Chatroulette : et le sexe devint l’erreur du web 2.0 (#oldiesbutgoodies)

Voici la version française d’un texte déjà posté jadis en anglais sur sociographie.net, version française qui était elle-même parue en mai 2011 dans le n°4 de la revue POLI, Politiques des Images. Il est bien daté puisque chatroulette a non seulement été fermé pendant deux ans, mais a vu ses usages complètement redesignés, pour des raisons mêlant à la fois morale médiatico-sexuelle, problèmes de qualification juridique des contenus et, non des moindres, tentatives de dégager une plus-value à partir d’une plateforme vraiment pas optimisée pour ce type d’objectifs au départ.

J’ai corrigé une note de bas de page, mais n’ai touché à rien d’autre, même si parfois, j’aurai bien envie de tout reprendre, ayant un petit peu mieux formulé ma conception de ce que DOIT être une étude du web pour être qualifiée de netnography (ce mot est affreux, mais bon…) ou encore d’ethnographie en ligne :  pour faire vite, lire des posts de blogs un après-midi, ou bien surfer de temps en temps dans pornhub ou meetic, même en prenant des notes au crayon dans un moleskine, ça compte pas. Relater la manière dont on peut remplir son profil sur une plateforme ou raconter des anecdotes d’interactions glanées auprès d’utilisateurs dont on ne cerne qu’à grand peine les usages ne suffit pas pour présenter un dispositif. En gros, la sociologie ou l’ethnométhodologie du web de l’intime qui produit des modes d’emploi de sites web (j’en ai encore lu un bien long il n’y a pas longtemps, je reviendrai dessus très bientôt ici) ne vaut rien à mes yeux, parce que produire des modes d’emplois d’objets techniques c’est passer à côté complètement de ces objets et de ce qui les entoure. Mettre en évidence la spécificité d’une articulation de discours sexuels (donc de cultures sexuelles spécifiques transformées ou apparues avec le web), et de pratiques (médiatiques, corporelles, etc.) et d’objets sémio-techniques traversés par des rapports de forces particulièrement puissants, demande un minimum de points de passages aux chercheur.e.s, à commencer par être en mesure de situer leur point de vue sur le terrain, de mesurer l’impact de leurs motifs scientifiques sur ce point de vue, de formuler la manière dont leur présence sur le terrain EST une présence sexuelle, quoi qu’il.le.s en pensent, et aussi désincarnée puisse-t-elle être.  À partir de là, on peut allonger la liste, certes, mais on peut commencer concrètement à accorder du crédit à ce qu’on lit, tout simplement parce qu’on a affaire à un travail ethnographique à part entière, et pas seulement à un récit vite emballé. mais je m’égare, revenons à chatroulette…

Dans ce petit texte, je fais le récit mi-scandalisé mi amusé des premières « études » qui ont été faites à propos de chatroulette, études toutes plus pressées, et donc bâclées, les unes que les autres, études dont celles produites par des labos d’instituts célèbres ou d’entreprises 2.0 n’étaient pourtant pas les plus scrupuleuses en termes d’éthiques comme, surtout, de logique élémentaire de la collecte de données.  Pourquoi, une plateforme conçue par un ado de 17ans donnait du fil à retordre à des chercheurs soit-disant rompus à l’ethnographie du web  ? Parce que le site proposait à l’époque l’exact inverse du sur-balisage du web « classique » et n’était pas en mesure d’avertir du caractère sexuel ou pas des contenus accessibles à un temps t((je vous renvois à la page wikipédia, dont le footer contient un certain nombre d’articles tous plus amusants les uns que les autres, et illustrant fort bien ce qui passionnait les foules (de journalistes) au lancement de la plateforme)). Cette surprise sexuelle permanente a eu pour premier effet de faire basculer une portion non négligeable des chercheurs et des journalistes dans une panique méthodologico-morale, dont je vous laisse prendre la mesure, en précisant, que quelques années plus tard, il n’est pas rare, de croiser ce type de raisonnements alambiqués face (ou bien, plus souvent, afin de ne surtout pas avoir à faire face) à de tels terrains.

Bonne lecture 🙂

 

chatroulettepix

 ***

Chatroulette.com est un site web dont la fulgurante publicité s’est faite entre fin 2009 et début 2010, et dont l’avenir semble encore incertain au courant de l’été 2010, qu’il prenne une nouvelle forme ou disparaisse complètement. Le temps d’un hiver, Chatroulette a posé quelques problèmes aux internautes, principalement à ceux qui prennent pour tâche de commenter et décrire le web, qu’ils soient journalistes, sociologues ou spécialistes des médias. C’est l’un de ces problèmes qu’il va s’agir de dessiner ici. Chatroulette est un site web proposant à quiconque muni d’une webcam d’être mis en contact audiovisuel avec un inconnu. S’il est possible de ne pas activer sa propre caméra, l’usage veut que l’on autorise la machine à nous filmer en même temps que l’est notre interlocuteur. L’écran principal de Chatroulette est scindé en deux parties de tailles égales. Sur la moitié droite de l’écran une zone dans laquelle il est possible de rédiger des messages, ce qui produit un effet de discussion en ligne lorsque les interlocuteurs écrivent chacun leur tour. Sur la moitié gauche de l’écran sont disposés les deux cadres affichant les caméras, celle de l’interlocuteur en haut, et la nôtre en bas. L’interface de Chatroulette permet ainsi aux internautes de se voir, de se parler et de s’écrire simultanément, représentant à l’écran quelque chose d’improbable hors du web : visualiser le champ, le contre-champ et les dialogues rédigés d’un seul coup d’œil, en somme, avoir sous les yeux la représentation documentaire du face-à-face auquel on est en train de participer.

Comme son nom l’indique, Chatroulette fonctionne sur la surprise visuelle, et trouve son originalité à cet endroit-là. La mise en contact avec l’interlocuteur se fait de manière aléatoire : on ne sait pas qui il va être et, jusqu’au premier coup d’œil, sur son écran, lui ne sait pas non plus qui il va voir. On découvre l’autre par l’image vidéo qu’il diffuse avant même d’avoir lu ou écrit le moindre mot. L’interface intègre de manière particulière l’usage de la touche F9 du clavier en lui attribuant la fonction de zapper un interlocuteur et de voir immédiatement la vidéo d’un autre internaute, tout autant inconnu, avec qui entamer une nouvelle discussion. C’est d’ailleurs le plus souvent la première expérience que l’on fait de Chatroulette, celle du pouvoir des autres à décider de notre présence sur leur écran : on commence par se faire zapper. Bien qu’il soit aisé de devenir zappeur frénétique à son tour, la nécessité d’une mise en scène, d’un élément accrocheur pour marquer la rétine des interlocuteurs, se fait alors vite sentir. Plus on pro-pose quelque chose, plus on réussit à s’extraire de la masse stroboscopique créée par le zapping1, puis les gens réagissent en imitant ou enchaînant avec une contre-proposition. Sur Chatroulette, ça prend ou ça ne prend pas.

Quelques heures passées sur Chatroulette permettent de participer à des situations aussi variées que : des lectures, des concerts, des acrobaties, et bien d’autres jeux culturels et spectaculaires, des dissertations sur des thèmes particuliers (la photographie avec un photographe, le capitalisme avec un étudiant chinois, etc.), ou bien mises en abyme sur le fait de discuter dans Chatroulette, des concours où l’on présente des objets incongrus à la caméra (des peluches, des ustensiles de cuisine…), des danses en compagnie de gens hystériques en maillots de bain, des dîners avec une famille toute entière autour de la table, des jeux de dupes avec des étudiantes américaines réclamant un déshabillage en règle contre leur propre strip-tease et dont on entend hors champ les amis s’esclaffer du défi qu’elles se sont fixé, des jeux de flash d’appareil photo, etc. On accède aussi à des vidéos de branleurs plongés dans une semi-pénombre propice à toutes les solitudes, d’ados saouls vautrés dans des canapés qui se fichent de discuter et prennent notre image comme objet de leur convivialité, à des vidéos incrustées2 allant du slogan politique (souvent des messages racistes ou nationalistes fiévreusement anonymes) à des scènes pornos ou trash (l’homme qui brise une bouteille en verre alors qu’il l’introduit dans son anus, ou le mythique « 2girls&aCup », etc.). Enfin, on accède régulièrement à des écrans noirs…

Il existe globalement deux types d’événements sur Chatroulette : d’une part, des interactions entre internautes par vidéos interposées parfois agrémentées de messages écrits, interactions qui constituent une expérience partagée, un spectacle coproduit par et pour eux-mêmes. D’autre part, des moments qui renvoient l’internaute à une observation solitaire de l’image dans la mesure où personne ne répond ni n’embraye sur ce qu’il fait, lui, devant sa caméra. Ce second type regroupe les images des interlocuteurs qui zappent mais que l’on aperçoit pourtant une fraction de seconde, ceux que l’on finit par zapper en ne prenant pas le temps de les distinguer les uns des autres, ainsi que toutes les images incrustées, fixes, noires… En effet, ces images vues chacune subrepticement, mais qui s’additionnent les unes aux autres par un effet de récurrence, diminuent d’autant la possibilité d’un rapport singulier à chacun des internautes qui les diffusent et finissent par exister en tant que types généraux d’images, quasi-percepts. Ces images ne cachent rien, bien au contraire, mais elles montrent qu’elles ne montrent pas leur source, et ainsi ne laissent pas présager d’une possible interaction en face-à-face, sans non plus assurer qu’il n’y ait personne « derrière elles », en train d’observer.

« ZAPPING », « PORNO » ET « PERVERSITÉ »

La création et la publicité très rapide faite autour de Chatroulette ont généré dans la presse papier et en ligne un grand nombre de commentaires à chaud de la part de journalistes et d’une part non négligeable de sociologues. Une chose surprenante réside dans le fait que ces commentaires ont régulièrement mentionné la présence de pervers pour désigner ceux que nous avons pour notre part appelés des branleurs3. Qu’ils soient décrits avec humour ou animosité, les pervers ont été élevés par ces commentateurs au rang de catégorie descriptive sans aucune explication. La définition de cette catégorie n’est perceptible qu’à la mesure des catégories qui lui sont adjointes : Chatroulette compterait telle proportion d’hommes, telle proportion de femmes et telle proportion de pervers. Ce qui signifie qu’il existerait des internautes qui ne sont ni hommes, ni femmes, mais essentiellement pervers4. Cette manière d’évoquer les utilisateurs du dispositif est caricaturale ; néanmoins, elle se réplique dans d’autres descriptions en théorie exemptes de moralisme puisqu’elles recensent des types d’images plutôt que des internautes. Ainsi des commentateurs5 distinguent, entre autres, des webcams montrant des « personnes identifiables », et des webcams montrant des « organes génitaux ». Sauf que les proportions d’hommes et de femmes utilisant Chatroulette ne sont mesurées que sur la seule base des « personnes identifiables », excluant les 5 à 8 % « d’organes génitaux » pourtant magistralement genrés ! À chaque fois, c’est lorsque les commentateurs abordent la répartition des genres qu’apparaît la troisième catégorie : il y aurait donc des hommes non-sexuels, des femmes non-sexuelles, et quelque chose de sexuel qui ne serait ni une personne dotée d’un genre, ni suffisamment insignifiant pour être ignoré. Le problème est simple : un même objet visuel, identifié par tous les commentateurs, est désigné tantôt par une catégorie médicale caractérisant une personne, tantôt par une catégorie sémiotique mais qui, ici, ne dit jamais clairement son nom : la pornographie. Panique sexuelle chez les commentateurs…

Pourquoi n’ont-ils pas décidé de décrire les contenus de Chatroulette à l’aide d’une taxinomie comportant la catégorie « images pornographiques » ? Les « organes génitaux » ou les pervers auraient pu alors être regroupés avec les vidéos qui montrent des images pornos fixes, les vidéos incrustées comme celle de l’homme et de sa bouteille brisée, ou encore avec des webcams présentant des références explicites et humoristiques aux usages sexuels de Chatroulette6, ainsi que des vidéos de jeunes femmes qui montrent leurs seins, etc. Mais ce raisonnement aurait eu pour effet de noyer dans la masse ce qui saute aux yeux : sur Chatroulette, il est possible d’interagir avec les branleurs, possibilité suffisamment évidente pour poser problème aux commentateurs qui ont fréquenté le site et en ont fait le point aveugle de leurs compte-rendus.

Notre culture sexuelle distingue catégoriquement deux manières de concevoir les pratiques sexuelles hors web : celles auxquelles on participe (la sexualité à plusieurs, la « vraie »), celles que l’on ne fait qu’observer/visionner quoi que l’on fasse par ailleurs (la pornographie dont l’usage est solitaire). La distinction entre les deux était simple avant l’invention du web, puisque seule la pornographie était concernée par la nature documentaire de son support. Le web fait vaciller le caractère tranché de cette distinction en accueillant à la fois des pratiques sexuelles interactives, les pratiques sexuelles solitaires, et un type de communication en apparence plus neutre, non-sexuel. Du coup, le problème se déplace du technique au sémiotique : sur le web, la pornographie désigne seulement un genre de document, elle est un label, une étiquette, qui marque la dimension sexuelle d’une image avant que l’on accède à l’image elle-même. Traditionnellement, les échanges par webcam ont toujours été documentés à l’aide d’un vocabulaire décrivant à la fois les contenus, les actions et les internautes auxquels ils donnent accès : une simple liste de contacts nominatifs des internautes que l’on connaît déjà, une base de données de profils assortie d’un moteur de recherche catégoriel et d’un historique ou encore un système de mots-clés et d’index, si les internautes ne se connaissent pas. Le vocabulaire rassemble alors des catégories propres aux représentations sociales des relations, des identités, des rôles et des pratiques sexuelles7, et ce régime fonctionne sur le fait que les internautes savent que s’ils ne se connaissent pas, ils viennent tous sur le site pour voir ou produire le spectacle sexuel annoncé. Par contre, sans ce type d’infrastructure sémiotique, où commence la sexualisation d’une interaction en ligne : à l’érection visible ? Au coup d’œil aguicheur ? Au message lubrique ? À l’exposition d’un corps nu ? Demi nu ? D’une tenue légère et estivale ?

Chatroulette ne joue pas ce jeu et n’offre pas de profils, pas de tags ni de « contacts », pas plus que de légendes aux images qui permettraient de savoir à qui l’on a à faire et à quoi s’attendre lorsqu’une nouvelle vidéo apparaît à l’écran. Chatroulette ne donne pas la priorité à une sémiotique de l’écriture, du référencement et des liens hypertextuels, mais à l’image vidéo et à la performance audiovisuelle. Le site ne génère aucune donnée indexicale8, donc aucune information à propos des images, des personnes ou des actions visionnées. Dans le même mouvement, son interface particulièrement minimale ne fournit aucun méta-discours sur les contenus : ni slogan sur l’amitié, le fun ou l’amour, comme sur certains sites de rencontre, et encore moins de slogans « porno inside ». La page d’accueil ne dit rien de ce qu’il va se passer, l’interface laisse les internautes (comme les chercheurs) libres de trouver les significations qu’ils veulent dans les échanges et les images diffusées9. Ainsi, le site se trouve être le lieu de voisinage d’usages du web, mais aussi de désirs et de motivations, jusqu’ici bien distincts parce qu’ils étaient répartis dans des classes de sites elles-mêmes « naturellement » distinctes par l’annonce qu’elles affichaient de leurs contenus (sites de rencontre, sites pornos, réseaux sociaux, sites persos, etc.). Cette double avarice sur les informations décrivant les contenus a priori, fait que Chatroulette ne peut être considéré ni comme un réseau social10, ni même comme un site pornographique. Aussi, lorsque le chercheur se trouve face à une centaine d’images différentes de branleurs en quelques heures, il doit se débrouiller avec ses propres ressources pour interpréter des situations sexuelles qu’il n’a pas choisies forcément d’étudier et dont rien n’avait annoncé a priori la nature des contenus.

INTERACTIONS, IMAGES, ET AFFECTS

Un blogueur a présenté un compte rendu de son expérience sur Chatroulette plutôt que d’effectuer un énième comptage11. Le rédacteur présente un récit assorti d’une longue série d’images résultant des sessions qu’il a organisées afin d’obtenir la possibilité de voir apparaître une paire de seins sur son écran. Pour ce faire, il s’est donné pour consigne de jouer différents rôles, donc de produire certains types d’images vidéos, et d’en présenter les effets. L’une de ses tactiques a consisté à présenter une pancarte « tits for France » et c’est avec elle qu’il affirme avoir eu le plus de réponses positives à sa requête. Parmi les jeunes femmes consentant à l’exhibition, se sont glissés un jeune homme qui soulève sa chemise comme signe de son incapacité à répondre à la demande du blogueur, et un personnage étrange au visage d’homme vieux et à la poitrine proéminente (Chirurgie ? Hormones ? Postiches ?). Ils ont tous deux joué le jeu de la pancarte, montré leurs « tits », et apparaissent dans l’article du journaliste sans pour autant relever de la catégorie des branleurs. Si le blogueur commente la prestation du premier d’un « celui-là je m’en serais bien passé », et celle du second d’un « what the FUCK ! », il donne à la fois au lecteur la possibilité de confronter sa propre lecture des images à celle de l’auteur de l’article, et de cerner dans quelle mesure les commentaires sont produits sur la base des réactions de l’auteur face à ce qui l’a marqué et affecté devant l’écran. Dans cet article, il se positionne en tant qu’hétérosexuel classique, et commente ouvertement son expérience depuis cette position-là.

Plus loin, le blogueur raconte aussi son expérience de « branleur de circonstance », dit-il, afin « de voir ce que ces milliers de branleurs pouvaient bien voir de l’autre côté de leur écran ». Il mentionne « deux gays qui veulent le voir se masturber », des femmes qui trouvent son sexe trop petit, et enfin les quelques victoires poitrinaires obtenues, récompenses de son implication journalistique. Par son intervention, il montre que rendre compte des usages sexuels est corrélé au déroulement des interactions plutôt qu’à la seule première image visionnée, les jeunes femmes ne se dénudant qu’à la mesure des négociations qu’elles engagent. Ensuite, pour narrer cette séquence de son intervention, le blogueur masque sa propre webcam et n’insère pas non plus les captures d’écran montrant les hommes avec lesquels il a discuté et dont il fait mention dans son texte. Pourquoi ces disparitions ? Peu importe au final, tant qu’il met en scène ses affects dans son compte-rendu, qu’il signifie les marges de son intégrité personnelle, de sa pudeur, de son courage aussi… Il permet alors au lecteur de cerner quelles furent pour lui les différences entre « être face à… », « être en interaction avec… », « consulter des documents sur… » et « être en relation avec… », mais encore « être vu par… sans voir soi-même » et « savoir rendre compte de… » ? Le blogueur a accepté d’être pris12 dans des rôles possibles et des échanges dont il ne maîtrisait pas la totalité des conséquences. D’un point de vue méthodologique, les affects de l’observateur sont en jeu parce qu’il y associe ses propres réflexes, ses habitudes sans lesquelles la situation sexuelle ne lui paraîtrait pas plus remarquable que n’importe quelle autre. Ils sont en jeu aussi dans ses manières de réagir, ses accoutumances, son ennui face aux images, ou encore dans les manières qu’il inventera pour résister au caractère indigeste de certaines interactions. Aussi, l’observateur doit faire travailler son discours, tenter de l’épuiser et de repérer les conséquences de sa pratique sur ses savoirs : sur les catégories descriptives utilisées dans son compte rendu comme sur ses compétences d’internaute/acteur13. S’il est utopique d’envisager être totalement transparent à soi-même pour réussir à produire un compte rendu (la réflexivité a des limites surtout lorsqu’il est question de sexualité), il s’agit de pouvoir (se re-)présenter comment les opacités de sa pratique en ligne font varier l’aspect final du compte rendu, dur labeur que les compteurs de pervers et d’organes ont négligé de faire.

CHATROULETTE, UN DISPOSITIF SEXUELLEMENT NEUTRALISÉ ?

