S1E2 Pour taire ce que l’on ne saurait voir…

[Si vous avez manqué les épisodes précédents : Au sujet d’une proposition de loi « contre la pornographie », un commentaire a été engagé sur les différentes options qui se présentent au député pour définir l’objet contre lequel il désire tant légiférer. Celui-ci préfère ne pas faire trop de cas des contenus de la pornographie et se pencher sur les manières d’y accéder, arguant que ses effets pervers seraient globalement atténués si leur accessibilité était régulée/empêchée.]

+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++


Cet épisode va être consacré à une lecture plus minutieuse de la définition que Vanneste donne de la pornographie. On pourrait aisément considérer qu’il compte de toute façon se concentrer sur la gestion des accès, et qu’il n’est pas intéressant d’aller plus avant dans la compréhension qu’il a de la pornographie. Il n’en reste pas moins qu’en éludant les contenus, la définition qu’il en donne lui permet de préparer en creux le terrain pour les représentations du dispositif qu’il va solliciter dans son discours et que, sur ce point, la façon dont il procède est assez signifiante.

La proposition de loi consiste à produire en filigrane une théorie des effets, à construire la pornographie en lui attribuant la capacité d’affecter ceux qui la consultent et à ne la considérer légalement que depuis cette seule qualité. C’est-à-dire que des représentations explicites de la sexualité ont, selon C. Vanneste, un impact, une efficacité, et ne peuvent laisser insensible celui ou celle qui les consulte, au point que son identité et/ou ses comportements en seront définitivement transformés. On pourrait croire que, vu sous cet angle, il s’agisse de prendre parti pour une « bonne pornographie » contre une « mauvaise ». Cependant, c’est une autre alternative que choisissent les députés en promulgant une absence totale de pornographie plutôt que le choix entre toutes les pornographies possibles. L’absence totale de pornographie en ligne, la création d’un web sécure et non-sexuel, par la  rhétorique des effets pervers, n’est concevable qu’à la mesure où l’on attribue deux caractéristiques essentielles à la pornographie : une homogénéité indépassable et l’impossibilité qu’elle puisse être problématisée ou intrinsèquement problématique. Unifiée et inconséquente à l’échelle des discours, elle n’en devient que plus logiquement sexuelle dans l’esprit des législateurs.

« LA » pornographie, ou l’impact d’un seul pronom sur l’ensemble d’un débat

La pornographie pose visiblement problème dans son ensemble parce qu’elle affecte trop puissamment. Si le titre de la proposition de loi constitue en manifeste cette considération pour une pornographie homogène, le corps du texte ne revient pas un instant sur cette idée et la perpétue ainsi comme une évidence. Si l’on prenait à l’inverse le problème et qu’on le posait image par image, on devrait alors déterminer une liste d’effets propres à chacune des images et l’on verrait peut-être la nature de ces effets varier et se disperser amplement. Mais « LA » pornographie est unifiée et homogène parce qu’elle doit avoir pour le rédacteur de la proposition de loi, dans une pure tautologie, un seul et même effet : la corruption des corps et des esprits.

C’est un procédé rhétorique simple : la force que l’on veut donner aux fameux « effets » n’est issue que de la seule homogénéité de ce qui les provoque. Il suffit donc, durant la rédaction, de maintenir cette homogénéité pour ne jamais faire faiblir la description des effets. Les députés travaillent à développer une théorie des effets centrée uniquement sur la réception d’une pornographie dont chaque image produit exactement le même impact et fonctionne de concert avec les autres images. Cette conception revient pratiquemment à nier le fait que des goûts et des pratiques diversifiés puissent exister, goûts et pratiques qui sont par ailleurs violemment décriées par les mêmes députés, donc reconnues sinon tolérées.

Le député Vanneste affirme ce genre d’idées régulièrement, son audience médiatique ne tenant d’ailleurs qu’à ce seul type de déclarations. Mais à quoi bon présenter la pornographie comme homogène, précisément, lorsque, par ailleurs, il s’acharne à revendiquer des distinctions radicales entre identités et/ou pratiques sexuelles, par exemple, et pourrait tout aussi bien s’engager à défendre une hiérarchie des contenus de la pornographie, comme il promet une hiérarchie des comportements et des désirs sexuels en promouvant une politique hétéro-normative et condamnant toutes les autres ? la seule raison pour laquelle les contenus pornogaphiques peuvent être regroupés sous une seule et même bannière reste le fait qu’ils peuvent être qualifiés de sexuels.

Perversité et références bibliques : une pornographie « vraiment » sexuelle

« L’exposé des motifs » de Vanneste et de ses collègues est construit selon une structure assez simple, trois parties traitant respectivement :

– de l’existence de l’internet aujourd’hui et de l’impossibilité d’y éviter la pornographie pour tout utilisateur qui y accède
– des dangers de la pornographie en général et en particulier des dangers médicaux et psychologiques pour les enfants
– des solutions techniques de régulation des accès à certaines portions du web (ou de l’internet ?) qui sont proposées dans d’autres pays et qu’il s’agit de copier en France.

À aucun moment, ce plan simple et lisible ne supporte la moindre construction argumentative ou démonstrative : les véritables énoncés sont produits d’une autre façon, par touches pointillistes dans le choix des adjectifs et de certains verbes plutôt que dans le raisonnement d’ensemble. Pour le député, il s’agit de montrer que la pornographie aux effets dangereux est avant tout « sexuelle », c’est-à-dire qu’elle n’a de raison d’être que parce qu’elle est une représentation de la sexualité ET le support des pratiques sexuelles (la distinction de ces deux dimensions n’est d’ailleurs pas toujours franchement établie pour l’équipe des députés, certaines de leurs « preuves » supposément irréfutables passant de l’une à l’autre sans raison). Discuter cet énoncé peut sembler incongru, tellement le caractère sexuel de la pornographie est une évidence pour tout le monde, pourtant l’insistance des députés à le rappeler montre que l’évidence n’est peut-être qu’un effet de surface, en tout cas, qu’elle mérite de s’y attarder un instant.

La proposition de loi tente de  convaincre son lecteur non par le raisonnement mais par des images marquantes et essentiellement négatives sur le caractère sexuel et la circonscription sexuelle du problème, construisant alors la possibilité d’une « sortie » du problème, en l’occurence l’utopie d’un « monde sexuellement neutralisé ». Détail comique, la proposition de loi elle-même tente d’impressionner son lecteur et d’influer, sinon sur son corps, au moins sur son esprit, pour lui signifier que la pornographie peut affecter sa vie, utilisant par là-même le procédé affectif qu’elle reproche à la pornographie.

En effet, la seule liste du vocabulaire employé par les députés pour qualifier directement la pornographie ou ses usages est loin d’être anodine : facilité / exhibition /intempestive / tentation / perversités / sans limites / pernicieuse / démystifier / s’étendre de manière silencieuse / sado-masochistes/ mort intérieure / sensationnel / déstabiliser / sécrétion / désordres /  dysfonctionnements graves / suggérer d’exploiter leurs fantasmes / regarder assidument. Les sonorités en « r » et en « s » particulièrement réccurentes sussurent l’idée d’une pornographie rempante et serpentine, en somme, diabolique, ce qui peut apparaître un brin déplacé pour un texte juridique dans une république laïque.

On peut relever aussi l’emploi de termes biblico-spectaculaires tels que tentation / perversités / innocents / fléau qui viennent insister sur le fait que la consultation de pornographie relève du péché selon une référence judéo-chrétienne évidente. Les députés présentent les usages de la pornographie de la même façon qu’ils présenteraient la conduite automobile en se concentrant uniquement sur la description d’un corps accidenté au beau milieu d’une route nationale en rase campagne. Il ne s’agit pas de convaincre, il s’agit d’effrayer. Cette proposition de loi est construite comme un jeu de cascade de dominos : une phrase ne vient pas étayer un argument, mais elle vient s’appuyer sur la charge émotionnelle de la précédente. Le principe d’enchaînement linéaire de la lecture parvient alors à produire un cumul d’émotions à partir de l’ordre d’apparition de ces informations et des images qu’elles suscitent plutôt qu’à partir d’une logique systématique d’argumentation autour d’un énoncé initial.

Au final, il s’agit de taire quelque chose, en ne participant pas à son énonciation, tout en produisant un énoncé à son propos : l’énoncé ici passe par l’atmosphère de chrétienté et de moralisme sexuel sans jamais traverser la limite qui nécessiterait description explicite et donc énonciation concernant les contenus ou encore le fait de les « visionner ». Incriminer la pornographie en tant que représentation de la sexualité pourrait être relativement explicite, pourtant. Proférer, prenons un exemple sans ambiguité, que « la double pénétration est un acte démoniaque » ne serait pas incongru, il suffirait alors d’expliquer pourquoi l’on est convaincu de cela et d’en débattre, de préciser ce qu’est une « double pénétration » à ceux qui n’en aurait ni vu ni pratiqué, d’expliquer comment il s’avère que soi-même l’on en connaisse l’existence, et d’interroger le fait de sa représentation, etc.

Ce n’est pas ce choix-là que fait la proposition de loi, puisque la motivation même de l’interdiction de la pornographie implique de la « rabaisser » à un élément de sexualité, son caractère sexuel la donnant pour mauvaise intrinsèquement, mais surtout pour in-signifiante, n’ayant rien à dire, ne permettant rien de dire, de végéter dans une stase émotionnelle et une volutpé technicisée et par-là-même passive (au regard de l’activisme viril que confère la « véritable » sexualité ?).

la pornographie comme objet non-problématique

Non-problématique, la pornographie l’est dans le sens où, selon la proposition de loi, elle ne dit rien, ne tient aucun discours qui puisse peser dans la balance, puisqu’elle y est considérée uniquement pour les effets de son caractère sexuel. Dans un post sur le site du nouvel Obs, P. Sastre prend soin de prouver l’innanité ou le bénéfice social de la pornographie en s’opposant frontalement à Vanneste sur son terrain : elle rappelle pour commencer que les arguments du « bon-sens », sont le fruit d’une rhétorique qui ne compte ni expliquer ni justifier quoi que ce soit, et ce même s’ils jouent d’une rhétorique pseudo-démonstrative et scientifiquement appuyée (citations d’enquêtes légitimes, etc.).

Elle construit elle aussi son propos autour de citations  d’études sur l’impact de la pornographie, à la différence près que ses citations forment un argumentaire précis et cohérent qui ne sert pas seulement à élaborer une « atmosphère de lecture » angoissée. Là est tout l’enjeu de son intervention. Toutefois, Sastre s’engage dans une bataille « à propos de » qui n’entretient pas plus de rapports avec ce que montre la pornographie, mais seulement avec son caractère sexuel générique. Les contenus n’ont toujours pas de place dans ce débat, et si Sastre assume parfaitement le fait de pouvoir, elle, tenir un autre type de discours sur les contenus par ailleurs, elle ne franchit pas le seuil qui trasnformerait/dépasserait le cadre épistémologique imposé par Vanneste, et termine son article en renvoyant clairement le député à ce qu’il n’assume pas explicitement dans sa proposition de loi : le caractère chrétien et moraliste, expliquant que ce dernier est responsable des refoulements et des « vices » qu’il prétend dénoncer.

En se situant volontairement sur le même terrain que Vanneste, Sastre nous permet de repérer pourtant un phénomène important en rendant visible le fait que défendre ou attaquer la pornographie peut se passer tout aussi bien de la définir depuis ses contenus.  Les deux positions antagonistes partage une idée qui est que le caractère politique et social de la pornographie ne passe jamais par ses contenus, et que celle-ci ne peut être envisagée comme une contribution problématique intrinsèque. Aussi, pour les questions qui occupent ce blog, ce n’est pas du tout l’opposition entre une défense de l’enfance (ou de l’image des femmes aux USA) et une liberté d’expression à prioriser pour définir l’avenir de la pornographie qu’il faut prendre pour objet. Cet angle d’analyse ne servirait d’ailleurs qu’à réifier le « sexuel » et ses dangers, pour le déplorer ou en frissonner, plutôt qu’à le problématiser. Au contraire, il faut analyser comment la pornographie se trouve être l’un des objets, ou l’un des « sites », qui servent à définir un certain type de gestion des affects, type de gestion qui ne semble pouvoir s’énoncer qu’à partir de figures conceptuelles telles que les « victimes »( les enfants/adultes addicts) et les « dangers » (les diffuseurs ou consommateurs de pornographie pervers) pour ce qui concerne le texte rédigé par Vanneste et ses collègues.

Discours de l’effroi et solution technique

Revenons à la proposition de loi elle-même. Il y est présenté un discours plutôt sobre dans sa logique apparente, le constat d’un problème de société assez grave, mais auquel il est possible de remédier par deux ou trois corrections dans un texte de loi déjà existant. C’est lorsque l’on se concentre uniquement sur le vocabulaire que le discours tenu par Vanneste et ses collègues devient tonitruant : voulant jouer de l’alerte ou de l’alarme, ils en arrivent à produire un prêche caricatural plutôt qu’un réquisitoire argumenté. Sur ce point, Vanneste évoque les contenus pornographiques une seule fois, lorsqu’il mentionne le risque de voir des « scènes sadomasochistes » émerger au beau milieu d’un film a priori plus « normal » ( c’est-à-dire « moins risqué » ??) dont il ne précise en revanche pas du tout la nature ni le genre. L’usage du vocable « sadomasochiste » n’est pas fait pour qualifier ces scènes mais seulement parce qu’il possède une force d’évocation propre, associée à l’idée de violence et de plaisir trouvé dans la torture (il parle de « mort intérieure », etc.). Cette association d’idées entre sadomasochisme et violence ne fonctionne dans la proposition de loi que pour le seul lecteur qui « sait sans savoir », c’est-à-dire qui considère être capable de dire ce qu’est une scène SM, sans en avoir jamais vue. Le pratiquant de SM rigolera des affirmations du député, et celui qui ignore tout bonnement ce que signifie « sadomasochisme » ira sur internet chercher ce qui semble si terrifiant pour le député.

La progression de ce parcours de l’effroi mène le rédacteur à diverses incohérences ou contradictions logiques : notamment sur la question de la valorisation ou dévalorisation sociale de la pornographie1. Au final, le député désire marquer l’importance des effets et l’existence d’un danger réel et permanent. Cette rhétorique du danger est un produit de l’après-guerre en France qui a été largement commenté depuis. Dans un entretien pour la radio datant de 1978, portant sur l’abolition de la loi sur la majorité sexuelle légale en France, M. Foucault résume :

« On condamnait des formes de conduite. Maintenant (…) ce qui, par conséquent, va se trouver fondé par l’intervention et de la loi, et du juge, et du médecin, ce sont des individus dangereux. On va avoir une société de dangers avec, d’un côté, ceux qui sont mis en danger, et d’un autre côté, ceux qui sont porteurs de danger. Et la sexualité ne sera plus une conduite avec certaines interdictions précises ; mais la sexualité, ça va devenir une espèce de danger qui rôde, une sorte de fantôme omniprésent, fantôme qui va se jouer entre hommes et femmes, entre enfants et adultes, et éventuellement entre adultes entre eux, etc. La sexualité va devenir cette menace dans toutes les relations sociales, dans tous les rapports d’âges, dans tous les rapports d’individus. C’est là sur cette ombre, sur ce fantôme, sur cette peur que le pouvoir essaiera d’avoir prise par une législation apparemment généreuse et en tout cas générale ; et grâce à une série d’interventions ponctuelles qui seront celles, vraisemblablement, des institutions judiciaires appuyées sur les institutions médicales. ».2

La pornographie incarne l’un de ces dangers, en ce qu’elle ronge inévitablement de l’extérieur ou de l’intérieur l’autonomie et l’innocence de l’internaute3. L’absence de définition explicite des contenus de la pornographie, et son remplacement par une représentation floue mais efficace lorsque l’on veut lui attribuer des effets pervers s’inscrit dans cette fantamastique du danger, des victimes (enfants et adultes « dépendants ») et des individus dangereux (habituellement les pédophiles, mais ici ce sont simplement les internautes consommateurs de pornographie qui rendent possible le développement d’un marché de la pornographie en ligne, et donc une publicité offensive, etc.). L’objectif de cette proposition de loi consiste à caractériser au travers d’un faux débat sur la pornographie un objet qui relève d’une autre dimension des usages du dispositif technique. Cet objet concerne les rapports pratiques entre les internautes et les contenus en général.  Concevoir ces derniers à l’aune du danger pornographique les désigne ipso facto comme les véritables cibles et en même temps comme point aveugle de la proposition de loi. Mais soyons sereins, il reste tout à fait possible, selon les députés, d’envisager le déploiement de solutions techniques.

(à suivre, au prochain épisode…)

  1. il donne dans les mêmes phrases l’idée antagoniste que la pornographie avancerait silencieusement et qu’elle serait l’objet d’une honte, c’est-à-dire qu’elle serait, pour le moins, dévalorisée par la collectivité, voire condamnée. De fait, ce ne sont ni la survalorisation ni la dévalorisation de la pornographie qui intéressent le rédacteur de la proposition de loi, ce sont les images qu’il désire susciter dans l’esprit du lecteur : mentionner la survalorisation de la pornographie indique que l’individu est seul face au groupe et doit se battre contre les valeurs dominantes pour s’affirmer comme non-consommateur de pornographie, et mentionner la honte et la culpabilité de consommer de la pornographie désigne la même solitude face aux autres, qui, cette fois-ci, renvoient le reflet de l’addiction aux yeux de l’individu solitaire. Cette solitude face à autrui est un schème particulièrement classique d’implication du lecteur dans une narration, quel que soit le contenu de l’histoire []
  2. Michel Foucault (1994). Dits et écrits 1976-1979. Tome III. Paris : Gallimard, p. 766-776. L’extrait présenté ici est copié de la synthèse du texte de l’enregistrement sur wikipédia, « la loi de la pudeur » []
  3. jeune ou moins jeune, d’ailleurs, Vanneste ne trouvant de « preuves » à l’addiction que sur des cas ayant largement dépassé l’âge de la majorité sexuelle []

5 réflexions au sujet de « S1E2 Pour taire ce que l’on ne saurait voir… »

