Archives de catégorie : études visuelles

articles et billets relevant des études visuelles, analyse ou réflexion méthodologique sur les images, déploiement des questions qui font souvent débat autour des utilisations des images.

fenêtre sur fenêtres : notes sur les dispositifs médiatiques et les appareillages techniques

Voici une anecdote intéressante offerte par Paul, un homme d’une quarantaine d’années, informaticien et webdesigner originaire de Roubaix, que j’ai interviewé il y a 3 ans à propos de son parcours affectif et sexuel et de la place que les technologies numériques y ont prise. La raison pour laquelle je reprend en partie le récit de Paul ici, réside dans la manière qu’il a de distinguer clairement un dispositif médiatique d’un/de ses appareillage·s technique·s. En faisant cela, il sous-entend combien un type de médiations visuelles peut traverser des appareillages très différents matériellement parlant et pour autant  continuer à supporter et rendre possible le même genre de sociabilités, en l’occurrence des sociabilités sexuelles1.

L’extrait de la retranscription2 que je produis ici doit être re-situé dans le contexte  parisien des années 90 et du récent développement des commerces et de l’habitat gays dans le Marais ; Paul se trouve être employé par une grosse société de software, il est bien payé, travaille énormément et est en déplacement toute la semaine au point d’être insomniaque et particulièrement stressé. Il évoque les rencontres sexuelles qu’il fait durant cette période,  et parmi celles-ci, me raconte sa rencontre avec un homme un peu plus jeune que lui dans un lieu de sociabilité sexuelle gay, avec lequel il démarre une relation et s’installe rapidement dans un appartement du 1ème arr. de Paris, quartier qu’il refusait d’habiter dans un premier temps, et sur lequel il a fini par céder pour des raisons essentiellement pratiques. Leur appartement est grand, il se situe sous les toits, et comporte quelques avantages qui pouvaient difficilement avoir été anticipés…

Fenêtres en vis-à-vis et mise en scène de soi

« […]  Alors je ne sais plus quel auteur avait écrit « les femmes du 6e étage », où joue Fabrice Lucchini… C’est un film qui est sorti il y a quelques années, […] qui parle des concierges et des femmes de ménage immigrées espagnoles qui habitent des chambres de bonnes en l’occurrence… Moi j’habitais le 1e arr., et il y avait souvent des bureaux dans les premiers étages, et là on est dans la période où tout est en train de basculer [les années 90], la chambre de bonne redore son blason, et se fait racheter pour fusionner à deux ou trois chambres pour faire des appartements qui vont être investis en premier par les homos qui trouvent ça « so cute », tu vois ?

Et puis, après, du coup, ça deviendra hyper-hype et tout le monde voudra acheter sur les toits de Paris, mais à l’époque on est dans la jointure et tous ces toits de Paris sont très, très investis par des homos. Et du coup, à 20h dans ces quartiers, le soir, le bas c’est un petit peu bureau fermés et théâtres, et le haut, c’est un petit peu : jeux de miroirs, jeux de fenêtres, jeux de… et je me rends compte à quel point, venant de la province, en province on a les rideaux qui sont fermés après 19h, et à Paris, on a pratiquement les rideaux qui s’ouvrent ou les lumières qui s’allument…

— du coup, tu me dis qu’il y a un truc où l’on fait le spectacle pour les voisins ??

— oui ! oui, oui oui ! J’ai eu vraiment beaucoup de cas  très, très ludiques qui se sont passés dans les étages élevés avec des mises en scènes… En fait, c’est pas totalement hors de propos d’en parler maintenant, parce que, quand on parlera plus tard de la phase internet et de la phase webcam, on verra que la mise en spectacle de son propre personnage, elle est super présente.

— Comment ça se passait ces fêtes, enfin, ces apparitions ? Parce que c’est pas forcément des fêtes, aux fenêtres ? c’est ça ?

— […] Je parle vraiment de soit un individu seul, soit un couple, qui va se mettre en spectacle, mais tout en respectant… c’est quand même un délit, selon la loi, donc il faut vérifier… […] Il faut faire les choses de manière progressive, et de manière à pouvoir palper le retour de la part de la personne qui est en face. Voir si on la choque, si on ne la choque pas, etc. Donc, ça consiste à utiliser des jeux de…

projet "vis-à-vis" de Gail Albert Halaban www.gailalberthalaban.com
projet « vis-à-vis » de Gail Albert Halaban www.gailalberthalaban.com (idem pour l’image en tête de l’article)

J’ai en tête un voisin, qui habitait dans des… tu vois ces immeubles parisiens qui se terminent au dernier étage par des ardoises, avec, dans les ardoises, des fenêtres ? Ce voisin il avait son vieux lit à baldaquin qui donnait contre le mur des fenêtres en fait, donc la tête contre le mur des fenêtres. Donc couché dans le lit, on ne le voit pas… Mais l’idée c’était de mettre un miroir sur une commode en face de lui, et de tourner et je le voyais très très bien, c’est pour ça que je ne peux pas dire que ce soit hasardeux ni aléatoire, je le voyais très bien orienter son miroir de manière à ce que nous en face nous puissions voir, reflété dans le miroir, un petit morceau de ce qu’il se passait sur son lit…

Donc, il faut imaginer, qu’en été, avec les fenêtres ouvertes, avec la petite musique à 3h du matin, il faut imaginer que moi je suis toujours, à l’époque, insomniaque comme pas permis, donc forcément, toujours à fumer une clope sur mon balcon, le reste m’appartient, mais c’est intéressant dans le sens de la mise en scène […], et, à mon sens, il ne faut pas faire une distinction très très franche entre le numérique et le réel… »

Paul aborde donc les usages d’une architecture hausmanienne lors d’une interview  concernant les technologies informatiques et numériques, en l’occurrence la combinaison PC + webcam + connexion internet. À première vue, si l’on peut dire, on ne citerait pas une fenêtre comme étant le média sexuel le plus logique (certes, probablement que des artistes ou des architectes prétendront le faire…). Dans sa description, Paul prend soin de situer très précisément les conditions de pertinence de son hypothèse d’une médiation visuelle et sexuelle équivalente dans les deux cas, en ligne et sur les toits : il la place à une époque donnée, car c’est au moment du « remembrement » des espaces domestiques des sous-pentes que ces (mé-)usages visuels se produisent ; et c’est aussi par une population donnée, des personnes gays qui avaient les moyens d’investir dans de l’immobilier et avaient un usage sexuel de certaines infrastructures et espaces publics de la ville (lieux de drague gays sur les quais de Seine, dans certains jardins, etc.).

Des médiations, des appareils, des scripts et des affects

La description de l’appareillage matériel seul (immeubles, fenêtres en vis-à-vis, etc.) ne suffirait pas à expliquer le phénomène ni même, en fait, à seulement produire le récit de l’anecdote. Dans les deux cas, sous les toits comme en ligne, les relations entre les participant.e.s prennent la forme de médiations visuelles réitérées un certain nombre de fois, afin d’assurer un feedback suivant une certaine progression à la fois dans l’exposition de soi et dans la complicité avec les voisin·e·s. il s’agit, de cette manière, d’engager tout autant la définition d’un cadre partagé de l’interaction que le consentement mutuel des participant.e.s à évoluer dans ce cadre. C’est une série d’échanges spécifiques et de gestes associés qui s’ajoute aux éléments matériels.

De plus, elle semble tout à fait à même de figurer au sein de la liste des scripts sexuels, tels que Gagnon et Simon les ont définis, à savoir, pour aller vite, des scénarios définissant acteur·e·s, actions possibles et conditions de leur accomplissement, scénarios qui servent alors tout autant l’organisation, la signification que les interactions qui relèveront du sexuel3. Le scénario des échanges (plutôt muets pour le coup, mais le silence y devient un élément ludique aussi…) ne semble pas compliqué à identifier : signes d’intérêt, puis signes de familiarité ou d’aisance corporelle, signe de partage d’intimité, mise en scène d’ébats ou de striptease, interactions directement sexuelles, etc. Tout suit une progression dans l’exposition de la nudité, de la sexualité active, et de leur synchronisation entre les appartements. Les scripts, les discours et leur pouvoir de ritualisation, ont cette propriété de cadrer et d’activer les corps dans certaines conditions.

La chercheuse roumaine E. Stoïan4 montre, à propos des relations entre animatrices et clients du minitel rose dans les années 90-00, combien les échanges se composaient d’élément scriptés grâce auxquels les animatrices devaient contractuellement détourner la demande de « rencontre réelle » vers une interaction sexuelle (tarifée) en ligne. Ces éléments scriptés étaient de deux ordres : une première série de phrases/interactions servait à ritualiser l’entrée en matière et faciliter la présentation de chacun·e·s, elle offrait surtout l’occasion à l’animatrice de déterminer la façon dont elle allait pouvoir procéder pour enclencher un second mode d’interaction fondé sur l’évocation de scripts (hétéro-)sexuels régissant habituellement les contacts entre les corps (parmi ces scripts, la série : rencontre, déshabillage des corps, préliminaires, rapport génital, orgasme(-s), résolution de l’interaction). Dans ce type d’échanges, le script de préparation permettait de rendre « utilisable », via le minitel ou le téléphone rose, le script traditionnel hétérosexuel (pour lesquels il n’est pas adapté du tout) et activer sexuellement les corps à distance.

Ce que l’idée de script ou de scénario, très centrée sur l’étude des discours et des représentations dans un premier temps, ne rend toutefois pas de manière explicite, c’est la façon dont les médiations visuelles et sexuelles s’ancrent et puisent l’énergie nécessaire à leur déploiement dans les corps, les plaisirs et les désirs, et tout autant la façon qu’elles ont aussi d’être les régulateurs et les activateurs de ces mêmes désirs et/ou plaisirs. Si elles sont organisées et scriptées, les médiations visuelles et sexuelles peuvent aussi être pensées plutôt comme des rapports d’affection et de transformation des corps, les différents types d’appareillages techniques servant alors d’instruments à ces rapports. C’est la notion spinoziste d’affects réinvestie par Deleuze qui sert de repère ici, avec l’idée principale qui veut qu’affecter consiste avant tout « à exercer une force au sein d’un champ de relations », au sein d’un champ d’autres forces5. Le détournement que les animatrices opèrent dans les désirs et usages du téléphone ou du minitel de leurs clients constitue l’un de ces mécanismes affectifs : faire jouir au lieu de rencontrer.

Revenons à nos vis-à-vis parisiens, dans le cas qui nous occupe ici, affecter consiste à « exciter en se mettant en scène », « montrer des corps partiellement », « laisser deviner un acte sexuel », « s’assurer de la complicité des spectateur·e·s », etc. Cette série d’affects se produit selon Paul en organisant des jeux de lumières dans la pénombre de la ville s’endormant sous la fournaise d’un été ( ce n’est pas le seul face-à-face des fenêtres qui compte ici, mais bien l’alignement du lit à baldaquin, d’un miroir, d’un couple s’ébattant, d’un insomniaque joueur, etc.) ; mais il la rapproche aussitôt d’une autre qui consiste à transformer toute une chaîne de composants de l’appareillage informatique et numérique (la nudité ou pas des corps, le capteur de la webcam, le traitement du signal vidéo, etc., le partage sur une plateforme de webcam sur laquelle on a préalablement créé un compte de diffuseur·e amateur·e, interagir ou pas, en chat notamment, avec les connecté·e·s, etc.). Cependant, dans les deux cas, si les modalités de transformation matérielle sont différentes, les médiations visuelles arrivent tout de même à engager des états sexuels et une sociabilité anonyme et récréative à peu près équivalente. les corps se trouvent affectés, en grande partie de la même manière (évidemment, l’un des participants est debout sur son balcon et pas assis dans son siège de bureau, d’autres n’ont pas à s’occuper de la sensibilité à la lumière d’une webcam mais doivent s’assurer du consentement des participant·e·s, etc.).

médiations et sociabilités sexuelles en-ville et/ou en-ligne

Surtout, pour suivre l’idée de Paul de rapprocher ces deux médiations jumelles de la fenêtre de vis-à-vis et de la fenêtre de la webcam, il faut les comparer à d’autres lieux ou dispositifs de la même époque qui permettaient les rencontres gays anonymes dans Paris, parmi lesquelles on peut compter un usage nocturne des jardins et des quais, l’accès aux saunas ou aux backrooms gays. Ces lieux ont tous pour point commun d’être particulièrement peu éclairés, la lumière s’y trouve extrêmement tamisée.  À l’inverse, les vis-à-vis des toits comme les fenêtres des webcams impliquent un usage précis de la lumière, nécessitent un faisceau lumineux vif et contrastant, même ponctuellement, pour pouvoir enclencher les médiations visuelles, là où précisément les sociabilités sexuelles s’arrangeaient plutôt de la pénombre pour intensifier les contacts des peaux.  Dans le récit de Paul, tout est affaire de fenêtre, de cadrage et de miroirs, d’insomnies et de spectacle, un registre bien différent, centré sur les jeux d’interactions, les petits signes et les connivences plutôt que les grandes étreintes, une version jouissive et ludique du « alone together » technologique. Ce n’est pas une question de lumière très faible opposée à une autre très forte, mais bien de faisceaux lumineux découpés contre un éclairage diffus et ses ombrages. Les médiations visuelles et sexuelles que Paul décrit participent à ce que Brian McNair a appelé une culture du striptease6.

Tous les affects ne constituent pas des médiations, loin de là. Mais les médiations, ici architecturales comme numériques, sont médiatrices7 au sens où elles constituent des registres d’affection, supportés par des appareils techniques divers et variés. Elles nécessitent ces appareillages, qui de leur côté n’ont pas de sens et ne servent à rien sans elles, mais jamais ne les absorbent complètement, puisqu’ils peuvent être pris dans d’autres médiations, d’autres rapports impliquant d’autres forces, d’autres corps, etc.), et ne se réduisent a priori pas à ces seules médiations-là.

séquences de webcams anonymisées visibles sur cam4 / webcam-archiver
séquences de webcams anonymisées visibles sur cam4 / webcam-archiver
séquences de webcams anonymisées visibles sur cam4 / webcam-archiver
séquences de webcams anonymisées visibles sur cam4 / webcam-archiver

Les médiations et les affects qui s’y réfèrent constituent des relations ou des types de relations entre des entités humaines et/ou non-humaines. L’anecdote que rapporte Paul n’aurait probablement pas existé dans un contexte autre que celui du centre-ville parisien, à la grande époque de l’usage du minitel et du développement d’une culture des rencontres sexuelles rapides après s’être donné rdv8. Ces sociabilités sont différentes des sociabilités sexuelles de saunas ou de bars, bien qu’elles puissent tout à fait se combiner entre elles… Ce qu’elles ont en commun, c’est de s’inscrire dans une culture sexuelle qui valorise les pratiques sexuelles récréatives (cf. les orientations intimes « en réseau » de M. Bozon, déjà citées en note 1) : un même type de relations sexuelles sans engagement se retrouvant à participer à différentes médiations. Ce qui les distingue, par contre, c’est qu’elles demandent un déploiement dans le temps, l’établissement d’échanges et de négociations peut-être un peu plus organisé·e·s  (faire usage d’un carnet d’adresse, d’une liste de contacts, etc.) plutôt que de se rendre quelque part, de trouver un/des partenaire.s et de consommer sur place. Dans le premier cas, les personnes peuvent être identifiées, mêmes si ça n’a aucun intérêt ; dans le second les gens peuvent ne pas être identifiables, et c’est tout l’intérêt.

derniers jours du minitel rose (photo par C. Gévaudan - cc by sa)
derniers jours du minitel rose (photo par C. Gévaudan – cc by sa)

A posteriori, dans un grand élan de présentisme, on pourrait voir les usages sexuels des vis-à-vis parisiens comme la compensation visuelle d’un minitel engoncé dans son incapacité à afficher photos ou vidéos, sauf que ce serait bien mal comprendre leur développement autonome et parallèle. Par contre, les échanges aux fenêtres des immeubles et le minitel offraient tout autant la possibilité d’être connecté à un réseau de sociabilité sexuelle depuis l’espace domestique, sans même avoir besoin « de descendre faire un tour [sur les quais/au bar/etc.]. Et c’est ce rapport domestique, articulé à l’usage précis de l’éclairage des fenêtres/écrans qui explique en partie comment la webcam est devenue pour les personnes dans la même situation que Paul, un appareil particulièrement important, puisque synthétisant et prolongeant des médiations et des affects jusque là, justement, distincts.

Plus loin dans l’interview, Paul évoque l’excitation particulière et le plaisir qu’il a éprouvé et éprouve parfois encore à regarder des vidéos enregistrées à l’aide de webcams de mauvaise qualité. La texture pixellisée comme les contrastes violents participent d’une esthétique visuelle qui l’émeut et fait grésiller son corps aussi intensément que les images. Les images des webcams du début des années 2000 étaient moins médiocres à cause de mauvaises optiques que de la nécessité de pouvoir produire un flux vidéos suffisamment compressé pour qu’il soit en mesure de circuler sur le web. La pratique de la webcam de Paul s’est développée à partir de cette expérience des vis-à-vis parisiens, mais avec la sérieuse différence qu’il pouvait enfin échanger avec des « gens d’ailleurs » (c’est-à-dire, en fonction du sens de rotation de la terre et de ses insomnies, plutôt avec des américains de la côte ouest), ce qui a joué un rôle essentiel dans sa vie ultérieure. Surtout, chose anecdotique voire superflue, au premier abord, cette pratique d’exposition de soi et d’interactions sexuelles en ligne s’est alors (re-)trouvée dotée d’un élément particulièrement efficace pour la mise en scène et le « cadrage » de sa propre personne : le clavier, qui permet de parler de tout, de rien, et de sexe.

 

 

  1. sur la question des sociabilités sexuelles, on peut aller lire rapidement la présentation des orientations intimes de M. Bozon, dans le post que j’ai écris sur les médiations sexuelles numériques et les usages des catégories sexuelles en ligne []
  2. l’interview dure en réalité 7h30min, l’extrait provient de la deuxième heure d’enregistrement et fait suite au récit de son adolescence et de la découverte pratiquement conjointe de son intérêt pour les hommes et les ordinateurs ou les réseaux informatiques []
  3. la théorie des scripts sexuels a été principalement élaborée dans un contexte doublement normatif et réducteur où le sexuel était pensé comme relevant d’une pulsion naturelle, etc., et, en conséquences, comme relevant spécifiquement du médical et du pathologique. Gagnon et Simon ont travaillé à expliquer, au contraire, le caractère complexe, socialement conditionné et discursivement élaboré des pratiques et des désirs sexuel·le·s []
  4. Stoian Elena, « Sexe on-line. Animateurs, clients et production de scénarios sexuels », Genre, sexualité & société, 26 novembre 2009, no 2. []
  5. Cervulle Maxime et Pailler Fred, « De la politique des identités à la politique des affects : communautés et controverses en ligne », Strasbourg []
  6. Brian McNair, « Striptease Culture. Sex, media and the democratization of desire ». Routledge, London, 2002 []
  7. oui, oui au sens latourien aussi : cf.  Latour Bruno, Changer de société, refaire de la sociologie, La Découverte, 2007… []
  8. des pages de G. Dustan décrivent avec un grand prosaïsme la variété des usages individuels ou collectifs du minitel par des hommes gays… []

les usages des catégories sexuelles en ligne

le 14 décembre 2016, s’est tenu à Lille la journée d’étude « Genre, médias et numérique », organisée par le labo Geriico, et à laquelle j’ai été invité pour présenter une partie de mon travail de thèse en cours de rédaction. Les vidéos des interventions sont d’ores et déjà disponibles sur le site de l’université de lille 3, et je copie ici les notes de mon intervention notamment parce que c’est l’occasion de pouvoir enfin publier à l’écrit un travail commencé en 2011 et jusqu’ici plutôt documenté de façon audio (conférences à l’ISCC, quelques émissions de radio, etc.), si l’on met de côté le post initial qui avait fait suite à ma communication à l’AFS2011. Par ailleurs, je suis convaincu que c’est un texte qui peut aider chercheur·e·s ou étudiant·e·s à situer de façon à la fois plus explicite et plus riche leurs travaux lorsqu’il·le·s font le choix conscient de se concentrer sur un seul type de plateforme. Enfin, cette communication à Lille est le fruit d’un premier effort de synthèse à un moment ou je suis en train encore de reprendre la grille d’analyse des interfaces, aussi tout n’y est pas toujours parfaitement abouti ni impeccablement défini, mais ce sont les joies du travail scientifique en train de se faire…

Pour commencer

Je travaille sur des plateformes dont on fait un usage sexuel ou sentimental en ligne, que ce soit des plateformes de rencontre généraliste ou de niche, à visée sentimentale ou récréative, ou encore des plateformes de diffusion de vidéo pornographiques. Je ne distingue pas a priori rencontre et tubes pornographiques, car, sur le terrain, les plateformes qui m’intéressent offrent toutes la possibilité de rencontrer en échangeant des messages, ou bien de regarder, consulter (il est facile de comprendre que c’est l’activité incontournable 😉 ), quels que soient les contenus consultés.

logos_sites adopte meetic tinder mytilene grindr planetromeo cam4xhamster xtube adultfriendfinder, etc.
la classification des plateformes entre sites de rencontre et sites porno est-elle sociologiquement pertinente ?

L’argument méthodologique qui voudrait que l’on définisse en sciences sociales un objet médiatique à étudier par le fait qu’il est plus ou moins sexuel ou pus ou moins sentimental ne me semble aucunement recevable étant donné qu’il invisibiliserait ce qui anime principalement les plateformes, c’est-à-dire le fait même de positionner une offre technologique sur des critères à la fois médiatiques ET sexuels. C’est ce qui m’intéresse ici, et la façon dont je vais solliciter la notion d’orientation intimes développée par M. Bozon pour expliquer les énoncés formulés dans les interfaces des plateformes pourrait tout aussi bien être utilisée pour expliquer les prises de position méthodologiques des chercheur·e·s sur la délimitation de leurs terrains/objets.

L’inscription sur ces plateformes consiste en un travail de définition de soi, de présentation de soi et d’enregistrement de données au sein d’une base de données. Ces données qui seront soit utilisées par la plateforme elle-même pour identifier ses client.e.s, soit publiées à l’attention des autres abonné.e.s, soit transmises à des entreprises tierces (annonceurs, etc.) dans un contexte de marché biface.

L’étape de l’inscription organise un tri des personnes, parfois la constitution de groupes cohérents, suivant des catégories mises à leur disposition dans les formulaires d’inscription. Les potentiel.le.s abonné.e.s doivent pouvoir y correspondre ou tout du moins pouvoir s’en accommoder, et pouvoir s’accommoder ensuite du type d’expérience en ligne que les plateformes ont pensé devoir correspondre au choix de telle ou telle de ces catégories. Les catégories en jeu sont systématiquement issues de l’une ou l’autre de ces familles de catégories que l’on peut regrouper sous l’appellation générique de « catégories sexuelles », qui comprennent les catégories de sexe ou genre, d’orientation sexuelle et de statut relationnel.

Ce qui m’intéresse dans la compréhension des usages de ces catégories sexuelles par les plateformes, c’est moins qui elles désignent, que la façon dont parfois tout peut être réduit à la combinaison de seulement deux d’entre elles (catégories de genre h/f) ou bien au contraire d’autres fois tout va concourir à en solliciter une bien plus grande variété. C’est-à-dire que le nombre même de ces catégories sur le terrain va impliquer des logiques différentes dans leur emploi, leur combinaison et, au final, leur signification1.  Choisir entre ces deux possibilités (lexique réduit ou varié) d’utiliser les catégories sexuelles a des conséquences importantes, à la fois logiques, médiatiques et sociales.

Je vais d’abord présenter le fonctionnement des formulaires d’inscription, puis ce qu’il se passe lors de la navigation sur ces plateformes, et enfin, à l’aide de la notion d’orientations intimes, de M. Bozon, tenter de mettre ces logiques d’inscription et de navigation en perspective.

Continuer la lecture de les usages des catégories sexuelles en ligne

  1. on retrouve bien entendu cette idée chez E. Kosofsky-Sedgwick, notamment dans l’introduction à Épistémologie du Placard, cf. Kosofsky-Sedgwick Eve, 2008, Épistémologie du placard, Paris, éd. Amsterdam []

vidéos du colloque « Les médias, nouveaux éducateurs à la sexualité ? »

Je voudrais mentionner rapidement la mise en ligne des vidéos du colloque qui s’était tenu le 23 mai 2014 au Conseil Régional Rhone-Alpes : « Les médias, nouveaux éducateurs à la sexualité ? » sur la chaîne dailymotion de la Plateforme de Formateurs en Éducation à la Sexualité.

J’y était intervenu en même temps qu’une douzaine de chercheur.e.s et de professionnel.le.s de santé devant un public de professionnel.le.s de l’éducation en général, de l’éducation à l’image et de l’action sociale, tou.te.s confronté.e.s aux questions de sexualité posées par les enfants ou les adolescents avec lesquels il.le.s travaillent au quotidien.

je glisse ici, en plus de ma présentation (qui met un moment à prendre son rythme, la faute à la canicule…) les vidéos de quelques unes des autres interventions qui m’avaient particulièrement intéressé. Je passe en revanche sur les deux interventions de la journée qui m’avait effaré tellement leurs deux intervenants travaillaient ostensiblement à aligner propos sexistes et culpabilisateurs – alimentant leur fructueux business de la production de panique morale (mais en fait je pourrai refaire une série d’été, tellement les propos de ces personnes frisaient l’inconsistance de ceux de Vanneste et consorts). Vous pouvez dans tous les cas retrouver l’ensemble des vidéos sur la page dédiée du site web du PES.

Cette journée de discussion avec des gens de terrain, au-delà des seules interventions qui ont été captées en vidéo, m’a permis de prendre conscience de certains problèmes qui se posent aux éducateurs et éducatrices : comment réfléchir à la manière dont on peut parler, dans un contexte pédagogique, d’images que l’on ne montrera pas (pour parler du régime visuel de la pornographie par exemple) ? Comment, aussi, parler de pratiques des images que l’on ne connaît pas ou n’a pas vu soi-même (parler du sexting et de ses formes associées au slut-shaming, etc.), et ainsi de suite. C’était tout bonnement passionnant. Sur ce, je vous souhaite une bonne écoute.

 

Elise Vinet – Publicité, sexualité et médias : « miroir, miroir, dis-moi… » – 23 mai 2014 – « Les médias, nouveaux éducateurs à la sexualité ? »

 

Philippe Liotard – Il était une fois l’hypersexualisation – 23 mai 2014 – « Les médias, nouveaux éducateurs à la sexualité ? »

 

Fred Pailler et Marie Chevret – video 1/2 – Pornographie, de la   transgression à la consommation – 23 mai 2014 – « Les médias, nouveaux éducateurs à la sexualité ? »

 

Fred Pailler et Marie Chevret – video 2/2 – Pornographie, de la   transgression à la consommation – 23 mai 2014 – « Les médias, nouveaux éducateurs à la sexualité ? »

 

décrypter l’amendement « anti-anorexiques » n°1052 de la Loi sur la Santé Publique

3 amendements ont été votés en catimini fin mars 2015, après [EDIT : que l’un d’entre eux a] été , durant les 15 jours précédents, d’abord retiré puis réintroduit, au dernier moment,  au projet de loi de santé publique1 : le premier, l’amendement n°1053 porte sur les retouches d’images représentant des corps, un autre, l’amendement n°2310, porte sur le poids et la santé des mannequins, un troisième, l’amendement n°1052, porte sur la répression des sites créés par des personnes atteintes de troubles des conduites alimentaires (TCA). Ces trois textes ne touchent pas aux mêmes champs de l’expérience des TCA et de leur traitement, et ne doivent pas forcément être lus comme un ensemble cohérent.

En effet, les deux premiers concernent la production et la mise en circulation dans une optique de gain financier d’images produites par l’industrie de la mode et du divertissement, et ce n’est pas un problème qu’ils soient passés au vote, si tant est que des personnes compétentes en droit du travail et en politiques des médias soient consultées pour la rédaction des décrets. L’amendement n°1053 sur la retouche photo ne devrait faire souffrir personne de par son insertion dans le code pénal. L’amendement n°2310 sur l’emploi de mannequins jugé.e.s trop maigres, dans son principe, revient à faire entériner par l’État la normalisation de la maigreur/minceur qui sera affichée par les mannequins plutôt qu’à prôner une plus grande diversité des corps dans le monde de la mode et du divertissement. Mais il reste toutefois audible dès lors qu’il permet à certains acteurs (les associations, les mannequins eux-mêmes ?) d’alerter la justice sur des cas de maltraitance et de problèmes de santé au travail.

Le troisième, celui concernant les sites dits « pro-ana », pose un problème juridique, social et médical différent des deux premiers et bien plus sérieux : il concerne moins l’industrie du divertissement que la parole et les sociabilités mêmes des personnes souffrant de TCA. Or, comme le plaide l’équipe Anamia depuis des années, pour qu’un débat serein sur le « pro-ana » ait lieu, il faut avant tout que le climat autour de ces sites ne soit plus dominé, comme il l’est aujourd’hui, par des postures émotionnelles et paniques visant simplement à la disparition du « symptôme », en l’occurrence les sites eux-mêmes, plutôt qu’à la disparition des souffrances. Malgré cela, dans l’état actuel de la prise en compte des TCA dans le débat public, il est manifeste que ce n’est pas encore le cas et l’amendement n°1052 n’apaise en rien la panique désignant ces blogs comme un problème puisqu’il vise à son tour, en essayant de n’en avoir jamais l’air, à désigner les blogueuses parlant de leurs TCA comme des criminelles agissant à l’encontre d’autres blogueuses.

Je propose dans les paragraphes suivants une lecture de l’amendement n°1052, qui, de part son statut de texte annonçant une intention de légiférer, n’est pas un texte tenu à une grande rigueur rhétorique ni même logique ; il se définit lui-même comme un « exposé sommaire ». À partir des connaissances scientifiques dont nous disposons (à commencer par les résultats de l’étude financée par l’ANR et réalisée par l’équipe pluridisciplinaire Anamia), je tente de réfléchir à la fois à ce que l’amendement énonce explicitement, à ce qu’il sous-entend et/ou à ce qu’il dissimule suivant les cas, à ce qu’il ignore (volontairement ou pas), à ce qu’il génère comme possible pénal ou comme conséquences pour les personnes atteintes de TCA qui feraient usage d’internet dans le cadre de leur maladie (c’est à dire une majorité d’entre elles). Commençons par le commencement, et par les premières lignes de ce texte.

Continuer la lecture de décrypter l’amendement « anti-anorexiques » n°1052 de la Loi sur la Santé Publique

  1. puisqu’on m’en a fait la remarque : l’expression « en catimini » fait référence non pas à un secret absolu qui aurait été gardé par les députés, mais au fait que tout s’est déroulé de manière à ce que le débat public ne puisse avoir lieu sur cette question avant la discussion à l’assemblée. L’expression utilisée ici est associée étymologiquement aux menstruations dont il n’est pas question de faire mention, de par leur caractère à la fois ordinaire et sacrilège []

Qu’est-ce qu’un site de rencontre ?

Il est dit depuis la création de ce blog que je travaille sur la question des politiques des affects, et ça a souvent pris le ton d’une discussion autour de la pornographie. Il est dit, bien moins souvent par contre, que je m’intéresse à la pornographie, parce qu’au début des années 2000 je m’intéressais aux documents de présentation de soi en général, certains d’entre eux étant à caractère sexuel. En 2000, il faut se rappeler que le web 1.0 ne s’appelait que « le web » ou « la toile », c’était avant l’invention de meetic, avant le boom des réseaux sociaux, avant même les blogosphères fourmillantes ; c’était l’époque des pages persos, et si les internautes faisaient déjà beaucoup de choses qu’ils continuent à faire aujourd’hui, les choses ne se passaient quand même pas tout à fait comme elles se déroulent aujourd’hui.

/// Un objet à étudier, de travers…

Pour être honnête, pendant assez longtemps, j’ai soigneusement évacué la question de la pornographie pour me concentrer sur les « vraies » pages persos et les « vrais » profils qui présentaient des gens cherchant des rencontres, des échanges « cybersexuels »,  des discussions autour de leurs pratiques, ces présentations allant des plus communes – « je suis untel/unetelle » – aux plus intriguantes, telles celles qui affichaient des catalogues de matériel SM en guise d’unique présentation de soi. Certains des internautes créant ces pages ne semblaient d’ailleurs même pas avoir de but précis et créaient et entretenaient leurs pages persos pour le seul plaisir de se présenter et d’être présent sur le web. J’opposais ce corpus de pages perso à caractère sexuel (PPCS) à une autre frange du web grandissant, celles des sites d’animatrices sexy ou porno, croyant déceler dans les pages perso une plus grande authenticité (#grosmalin) que dans les performances des actrices/animatrices. Je travaillais sur le web amateur, sans même encore l’avoir compris, je pensais que c’était d’abord un web « perso », où la signification de « perso » glissait tout aussi aisément vers celle de « quotidien » et « contingent » que vers celle de « sexuel » et « d’intime », et semblait éloigner toutes ces significations d’un ensemble articulé autour des termes professionnel.le/pornographie-de-studios/dispositifs-payants.

frontpages de sites de rencontres sur google image #ROSE #cœur #love #hétérosexualité
frontpages de sites de rencontres sur google image #ROSE #cœur #love #hétérosexualité

Puis vint l’invention des sites de rencontre généralistes, sur le modèle de match.com (lancé en 1995) et eharmony.com (lancé en 2000), ce qui a inspiré le lancement de meetic.fr (en 2001) et consorts. Vinrent aussi, un peu plus rapidement en fait, les plateformes communautaires liées aux pratiques libertines (friendfinder.com est lancé en 1996, et deviendra plus tard le célèbre Adultfriendfinder.com) et gays ( gay.com lancé en 1997, et gaydar.co.uk en 1999). Ces plateformes offraient les mêmes services que les sites de rencontre généralistes, et, sur leurs pages d’introduction et d’inscription, elles parlaient elles aussi, régulièrement mais jamais systématiquement, de rencontres. En effet, leurs services semblaient dépasser ceux des sites de rencontre généralistes, notamment par le fait qu’elles autorisaient les internautes à afficher des images d’eux-mêmes, dans le plus simple appareil si cela leur chantait1.

Je ne pouvais pas décemment évacuer ces plateformes libertines et gays au seul motif qu’elles contenaient des images ou des propos pornographiques, puisqu’elles contenaient aussi des discours tout à fait personnels ! Ces plateformes me mettaient face à une contradiction vis-à-vis de la catégorie même de pornographie : je n’avais jusqu’alors pas évacué la pornographie de mon corpus pour le fait de son caractère sexuel (sexe explicite vs. sexe neutralisé ou implicite) mais parce que je jugeais que les actrices/animatrices rémunérées n’était pas impliquées personnellement et authentiquement (pro vs. am, fiction vs. authenticité). N’arrivant pas à résoudre ce conflit définitionnel, j’ai choisi de conserver l’ensemble de ces sites comme un point se jouant de mes propres catégories d’interprétation mais un point pour autant tout à fait central sur le terrain en ce qu’il identifie un enjeu essentiel des pratiques des internautes autour de l’appréhension des images, de leurs usages et de leurs significations. Au fur et à mesure du développement du web 2.0, j’ai intégré des éléments de plus en plus ouvertement et uniquement centrés sur la pornographie, comprenant que j’avais durant un moment manqué de discernement quant à la définition de mon objet d’étude je ne travaillais ni tout à fait sur des types de contenus, ni tout à fait sur des types de sites web ; restait à éclaircir la définition de ce nouvel objet.

Je ne suis pas le seul à m’être confronté à ces enjeux, et c’est l’objet de ce post que de présenter une variété de réponses faites par d’autres chercheur.e.s aux questions de sexualité et de pornographie dans la conception et la définition d’objets d’études tournant autour des sociabilités numériques « intimes ». Il s’agit ici de montrer comment les projets et les conditions de recherches peuvent orienter (#LœufOuLaPoule) les choix de définition des terrains comme des objets à étudier. Les études que je vais présenter, et la définition que chacune d’entre elles offre de son objet, constituent les travaux les plus proches de mes propres recherches. Poser la question de la rencontre en ligne c’est poser la question de la production de relations directes (sans « entremetteuses ») entre les internautes (mais pas tout à fait sans intermédiaires, n’oublions quand même pas les dispositifs techniques). C’est aussi poser la question des relations entre médiation et médiatisation de la sexualité, interroger comment les cultures médiatiques, sentimentales/romantiques et sexuelles se construisent et se combinent.

Continuer la lecture de Qu’est-ce qu’un site de rencontre ?

  1. Notons bien que sites de rencontre généralistes et sites libertins ou gays requièrent tous la majorité légale pour activer un abonnement et les seconds ajoutent un avertissement pour contenus pornographiques à chaque connexion []

Pornographie, appareillage numérique et Internet : vers une culture sexuelle augmentée ?

Voici le transcript d’une présentation que j’avais faite en 2011 au colloque Travail et création artistique en régime numérique, colloque durant lequel j’avais eu le plaisir d’être invité à venir blogguer (un peu, une fois l’an 😉 ) sur culturevisuelle.org. J’ai retrouvé ce texte ce weekend, à l’occasion de la diffusion de l’émission Place de la Toile #pdlt  de Xavier Delaporte & Thibault Henneton portant sur la pornographie en ligne et principalement les usages liés au « tubes », ces plateformes de partage de vidéos pornographiques construites techniquement sur le modèle de youtube.com. L’émission peut être ré-écoutée sur le site de franceculture ou bien podcastée sur le flux RSS. Judy Minx, Stephen des Aulnois, Ghislain Faribeau, et Florian Voros y sont tous quatre intervenus autour des enjeux de transformation de l’esthétique, de l’indexation, du partage, de l’économie et des pratiques sexuelles liées à la pornographie contemporaine. L’émission avait quelque chose de très familier pour moi à cause des questions et des réflexions qu’elle soulevait, aussi je suis retourné lire cette communication qui portait sur un sujet tout à fait similaire quoi qu’un peu plus large, et dont j’avais un peu oublié la teneur depuis le temps.

Après avoir mesuré l’ampleur du désastre archivistique que constitue ma d..pbox, et re-lu la dite communication, ralé sur les erreurs, les choses passées sous silence pour tenir dans le temps imparti de présentation (que j’avais particulièrement explosé à l’époque…), et les approximations dues à mon jeune âge d’alors ( pour le coup, je ne dissimulerai reviendrai pas sur la qualification du système des tags par un simple « lexical », qualification qui me semble tellement… naïve, aujourd’hui), je me suis dit, qu’à titre historique, il était surement intéressant de la publier ici. En effet, avec ses tares et son enthousiasme, cette communication trace des grandes lignes qui me semblent toujours d’actualité, et peuvent même paraître assez banale aux yeux de certains, mais ne sont peut-être pas si évidentes à cerner pour tout le monde. D’abord parce que les usages de la pornographie en ligne ont beau avoir gagné l’ensemble des générations d’utilisateurs, les tubes ne sont pas toujours connus de tout-e-s, ensuite parce que la pornographie est souvent un sujet mis à part dans les études des medias, alors qu’elle en accueille bien souvent les paradigmes et les formes les plus saillantes.

***

Qu’est-ce que la pornographie ? Vaste question, s’il en est. La définition commune veut qu’elle soit le plus souvent une série d’images photographiques ou vidéos, aux contenus sexuellement explicites. Si l’on demande où se trouve la pornographie, on peut aussi se dire qu’elle se situe dans des cinémas spécialisés, dans des vidéo-clubs ou des sex-shops, vendue sur des supports VHS ou DVD. Si l’on creuse encore un peu, on sait aussi que la pornographie ne serait rien sans les « stars du X » (la réputation de rocco siffredi ou de la cicciolina dépasse largement le groupe des consommateurs de pornographie). On sait aussi que la pornographie est le plus souvent le support d’une activité solitaire, activité masturbatoire, le plus souvent, donc toujours regressive et anti-sociale.

Évidemment, cette première définition ne prend pas en compte l’avènement récent des technologies du numérique, mais cet oubli n’est pas gratuit : la définition que je viens de donner est à peu près celle avec laquelle la majorité des individus ont construit leur propre culture sexuelle et sentimentale, avec où sans consommation de pornographie, mais avec la connaissance de son existence. J’ai 34 ans, et ma génération est la dernière a avoir construit sa culture sexuelle et sentimentale avant même de découvrir le web et la pornographie en ligne, c’est-à-dire qu’elle s’est construite en référence à cette vieille définition. Les générations suivantes ont à faire à une autre manière d’élaborer leurs cultures sexuelles et sentimentales, d’abord parce qu’elles y travaillent avec l’aide du web et des technologies numériques, c’est l’une de leur ressources pour résoudre des problèmes, donc avec des systèmes de documentation et de médiation que nous n’avions pas à disposition, et ensuite parce que ces outils numériques ont absorbé la pornographie et l’ont transformée.

En effet, la pornographie a évolué au contact du numérique autant au niveau des représentations qui la nourrissent qu’au niveau des appareils mêmes de sa production, que des usages qui sont fait des images, et que des discours qui l’accompagnent. Le web est un dispositif qui combine des formes techniques et médiatiques qui lui sont antérieures, les absorbe en engageant leur numérisation puis leur diffusion en ligne. Il les combine mais aussi les recompose chacune, leur ajoutant de nouvelles propriétés ou au contraire les privant de certains de leurs éléments caractéristiques. Si l’on a pu définir un temps la pornographie comme une forme mass-médiatique diffusant des représentations explicites de la sexualité, notamment lorsqu’on la critiquait, cette définition est liée essentiellement au développement dans les quarante dernières années de la presse et du cinéma porno et dépendait jusqu’à aujourd’hui des configurations techniques respectives qu’André Gunthert a qualifiée « d’outils en lecture seule » de ces deux dispositifs de diffusion. Je vais présenter ici les formes nouvelles qui ont pu en émerger, en trois tableaux  :

  • esthétique, en décrivant les nouveaux types d’images pornographiques produits principalement par l’utilisation des webcams
  • organisationnel, en considérant ce que l’activité ou le travail pornographique à l’ère du web interrogent les catégories de professionnel, d’amateur et de consommateurs
  • lexical, en évoquant l’impact de l’indexation par mots-clés/tags sur les plate-formes de partage de vidéos sur la formation des cultures sexuelles contemporaines.

Ces tableaux, ne sont pas exhaustifs, mais il permettent d’ouvrir le champs de vision pour dresser un panorama des dynamiques qui animent la pornographie contemporaine.

Continuer la lecture de Pornographie, appareillage numérique et Internet : vers une culture sexuelle augmentée ?

« L’échange de sextos chez les adolescents et son impact sur le secteur des technologies » par d.boyd (trad.)

Résumé

Lors de cette conférence, danah boyd présente les enjeux technologiques, moraux et culturels liés à la pratique du sexting (« sex » + « texto »), c’est-à-dire à l’usage sexuel des technologies numériques d’enregistrement et de communication, les appareils photo numériques et les téléphones mobiles en premier lieu. De façon générale, les objets techniques génèrent des pratiques qui se déplacent et se transforment suivant les contextes politiques et domestiques mais aussi, simplement, au contact d’autres objets techniques amenant alors à revoir certaines pratiques jusque là bien établies.

Ici, c’est la photographie qui est remise en jeu en tant que pratique, alors qu’elle n’a pas fait l’objet de débats ni de conflits pendant des décennies. Depuis le début des années 2000, elle pose problème parce qu’il est devenu possible de faire circuler  sur internet ou sur les téléphones mobiles des photographies habituellement réservées à des usages privés (au sein du couple, etc.) ou bien destinées à  être oubliées au fond d’un tiroir. Cette visibilité soudaine de certaines images a enclenché une suite de réactions juridiques, techniques et sociales relativement violentes, allant jusqu’au fichage d’adolescents comme délinquants sexuels, ceux-ci ayant été jugés coupables de production, détention et diffusion de « pornographie infantile d’eux-mêmes ».

Dans sa conférence, d. boyd évoque essentiellement le scénario de panique morale tel qu’il s’est déroulé en Australie puis aux USA. Si les pays animés par cette réponse démesurée aux pratiques de sexting semblent offrir un terreau culturel bien différent du contexte français, il n’en reste pas moins que la législation française fonctionne avec le même vide juridique que les premiers : une interdiction aux mineurs de moins de 18 ans de manipuler ou produire de la pornographie alors que la majorité sexuelle est, elle, fixée à 16 ans. Si pour le moment, il n’existe pas de cas instruits par la justice française concernant des affaires de sexting, il n’est  pas inutile pour autant de réfléchir à la question.

Durant cette conférence, d. boyd s’adresse au secteur industriel, aux entrepreneurs spécialisés dans les technologies, parce que : 1/ ce secteur a un rôle à jouer dans la résolution de ce genre de problème puisqu’il en est l’un des vecteurs, et 2/ ce rôle ne relève pas des réponses qu’il a l’habitude de fournir, c’est-à-dire des réponses techniques et informatiques. L’ethnographe pose les éléments d’un programme sans pour autant être en mesure, de son propre aveu, de fournir une solution directement réalisable. Elle pose donc plutôt un programme de recherche et d’innovation, visant à penser à la fois les pratiques dans le contexte des sociabilités adolescentes et la manière dont une collaboration de l’ensemble du secteur technologique et des autorités pourrait permettre de dissocier et de mieux traiter d’une part les pratiques liées au sexting et d’autre part celles liées à la pornographie infantile.

bonne lecture.

fp.

Continuer la lecture de « L’échange de sextos chez les adolescents et son impact sur le secteur des technologies » par d.boyd (trad.)

S1E5 : neutralisation sexuelle des documents vs. neutralité de l’internet

[Si vous avez manqué les épisodes précédents : Après avoir pris le temps de montrer que non seulement la proposition de filtrer les sites web ne pouvait en aucun cas avoir un impact salvateur sur les soit-disant effets de la pornographie, mais que la proposition de loi contre la pornographie était peut-être plus un problème de politique de l’internet plutôt que de santé publique ou de morale, il s’agit pour finir de faire une hypothèse un peu plus large : la neutralisation sexuelle d’un dispositif médiatique se trouve aujourd’hui en conflit avec la notion même de neutralité du web, neutralité qui fait l’objet de choix politiques dans tous les cas, choix politiques le plus souvent effectués en toute « ignorance de cause ».]

++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

Non-sexuel ou sexe implicite ? l’absence de pornographie ne signifie pas l’absence de sexualité

Il devient envisageable de s’interroger sur ce que signifie une absence de pornographie selon Vanneste, c’est-à-dire sur ce dont il veut s’assurer en faisant voter cette loi : le projet consiste à libérer/priver a priori certains espaces médiatiques de contenus liés à la sexualité, ces contenus n’étant pas définis concrètement. Un problème se pose : Vanneste et ses collègues ne déterminent pas non plus la nature de ce qui devrait remplacer les contenus pornographiques. Il s’agit toujours d’évoquer une suppression, comme si cette suppresssion pouvait instaurer une nouvelle ère médiatique, définitivement.  C’est à cet endroit que la définition « homogène » de la pornographie (que nous avons évoquée dans l’épisode 2 parce qu’elle était utilisée comme épouvantail par Vanneste et ses collègues), c’est à dire le contournement d’une définition en bonne et due forme et l’incapacité à définir des contenus nuémriques en propre devient capital : s’il existe une seule pornographie, identifiable en tant que telle, et non pas une multitude de pornographies répondant à une définition peut-être commune pour des raisons différentes (un halo ou un patchwork de pornographies), alors il existe une « anti-pornographie » comme il existerait de l’anti-matière. Or, à quoi les images de sexe explicites vont-elles, une fois supprimées/filtrées, laisser la place ? À des expressions essentiellement non-sexuelles ? Ou bien  à des expressions sexuellement implicites ? Au contraire de cette définition homogène, une définition pragmatique de la pornographie, si elle n’est pas franche et monolithique, et il est bien possible qu’elle ne le soit pas, ne peut laisser que supposer que le web « non-pornographique » ne le sera, lui non plus, jamais tout à fait.

À titre indicatif, imaginons un instant à quoi ressemblerait cette technologie sexuellement neutralisée ? A une technologie livrant des représentations (textuelles ou imagées) absolument non sexuelles, c’est-à-dire ne sollicitant aucune des pulsions potentiellement « dangereuses » (merci aux commentateurs de l’épisode précédent T Deshedin et MA Paveau 😉 ), des représentations qui serait donc non-genrées (puisque cela reste encore une condition sine qua non de la sexualisation des relations par la grande majorité des individus, aujourd’hui), des représentations qui ne feraient appel à aucun type de hiérarchie esthétique ni de  séduction visuelle, etc. Cette situation est proprement impossible à concevoir, elle demanderait de supprimer la quasi totalité de la publicité, du cinéma, etc. Bref, supprimer toute forme d’affect sexualisable, ce n’est pas de cela qu’il s’agit, donc. Il y aurait bien toujours du sexuel, c’est d’ailleurs une propriété attribuée habituellement au sexuel que de s’appliquer soit-disant partout, sauf que l’on ne serait pas en situation d’en parler, seulement d’y faire allusion peut-être, de le produire comme quelque chose qui existerait bel et bien, mais ne serait ni représentable (risque de connaissance objective) ni lié à un quelconque usage du support de représentation (risque de masturbation). le sexuel peut circuler librement en ligne, tant qu’il n’est pas explicite, et il devient intéressant de faire l’hypothèse qu’un web sexuellement neutralisé est un web à la sexualisation implicite plutôt qu’un web no-sex, l’un se faisant passer pour l’autre, mais nécessitant un cadre activement construit pour exister.

Continuer la lecture de S1E5 : neutralisation sexuelle des documents vs. neutralité de l’internet

S1E4 La pornographie en ligne n’est pas réductible aux sites pornos : indexation et censure

[Si vous avez manqué les épisodes précédents : Une proposition de loi « contre la pornographie » développe des arguments tantôt étranges tantôt éculés. Il s’agit d’y retrouver une logique, en pistant les énoncés les plus solides qui s’y sont logés. En présentant la pornographie comme dangereuse sans jamais la définir intrinsèquement et en centrant les réponses possibles de l’État sur la gestion des accès aux contenus, les députés comptent régler tous les problèmes d’un coup : ils proposent d’établir une liste que les fournisseurs d’accès devraient utiliser pour filtrer ce que les internautes peuvent ou pas regarder sur leurs écrans. Voyons ce que cette liste « officielle » de sites pornos a comme arguments en sa faveur à déployer…]

+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++


Porn (x) = controverse (tech. +  sex.), rien de plus, rien de moins…

Lors du précédent épisode, je n’ai pas assez insité sur l’idée suivante : l’usage du terme « pornographie » désigne l’articulation de considérations techniques (ne serait-ce qu’une morale de la technique) et de considérations sexuelles. Sinon on parle de grivoiseries, d’obscénités, de bien d’autres choses encore, et pourquoi pas, même, d’érotisme ;-). Ceci ne signifie en rien qu’un discours tenu sur la pornographie fera explicitement et systématiquement mention des deux types de considérations, bien au contraire, puisqu’ il n’est souvent centré que sur l’une des deux seulement. Toutefois, on trouvera toujours une remarque, un détail, qui fera plus silencieusement référence au second type de considération, celui qui reste tapi dans l’implicite du discours : le plus souvent, le drame sexuel est mis en avant, ou bien l’extase pornographique, et entre les lignes il devient possible d’y lire un rapport au livre, à l’image, à l’écran, etc. D’où l’équation en guise de titre pour ces premiers paragraphes. C’est une hypothèse foucaldienne et cela implique de considérer comme possible le fait que morale sexuelle et conceptions techniques n’évoluent pas d’un commun mouvement. Chez Foucault, les mots et les choses, pour reprendre ce titre humoristique, ont une grande autonomie, même s’ils entretiennent des rapports puissants.

Pour cerner son point de vue, il est utile de revenir aux histoires croisées entre « mots » et « choses », croisées donc mais rarement coïncidentes : les criminels, par exemple, passent de l’échafaud à la prison, mais où la prison est une architecture qui provient d’un ensemble de savoirs-pouvoirs issus du traitement de la folie (l’hopital général et l’isolement du reste de la ville) et non d’un savoir concernant la pénalisation des crimes. Deleuze, dans son livre sur Foucault, énonce clairement cette diffraction entre le discursif et le non-discursif (ce qui génère la lumière et les mouvements) qui sont tous les deux des manières de stratifier les savoirs, et rappelle au passage qu’il existe en plus un rapport discursif au non-discursif qui peut n’avoir rien à faire avec le discursif lui-même (dans le cas de la pornographie, les énoncés sur la sexualité contenus dans les films, ne sont pas les mêmes que ceux qui sont faits sur l’activité de consommation de pornographie comme forme de sexualité, etc. Ou bien ne le sont qu’à de très rares moments). Depuis le XVIIIème siècle, on peut constater une évolution importante de la pornographie, notamment des acteurs qui s’y impliquent (des écrivains et des penseurs légitimes du XVIIIème siècle, aux actrices X inconnues des productions de la vallée de San Fernando en Californie), mais à chaque époque, les discours reproduisent la même dynamique en ce qu’ils portent sur la sexualité et sont liés à des modes de publications et d’usages de certains objets : le livre, les salons littéraires, la photographie, évidemment, le cinéma et les réponses spécifiques (c’est la loi de finance de 75 qui instaure la catégorie X, pas une loi pénale !), etc. En somme, il faudrait refaire toute une histoire de la pornographie en montrant comment les deux ensembles, que j’appelle trop rapidement sûrement « cultures sexuelles » et « dispositifs techniques », évoluant de façon autonome, sont régulièrement réarticulés et re-problématisés par l’usage persistent du terme « pornographie »1. Pourquoi ce retour sur la définition de la pornographie dans une perspective foucaldienne ? D’abord parce que nous devions poser les enjeux de chaque discours sexuel et technique auparavant, afin de dégager notre propre positionnement, mais aussi parce qu’il n’est pas simple forcément de concevoir l’imbrication ou la dispersion des différents discours sur le sexuel : ceux représentés par les films et ceux impliquant le visionnage des films, ceux que le lecteur se représente avant la lecture et ceux qu’il découvre par la lecture/consultation, etc.

Lorsque les députés se concentrent sur la consultation de pornographie par des mineurs, enfants ou adolescents, ils ne rappellent pas cette double problématique du sexuel et du technique et engagent leur discours de légitimation de leur proposition de loi par le versant moral et sexuel, sans toutefois dissimuler le fait qu’il s’agit de réguler les accès au sein d’un dispositif technique spécifique, l’internet. Ils vérifient notre définiton du discours sur la pornographie sans le valider explicitement. La question de la pornographie y est présentée comme le fait d’une sexualisation trop précoce du visionnage en ligne, sexualisation traumatisante selon les députés. Si nous avons vu comment les arguments n’étaient pas fondés rationnellement mais selon une logique affective ET « affectiviste », il n’en reste pas moins que les députés proposent une solution au problème : lister les contenus à prohiber, fournir la liste aux FAI afin qu’ils appliquent la censure requise.  La dimension technique est remisée à l’écart du danger, simplement parce qu’elle doit constituer la solution. Pour légitimer ce type de méthode, il faut cependant vérifier qu’il n’existe pas des « lieux » pour ne pas dire des « sites » qui produiraient du contenu sexuel sans que celui-ci ne soit annoncé, indexé en fait, comme pornographique. Il faut aussi veiller à repérer ce qui ne serait pas explicitement sexuel et serait pour autant associé aux index « porn/porno/Etc. » (si c’est le sexe explicite dont il faut protéger les personnes sensibles, alors rien ne les empêcherait de consulter les sites de Hentaï japonais, as dans la dissimulation outrageusement visible de ce qui serait obscène si explicitement figuré).  Cela revient à interroger simplement le fait que ce que désire combattre la proposition de loi n’existe peut-être tout simplement pas, ou, au moins, n’existe pas du tout dans les marges qu’elle a tant de mal à définir.  Il est à craindre qu’une portion non négligeable de la pornographie contemporaine n’ait pas été considérée par les députés, ni dans ses contenus, ni dans ses modalités de diffusion et d’utilisation.

Continuer la lecture de S1E4 La pornographie en ligne n’est pas réductible aux sites pornos : indexation et censure

  1. La catégorie juridique américaine d’obscénité, comme contre-exemple, (je renvois une fois de plus au texte de gayle Rubin) peut croiser la notion de pornographie mais est bien plus vaste dans la mesure où elle n’implique aucune dimension spécifiquement technique. Dans ce contexte, les grands procès américains des années 70/80 ont bien tenté de considérer la pornographie avant tout comme un rapport de pouvoir et d’aliénation (en accusant les réalisateurs et les producteurs de prostitution et d’obscénité), mais cette tactique qui a couté très cher au Gouvernement et au FBi a totalement échoué, simplement parce qu’elle niait l’activité même du cinéma : produire des images, des fictions visuelles, etc., et donc la possibilité de construire une défense structurée autour du discours explicite de la médiation technique []

S1E3 les accès, le dispositif, les compétences : la technologie selon Vanneste

[Si vous avez manqué les épisodes précédents : Une proposition de loi « contre la pornographie » développe des arguments tantôt étranges tantôt éculés. Il s’agit d’y retrouver une logique, en pistant les énoncés les plus solides qui s’y sont logés. La définition des contenus pornographiques par exemple y est proscrite, car elle empêcherait de rendre terrifiants les effets mêmes de cette pornographie. Les accès aux  contenus pornographiques, qui sont devenus l’objet de toute l’attention des députés, nous mènent aujourd’hui à interroger la définition qu’ils donnent du dispositif technique]

++++++++++++++++++++++++++++++++++++++


Dimension sexuelle ET technique de la pornographie et double signification du terme « media »

On peut trouver dans  l’article de Gayle Rubin sur les discours anti-pornographie américains des années 80 (version GB-pdf  ici), un problème qui ne se pose d’abord qu’au traducteur : comment traduire l’emploi que Rubin a du terme « media » ? En effet, « si ce terme désigne souvent, en anglais comme en français, les moyens qui servent à la circulation d’informations (télévision, radio, presse écrite), il a le plus souvent dans ce texte le sens plus précis de « support de communication », voire de « type de production culturelle par lequel est diffusé un message écrit, visuel, audio-visuel, etc. » (la pornographie étant alors l’un des nombreux médias disponibles). »1, nous indique le traducteur de l’article en français. La pornographie est particulièrement sujette à ce genre de fusion entre contenus/dimension culturelle et dispositif/matérialité technique, et ce n’est pas le problème du seul traducteur entre l’anglais et le français.

La question est bien plus vaste, ce qui dans un sens est plutôt sain, puisque le dispositif est tout autant » culturel » que les contenus, le fait de s’en prendre aux « images » pornographiques étant tout à fait différent aujourd’hui de l’attaque de la littérature pornographique au XVIIIème siècle par exemple. Cette fusion permet toutefois de faire de nombreux raccourcis ou encore que les arguments déployés pour ou contre la pornographie finissent par user d’une construction complètement tautologique. G. Rubin ne tombe pas dans ce genre d’écueil, puisqu’elle relève justement les formules tautologiques des deux célèbres pseudo-féministes anti-porno MacKinnon et Dworkin. En revanche, elle fait glisser tout au long de son article la signification technique de « media » vers celle unique de « produit culturel » là-même où la fusion/confusion possible entre les deux structure les discours sur la pornographie. Rubin pourrait avoir pris le temps d’abord de discuter de documentation, de dispositif de lecture ou de visionnage, etc., discuter de technique, tant pis.

Dispositif technique indéfini et accès à la pornographie

Discuter du dispositif technique ? Certes, mais duquel ? En effet, si la proposition de loi de Vanneste ne s’engage jamais sur la voie d’une définition/discussion des contenus de la pornographie contre laquelle elle prétend s’ériger, elle ne s’engage pas plus dans la définition d’un dispositif technique ou d’une pratique particulière de ce dispositif autour desquels il faudrait précisément légiférer. Au contraire, les députés ont trouvé le moyen de régler le problème à la racine et de ne pas entrer dans less détails, en axant leurs décision sur la gestion des accès à la pornographie. L’épouvantail de la pornographie permet de constituer petit à petit un discours sur le dispositif technique comme arme du crime sans jamais l’accuser directement ; c’est donc une définition par défaut, comme pour la pornographie elle-même, qu’il faut chercher à lire dans ce texte.

La proposition de loi est claire sur un point, dès sa première ligne : elle traite des accès. Ensuite elle devient plus vague,  en surfant sur cette double dimension de la pornographie comme production culturelle et comme usage d’un dispositif technique. À proprement parler, elle construit son argumentaire tantôt  sur la question des accès (donc des index et des moteurs de recherches essentiellement, mais aussi des accès involontaires, en commençant par les pop-ups sauvages), sur la question du visionnage et de la consultation/consommation (comme relation sémiotique spécifique), sur l’existence seule des images et leur pouvoir intrinsèque (n’oublions pas que la proposition de loi affirme de but en blanc que « les images pornographiques provoquent la sécrétion de plusieurs hormones. » [SIC !]), enfin comme un enjeu de pouvoir entre enfants/ados, parents et État dans la définition de ce qui est visible ou pas. En somme, les objets techniques, aussi nombreux soient-ils permettent à chaque fois d’instaurer la même réthorique : l’objet technique permet qu’il se passe ceci ou cela, l’évènement en question étant indésirable a priori (voir une image, obtenir une réponse, etc.), l’accès global à la pornographie doit donc être régulé/censuré.

Continuer la lecture de S1E3 les accès, le dispositif, les compétences : la technologie selon Vanneste

  1. Rubin G. Surveiller et Jouir, PAris, EPEL 2011, p. 276 []

S1E2 Pour taire ce que l’on ne saurait voir…

[Si vous avez manqué les épisodes précédents : Au sujet d’une proposition de loi « contre la pornographie », un commentaire a été engagé sur les différentes options qui se présentent au député pour définir l’objet contre lequel il désire tant légiférer. Celui-ci préfère ne pas faire trop de cas des contenus de la pornographie et se pencher sur les manières d’y accéder, arguant que ses effets pervers seraient globalement atténués si leur accessibilité était régulée/empêchée.]

+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++


Cet épisode va être consacré à une lecture plus minutieuse de la définition que Vanneste donne de la pornographie. On pourrait aisément considérer qu’il compte de toute façon se concentrer sur la gestion des accès, et qu’il n’est pas intéressant d’aller plus avant dans la compréhension qu’il a de la pornographie. Il n’en reste pas moins qu’en éludant les contenus, la définition qu’il en donne lui permet de préparer en creux le terrain pour les représentations du dispositif qu’il va solliciter dans son discours et que, sur ce point, la façon dont il procède est assez signifiante.

La proposition de loi consiste à produire en filigrane une théorie des effets, à construire la pornographie en lui attribuant la capacité d’affecter ceux qui la consultent et à ne la considérer légalement que depuis cette seule qualité. C’est-à-dire que des représentations explicites de la sexualité ont, selon C. Vanneste, un impact, une efficacité, et ne peuvent laisser insensible celui ou celle qui les consulte, au point que son identité et/ou ses comportements en seront définitivement transformés. On pourrait croire que, vu sous cet angle, il s’agisse de prendre parti pour une « bonne pornographie » contre une « mauvaise ». Cependant, c’est une autre alternative que choisissent les députés en promulgant une absence totale de pornographie plutôt que le choix entre toutes les pornographies possibles. L’absence totale de pornographie en ligne, la création d’un web sécure et non-sexuel, par la  rhétorique des effets pervers, n’est concevable qu’à la mesure où l’on attribue deux caractéristiques essentielles à la pornographie : une homogénéité indépassable et l’impossibilité qu’elle puisse être problématisée ou intrinsèquement problématique. Unifiée et inconséquente à l’échelle des discours, elle n’en devient que plus logiquement sexuelle dans l’esprit des législateurs.

« LA » pornographie, ou l’impact d’un seul pronom sur l’ensemble d’un débat

La pornographie pose visiblement problème dans son ensemble parce qu’elle affecte trop puissamment. Si le titre de la proposition de loi constitue en manifeste cette considération pour une pornographie homogène, le corps du texte ne revient pas un instant sur cette idée et la perpétue ainsi comme une évidence. Si l’on prenait à l’inverse le problème et qu’on le posait image par image, on devrait alors déterminer une liste d’effets propres à chacune des images et l’on verrait peut-être la nature de ces effets varier et se disperser amplement. Mais « LA » pornographie est unifiée et homogène parce qu’elle doit avoir pour le rédacteur de la proposition de loi, dans une pure tautologie, un seul et même effet : la corruption des corps et des esprits.

C’est un procédé rhétorique simple : la force que l’on veut donner aux fameux « effets » n’est issue que de la seule homogénéité de ce qui les provoque. Il suffit donc, durant la rédaction, de maintenir cette homogénéité pour ne jamais faire faiblir la description des effets. Les députés travaillent à développer une théorie des effets centrée uniquement sur la réception d’une pornographie dont chaque image produit exactement le même impact et fonctionne de concert avec les autres images. Cette conception revient pratiquemment à nier le fait que des goûts et des pratiques diversifiés puissent exister, goûts et pratiques qui sont par ailleurs violemment décriées par les mêmes députés, donc reconnues sinon tolérées.

Le député Vanneste affirme ce genre d’idées régulièrement, son audience médiatique ne tenant d’ailleurs qu’à ce seul type de déclarations. Mais à quoi bon présenter la pornographie comme homogène, précisément, lorsque, par ailleurs, il s’acharne à revendiquer des distinctions radicales entre identités et/ou pratiques sexuelles, par exemple, et pourrait tout aussi bien s’engager à défendre une hiérarchie des contenus de la pornographie, comme il promet une hiérarchie des comportements et des désirs sexuels en promouvant une politique hétéro-normative et condamnant toutes les autres ? la seule raison pour laquelle les contenus pornogaphiques peuvent être regroupés sous une seule et même bannière reste le fait qu’ils peuvent être qualifiés de sexuels.

Continuer la lecture de S1E2 Pour taire ce que l’on ne saurait voir…

S1E1 Ce que définir la pornographie veut dire…

[Si vous avez manqué l’épisode précédent : On y présente une proposition de loi contre la pornographie. On y annonce que des commentaires vont suivre, et qu’ils concerneront autant la pornographie que certaines conceptions des dispositifs techniques. On y introduit l’idée de « politiques des affects » et celle des enjeux de pouvoirs quant à la production et la consommation des images pornographiques (qui compte tout autant pour aborder le discours du législateur, pour comprendre les usages du web que pour fonder une méthode d’investigation sociologique pertinente]1.

+++++++++++++++++++++++++++++++++

Lorsqu’il est difficile de définir la pornographie, et surtout ses contenus

Parler de pornographie n’est pas toujours évident, légiférer et réguler la pornographie l’est encore moins dans la mesure où le discours législatif se donne deux objectifs : concerner tout le monde, et avoir l’air clair sinon définitif. Dans ce contexte, il faut savoir que la législation française peine depuis des décennies à définir ce qu’est la pornographie et n’arrive en aucune manière à se positionner clairement sur le sujet2. Elle tourne autour de la question, ne pouvant ni s’empêcher de produire un avis sur ce sujet (pour des motifs moraux ou sanitaires : par exemple, la charte de canal+ en est une version riche d’enseignements),  ni parvenir, en conséquence, à fournir une définition cohérente et applicable dans un contexte juridique.

Le texte de C. Vanneste ne déroge pas à cette tradition dans la mesure où, en aucun cas, il n’y est question de s’affronter à la définition des contenus pornographiques qu’il incrimine pourtant. Du coup, pour comprendre l’enjeu de cette proposition de loi, il faut, en premier lieu, se faire à l’idée qu’elle ne parle pas de pornographie, et que ce silence, somme toute bruyant, est tout à fait normal, vu qu’il constitue la rhétorique la plus cohérente pour les personnes qui revendiquent de combattre la pornographie par principe. Ne nous trompons pas, la vision d’un monde séparé entre pro- et anti-pornographie est peu pertinente, même si l’énonciation publique de l’une des positions voit le plus souvent un » mur se lever » pour défendre la position adverse (ce qui est en train de se passer sur le web avec la proposition de loi de Vanneste…).

Vanneste ne définit pas la pornographie par ses contenus et ne discute jamais de ce qu’elle montre.  Pour autant, il n’en donne pas moins une représentation et va même jusqu’à mentionner certains de ses contenus sous réserve de ne jamais les problématiser. La version qu’il donne de la pornographie devrait faire l’objet de l’épisode suivant (S1E2) d’ailleurs. Ainsi, les contenus ne font pas partie de sa stratégie discursive, ou plutôt, ils n’en font précisément partie qu’en restant des objets éloignés et flous de sa proposition de loi.

« Savoir sans savoir-définir », une forme discursive particulière

On peut se remémorer le célèbre « i know it when i see it ! » du juge Potter Stewart qui ne savait pas définir la pornographie hardcore, mais savait la reconnaître lorsqu’il en voyait. De fait, c’est une assertion qu’il faut considérer en ce qu’elle indique une manière de produire ou solliciter de la connaissance : Que sait-on que l’on ne sache définir ? Ou plutôt que sait-on qu’il n’y ait pas besoin, ni intérêt, à définir, pour statuer/trancher/agir ? « Savoir sans savoir définir » constitue un fondement épistémique sur lequel nous reviendrons plus loin, connaître sans savoir dire quoi, connaissance bien silencieuse, que l’on peut déjà considérer comme une forme particulièrement liée à un va et vient entre implicitation et explicitation des choses.

Continuer la lecture de S1E1 Ce que définir la pornographie veut dire…

  1. ce billet étant rédigé au beau milieu des prés et des chataigners, les références bibliographiques seront sommaires, jusqu’à nouvel ordre, c’est-à-dire jusqu’à mon retour en zone de forte densité urbaine… []
  2. cf. les travaux respectifs de M. Iacub, « De la pornographie en Amérique » dont on peut lire la synthèse par M.Trachman, M. Marzano, Alice au pays du porno et… (il est resté sur la table de la cuisine en partant !!), entre autres donc, ainsi que  R. Ogien, dont on peut trouver une synthèse de l’ouvrage « Penser la pornographie » []

S1E0 La pornographie, les députés, la technologie

Commenter une proposition de loi contre la pornographie

Christian Vanneste et d’autres députés ont fait enregistrer le 13 juillet 2011 une proposition de loi « visant à lutter contre la pornographie ». Cette proposition très courte invite le législateur à modifier certains alinéas de la loi pour la confiance dans l’économie numérique et  sa version 2011 d’orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure (loppsi2).

Lorsque j’ai lu cette proposition de loi, nombre de journaux et de bloggers l’avaient déjà commentée, retweetée, et la plupart du temps subtilement moquée ou plus grassement raillée. Je n’ai rien à ajouter sur ce point. Par contre, en tant que texte législatif, cette proposition a ravivé chez moi bien des questions concernant les réflexions sur la pornographie comme celles concernant les dispositifs techniques et les pratiques qu’ils suscitent. En un minimum de pages, le texte de Vanneste et de ses confrères invoque, ignore, utilise ou révise un certain nombre d’enjeux contemporains liés aux images, à leur production comme à leur consommation, enjeux qui nécessitent un peu de temps pour être développés chacun.

J’ai d’abord tenté de rédiger un commentaire de cette proposition de loi mais j’ai fini par plier face à l’incohérence générale de son argumentaire. La confusion des députés a fini par déteindre sur mes propres mots. Pour reprendre la main sur ce que je suis susceptible de raconter, et trouver la place de développer les différents éléments séparément avant de pouvoir présenter leurs articulations, je me propose de réaliser une petite série1 de billets qui émailleront ce blog durant les semaines à venir. Ce billet constitue l’épisode pilote, il est donc numéroté S1E0.

Politiques des affects, une intuition à explorer :

Ces enjeux que tracent la proposition de loi de Vanneste, ceux qui me préoccupent, ne sont pas propres à la pornographie. Ils  ne sont pas propres au web non plus, d’ailleurs. Ils ont trait à ce que l’on pourrait nommer les politiques des affects, c’est-à-dire des régimes de production d’affects et les types de rapports et de pouvoirs qui les accompagnent. En ces temps ou action et expression sont des concepts majeurs dans les théories sociologiques comme dans les études des médias, il me semble qu’il manque non pas un concept-clé inédit, mais simplement un point de vue qui peut enrichir autant le déploiement de problèmes théoriques que de certains compte-rendus de terrain. Les actions ne portent pas que sur des objets, et quand elles portent sur des gens elles ne sont pas interprétables uniquement comme des éléments d’inter-actions (la vulgate actuelle voulant y voir soit du lien social, soit un matériau a ergonomiser).

Des actions portent sur d’autres actions, elles les affectent, c’est affaire de forces. « On ne demande pas « qu’est-ce que le pouvoir ? Et d’où vient-il ? », mais : comment s’exerce-t-il ? Un exercice de pouvoir apparaît comme un affect, puisque la force se définit elle-même par son pouvoir d’affecter d’autres force […]. » expliquait Deleuze à propos du modèle synthétique qu’il dégageait comme étant valable à la fois pour ses travaux et ceux de Foucault2. Pourquoi ne pas directement se situer dans une posture foucaldienne, comme bien des chercheurs l’ont déjà fait dans des travaux captivants ? F. Châtelet commentait à son tour le travail de Foucault par une maxime :  « Le pouvoir comme exercice, le savoir comme règlement »3. C’est le croisement des deux qui nous intéresse ici, le fait qu’à certains endroits entre les dispositifs techniques, les cultures et les connaissances, et seulement à certains moments, sont déterminées les manières dont les uns ou les autres pourront affecter ou être affectés. Ce peut être un espace de législation, comme dans le cas de la proposition de loi de Vanneste, ou tout autre type de lieu, bien plus domestique, par exemple. Les affects, donc, servent à parler de pouvoir d’un autre point de vue. Les politiques des affects, elles, servent à parler des controverses, pour reprendre le terme de Latour, des luttes de définition, selon lesquelles l’exercice du pouvoir peut être en passe de se transformer ou de se renforcer dans ses modalités.

Parler d’affects enfin, c’est aussi parler d’une autre manière de produire des données en ethnographie et en visual studies. Mon intérêt pour cette notion est la conséquence de l’enquête que j’ai menée sur les cultures de l’intime en ligne, et plus précisément des difficultés que j’ai eu à produire une ethnographie de mon terrain. À l’instar de la scandinave Susanna Paasonen scrutant ses sensations autant que ses catégories d’analyses face à son corpus de pop-ups porno4, j’ai eu recours à la notion d’affects d’abord pour savoir ce dont moi-même je pouvais rendre compte sur le terrain des sites de rencontre et des blogs à caractère sexuel/intime que j’avais décidé d’étudier5. Pour faire une référence plus légitime en France, il s’est agi de comprendre comment j’étais « pris » sur le terrain, de la même façon que J. Favret-Saada s’est acharnée à noter comment elle était elle-même « prise », « sorcelée », liée pieds et poings aux pratiques et aux discours de sorcellerie qu’elle comptait d’abord objectiver6.

En somme parler d’affects, et encore plus de politiques des affects, consiste pour moi à ancrer dans le terrain un discours qui peut paraître à première lecture relativement abstrait, éloigné des images et de leur décryptage, en comparaison des analyses faites sur les autres blogs de culuturevisuelle.org, mais qui a bien trait aux corps, aux gestes, aux intensités et aux pratiques, des internautes, pour cette série-là.

La proposition de loi :

Que raconte cette proposition de loi qui affiche dès son titre sa détermination à lutter « contre la pornographie ». Elle comporte deux parties ; la première sert à exposer ses motifs, et la seconde propose le texte de loi ou les modifications à apporter aux textes de loi déjà existants. Ce texte est intéressant en ce qu’il agglomère des informations sur les technologies du web, des représentations univoques de la pornographie, et un lexique voué à dramatiser le propos dans son ensemble. L’exposé des motifs visant à modifier la loi se présente ouvertement comme une argumentation contre la pornographie en ligne tendant à se centrer autour de la consultation de celle-ci par les enfants, qui incarne à la fois le signe de leur immoralité et un risque pour leur innocence. En fait d’argumentation contre la pornographie,  il s’agit probablement d’un discours visant un tout autre objectif : l’exposé ne se situe pas sur un registre excessivement rationnel et logique mais table sur la possibilité d’affecter et émouvoir son lecteur en invoquant le spectre de la pornographie.

Il semble que l’enjeu de ce discours consiste avant tout à définir les conditions d’usages possibles d’un dispositif technique bien plus qu’à définir la bonne moralité de pratiques ou d’images sexuelles. La pornographie se situant par définition à l’intersection des représentations des technologies de publications et des représentations des pratiques sexuelles, elle est souvent définie en premier lieu par l’une ou l’autre de ces deux dimensions : si l’on parle de cybersexe ou cyberporn, on évoque d’avantage l’usage de l’ordinateur dans des pratiques sexuelles que les représentations sexuelles qui y seront impliquées (même si, évidemment, les usages ont besoin d’être représentés), si l’on évoque la violence liée à la pornographie on fait mention des contenus plus que des outils ou des formes médiatiques qui lui donnent corps.
Dans le cas qui nous intéresse ici, la pornographie n »est donc pas le véritable problème, ni la cible concrète de la loi, contrairement à ce que le titre de la proposition indique. Elle est le levier rhétorique qui sert le propos des députés quant à l’établissement légal de mesures techniques d’autorisation d’accès à certains contenus du web, pornographiques a priori, mais sans que ne soit jamais proposé de définition de la dite pornographie…

(à suivre, au prochain épisode…)

  1. rendons, ici, hommage à @cultord qui en a eu l’idée, et @mapav8 qui a montré la voie []
  2. DELEUZE G.  Foucault, Paris éd. Minuit, 1986, p. 78 []
  3. CHATELET F. & PISIER E., les Conceptions politiques du XXème s., PARIS, PUF, p.1085 []
  4. PAASONEN S. strange bedfellows, pornography, affects and feminist reading Feminist Theory []
  5. cf. ma communication au RT 16 du congrès AFS2011, par exemple : Comment l’architecture des sites de rencontre participe-t-elle à la définition des sexualités : orienations sexuelles vs. pratiques documentaires []
  6. FAVRET-SAADA J. Les mots, la mort les Sorts, Paris, éd. gallimard, 1977 []