Tout internaute a ses propres ressources, ses propres sentiments, ses propres épuisements, etc. C’est une limite à la possibilité du compte rendu lorsque l’internaute est aussi journaliste ou chercheur, mais, nous venons de le voir, celle-ci est peu gênante et le lecteur sait s’en accommoder. Tout chercheur travaillant sur le web sait qu’il est possible d’y trouver de la documentation sexuelle sous une forme ou sous une autre et que les outils du web servent régulièrement à des échanges sexuels voués à rester en ligne ou bien à se déplacer hors-ligne. Malgré cela, les études sur les dispositifs interactifs se concentrent la plupart du temps sur les zones « sexuellement neutralisées » du web, des zones pour ainsi dire « fleur bleue »14, et conservent sans l’expliquer, la pornographie comme une extériorité à leur objet, extériorité figée qui n’a pas de raison d’être abordée par eux. Ils nourrissent ainsi l’idée que le web serait techniquement et « naturellement » un média neutre sexuellement, et que les interactions qui s’y déroulent n’y sont jamais conçues comme sexuelles15. On peut faire l’hypothèse que ce trou noir méthodologique relève avant tout d’un savoir et d’une passion techniciste surévaluant l’intégrité et l’identité de l’objet technique. Ce dernier y gagne la faculté intrinsèque de produire de l’interaction (neutre, par défaut). À l’inverse, il se dégrade dans son essence technique lors de l’apparition corrosive de contenus pornographiques, dédiés à quelques obscures pratiques dangereusement non-interactives. Depuis Foucault, on sait que toute une économie des aveux, mais aussi tout un dispositif de lieux et de conditions spécifiques permettent de parler de sa sexualité, non pas pour la réprimer, mais pour la produire intrinsèquement comme savoir16. À la suite de Kosofsky-Sedgwick, on sait aussi que le silence et l’ignorance intègrent ces dispositifs comme performances en prenant une part active dans la circulation et la formulation des affects, des désirs et des identités, notamment hétéro – et homosexuels17. Il est intriguant de ne pas retrouver dans les études et les commentaires sur Chatroulette les outils mis à disposition par ces deux auteurs, notamment l’idée que la sexualité, au-delà même de l’existence de la catégorie de pornographie, soit un jeu de pouvoirs qui s’exercent, en somme une configuration spécifique des interactions où discours d’autorité et de vérité sur la sexualité d’un individu et implications dans l’action sont intimement articulés. Les commentateurs qui concentrent leurs efforts sur la catégorie de pervers et ses versions euphémisées, sont tous producteurs d’un savoir sur la sexualité en ligne, et ont tous participé à la (re-)production de catégories de lecture, de compréhension et d’expérimentation du dispositif. Lorsqu’ils mettent en évidence des contenus sexuels, ils rejettent parallèlement le problème sur la perversité des internautes ou le neutralisent en le réduisant à une question de type d’image spécifique (les cadrages « d’organes génitaux »), plutôt que d’interroger comment leur propre conception mi-neutre mi-pornographique du dispositif est déjà une conception sexualisée. Ce faisant, ils taisent tout aussi systématiquement le problème des interactions et des affects liés à l’usage qu’ils en font dans le cadre de leurs comptes rendus, et s’épargnent le travail d’investigation épistémologique que Chatroulette leur offre sur un plateau : celui de ne plus pouvoir confondre ni distinguer un dispositif neutre et un autre sexuel.

En effet, le problème que pose Chatroulette n’est pas, en premier lieu, un problème de classification du visible mais celui des répertoires de l’interaction, l’image vidéo incrustée et l’image fixe, l’inaction ou l’immobilité, y prenant part de plein titre, parmi de nombreuses autres formes. L’œil du sémioticien ou du technologue tend à reconduire, subtilement parfois, la distinction entre images neutres et images pornographiques, la première catégorie n’étant finalement que le négatif de la seconde, se concentrer sur celle-là revenant à signifier silencieusement le caractère techniquement problématique de celle-ci, tout en faisant mine de l’ignorer. De ce point de vue, le problème des branleurs est moins lié à la nature solitaire ou perverse de leur sexualité et des contenus qu’ils génèrent, qu’au fait qu’ils utilisent un média supposé interactif et que par ce biais, ils sollicitent chez les commentateurs des ressources antagonistes : pour ces derniers, reconnaître l’image du branleur, pouvoir la décrire en en signifiant la modalité sexuelle, ressource constitutive de la culture du pornographique, c’est se focaliser dans une certaine mesure sur une injonction à participer selon cette même modalité sexuelle. Cette modalité devient incompatible avec l’idée même que le dispositif serait interactif dans la mesure où il serait sexuellement neutralisé comme avec l’idée d’investigation scientifique objective. Selon les cas, ces interlocuteurs ne se trouvent plus face aux mêmes objets médiatiques, du fait qu’ils ne peuvent pas y engager les mêmes savoirs. En somme, le pervers fait un mésusage de la technique, et parasite les usages normaux, les usages communicationnels et interactionnels, négligeant l’évidence que son interlocuteur ne joue pas à ce jeu-là. Si l’on s’éloigne de Chatroulette pour s’intéresser à nombre d’autres types de sites web, on remarque qu’il existe une bonne part d’échanges non-sexuels dans certains sites de webcam porno, que la majorité des interactions sur les sites de rencontre ne mène à aucune rencontre hors-ligne, ou encore qu’il est possible d’équilibrer des discours de sentimentalité romantique et de sexualité explicite (sur les sites de rencontre gays et lesbiens par exemple, où la figure du pervers est quasi-inexistante contrairement aux sites fleur-bleue), l’intégrité morale du dispositif technique s’estompe, et le grand drame de la perversion en ligne risquant de contaminer l’ensemble d’un site web devient beaucoup plus léger.

1Le zapping est commenté par danah boyd comme un régime qui permet d’aller de l’avant, quitte à croiser sur son chemin des choses qui ne conviennent pas, mais qu’il suffit de zapper pour ne plus avoir à y réagir. Voir : http://www.zephoria.org/thoughts/archives/2010/02/21/chatroulette-from-my-perspective.html

2Ces vidéos ne montrent pas quelqu’un devant sa webcam, mais diffusent, à l’aide d’un logiciel (manycam, etc.) qui permet d’intervertir des flux vidéos sur l’ordinateur, un film tourné et monté par ailleurs. Ces « fausses » vidéos servent toutefois régulièrement aux internautes à diffuser des vidéos d’eux-mêmes qu’ils avaient archivées auparavant. Tout dépend donc du critère choisi pour évaluer la fausseté…

3Les chiffres annoncés de leur présence sur le site varient en général autour de 10 % des utilisateurs observés. Souvent, les comptages ont fait l’objet de quelques heures ou journées de travail, sous prétexte, que le zapping permet de consulter et « d’identifier » plusieurs milliers d’images dans ce laps de temps (en enregistrant des clichés de chaque caméra affichée et zappant pour passer à la caméra suivante), et de revendiquer en conséquence une quantité de matériau traité légitime d’un point de vue statistique.

4Cette catégorie du pervers fondée sur une tripartition du genre n’a jamais vu son statut épistémologique interrogé alors même qu’il est largement documenté par les historiens. Voir L. Murat, La Loi du Genre, Une Histoire Culturelle du Troisième Sexe, Paris, éd. Fayard, 2006.

5Voir http://www.webecologyproject.org/wp-content/uploads/2010/03/WEP-Chatroulette.pdf

6L’usage de pancartes demandant des « tits for… » (« des seins, pour… »), mais aussi les ados qui miment des fellations pour se moquer de leurs interlocuteurs, etc.

7Voir M. Cervulle & P. Matthias, « Porntube », in séminaire « politiques technologies de l’amateur » dirigé par L. Allard, pour l’IRI, Paris, 2009. Disponible sur :

http://web.iri.centrepompidou.fr/fonds/seminaires/seminaire/detail/9

8Ce qui peut s’entendre ici dans un sens sémiotique comme pragmatique.

9Un avertissement à l’entrée du site prévient que le service n’est pas accessible aux personnes de moins de seize ans, et fournit par ailleurs quelques conseils techniques à propos des flux vidéos. Chatroulette prétend proscrire tout contenu obscène – entendre sexuel – et violent, en affirmant bloquer les vidéos dénoncées par les internautes comme diffusant un contenu « inapproprié ».

10Webecology évoque la notion de « probabilistic community » pour distinguer Chatroulette des réseaux sociaux.

11Voir http://www.abstrait-concret.com/2010/02/09/chatroulette-de-lart-de-socialiser-en-matant-des-seins/

12J. Favret-Saada, Les Mots, la Mort, les Sorts, Paris, éd. Gallimard, 1977.

13Rares sont les sociologues qui ont explicitement travaillé à ce genre de réflexion, nous pouvons, à titre d’exemple, citer ici MH. Bourcier et Don Kulick. Voir MH. Bourcier, Queerzone 1. Politique des Identités Sexuelles, des Représentations et des Savoirs, Paris, éd. Amsterdam, 2006 et Kulick, Don; Willson, Margaret (1995). Taboo: sex, identity, and erotic subjectivity in anthropological fieldwork. London New York: Routledge

14P. Lardellier, Le Cœur au Net, Paris, éd. Belin, 2004.

15À ce sujet, la fermeture temporaire de Chatroulette durant l’été 2010 a été officiellement déclarée servir à régler le « penis problem » du site.

16M. Foucault, Histoire de la Sexualité. Tome I, Paris, éd. Gallimard, 1976.

17E. Kosovsky-Sedgwick, Épistémologie du Placard, Paris, éd. Amsterdam, 2008.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *