents, suivant des catégories mises à leur disposition dans les formulaires d’inscription. Les potentiel.le.s abonné.e.s doivent pouvoir y correspondre ou tout du moins pouvoir s’en accommoder, et pouvoir s’accommoder ensuite du type d’expérience en ligne que les plateformes ont pensé devoir correspondre au choix de telle ou telle de ces catégories. Les catégories en jeu sont systématiquement issues de l’une ou l’autre de ces familles de catégories que l’on peut regrouper sous l’appellation générique de « catégories sexuelles », qui comprennent les catégories de sexe ou genre, d’orientation sexuelle et de statut relationnel.

Ce qui m’intéresse dans la compréhension des usages de ces catégories sexuelles par les plateformes, c’est moins qui elles désignent, que la façon dont parfois tout peut être réduit à la combinaison de seulement deux d’entre elles (catégories de genre h/f) ou bien au contraire d’autres fois tout va concourir à en solliciter une bien plus grande variété. C’est-à-dire que le nombre même de ces catégories sur le terrain va impliquer des logiques différentes dans leur emploi, leur combinaison et, au final, leur signification1.  Choisir entre ces deux possibilités (lexique réduit ou varié) d’utiliser les catégories sexuelles a des conséquences importantes, à la fois logiques, médiatiques et sociales.

Je vais d’abord présenter le fonctionnement des formulaires d’inscription, puis ce qu’il se passe lors de la navigation sur ces plateformes, et enfin, à l’aide de la notion d’orientations intimes, de M. Bozon, tenter de mettre ces logiques d’inscription et de navigation en perspective.

Continuer la lecture de les usages des catégories sexuelles en ligne

  1. on retrouve bien entendu cette idée chez E. Kosofsky-Sedgwick, notamment dans l’introduction à Épistémologie du Placard, cf. Kosofsky-Sedgwick Eve, 2008, Épistémologie du placard, Paris, éd. Amsterdam []