Parution : Cultures Pornographiques, Anthologie des Pornstudies

Je voudrais signaler ici la sortie aux éditions Amsterdam du livre coordonné par F. Vörös « Cultures  Pornographiques : anthologie des pornstudies », auquel j’ai participé comme traducteur de deux des textes qui le composent. Ce n’est pas tant pour évoquer ces deux traductions que je présente cet ouvrage ici, mais précisément pour tout le reste du livre sur lequel je n’ai pas du tout travaillé, et que je n’ai découvert que ces dernières semaines.

À travers 10 textes assemblés en un panorama résolument non exhaustif et une introduction très riche (j’avais d’abord marqué génialement synthétique), F. Vörös fait le travail essentiel de revenir sur  40ans d’études de la pornographie, de la construction de ses objets, et de la multiplicité des conflits définitionnels, méthodologiques et épistémologiques qui les ont animés. Il produit par ailleurs une approche tout à fait claire de l’imbrication industrielle des cultures médiatiques et sexuelles, approche qui intéressera autant les spécialistes des médias et des cultures visuelles que les amateur.e.s de pornographies s’intéressant aux supports de leurs plaisirs.

Trois choses me tiennent particulièrement à cœur dans cette sélection de texte :

– d’abord le fait que l’ouvrage rassemble un certain nombre de « premières traductions » en français d’auteur.e.s pourtant majeur.e.s dans les cultural studies internationales. Je peux me tromper, mais ni Kobena Mercer, ni Laura Kipnis n’ont jamais été traduits en français.  Des auteurs comme Williams et Dyer, ont déjà vu certains de leurs travaux paraître (essentiellement « Hardcore, pour la première, et « White » n’est toujours pas traduit pour le second), mais rien qui ne permette de cerner l’ampleur du travail qu’il.le.s ont effectué durant leurs deux longues carrières. Par ailleurs, le livre est l’occasion de lire en français des auteur.e.s important.e.s des media studies actuelle, que ce soit Susana Paasonen (une interview d’elle a été publiée dans le n°9 de la revue POLI) dont j’avais mentionné l’article traduit dans l’anthologie qui nous occupe aujourd’hui lors de mon tout premier post sur ce blog,qui portait sur les incohérences logiques de la rhétorique anti-porno, ou encore le duo de chercheures britanniques Smith et Attwood, qui dirige la revue PornStudies.

– Ensuite F. Vörös présente, à la fin de son introduction la nécessité de considérer les pornstudies moins comme le champ qui s’est constitué autour d’un objet singulier (qui serait, à force de labeur, désormais suffisamment circonscrit), que comme le cadre épistémologiquement cohérent et dynamique d’un travail sur les rapports de pouvoir qui traverse les industries culturelles, les technologies numériques, les pratiques et les imaginaires sexuels. En somme, le champ d’étude se trouve être, dans une certaine mesure au moins, indépendant du seul objet souvent fétichisé des images-pornographiques. La constitution du sexuel comme matériau médiatique y est bel et bien en jeu, pourtant, elle n’a pas le pouvoir de délimiter à elle seule la définition des pornstudies, tant elle s’inscrit dans un monde « plus vaste » et doit être analysée comme telle.  Il faut dire qu’une portion majoritaire des études sur le web, en excluant par principe de ses corpus les sites porno, délimite  en creux et sans jamais y toucher, le lit d’une spécialisation en objets à caractères sexuels nécessitant soit-disant un traitement théorique et méthodologique spécifique. Les porn studies n’auraient qu’à occuper cette place. Sauf que le champ véritable des porn studies tel que mis en évidence par F. Vörös est avant tout un champ d’étude de rapports de pouvoirs, au même titre qu’un autre, et requiert assez globalement de ne jamais se refermer sur lui-même comme champ autonome d’investigation du seul sexuel.

– Enfin, c’est dans la part importante donnée aux affects, à leur description qu’ils soient émotions, jouissance, tensions, dégoûts, etc., ainsi qu’à leur compréhension comme éléments centraux de production des rapports sociaux et des situations, et encore à la place qu’ils doivent/peuvent prendre dans le travail méthodologique, que l’ouvrage trouve son troisième pilier. À l’opposé d’une posture souvent observable dans les SHS, qui consiste à prendre les arguments de la réflexivité comme une formalité dont il.le.s peuvent se débarrasser en trois lignes au début de leurs articles, l’assemblage global des textes offre une perspective particulièrement riche de ce que l’on peut envisager comme des études méthodologiquement « engagée », capables tout autant de réflexivité que de réactivité par rapport aux limites du point-de-vue de leurs auteur.e.s. Ce type de posture permet tout autant de s’extraire des débats moralistes du « pour ou contre » la pornographie, ou encore des dangers ou des effets libérateurs de la pornographie, que de les informer et de les mettre, enfin, en perspective.

