Archives par mot-clé : amateurs

Chatroulette : et le sexe devint l’erreur du web 2.0 (#oldiesbutgoodies)

Voici la version française d’un texte déjà posté jadis en anglais sur sociographie.net, version française qui était elle-même parue en mai 2011 dans le n°4 de la revue POLI, Politiques des Images. Il est bien daté puisque chatroulette a non seulement été fermé pendant deux ans, mais a vu ses usages complètement redesignés, pour des raisons mêlant à la fois morale médiatico-sexuelle, problèmes de qualification juridique des contenus et, non des moindres, tentatives de dégager une plus-value à partir d’une plateforme vraiment pas optimisée pour ce type d’objectifs au départ.

J’ai corrigé une note de bas de page, mais n’ai touché à rien d’autre, même si parfois, j’aurai bien envie de tout reprendre, ayant un petit peu mieux formulé ma conception de ce que DOIT être une étude du web pour être qualifiée de netnography (ce mot est affreux, mais bon…) ou encore d’ethnographie en ligne :  pour faire vite, lire des posts de blogs un après-midi, ou bien surfer de temps en temps dans pornhub ou meetic, même en prenant des notes au crayon dans un moleskine, ça compte pas. Relater la manière dont on peut remplir son profil sur une plateforme ou raconter des anecdotes d’interactions glanées auprès d’utilisateurs dont on ne cerne qu’à grand peine les usages ne suffit pas pour présenter un dispositif. En gros, la sociologie ou l’ethnométhodologie du web de l’intime qui produit des modes d’emploi de sites web (j’en ai encore lu un bien long il n’y a pas longtemps, je reviendrai dessus très bientôt ici) ne vaut rien à mes yeux, parce que produire des modes d’emplois d’objets techniques c’est passer à côté complètement de ces objets et de ce qui les entoure. Mettre en évidence la spécificité d’une articulation de discours sexuels (donc de cultures sexuelles spécifiques transformées ou apparues avec le web), et de pratiques (médiatiques, corporelles, etc.) et d’objets sémio-techniques traversés par des rapports de forces particulièrement puissants, demande un minimum de points de passages aux chercheur.e.s, à commencer par être en mesure de situer leur point de vue sur le terrain, de mesurer l’impact de leurs motifs scientifiques sur ce point de vue, de formuler la manière dont leur présence sur le terrain EST une présence sexuelle, quoi qu’il.le.s en pensent, et aussi désincarnée puisse-t-elle être.  À partir de là, on peut allonger la liste, certes, mais on peut commencer concrètement à accorder du crédit à ce qu’on lit, tout simplement parce qu’on a affaire à un travail ethnographique à part entière, et pas seulement à un récit vite emballé. mais je m’égare, revenons à chatroulette…

Dans ce petit texte, je fais le récit mi-scandalisé mi amusé des premières « études » qui ont été faites à propos de chatroulette, études toutes plus pressées, et donc bâclées, les unes que les autres, études dont celles produites par des labos d’instituts célèbres ou d’entreprises 2.0 n’étaient pourtant pas les plus scrupuleuses en termes d’éthiques comme, surtout, de logique élémentaire de la collecte de données.  Pourquoi, une plateforme conçue par un ado de 17ans donnait du fil à retordre à des chercheurs soit-disant rompus à l’ethnographie du web  ? Parce que le site proposait à l’époque l’exact inverse du sur-balisage du web « classique » et n’était pas en mesure d’avertir du caractère sexuel ou pas des contenus accessibles à un temps t((je vous renvois à la page wikipédia, dont le footer contient un certain nombre d’articles tous plus amusants les uns que les autres, et illustrant fort bien ce qui passionnait les foules (de journalistes) au lancement de la plateforme)). Cette surprise sexuelle permanente a eu pour premier effet de faire basculer une portion non négligeable des chercheurs et des journalistes dans une panique méthodologico-morale, dont je vous laisse prendre la mesure, en précisant, que quelques années plus tard, il n’est pas rare, de croiser ce type de raisonnements alambiqués face (ou bien, plus souvent, afin de ne surtout pas avoir à faire face) à de tels terrains.

Bonne lecture 🙂

 

chatroulettepix

 ***

Chatroulette.com est un site web dont la fulgurante publicité s’est faite entre fin 2009 et début 2010, et dont l’avenir semble encore incertain au courant de l’été 2010, qu’il prenne une nouvelle forme ou disparaisse complètement. Le temps d’un hiver, Chatroulette a posé quelques problèmes aux internautes, principalement à ceux qui prennent pour tâche de commenter et décrire le web, qu’ils soient journalistes, sociologues ou spécialistes des médias. C’est l’un de ces problèmes qu’il va s’agir de dessiner ici. Chatroulette est un site web proposant à quiconque muni d’une webcam d’être mis en contact audiovisuel avec un inconnu. S’il est possible de ne pas activer sa propre caméra, l’usage veut que l’on autorise la machine à nous filmer en même temps que l’est notre interlocuteur. L’écran principal de Chatroulette est scindé en deux parties de tailles égales. Sur la moitié droite de l’écran une zone dans laquelle il est possible de rédiger des messages, ce qui produit un effet de discussion en ligne lorsque les interlocuteurs écrivent chacun leur tour. Sur la moitié gauche de l’écran sont disposés les deux cadres affichant les caméras, celle de l’interlocuteur en haut, et la nôtre en bas. L’interface de Chatroulette permet ainsi aux internautes de se voir, de se parler et de s’écrire simultanément, représentant à l’écran quelque chose d’improbable hors du web : visualiser le champ, le contre-champ et les dialogues rédigés d’un seul coup d’œil, en somme, avoir sous les yeux la représentation documentaire du face-à-face auquel on est en train de participer.

Continuer la lecture de Chatroulette : et le sexe devint l’erreur du web 2.0 (#oldiesbutgoodies)

Les porn studies à la télé

Cette semaine, Florian Vörös et moi-même avons été les invités (en compagnie de Jizzkov du TagParfait) de jean-Marc Manach dans son émission du « 14h42 » sur les enjeux du numérique. L’émission portait sur les questions de pornographie, des transformation de l’industrie, aussi bien pour la production que la diffusion des contenus) comme des transformations des pratiques avec l’arrivée du numérique, il y a bientôt 20ans. Ces trois quarts d’heure de discussion nous ont permis d’évoquer quelques uns des aspects de l’étude de cette industrie culturelle par les sciences sociales, ce que l’on appelle désormais les pornstudies (qui possède depuis cette année leur propre revue scientifique : Porn Studies).

la vidéo de l’émission n’est pas actuellement disponible en ligne, seul.e.s les abonnés au site Arretsurimage.net (qui produit l’émission) ont pu la consulter dans sa totalité. Je mettrai à jour ce post dès qu’elle sera accessible à tout le monde.

 

revue POLI n°9 « Sexe en Public »

Cette semaine voit sortir le numéro 9 de la revue POLI, Politiques des Images, numéro dirigé par Nelly Quemener (MCF Paris 3) et Florian Vörös (ATER Paris 8)

J’ai eu le plaisir de participer doublement à ce numéro, d’abord avec une interview réalisée auprès d’un projectionniste de cinéma pornographique et ensuite avec une traduction (réalisée avec M. Coville et M. LoJacono) d’un texte du sociologue australien Kane Race sur les dispositifs mobiles de rencontre.

je vous laisse lire la présentation du numéro que l’on peut retrouver aussi sur le site de POLIrevue,  notez bien que vous pouvez d’ores et déjà télécharger l’édito ainsi que l’article de K. Race que nous y avons traduit.

bonne lecture !

Continuer la lecture de revue POLI n°9 « Sexe en Public »

Pornographie, appareillage numérique et Internet : vers une culture sexuelle augmentée ?

Voici le transcript d’une présentation que j’avais faite en 2011 au colloque Travail et création artistique en régime numérique, colloque durant lequel j’avais eu le plaisir d’être invité à venir blogguer (un peu, une fois l’an 😉 ) sur culturevisuelle.org. J’ai retrouvé ce texte ce weekend, à l’occasion de la diffusion de l’émission Place de la Toile #pdlt  de Xavier Delaporte & Thibault Henneton portant sur la pornographie en ligne et principalement les usages liés au « tubes », ces plateformes de partage de vidéos pornographiques construites techniquement sur le modèle de youtube.com. L’émission peut être ré-écoutée sur le site de franceculture ou bien podcastée sur le flux RSS. Judy Minx, Stephen des Aulnois, Ghislain Faribeau, et Florian Voros y sont tous quatre intervenus autour des enjeux de transformation de l’esthétique, de l’indexation, du partage, de l’économie et des pratiques sexuelles liées à la pornographie contemporaine. L’émission avait quelque chose de très familier pour moi à cause des questions et des réflexions qu’elle soulevait, aussi je suis retourné lire cette communication qui portait sur un sujet tout à fait similaire quoi qu’un peu plus large, et dont j’avais un peu oublié la teneur depuis le temps.

Après avoir mesuré l’ampleur du désastre archivistique que constitue ma d..pbox, et re-lu la dite communication, ralé sur les erreurs, les choses passées sous silence pour tenir dans le temps imparti de présentation (que j’avais particulièrement explosé à l’époque…), et les approximations dues à mon jeune âge d’alors ( pour le coup, je ne dissimulerai reviendrai pas sur la qualification du système des tags par un simple « lexical », qualification qui me semble tellement… naïve, aujourd’hui), je me suis dit, qu’à titre historique, il était surement intéressant de la publier ici. En effet, avec ses tares et son enthousiasme, cette communication trace des grandes lignes qui me semblent toujours d’actualité, et peuvent même paraître assez banale aux yeux de certains, mais ne sont peut-être pas si évidentes à cerner pour tout le monde. D’abord parce que les usages de la pornographie en ligne ont beau avoir gagné l’ensemble des générations d’utilisateurs, les tubes ne sont pas toujours connus de tout-e-s, ensuite parce que la pornographie est souvent un sujet mis à part dans les études des medias, alors qu’elle en accueille bien souvent les paradigmes et les formes les plus saillantes.

***

Qu’est-ce que la pornographie ? Vaste question, s’il en est. La définition commune veut qu’elle soit le plus souvent une série d’images photographiques ou vidéos, aux contenus sexuellement explicites. Si l’on demande où se trouve la pornographie, on peut aussi se dire qu’elle se situe dans des cinémas spécialisés, dans des vidéo-clubs ou des sex-shops, vendue sur des supports VHS ou DVD. Si l’on creuse encore un peu, on sait aussi que la pornographie ne serait rien sans les « stars du X » (la réputation de rocco siffredi ou de la cicciolina dépasse largement le groupe des consommateurs de pornographie). On sait aussi que la pornographie est le plus souvent le support d’une activité solitaire, activité masturbatoire, le plus souvent, donc toujours regressive et anti-sociale.

Évidemment, cette première définition ne prend pas en compte l’avènement récent des technologies du numérique, mais cet oubli n’est pas gratuit : la définition que je viens de donner est à peu près celle avec laquelle la majorité des individus ont construit leur propre culture sexuelle et sentimentale, avec où sans consommation de pornographie, mais avec la connaissance de son existence. J’ai 34 ans, et ma génération est la dernière a avoir construit sa culture sexuelle et sentimentale avant même de découvrir le web et la pornographie en ligne, c’est-à-dire qu’elle s’est construite en référence à cette vieille définition. Les générations suivantes ont à faire à une autre manière d’élaborer leurs cultures sexuelles et sentimentales, d’abord parce qu’elles y travaillent avec l’aide du web et des technologies numériques, c’est l’une de leur ressources pour résoudre des problèmes, donc avec des systèmes de documentation et de médiation que nous n’avions pas à disposition, et ensuite parce que ces outils numériques ont absorbé la pornographie et l’ont transformée.

En effet, la pornographie a évolué au contact du numérique autant au niveau des représentations qui la nourrissent qu’au niveau des appareils mêmes de sa production, que des usages qui sont fait des images, et que des discours qui l’accompagnent. Le web est un dispositif qui combine des formes techniques et médiatiques qui lui sont antérieures, les absorbe en engageant leur numérisation puis leur diffusion en ligne. Il les combine mais aussi les recompose chacune, leur ajoutant de nouvelles propriétés ou au contraire les privant de certains de leurs éléments caractéristiques. Si l’on a pu définir un temps la pornographie comme une forme mass-médiatique diffusant des représentations explicites de la sexualité, notamment lorsqu’on la critiquait, cette définition est liée essentiellement au développement dans les quarante dernières années de la presse et du cinéma porno et dépendait jusqu’à aujourd’hui des configurations techniques respectives qu’André Gunthert a qualifiée « d’outils en lecture seule » de ces deux dispositifs de diffusion. Je vais présenter ici les formes nouvelles qui ont pu en émerger, en trois tableaux  :

  • esthétique, en décrivant les nouveaux types d’images pornographiques produits principalement par l’utilisation des webcams
  • organisationnel, en considérant ce que l’activité ou le travail pornographique à l’ère du web interrogent les catégories de professionnel, d’amateur et de consommateurs
  • lexical, en évoquant l’impact de l’indexation par mots-clés/tags sur les plate-formes de partage de vidéos sur la formation des cultures sexuelles contemporaines.

Ces tableaux, ne sont pas exhaustifs, mais il permettent d’ouvrir le champs de vision pour dresser un panorama des dynamiques qui animent la pornographie contemporaine.

Continuer la lecture de Pornographie, appareillage numérique et Internet : vers une culture sexuelle augmentée ?

S1E5 : neutralisation sexuelle des documents vs. neutralité de l’internet

[Si vous avez manqué les épisodes précédents : Après avoir pris le temps de montrer que non seulement la proposition de filtrer les sites web ne pouvait en aucun cas avoir un impact salvateur sur les soit-disant effets de la pornographie, mais que la proposition de loi contre la pornographie était peut-être plus un problème de politique de l’internet plutôt que de santé publique ou de morale, il s’agit pour finir de faire une hypothèse un peu plus large : la neutralisation sexuelle d’un dispositif médiatique se trouve aujourd’hui en conflit avec la notion même de neutralité du web, neutralité qui fait l’objet de choix politiques dans tous les cas, choix politiques le plus souvent effectués en toute « ignorance de cause ».]

++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

Non-sexuel ou sexe implicite ? l’absence de pornographie ne signifie pas l’absence de sexualité

Il devient envisageable de s’interroger sur ce que signifie une absence de pornographie selon Vanneste, c’est-à-dire sur ce dont il veut s’assurer en faisant voter cette loi : le projet consiste à libérer/priver a priori certains espaces médiatiques de contenus liés à la sexualité, ces contenus n’étant pas définis concrètement. Un problème se pose : Vanneste et ses collègues ne déterminent pas non plus la nature de ce qui devrait remplacer les contenus pornographiques. Il s’agit toujours d’évoquer une suppression, comme si cette suppresssion pouvait instaurer une nouvelle ère médiatique, définitivement.  C’est à cet endroit que la définition « homogène » de la pornographie (que nous avons évoquée dans l’épisode 2 parce qu’elle était utilisée comme épouvantail par Vanneste et ses collègues), c’est à dire le contournement d’une définition en bonne et due forme et l’incapacité à définir des contenus nuémriques en propre devient capital : s’il existe une seule pornographie, identifiable en tant que telle, et non pas une multitude de pornographies répondant à une définition peut-être commune pour des raisons différentes (un halo ou un patchwork de pornographies), alors il existe une « anti-pornographie » comme il existerait de l’anti-matière. Or, à quoi les images de sexe explicites vont-elles, une fois supprimées/filtrées, laisser la place ? À des expressions essentiellement non-sexuelles ? Ou bien  à des expressions sexuellement implicites ? Au contraire de cette définition homogène, une définition pragmatique de la pornographie, si elle n’est pas franche et monolithique, et il est bien possible qu’elle ne le soit pas, ne peut laisser que supposer que le web « non-pornographique » ne le sera, lui non plus, jamais tout à fait.

À titre indicatif, imaginons un instant à quoi ressemblerait cette technologie sexuellement neutralisée ? A une technologie livrant des représentations (textuelles ou imagées) absolument non sexuelles, c’est-à-dire ne sollicitant aucune des pulsions potentiellement « dangereuses » (merci aux commentateurs de l’épisode précédent T Deshedin et MA Paveau 😉 ), des représentations qui serait donc non-genrées (puisque cela reste encore une condition sine qua non de la sexualisation des relations par la grande majorité des individus, aujourd’hui), des représentations qui ne feraient appel à aucun type de hiérarchie esthétique ni de  séduction visuelle, etc. Cette situation est proprement impossible à concevoir, elle demanderait de supprimer la quasi totalité de la publicité, du cinéma, etc. Bref, supprimer toute forme d’affect sexualisable, ce n’est pas de cela qu’il s’agit, donc. Il y aurait bien toujours du sexuel, c’est d’ailleurs une propriété attribuée habituellement au sexuel que de s’appliquer soit-disant partout, sauf que l’on ne serait pas en situation d’en parler, seulement d’y faire allusion peut-être, de le produire comme quelque chose qui existerait bel et bien, mais ne serait ni représentable (risque de connaissance objective) ni lié à un quelconque usage du support de représentation (risque de masturbation). le sexuel peut circuler librement en ligne, tant qu’il n’est pas explicite, et il devient intéressant de faire l’hypothèse qu’un web sexuellement neutralisé est un web à la sexualisation implicite plutôt qu’un web no-sex, l’un se faisant passer pour l’autre, mais nécessitant un cadre activement construit pour exister.

Continuer la lecture de S1E5 : neutralisation sexuelle des documents vs. neutralité de l’internet