  1. je n’avais pas eu le temps de lire en détail les quatre billets et le morceau de bravoure anti-pornographique du 13 juillet dernier, et je ne sais pas par qui a été rédigé ce texte, mais j’ai eu envie de faire quelques petits commentaires – notations de linguiste bien sûr, donc la langue, tout pour la langue…
    en fait, je trouve que n’est pas si dénué d’argumentation que ça, simplement l’argumentation est rustique, appuyée sur certains procédés rhétoriques un peu simples, et souvent superficielle, assez typique du style pamphlétaire :
    – usage de plusieurs connecteurs dont mais et ainsi
    – gradations : « dans l’immédiat, dans la facilité, dans l’exhibition » // « innocents, socialement acceptés, socialement valorisés »
    – d’une manière générale le texte aime bien le rythme ternaire, c’est plein d’énumérations à trois termes
    – si… surtout (concession)
    il y a aussi un phénomène intéressant d’appel à l’évidence implicite (celle, bien pratique, qui n’a pas d’histoire…)
    – « la porte ouverte à » est une expression à valeur négative en français et le sripteur feint d’en faire une utilisation simplement technique (du type « fenêtre ouverte sur le monde ») – d’ailleurs il y aurait peut-être qualue chsoe à faire cette expression par rapport au thème de l’accès du billet suivant, mais je ne sais pas quoi
    ce qui est intéressant aussi, en dehors du lexique, c’est certaines formes syntaxiques :
    – par exemple le détachement par la virgule : « la pornographie, sans limite » signale que « sans limite » est un trait définitoire de la pornographie (un préconstruit), ce qui n’aurait pas été le cas sans détachement
    – usage de l’article défini dans « la dépendance psychologique » par exemple : le défini, c’est, dans notre jargon, une marque de présomption d’existence et d’identification : donc « la » dépendance psychologique est présentée comme un fait attesté, préexistant et connu
    – le fameux « c’est comme si » qui propose une métaphore explicative à visée didactique et persuasive
    je suis assez peu convaincue sur l’effet des sonorités « r » et « s » parce qu’il n’y a pas de fondement possible à l’interprétation des sons (je veux dire que l’on pourrait démontrer l’inverse à partir des mêmes sons), mais le texte est plein d’effets rhétorique, ça c’est certain : un côté rhétorique de troisième république, une rhétorique de sens commun, comme le dit bien le slogan sur la bannière du site de vanneste d’ailleurs : « le courage du bon sens »
    en principe il ne faudrait pas évaluer la qualité de ce texte, mais je ne peux m’empêcher de remarquer à quel point il est mal écrit, empêtré dans ses énumérations, ses assertions, le passage :
    « En effet, à l’image de toute drogue, la personne en vient à demander toujours plus au niveau sensationnel au fur et à mesure qu’elle en revient à la vision de ces sites année après année »
    est particulièrement mal balancé : « à l’image de toute drogue » ne s’accroche à rien, et pas au sujet « la personne », auquel il est pourtant antéposé par une relation grammaticale bizarre
    il y a aussi « à la suite des familles se brisent », mais le mieux c’est sans doute :
    « Par exemple, les jeunes adolescents vont considérer alors les filles comme exclusivement des objets sexuels auprès desquelles la pornographie leur suggère d’exploiter leurs fantasmes »
    qui avec son adverbe et son relatif composé n’est pas vraiment léger – ça ressemble un peu à la traduction automatique d’un mode d’emploi en japonais…
    curieusement l’en-tête est inexacte : il n’y a qu’une femme dans le groupe des 13 signataires, qui lui vaut quand même un « mesdames » : masquage du machisme hétérosexiste ?
    ça serait intéressant de comparer avec d’autres discours sur la porno-dépendance – sur ce site par exemple : http://www.pornodependance.com/edito01.htm, il y a un discours de lutte, parfois assez vindicatif, mais le ton est très différent, et ne reprend pas la diabolisation et la pathologisation du projet de loi, qui surfe sur le mythe crépusculaire de la décadence de l’humanité…

    1. bonjour,

      je me sens un peu verni d’avoir l’occasion de lire des commentaires aussi détaillés à chaque fois. Comme je le disais à Thierry juste avant, merci, donc, pour commencer. Je ne pourrais pas reprendre point par point ce décryptage autrement plus précis que celui que j’avais moi-même entamé dans l’épisode 2, mais, si je recompacte les épisodes de cette série un jour, il me faudra le considérer comme la colonne vertébrale de mon argumentation.
      D’ailleurs, sur la question de l’absence d’argumentation dans la proposition de loi : je me rend bien compte que l’expression glisse comme une pseudo évidence au fur et a mesure des épisodes. Loin de moi, pourtant, l’idée de dire que le texte de la proposition de loi est simplement mal écrit, ou qu’il n’aurait pas la forme adéquate, en partant du principe que la rhétorique scientifique devrait être connue, partagée et utilisée par tout un chacun, à tout moment de la journée. Ce serait un véritable cauchemar. En tout cas, lorsque je me contente de noter l’absence d’argumentation, c’est l’absence d’un certain type d’argumentation, celui qui est attendu dans le monde scientifique, dans le monde de la morale et dans le monde du journalisme politique : celui on il s’agit de démontrer un point important, celui où il s’agit de déconstruire un discours, etc. Une argumentation rationnelle, avec les formes de la rationnalité, en quelque sorte, c’est ce à quoi je fais référence quand j’abrège par « pas d’arguments ». Il faut bien admettre qu’avec un slogan tel que le « le courage du bon sens », vanneste ne trompe personne sur la marchandise.
      On pourrait s’en moquer, posture savante ou gauchiste auto-suffisante, ou encore dandy-anti-populiste, ce n’est pas du tout mon intention ici, précisément parce que si je le trouve peu argumenté, peu structuré et peu logique dans ses démonstrations, le texte des députés me semble diablement efficace. C’est pour cela qu’il me semble important de montrer et sa logique et son efficacité. En somme, cette proposition de loi ne comporte aucun axe de problématisation formulé de façon à ce que le lecteur puisse s’en saisir quelle que soit sa connaissance du problème au départ, cela pourrait paraître une nécessité requise auprès de tous les députés, dans le cadre d’une république, mais non… Voilà ce qui m’intrigue dans ces épisodes. Et précisément parce qu’en plus c’est au sujet de technologies que ce type de discours est produit, et qu’il me semble particulièrement peu judicieux de prendre ce terrain à la légère point de vue formes argumentatives. Un tweet de M_Boutet demandait si les contradicteurs de la proposition de loi attaquerait les députés sur les principes moraux qui les animent ou bien sur la politique technologiques qu’ils tentent d’instaurer, visiblement lles réponses se moquant de sa posture ringarde, ou bien de son inconsistance technique, justement, plutôt que d’attaquer ou discuter ses prises de parti techniques.

      Pour défendre, pour la beauté du geste ;-), ma théorie concernant les sonorités en r et en s , lorsque j’ai eu relevé l’ensemble du vocabulaire concernant directement la pornographie, j’ai d’abord été étonné « graphiquement » de cette densité de r et de s. Ensuite je me suis demndé si, devant moi-même rédiger cette proposition de loi, j’aurai emplyé les mêmes termes : en fait, ma liste aurait été particulièrement plus variée en sonorités, c’est pourquoi je me suis permis de relever son homogénéité phonétique. Rien de bien plus élaboré que cela. Dans mon souvenir c’était un exercice que l’on pouvait faire dans les cours de littératture ou de français… je ne recommencerai plus.

      Pour ce qui est de comparer les discours anti-porno entre eux, c’est effectivement un exercice qu’il faudrait produire, et aussi en tre les discours pro-sex et anti-porno aussi, le paradigme des effets/affects de la pornographie, étant par exemple relativement bizarrement dispersé : j’ai pour ma part eu du mal pendant des années, à me faire à l’idée de travailler avec un paradigme que je ne partageai qu’avec des gens dont le discours me semblait soit particulièrement empreint de mauvaise foi et de morale judéo-chrétienne mal digérée, soit particulièrement peu construit. La littérature pro-sex anglo-saxonne et scandinave m’a permis de dépasser cette bizarrerie , propre à la sociologie française et à sa grande frilosité sur certains sujets, j’imagine.

      voilà, j’espère n’avoir rien oublié,
      à bientôt,
      fp.

  2. Est-ce que la démarche de Vanest n’est pas la forme la plus récente d’une idée très ancienne qui a été largement dominante au cours de notre histoire et qui voyait dans la sexualité individuelle une menace pour l’ensemble du corps social si elle n’était pas encadrée et réglementée? Dans ce cas, son but ne serait pas tant de définir des pratiques qui seraient autorisées et d’autres qui seraient interdites, mais de réintroduire, au travers d’un Internet présenté comme une menace inquiétante et maléfique qui serait le lieu d’une sexualité débridée et incontrôlée, l’idée que l’Etat est dans son rôle lorsqu’il intervient dans la sexualité d’adultes consentants.
    La tache est ambitieuse. Je ne suis pas certain que jusqu’à présent cette thématique ait apportée beaucoup de voix à Sarkozy depuis son célèbre « mai 1968 nous avait imposé le relativisme intellectuel et moral ». « L’ordre bourgeois » c’est très bien accommodé de la « révolution » sexuelle contrairement à ce que s’imaginait la société française en 1968. Si l’on regarde les statistiques sur le nombre d’enfants nés hors mariages ou le nombre de divorces, une bonne partie des électeurs de N. Sarkozy sont bien, tout comme lui d’ailleurs (le premier président de la République divorcé puis remarié), des enfants de mai 68. Dénoncer la pornographie, tant que cela reste une généralité, permet de dénoncer la sexualité des autres, sans être obligé de s’interroger sur sa propre sexualité.
    En même temps, il y a sans doute avec la crise économique qui ne cesse de prendre de l’ampleur, une urgence politique. Avec le développement de la crise économique, le discours économique est chaque jour un peu moins audible. Une campagne électorale qui se ferait autour des valeurs morales serait sans doute une aimable diversion, dans les circonstances actuelles, pour les deux principaux candidats.

    1. il me semble en effet que l’intention de repostionner l’état dans un rôle régulateur et moraliste est assez aisément décelable dans le texte de Vanneste et ses collègues députés. C’est à cet effet que je mentionnais dans l’un des épisodes précédents l’exégèse de la notion pornographie dans le droit américain par Marcela Iacub. J’aurais pu aussi bien faire appel à son livre sur la pudeur (Par le trou de la serrure. Une histoire de la pudeur publique, XIX-XXIe siècle, Fayard, 2008.) avec lequel elle montre que l’état français soit disant très libéral (et souvent critiqué comme tel) est particulièrement invasif en terme de morale sexuelle, plus qu’à des époques pourtant prises comme exemples d’ingérance étatique dans l’intimité des individus.

      Ce qui me préoccupe, toutefois, dans cette série d’épisodes sur la proposition de loi de Vanneste, c’est peut-être moins ce constat d’ingérance de l’état dans la morale sexuelle, que la confusion de cette question avec une autre qui n’a que rarement l’air d’y être directement liée, puisqu’elle concerne le dispositif technique plutôt que les contenus : la question des usages du web. Morale sexuelle et manipulations de documents en ligne n’ont rien à voir sinon lorsqu’il s’agit de pornographie, produite ou consommée, bien évidemment. D’un coup, deux problèmes sociaux majeurs risquent de se voir appliquer une solution unique et commune. c’est la seule raison qui fait que Vanneste a pu déposer, sa proposition de loi sans être freiné en amont, et en coulisse, par une administration gouvernementale comme de parti qui n’avait pas grand intérêt à remuer la question de la pornographie actuellement.

      La pornographie a toujours contenu une morale de la documentation, et a été, cause ou conséquence ?, de par son caractère sexuel, le lieu de controverse et de définition des enjeux concernant les activités de documentation/publication/édition. Le passage des médias écrits aux médias audiovisuels a été exemplaire à ce sujet, dans les années 70/80. Dans un autre sens, l’usage des machine a depuis longtemps été le lieu de fantasmes moralistes tels ceux du docteur pouillet qui voyait dans l’ergonomie des machine à coudre un risque de propagation de pratiques orgasmiques chez les ouvrières (cité par ellis havelock quelques années plus tard et dont on peut trouver les études de psychologie de la sexualité sur le web http://www.gutenberg.org/ebooks/13610) et dans ce cas, le risque se situe dans le fait que les femmes travaillant sauraient jouir sans la présence de l’homme, drame social pour l’époque ! Quelles sont les versions moralistes suivantes, lorsque les machines traitent des signes et des informations plutôt que des fils et des tissus ?

      La récurrence de ce doublet sexe-machine qui s’incarne depuis 40 ans dans le traitement moral de la pornographie est aussi une manière de produire les dispositifs techniques et de tester leurs régulations. C’est ce que je voudrais aborder dans l’épisode prochain qui devrait traiter d’usages et d’appareillages. Dans ce sens la proposition de loi de vanneste est bien moins le fruit d’une volonté ferme d’intervenir dans la morale sexuelle, le procédé est bien trop grossier, mais plutôt de profiter des fragilités de ce thème, pour tester le type de réponses en retour : Les détracteurs de cette proposition de loi choisiront-ils de discuter la morale sexuelle en vigueur ou bien la morale et le droit concernant la production et la circulation des documents, pornographiques ou pas ? C’est peut-être pour cela que personne ne l’a empêché de faire sa proposition, aussi « fragile » soit-elle juridiquement parlant….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *