Archives de catégorie : méthodologie

articles et billets relevant de l’ethnographie et de la sociologie, notamment des réflexions méthodologiques et épistémologiques autour des pratiques affectives des médias/images

Chatroulette : et le sexe devint l’erreur du web 2.0 (#oldiesbutgoodies)

Voici la version française d’un texte déjà posté jadis en anglais sur sociographie.net, version française qui était elle-même parue en mai 2011 dans le n°4 de la revue POLI, Politiques des Images. Il est bien daté puisque chatroulette a non seulement été fermé pendant deux ans, mais a vu ses usages complètement redesignés, pour des raisons mêlant à la fois morale médiatico-sexuelle, problèmes de qualification juridique des contenus et, non des moindres, tentatives de dégager une plus-value à partir d’une plateforme vraiment pas optimisée pour ce type d’objectifs au départ.

J’ai corrigé une note de bas de page, mais n’ai touché à rien d’autre, même si parfois, j’aurai bien envie de tout reprendre, ayant un petit peu mieux formulé ma conception de ce que DOIT être une étude du web pour être qualifiée de netnography (ce mot est affreux, mais bon…) ou encore d’ethnographie en ligne :  pour faire vite, lire des posts de blogs un après-midi, ou bien surfer de temps en temps dans pornhub ou meetic, même en prenant des notes au crayon dans un moleskine, ça compte pas. Relater la manière dont on peut remplir son profil sur une plateforme ou raconter des anecdotes d’interactions glanées auprès d’utilisateurs dont on ne cerne qu’à grand peine les usages ne suffit pas pour présenter un dispositif. En gros, la sociologie ou l’ethnométhodologie du web de l’intime qui produit des modes d’emploi de sites web (j’en ai encore lu un bien long il n’y a pas longtemps, je reviendrai dessus très bientôt ici) ne vaut rien à mes yeux, parce que produire des modes d’emplois d’objets techniques c’est passer à côté complètement de ces objets et de ce qui les entoure. Mettre en évidence la spécificité d’une articulation de discours sexuels (donc de cultures sexuelles spécifiques transformées ou apparues avec le web), et de pratiques (médiatiques, corporelles, etc.) et d’objets sémio-techniques traversés par des rapports de forces particulièrement puissants, demande un minimum de points de passages aux chercheur.e.s, à commencer par être en mesure de situer leur point de vue sur le terrain, de mesurer l’impact de leurs motifs scientifiques sur ce point de vue, de formuler la manière dont leur présence sur le terrain EST une présence sexuelle, quoi qu’il.le.s en pensent, et aussi désincarnée puisse-t-elle être.  À partir de là, on peut allonger la liste, certes, mais on peut commencer concrètement à accorder du crédit à ce qu’on lit, tout simplement parce qu’on a affaire à un travail ethnographique à part entière, et pas seulement à un récit vite emballé. mais je m’égare, revenons à chatroulette…

Dans ce petit texte, je fais le récit mi-scandalisé mi amusé des premières « études » qui ont été faites à propos de chatroulette, études toutes plus pressées, et donc bâclées, les unes que les autres, études dont celles produites par des labos d’instituts célèbres ou d’entreprises 2.0 n’étaient pourtant pas les plus scrupuleuses en termes d’éthiques comme, surtout, de logique élémentaire de la collecte de données.  Pourquoi, une plateforme conçue par un ado de 17ans donnait du fil à retordre à des chercheurs soit-disant rompus à l’ethnographie du web  ? Parce que le site proposait à l’époque l’exact inverse du sur-balisage du web « classique » et n’était pas en mesure d’avertir du caractère sexuel ou pas des contenus accessibles à un temps t((je vous renvois à la page wikipédia, dont le footer contient un certain nombre d’articles tous plus amusants les uns que les autres, et illustrant fort bien ce qui passionnait les foules (de journalistes) au lancement de la plateforme)). Cette surprise sexuelle permanente a eu pour premier effet de faire basculer une portion non négligeable des chercheurs et des journalistes dans une panique méthodologico-morale, dont je vous laisse prendre la mesure, en précisant, que quelques années plus tard, il n’est pas rare, de croiser ce type de raisonnements alambiqués face (ou bien, plus souvent, afin de ne surtout pas avoir à faire face) à de tels terrains.

Bonne lecture 🙂

 

chatroulettepix

 ***

Chatroulette.com est un site web dont la fulgurante publicité s’est faite entre fin 2009 et début 2010, et dont l’avenir semble encore incertain au courant de l’été 2010, qu’il prenne une nouvelle forme ou disparaisse complètement. Le temps d’un hiver, Chatroulette a posé quelques problèmes aux internautes, principalement à ceux qui prennent pour tâche de commenter et décrire le web, qu’ils soient journalistes, sociologues ou spécialistes des médias. C’est l’un de ces problèmes qu’il va s’agir de dessiner ici. Chatroulette est un site web proposant à quiconque muni d’une webcam d’être mis en contact audiovisuel avec un inconnu. S’il est possible de ne pas activer sa propre caméra, l’usage veut que l’on autorise la machine à nous filmer en même temps que l’est notre interlocuteur. L’écran principal de Chatroulette est scindé en deux parties de tailles égales. Sur la moitié droite de l’écran une zone dans laquelle il est possible de rédiger des messages, ce qui produit un effet de discussion en ligne lorsque les interlocuteurs écrivent chacun leur tour. Sur la moitié gauche de l’écran sont disposés les deux cadres affichant les caméras, celle de l’interlocuteur en haut, et la nôtre en bas. L’interface de Chatroulette permet ainsi aux internautes de se voir, de se parler et de s’écrire simultanément, représentant à l’écran quelque chose d’improbable hors du web : visualiser le champ, le contre-champ et les dialogues rédigés d’un seul coup d’œil, en somme, avoir sous les yeux la représentation documentaire du face-à-face auquel on est en train de participer.

Continuer la lecture de Chatroulette : et le sexe devint l’erreur du web 2.0 (#oldiesbutgoodies)

Terrains « ratés » et métaphores de l’exercice réflexif

Je voulais écrire une petite note sur la réflexivité, ou plutôt sur le soin  à apporter au fait de la garder vivante, de ne pas la réifier comme méthode, ni d’enquête ni de compte-rendu. C’est pour une autre fois, la première version est illisible. C’était une manière d’annoncer la sortie d’un article que j’ai co-écrit avec Jonathan Chibois, sur ces questions et l’impact qu’elles ont eu sur la façon dont nous avons écrit et valorisé différents types de textes et de formes scripturales au cours de nos enquêtes respectives (dont les thèmes, parlement et sexualités, n’ont pas grand chose à voir, il est vrai 😉 ). Une version de ce papier est disponible dans les archives HAL : Jonathan Chibois, Fred Pailler. Une métaphore digestive de l’exercice réflexif, in Matthieu Quidu (dir). Épistémologie du corps du savant (tome I), 1, L’Harmattan, 2014, Le chercheur et la description scientifique du réel, 978-2-343-03953-4 et Jonathan cross-poste à ce sujet aussi.

Avec Jonathan, nous nous sommes bien entendu parce que nous avions une expérience assez similaire de terrains d’enquêtes que nous jugions, à un moment donné, complètement ratés. De fait, étant le plus vieux, j’avais un peu d’avance sur la manière de formuler et de sortir de cette impression d’échec, tout en n’ayant pas encore les moyens d’en produire la théorie. Plus frais et plus à vif face à ses échecs, Jonathan a été pour moi un bon interlocuteur, ravivant aisément une série de questions en apparences insurmontables. C’est donc un (long) processus de formulation des éléments les plus infimes de ces ratages qui s’est engagé entre lui et moi, avec la conviction qu’il était possible de produire des compte-rendus précisément à partir des défaillances méthodologiques et individuelles que nous avions traversées. La question s’est formulée autour des métaphores qui animent les conceptions canoniques de la réflexivité, parce qu’au milieu de ce travail, Jonathan animait un mois du carnet de la Villa Réflexive  ; la manière de formuler les choses aurait peut-être aussi bien pu être orientée plus concrètement vers celle des formulations plus classiques en méthodologie d’enquête en sociologie (la sociologie qui oublie parfois qu’elle peut réfléchir aux catégories qu’elle emploie pour décrire, par exemple… #ploumploum)  ou, encore, vers celle des savoirs situés, bien plus pratique à mon sens. Quoi qu’il en soit, c’est le passage d’un travail par objets d’études que l’on doit décrire à un travail par déploiement de problèmes qui a motivé notre rédaction de l’article, puisque nous y proposons une métaphore moins centrée sur une conception spatiale et spéculaire de la réflexivité, une métaphore qui, au contraire, insiste sur le travail nécessaire de transformation, d’assimilation et de digestion des problèmes épistémiques/épistémologiques qui se sont posés au chercheur durant son enquête.

il ne me reste plus qu’à vous en souhaiter une bonne lecture.

#radiothésard « que révèlent les sites de rencontre ? »

J’ai, le mois dernier,  enregistré un entretien avec David Christoffel pour son émission « radiothésard, leur première recherche ». Pour le coup, ce n’est pas la seule recherche que j’ai menée, mais c’est celle par laquelle j’ai commencé à la fin des années 90, et qui se prolonge depuis en parallèle des autres. l’intérêt de l’émission, j’imagine, c’est d’entendre retracer plus de 10 ans de réflexions méthodologiques sur un terrain en 15 min, grâce à un montage tambour battant de David.

Présentation : « Faire une thèse sur les sites de rencontres, cela veut dire s’intéresser à toutes les formes d’échange à caractère plus ou moins sexuel  qu’Internet peut offrir.
Alors, pour pouvoir enquêter sur les manières de se présenter ou encore les stratégies de conquête des connectés, Fred Pailler a dû inventer sa méthode en cours de route, jusqu’à rentrer en interaction et même commencer à séduire les autres internautes inscrits sur les sites de rencontres. »

bonne écoute !

pornographic affects @ crossroads 2012

Xroads logo

La semaine prochaine débutera le Crossroads 2012, le colloque international des cultural studies. Il se tiendra à Paris, entre l’UNESCO, la Sorbonne et Paris 3 – Censier. Un nombre très important de participants (1300 intervenants dans mon souvenir) vont se relayer entre des plénières, des « spotlights-sessions » et surtout durant des sessions thématiques (plus de 30 sessions en parallèle certains jours : non, personne ne pourra tout voir !), ce qui donne un programme pour le moins gigantesque[pdf]. Un certain nombre de ces sessions auront pour thèmes les visual studies et/ou les politiques des affects, et l’on dénombre parmi des centaines de thèmes différents, trois panels (dont un à la même heure) portant sur la question de la pornographie, de ses usages, et des méthodes pour l’étudier.

Je me fais une joie de présenter ici le panel auquel je vais pour ma part participer (cf. les résumés en fin de post). Il a été concocté  par Florian Vörös, qui lui a attribué le joli titre de Pornographic Affects. Nous aurons le plaisir de voir nos interventions discutées par S. Paasonen, enseignante finlandaise et auteur du fameux Carnal Resonance, une étude féministe centrée sur l’analyse d’un corpus de spams pornographiques.

Nos trois interventions auront lieu à Censier – Sorbonne Nouvelle – paris 3, le mardi 3 juillet à 14h30 (pile). Elle porteront elles aussi sur des terrains liés aux usages du porno en ligne, aux représentations de la sexualité auxquelles celui-ci peut participer, et aux cultures affectives qui s’en dégagent. En voici les résumés :

Pornographic affects

Session abstract
From their beginnings (Dyer, 1985; Williams, 1989, 1991, 1994) to their most recent developments (Paasonen, 2011) one of the central concerns of porn studies have been the bodily feelings and sensations at work in porn spectatorship, the way they have been framed by previous intellectual traditions (moralist legal definitions, behaviorist psychology, anti-pornography feminism), and the way they can be reframed and reconsidered from renewed, located and embodied critical perspectives. Following this path, this session examines the affects at work in bodily practices such as marketing, sharing, posting, commenting, watching, listening and reading contemporary pornographies. The session will focus on pornography produced for, disseminated over, and consumed via the Internet.
References:
Richard Dyer, « Male Gay Porn : Coming To Terms », Jump Cut, no. 30, 1985
Linda Williams, Hard Core. Power, Pleasure and the « Frenzy of the Visible », University of California Press, 1989
Linda Williams, « Film Bodies: Gender, Genre, and Excess », Film Quarterly 44, no. 4, 1991
Linda Williams, « Corporealized Observers: Visual Pornography and the ‘Carnal Density of Vision’ », in P. Petro (ed.), Fugitive Images: From Photography to Video, Indiana University Press, 1994
Susanna Paasonen, Carnal Resonance. Affect and Online Pornography, MIT Press, 2011

Porning Intimacy: Homemade Pornography on SellYourSexTape
Kristina Pia Hofer

Amateur pornographies on the internet are all about distinction: to grab the attention of potential viewers, they must offer something new, unusual, or scandalizing. This paper discusses US-based member paysite SellYourSexTape as a case study, and explores how the site stages amateur clips as pornographic home movies to distinguish itself as ‘really’ amateur in the attention economy of the internet. Though both pornography and the home movie are functional genres that aim at evoking specific affects and emotions in their viewers, these affects and emotions seem to not quite match. Home movies have been described as educing a feeling of emotional intimacy, the bliss of long-term attachments, and familial togetherness – themes that are virtually absent from many ‘mainstream’ pornographies. Conversely, pornography depicts sexual acts in maximum visibility and minute detail in order to arouse its audiences, while in most home movies the display of sex and sexualities (let alone as maximally visible performances) are taboo. Clips on SellYourSexTape, however, make this seemingly unbridgeable gap with its contradictory affective register tellingly productive. This paper argues that SYST clips are porning intimacy to grab the attention of its users. Playing on structural  similarities and differences between pornography and the home movie, they offer the homemade display of domestic intimacy as something pornographic, and thus potentially arousing.

The frenzy of « raw » sex. The everyday life reception of condomless pornographies.
Florian Voros

Working from the ethnographic materials of a current investigation among Parisian gay and straight male porn audiences, this paper discusses the receptions of “raw” and “juicy” pornographic subgenres, from the classic condomless straight “meat shot”, to the more recent gay “barebacking” and straight “cream pie”. Although they relate to different sexual cultures, with contrasting experiences of HIV risk, these subgenres have in common their audio, visual and textual eroticized focus on bodily fluids and mucous membranes. The supposed “impact” of “exposure” to these representations on prophylactic behaviors has become an intensely discussed public health issue over the last decade in France. Working from the critical tools of queer studies (Tim Dean, Sharif Mowlabocus) and media reception studies, this paper proposes a move from behaviorist “effect” paradigms towards an ethnographic analysis of the everyday-life routines through which these controversial representations are affectively and ethically “domesticated” (Jane Juffer) by their audiences.

Politics of access, politics of affects and production of knowledge. Reflections from an ethnographic fieldwork on online intimacy cultures
Fred Pailler

How does an ethnographer produce her/his data when investigating websites such as chat rooms, dating sites, first person sexual stories and user generated porn platforms? To collect these documents, he (if s/he’s a man) must sign up and fill in profiles, as any other web user. The personal information registered on these websites serves the purpose of describing himself and, often, of qualifying the contents he wants to see showing up on his screen, as well as those he does not want to. The ethnographer can only understand the suggestion logics of these websites at the condition of going beyond his own identifications, creating and using fake profiles. What he declares about himself and experiments in the reflexive game of falsification, allows him to draw the map of access authorizations and to understand the online circulations and frontiers of intimacy. This methodology confronts the ethnographer to a normative apparatus which combines discourses on technology and sexuality. This apparatus affects his own intimacy and – main consequence – affects the way he accounts for intimacy cultures on the web. This paper discusses the ways in which the production of ethnographic knowledge on online sexual communication is entangled in both politics of access and politics of affects.