Je ne saurais donc que recommander vivement sa lecture, qui trace, des cartes postales pornographiques du XIXe s., aux « tubes » porno et aux camgirls, d’analyses particulièrement introspectives à des enquêtes quantitatives, un panorama particulièrement riche et dense sur les usages sexuels des images de ce que leur compréhension fait aux sciences sociales. Je vous laisse découvrir ci-dessous, le sommaire et la présentation de chacun des articles.

bonne lecture  🙂

Le sommaire

Introduction : Le porno à bras-le-corps
Florian Vörös

Première partie. Politique de la sensation
1. Comment se saisir de la pornographie ?
Laura Kipnis
2. Le porno gay, un genre filmique corporel et narratif
Richard Dyer
3. Étranges promiscuités. Pornographie, affects et lecture féministe
Susanna Paasonen

Deuxième partie. Politique du regard
4. La frénésie du visible. Pouvoir, plaisir et savoir pornographique moderne
Linda Williams
5. Lire le fétichisme racial. Les photographies de Robert Mapplethorpe
Kobena Mercer
6. Que dit-on d’une lesbienne aux doigts longs ? Le développement de la pornographie lesbienne et gouine
Heather Butler

Troisième partie. Politique de l’appropriation
7. Quand l’obscénité tombe entre de mauvaises mains. Cartes postales et expansion de la pornographie en Grande-Bretagne et dans le monde atlantique, 1880-1914
Lisa Sigel
8. Porno 2.0 ? La centralité de l’utilisateur dans la nouvelle industrie du porno en ligne
Sharif Mowlabocus
9. Les motifs de la consommation de pornographie
Clarissa Smith, Feona Attwood et Martin Barker

Notes
Origine des textes

 

Présentation détaillée des textes et de leurs auteur-e-s

« Comment se saisir de la pornographie  », traduit par Clémence Garrot, est à l’origine un chapitre d’ouvrage  « How to look at
pornography? », Bound and Gagged: Pornography and the Politics of Fantasy in America, Durham, Duke University Press, 1996. Reproduit isolément du reste de l’ouvrage dans plusieurs anthologies, ce texte a rapidement acquis le statut de « classique » des porn studies. Laura Kipnis est professeure de media studies à l’université de Northwestern aux États-Unis. Spécialiste des émotions, de la sexualité et des rapports de classe dans la culture populaire américaine, elle est notamment l’auteure de Against Love: A Polemic (2003), How to Become a Scandal (2010) et Men: Notes from an Ongoing Investigation (2014).

« Le porno gay, un genre filmique corporel et narratif », traduit par Fred Pailler, est paru pour la première fois en mars 1985 : « Male Gay Porn: Coming to Terms », Jump Cut: A Review of Contemporary Media, no 30. Cet article est devenu en 1992 un chapitre de l’ouvrage Only Entertainment de Richard Dyer, professeur de film studies au King’s College de Londres. Spécialiste des représentations de la blanchité, de la masculinité et de l’homosexualité masculine au cinéma, quatre de ses textes sont disponibles en français : Le Star-système hollywoodien (L’Harmattan, 1998, 2004), « Homosexualité et film noir » (in Noël Burch, Revoir Hollywood, L’Harmattan, 2007), « Entretien avec Richard Dyer  (Anne Crémieux, CinémAction no 143 : « Les minorités dans le cinéma américain », 2012), « La lumière du monde : photographie, cinéma et blanchité », (Poli – Politique de l’image no 10 : « Technoracismes », 2015).

« Étranges promiscuités », traduit par Lee Lebel-Canto, a été publié sous la forme d’un article  « Strange Bedfellows: Pornography, Affect and Feminist Reading », Feminist Theory, vol. 8, no 43, 2007. Susanna Paasonen est professeure de media studies à l’université de Turku en Finlande. Spécialiste des nouveaux médias et de l’étude des affects, elle a récemment publié Carnal Resonance: Affect and Online Pornography (2011) et codirigé Networked Affect (2015).
Est disponible en français  «  Affects et pornographies numériques. Entretien avec Susanna Paasonen (Poli – Politique de l’image no 9 : « Sexe en public », 2014).

« La frénésie du visible », traduit par Marion Duval, est le deuxième chapitre, « Prehistory:  The frenzy of the visible »  d’un ouvrage fondateur des porn studies  « Hardcore. Power, Pleasure and the Frenzy of the Visible », Berkeley, University of California Press, 1989. Linda Williams est professeure de film and media studies à l’université de Californie à Berkeley. Spécialiste des représentations cinématographiques de la sexualité, elle a récemment publié « Playing the Race Card: Melodramas of Black & White from Uncle Tom to O.J. Simpson » (2012). Sont disponibles en français : « Scènes primitives et fantasmes sadomasochistes : les années 80 de Pedro Almodovar et David Lynch » (Corps no 9 : « Corps de cinéma ») et Screening Sex. Une
histoire de la sexualité sur les écrans américains (Capricci, 2014).

« Lire le fétichisme racial », traduit par Maxime Cervulle, est la version augmentée et retravaillée de textes de 1986 (« Imagining the Black Man’s Penis  et 1989 (« Skin Head Sex Thing: Racial Difference and the Homoerotic Imaginary »). Ce texte paraît sous forme de chapitre d’ouvrage : « Reading Racial Fetishism: The Photographs of Robert Mapplethorpe » in « Welcome to the Jungle. New Positions in Black Cultural Studies », Londres-New York, Routledge, 1994. Formé aux cultural studies britanniques, Kobena Mercer est professeur d’histoire de l’art et d’études africaines-américaines à l’université de Yale aux États-Unis. Théoricien queer spécialiste des arts visuels de la diaspora noire, il est notamment l’auteur de « Exiles, Diasporas and Strangers » (2008).

« Qu’est-ce qu’une lesbienne aux doigts longs ? », traduit par Nelly Quemener, est initialement un chapitre d’ouvrage collectif : Heather Butler, «  What do you Call a Lesbian with Long Fingers ? The Development of Lesbian and Dyke Pornography», in L.  Williams (dir.), Porn Studies, Durham, Duke University Press, 2004. Heather Butler était alors doctorante en études italiennes à l’université de Californie à Berkeley.

« Quand l’obscénité tombe entre de mauvaises mains », traduit par Lee Lebel-Canto, est à l’origine un article : « Filth in the Wrong People’s Hands: Postcards and the Expansion of Pornography in Britain and the Atlantic World, 1880-1914 », Journal of Social History, vol. 33, no 4, 2000. Professeure d’histoire à l’Université DePaul, à Chicago, Lisa Z. Sigel a dirigé l’ouvrage collectif International Exposure: Perspectives on Modern European Pornography, 1800-2000 (2005). Elle est également l’auteure de Governing Pleasures: Pornography and Social Change in England, 1815-1914 (2002) et de Making Modern Love: Sexual Narratives and Identities in Interwar Britain (2012).

« Porno 2.0 ? », traduit par Fred Pailler, est la version augmentée d’un chapitre d’ouvrage collectif : « Porn 2.0? Technology, Social Practice and the New Online Porn Industry », in F. Attwood (dir.), Porn.com: Making Sense of Online Pornography, New York, Peter Lang, 2010. Maître de conférences à l’université du Sussex, Sharif Mowlabocus est spécialiste des médias numériques et des sexualités gays. Il est l’auteur de Gaydar Culture: Gay Men, Technology and Embodiment in the Digital Age (2010) et a dirigé l’enquête collective Porn Laid Bare sur les réceptions du porno bareback.

« Les motifs de la consommation de pornographie », traduit par Lee Lebel-Canto, est la version augmentée d’un chapitre d’ouvrage
collectif : « Figuring the Porn Audience », in L. Comella et S. Tarrant (dir.), New Views on Pornography: Sexuality, Politics and the Law, Santa Barbara, ABC Clio, 2015. Professeure de cultural studies à l’université de Sunderland et co-rédactrice en chef de la revue Porn Studies, Clarissa Smith est notamment l’auteure de One for the Girls! The Pleasures and Practices of Pornography for Women (2007). Professeur émérite de film and television studies à l’université d’Aberystwyth et fondateur de la revue Participations: Journal of Audience and Receptions Studies, Martin Barker a co-dirigé les ouvrages The Crash Controversy: Censorship Campaigns and Film Reception (2001) et Watching The Lord of the Rings: Tolkien’s World Audiences (2007). Professeure de media studies à l’université de Middlesex et co-rédactrice en chef des revues Porn Studies et Sexualities, Feona Attwood a dirigé les ouvrages Mainstreaming Sex: The Sexalualization of Culture (2009), Porn.com: Making Sense of Online Pornography (2010) et, avec Clarissa Smith, le dossier « Investigating Young People’s Sexual Cultures » (Sex Education, vol. 11, no 3, 2011).

Le directeur de l’ouvrage
Membre du comité de rédaction de la revue Porn Studies, Florian Vörös enseigne la sociologie de la culture et de la communication à l’université Paris 8 Vincennes Saint-Denis et prépare une thèse sur les usages sociaux de la pornographie et les constructions de la masculinité à l’Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux (IRIS) de l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *