Pornographie, appareillage numérique et Internet : vers une culture sexuelle augmentée ?

Voici le transcript d’une présentation que j’avais faite en 2011 au colloque Travail et création artistique en régime numérique, colloque durant lequel j’avais eu le plaisir d’être invité à venir blogguer (un peu, une fois l’an 😉 ) sur culturevisuelle.org. J’ai retrouvé ce texte ce weekend, à l’occasion de la diffusion de l’émission Place de la Toile #pdlt  de Xavier Delaporte & Thibault Henneton portant sur la pornographie en ligne et principalement les usages liés au « tubes », ces plateformes de partage de vidéos pornographiques construites techniquement sur le modèle de youtube.com. L’émission peut être ré-écoutée sur le site de franceculture ou bien podcastée sur le flux RSS. Judy Minx, Stephen des Aulnois, Ghislain Faribeau, et Florian Voros y sont tous quatre intervenus autour des enjeux de transformation de l’esthétique, de l’indexation, du partage, de l’économie et des pratiques sexuelles liées à la pornographie contemporaine. L’émission avait quelque chose de très familier pour moi à cause des questions et des réflexions qu’elle soulevait, aussi je suis retourné lire cette communication qui portait sur un sujet tout à fait similaire quoi qu’un peu plus large, et dont j’avais un peu oublié la teneur depuis le temps.

Après avoir mesuré l’ampleur du désastre archivistique que constitue ma d..pbox, et re-lu la dite communication, ralé sur les erreurs, les choses passées sous silence pour tenir dans le temps imparti de présentation (que j’avais particulièrement explosé à l’époque…), et les approximations dues à mon jeune âge d’alors ( pour le coup, je ne dissimulerai reviendrai pas sur la qualification du système des tags par un simple « lexical », qualification qui me semble tellement… naïve, aujourd’hui), je me suis dit, qu’à titre historique, il était surement intéressant de la publier ici. En effet, avec ses tares et son enthousiasme, cette communication trace des grandes lignes qui me semblent toujours d’actualité, et peuvent même paraître assez banale aux yeux de certains, mais ne sont peut-être pas si évidentes à cerner pour tout le monde. D’abord parce que les usages de la pornographie en ligne ont beau avoir gagné l’ensemble des générations d’utilisateurs, les tubes ne sont pas toujours connus de tout-e-s, ensuite parce que la pornographie est souvent un sujet mis à part dans les études des medias, alors qu’elle en accueille bien souvent les paradigmes et les formes les plus saillantes.

***

Qu’est-ce que la pornographie ? Vaste question, s’il en est. La définition commune veut qu’elle soit le plus souvent une série d’images photographiques ou vidéos, aux contenus sexuellement explicites. Si l’on demande où se trouve la pornographie, on peut aussi se dire qu’elle se situe dans des cinémas spécialisés, dans des vidéo-clubs ou des sex-shops, vendue sur des supports VHS ou DVD. Si l’on creuse encore un peu, on sait aussi que la pornographie ne serait rien sans les « stars du X » (la réputation de rocco siffredi ou de la cicciolina dépasse largement le groupe des consommateurs de pornographie). On sait aussi que la pornographie est le plus souvent le support d’une activité solitaire, activité masturbatoire, le plus souvent, donc toujours regressive et anti-sociale.

Évidemment, cette première définition ne prend pas en compte l’avènement récent des technologies du numérique, mais cet oubli n’est pas gratuit : la définition que je viens de donner est à peu près celle avec laquelle la majorité des individus ont construit leur propre culture sexuelle et sentimentale, avec où sans consommation de pornographie, mais avec la connaissance de son existence. J’ai 34 ans, et ma génération est la dernière a avoir construit sa culture sexuelle et sentimentale avant même de découvrir le web et la pornographie en ligne, c’est-à-dire qu’elle s’est construite en référence à cette vieille définition. Les générations suivantes ont à faire à une autre manière d’élaborer leurs cultures sexuelles et sentimentales, d’abord parce qu’elles y travaillent avec l’aide du web et des technologies numériques, c’est l’une de leur ressources pour résoudre des problèmes, donc avec des systèmes de documentation et de médiation que nous n’avions pas à disposition, et ensuite parce que ces outils numériques ont absorbé la pornographie et l’ont transformée.

En effet, la pornographie a évolué au contact du numérique autant au niveau des représentations qui la nourrissent qu’au niveau des appareils mêmes de sa production, que des usages qui sont fait des images, et que des discours qui l’accompagnent. Le web est un dispositif qui combine des formes techniques et médiatiques qui lui sont antérieures, les absorbe en engageant leur numérisation puis leur diffusion en ligne. Il les combine mais aussi les recompose chacune, leur ajoutant de nouvelles propriétés ou au contraire les privant de certains de leurs éléments caractéristiques. Si l’on a pu définir un temps la pornographie comme une forme mass-médiatique diffusant des représentations explicites de la sexualité, notamment lorsqu’on la critiquait, cette définition est liée essentiellement au développement dans les quarante dernières années de la presse et du cinéma porno et dépendait jusqu’à aujourd’hui des configurations techniques respectives qu’André Gunthert a qualifiée « d’outils en lecture seule » de ces deux dispositifs de diffusion. Je vais présenter ici les formes nouvelles qui ont pu en émerger, en trois tableaux  :

  • esthétique, en décrivant les nouveaux types d’images pornographiques produits principalement par l’utilisation des webcams
  • organisationnel, en considérant ce que l’activité ou le travail pornographique à l’ère du web interrogent les catégories de professionnel, d’amateur et de consommateurs
  • lexical, en évoquant l’impact de l’indexation par mots-clés/tags sur les plate-formes de partage de vidéos sur la formation des cultures sexuelles contemporaines.

Ces tableaux, ne sont pas exhaustifs, mais il permettent d’ouvrir le champs de vision pour dresser un panorama des dynamiques qui animent la pornographie contemporaine.

# Vers une nouvelle esthétique porno : quelles formes et quels types d’images pour la pornographie numérique ?

Si la consommation de pornographie a longtemps désigné l’usage masturbatoire de matériaux visuels et sexuellement explicites, il faut désormais compter avec le fait qu’en plus de visionner des images, tout internaute possède les moyens de se filmer, de filmer ses partenaires, et aussi de manipuler les contenus sexuellement explicites d’autres internautes. La pornographie doit donc être repensée depuis cette possibilité, notamment pour en cerner les transformations esthétiques. Ce premier point concerne l’apparition de nouveaux appareils (webcam, appareil, photo numériques, etc.) raccordés au dispositif informatique lui-même. Leurs caractéristiques techniques comme leurs usages permettent aux internautes de transgresser certains canons de la pornographie traditionnelle, en opérant notamment un déplacement des contenus pornographiques du format narratif traditionnel lié à la diffusion dans les salles de cinéma, ou bien par VHS ou DVD, vers des formats à visée interactive, et donc à d’autres types de scénarisation, essentiellement ceux de la présentation de soi et de la discussion à distance. La capture des images pornographiques trouve donc sa place dans un processus de textualisation et de documentation multimédiatique et interactif, tout en abandonnant une circulation des documents jusqu’alors uniquement asymétrique, mass-médiatique1. Les webcams sont l’outil adéquat à ce nouveau type de narration/scénarisation.

# de nouveaux appareils d’enregistrement et de diffusion : les webcams

Techniquement parlant, les webcams sont des appareils qui impliquent une configuration particulière de l’image qu’ils servent à enregistrer, notamment parce qu’ils doivent être reliés concrètement à un ordinateur et à internet, qu’il dépendent donc de l’endroit où est entreposé l’ordinateur et de la qualité de la connexion à internet. La qualité des images produites par les webcams n’est jamais équivalente à celle d’un camescope et encore moins d’une caméra professionnelle, le grain, les tons gris ou verdâtres, la pixellisation forte (surtout dans les années précédant l’avènement des connexions internet ADSL), et la sous-exposition quasi systématique des images deviennent des éléments « normaux » des images produites en ligne. Là où elles constitueraient des échecs dans d’autres contextes filmiques, ces images font l’objet d’une véritable nostalgie de la part de certains internautes. Par ailleurs, l’agencement original que constitue l’articulation de la camera, de l’ordinateur, du bureau ou de la table et de l’internaute détermine en grande partie la nature des images produites : le fait qu’une webcam soit le plus souvent fixée au-dessus de l’écran, voire y soit intégrée, crée un cadrage typique, plongeant, écrasant la scène, ou bien alimente un effet de « face-à-face », effet parfois inadéquat à l’idée même de pornographie, puisqu’il rend acrobatique les gros plans sur les organes génitaux, les scènes montrant de nombreux partenaires, etc. Mais justement, le face-à-face trouve sa place dans cette nouvelle forme de pornographie.

# une nouvelle configuration technique : le « web » de « webcam »

La personne filmée est aussi celle qui filme, compose l’image, son cadrage, les déplacements, l’éclairage, etc. En même temps qu’elle produit une image pornographique, donc à contenus sexuels, une partie des gestes qui servent à produire l’image apparaît dans celle-ci. C’est ainsi que cette personne ne peut jamais vraiment quitter l’espace immédiat de l’ordinateur et prendre du recul (donc ouvrir le champs de l’image), au risque de perdre la possibilité de contrôler le dispositif par le clavier ou la souris, ou bien de ne pas pouvoir accompagner la production de l’image du dialogue qui l’accompagne si elle se trouve en situation de discuter en ligne. La main prend une place particulière dans la sémiotique des images pornographiques mises en ligne, parce qu’elle est à la fois un opérateur sexuel et un opérateur technique, l’internaute étant à la fois acteur et réalisateur. Les internautes sont à la fois des spectateurs filmés et des acteurs (se) filmant, et ils interagissent sur cette base technique lorsqu’ils discutent par webcams. Ils doivent sans cesse travailler à un équilibre entre le souci de l’image qu’ils offrent (la présentation de soi en ligne) et celui des images qu’ils visionnent (propre à la consommation classique de pornographie mais incluant le fait que leur interlocuteur est en situation de présentation de soi comme eux)2.

Cette nouvelle configuration technique rapproche les images pornographiques tournées par les internautes de celles des films porno-gonzos qui ont envahi le web au début des années deux mille. Les films gonzos utilisent souvent une technique dite POV (pour « point of view »), selon laquelle le spectateur partage le point de vue de l’acteur dans la scène de sexe3. Pour ce faire, le caméraman ou l’acteur lui-même, tient la caméra sur l’épaule de l’un des acteurs et filme l’autre acteur du point de vue du premier. Le spectateur se trouve visuellement « immergé » dans l’action sexuelle, comme s’il y était présent lui-même. Cet artifice se retrouve dans la double-capture qui génère un effet équivalent : les deux webcams désignent une place restreinte aux internautes (pour rester dans le champ) et offrent dès lors à l’un le point de vue sur l’autre qui contribue à créer une impression de face-à-face. Et comme le gonzo l’avait déjà amorcé en faisant disparaître le visage de l’acteur dont on filme le point de vue, les webcams entérinent la disparition complète de l’un des deux acteurs du champ de capture de l’image ; mais pour mieux le faire réapparaître dans la fenêtre d’à-côté sur l’écran de l’ordinateur, dans l’image de « retour » vidéo. Cette disparition entraîne, cependant, la perte d’un élément essentiel pour qualifier le caractère pornographique d’un film : la scène de sexe !

# une nouvelle figure pornographique : l’internaute en solo

Ou plutôt l’enjeu s’est déplacé, la scène sexuelle n’est plus enregistrée en tant que telle mais apparaît composée des deux flux vidéos juxtaposés à l’écran. La pornographie sort de l’image, de son cadre, pour se réaliser dans la contiguïté d’images-jumelles, d’images qui ne sont plus que le signe d’une relation et d’une co-production de documents vidéos. Comme le rappelle P. Matthias, « la pornographie n’est pas dans la représentation des corps, mais dans la rencontre entre une image et un désir »4. Auparavant, le travail de production de matériel pornographique consistait à enregistrer la trace vidéo d’un action sexuelle sans savoir précisément à qui elle était destinée. L’image porno en ligne n’est jamais tout à fait une image isolée ni une image en plein-écran, elle jouxte ou répond à l’image porno de quelqu’un d’autre. Les webcams inaugurent le document pornographique comme matériau co-produit et composite, que l’on partage avec d’autres internautes (présentation de soi ou de ses « capacités », par exemple), ou que l’on envoie à une personne (interaction au cours d’une discussion sur un site de rencontre). Dans le même temps, la webcam inaugure le personnage unique comme figure principale de l’imagerie pornographique. Elle remplace l’acte de copulation, traditionnellement central dans la pornographie, par celui de la masturbation. La webcam est un outil qui produit des images d’individus le plus souvent seuls face à elle, des images d’actes sexuels qui ne présentent pas de pénétrations (ou alors auto-administrées, et donc destituent la pénétration comme geste symbolisant la « relation sexuelle »), et des images qui ne fonctionnent que lorsqu’elles circulent et se font référence. La pornographie en ligne obéit logiquement assez bien au précepte de S. Turkle : « alone together ».

# Vers une nouvelle organisation du travail pornographique : qui produit et qui consomme la pornographie ?

tubes

D’autres frontières sont en passe d’être franchies, notamment celles qui posent une distinction entre professionnels et amateurs. Concernant le monde de la pornographie, les deux catégories de professionnel et d’amateur ne sont, dès le départ, pas pertinentes dans la mesure où l’amateur en pornographie désigne quelqu’un qui participe à la production et fait partie d’un circuit, d’un groupe social identifiable, le monde du porno-amateur. L’amateur est rémunéré, mais sporadiquement, et ne vit pas de cette activité, contrairement au professionnel. Une troisième catégorie est donc essentielle à considérer, celle du consommateur, du spectateur, récepteur passif mais ô combien essentiel dans l’imaginaire technique et esthétique de la pornographie traditionnelle5.

Le second tableau de notre panorama s’attache à la confusion croissante entre les manières d’apparaître en ligne de certaines pornostars et celles des internautes, au point que le « monde » de la pornographie ne puisse plus être réduit à la seule industrie qui s’en revendique et à ses clients, dans la mesure où la figure de l’amateur vient prendre le pas à la fois sur celle du professionnel et sur celle du spectateur, et, une fois devenue préponderante, perd de sa capacité à définir précisément un type de rôle ou d’activités. Trois critères sont mis en jeu par la confrontation du monde pornographique traditionnel et des publics d’internet : la circulation des images des acteurs, la circulation de l’argent, et la manière dont les activités sont définies comme du travail ou pas. Je vais prendre deux exemples, celui de l’inscription d’acteurs porno sur des sites de rencontre gays6 et celui des sites de webcams ou de partage de contenus porno qui tendent à instaurer un système de rémunération des internautes qui postent leurs vidéos.

# transformation des outils, transformation des cadres d’activités

Depuis la création du web, des acteurs professionnels développent une activité « perso » en parallèle de leur carrière dans les studios, et s’attèlent à la fois à la création de blogs qui traitent autant de leur vie professionnelle que de leur vie personnelle, et à la création de profils sur des sites de rencontre, qu’il utilisent alternativement pour rencontrer des partenaires sexuels ou pour dialoguer en ligne7. Les partenaires ainsi rencontrés peuvent tout autant être des partenaires hors-caméra que des partenaires de tournage. Les dialogues en ligne eux aussi peuvent être d’une nature tout à fait intime ou beaucoup plus commerciale et publicitaire. Les contenus produits sur la base des recrutements par site de rencontre sont le plus souvent exposés sur les blogs des acteurs, blogs qui constituent progressivement une économie parallèle au circuit industriel des studios, une seconde industrie en quelque sorte, particulièrement concurrentielle. L’omniprésence des acteurs dans les deux mondes professionnel et non-professionnel crée aussi une confusion : les photographies des acteurs sont souvent les mêmes dans les deux ensembles de sites, tout ce qui touche à leur carrière professionnelle se trouve mentionné mais sous l’angle de leur vie personnelle (les voyages pour aller tourner tel film dans telle ville, etc.), en somme, l’aspect personnel qui règne sur la présentation de soi en ligne, fait entrer le monde du porno dans des espaces de documentation qui n’ont officiellement aucune prétention sur ce sujet.

On constate un élargissement et une diversification des circuits de production des contenus pornographiques, dans la mesure où certains sites de rencontres deviennent le lieu de recrutement (comme ont pu l’être les bars et les boîtes de nuit à une autre époque) de partenaires ouvertement engagés dans la production commerciale « ponctuelle » de contenus pornographiques, c’est-à-dire ce qui définissait jusqu’ici le circuit « amateur ». En autorisant, par libéralisme sexuel, leurs abonnées à se dénuder dans leurs profils, les sites de rencontre deviennent les agents d’une reconfiguration à la fois de la circulation des images des acteurs, et par conséquent d’une re-signification des images des autres internautes, ceux qui se sont inscrits sans objectifs professionnels : leurs photographies de nu prennent un tout autre aspect dès lors qu’elles peuvent servir autant à la rencontre de partenaires qu’au recrutement pour un film.

# Lorsque les professionnels investissent des espaces non-professionnels pour y travailler :

La question de la vénalité des pratiques peut se poser dans ce cas : les sites de rencontre se posent en garant d’un mode de rencontre non-vénal8, par l’usage de profils représentant les internautes qui s’y inscrivent pour des raisons sentimentales ou sexuelles, donc jugées personnelles, d’autant plus si elles impliquent des images de nudité. Or, sur le web, toute relation, toute mise en contact, passe par la représentation du corps et de la personnalité de ceux qui sont amenées à se rencontrer, et donc en général par une représentation à caractère pornographique de celles-ci, notamment dans le cadre des sites gays. Le caractère pornographique des profils sur les sites de rencontre indique avant tout une caractérisation des contenus plutôt qu’une appartenance au monde « professionnel » de la production pornographiques. En conséquence de quoi, la nature de ces représentations sexuellement explicites n’est pas la même que celle des films : l’image n’y est pas un enjeu de rémunération ni de diffusion hors du site ; au contraire, les internautes paient parfois pour pouvoir se montrer nus, et surtout le fait de mettre en ligne une image de soi fait pratiquement partie des pré-requis pour pouvoir consulter les images des autres internautes, c’est-à-dire pour pouvoir être un simple consommateur d’images. Et pourtant, les images des acteurs comme des autres internautes sont régulièrement indiscernables.

C’est à cet endroit que les catégories interprétatives des mondes de la pornographie traditionnelle, pro, am et consommateurs, sont prises en défaut. Là où il est encore possible de distinguer le travail de l’acteur porno d’une activité de prostitution9, puisqu’il vend son image plutôt que son corps, cette spécificité tend à se dissoudre, en incluant tous les internautes au passage, une fois le problème déplacé sur le web. Et bien entendu, pour simplifier les choses, l’activité principale qui conduit les acteurs porno à s’inscrire sur des sites de rencontre n’est pas unique et délibérément tournée vers le seul recrutement de partenaires de tournages, puisqu’ils s’y inscrivent aussi pour des raisons personnelles. Le fait est que le web nécessite la représentation des corps pour établir des relations en ligne, quelque soit leur nature, au point de rendre indéterminable le caractère fictionnel des scènes pornographiques diffusées, et leur nature « fausse », jouée ou simulée. D’autant plus que, par ailleurs, les corps des internautes recrutés sur les sites de rencontre sont aussi « travaillés » que ceux des acteurs professionnels, qu’il n’existe pas de distinction physique radicale entre acteurs et internautes lambda, le web mettant en évidence bien plus un continuum de morphologies, qu’une distinction nette des corps. Bref, la nuance entre professionnels et amateurs mais aussi entre amateur et consommateurs, internautes lambda, devient un mythe, ou plus précisément la transgression de cette distinction, sa résorption, devient le mythe conducteur de ces productions, alimenté par les discours tenus sur les blogs par les acteurs eux-mêmes qui insistent particulièrement sur l’indépendance de leur démarche, sur la passion qu’ils investissent dans leur activité hors studio, et sur le fait que tel ou tel partenaire est un ami, une rencontre fabuleuse, etc10., au point de publier régulièrement des discours identiques à tous les autres internautes, de faire penser penser que les stars du X seraient des internautes comme les autres.

# lorsque les internautes deviennent compétents et rémunérés…

Selon la même dynamique de rapprochement des espaces éditoriaux et des compétences techniques pro et amateurs, les internautes qui n’ont rien à voir avec les mondes de la pornographie acquièrent eux aussi les compétences nécessaires aux activités de composition d’images ou de récits (savoir s’éclairer, disposer la caméra, scénariser/scripter ses apparitions en ligne, etc.). Ces ressources sont sollicitées par les internautes pour séduire, s’exhiber, s’exprimer et rencontrer, au point de trouver une audience parfois supérieure à celles de certains acteurs professionnels et de court-circuiter la production des studios sur certaines « niches ». Les consommateurs/amateurs tendent à se professionnaliser si l’on considère le fait qu’ils peuvent désormais « vendre » leur image. En effet, les sites de webcams et les plate-formes d’échanges de contenus commencent à instaurer des systèmes de rémunération des internautes, soit par des tokens/jetons, sortes de monnaies virtuelles réutilisables sur le site, soit directement en monnaie sonnante et trébuchante. Pour le coup, cette monétarisation de l’image des internautes révèle un enjeu important dans la redéfinition des circulations d’argent et de la définition des activités comme un travail : ce qui relevait jusqu’ici du simple plaisir sexuel ou des nécessités de la séduction, devient une activité rémunérable, donc un travail, dès lors que les sites se présentent d’abord comme des plate-formes de partage et non pas comme des sites de rencontre, c’est-à-dire qu’ils affichent leur vocation de gestion de documents, archivage/consultation/indexation, plutôt qu’une vocation de mise en contact11, et ce même si, techniquement, les sites offrent sensiblement les mêmes fonctionnalités. Les vidéos mises en ligne, en tant que documents, ont un prix, et les internautes en étant les auteurs, peuvent réclamer rétribution pour leur visionnage. Ce qui faisait jusque là la spécificité des acteurs, la rémunération de l’exploitation de son image, devient une règle plus globale liée au mode de diffusion, plutôt qu’à l’activité fictionnelle. Nous sommes passés d’une organisation industrielle diffusant du matériau pornographique définit comme œuvre à des spectateurs, à une organisation, tout aussi industrielle, fondée sur la propriété et la valorisation financière de l’image de soi. Ici, on retrouve les enjeux économiques du crowdsourcing12, ceux de l’exploitation de données personnelles par des entreprises, les plate-formes de partage, et une nécessité de redéfinir les conditions économiques des usages des vidéos, afin que le travail gratuit, ou faiblement rémunéré ne constitue pas un nouveau type d’aliénation.

# Vers un nouveau lexique pornographique : comment les technologies numériques agissent-elles sur l’accès aux documents et sur la diffusion des représentations mêmes de la sexualité ?

Notre troisième point traite de la reconfiguration des manières d’archiver les contenus pornographiques (indexer, catégoriser et trier, accéder aux documents). L’archivage ainsi engagé ne suit pas de règles strictes et rationnalisées comme s’il était pris en charge par une institution de patrimonialisation, ou par les studios eux-mêmes (il serait alors probablement archivé en fonction des auteurs, acteurs, année de production, etc.). L’indexation est effectuée au coup par coup par les internautes en fonction de leurs passions, de leurs fétiches, en somme, en fonction de ce qui leur plait, de ce qui les touche ou les excite. L’opération qui consiste à attribuer un ou plusieurs mots-clés à une image est l’opération qui va la rendre accessible aux internautes. Les catégories qui sont utilisées sont des catégories descriptives, donc liées aux imaginaires et aux pratiques sexuelles. En ce sens, nous faisons allégeance à la phrase de P. Matthias qui rappelle « qu’il n’y a pas d’en-soi de l’image pornographique mais la rencontre entre un désir et une image, qui provoque de l’inattendu… »13, nous y ajouterons que désirs et images sont chacun en chevilles avec des catégories langagières qui permettent de les exprimer et d’organiser a minima l’expérience pornographique. Sur le web, cette expérience passe inévitablement par les mots, et les liens hypertextes, et non par les images. Il s’agit donc pour finir de se pencher sur les nuages de tags qui servent à indexer les vidéos des palte-formes de partage telles qu’Xtube, version pornographique de youtube.

# des mots-clés, des pratiques, des fétiches…

La mise en ligne de matériaux pornographiques, en plus des sites de rencontre et de chat video en ligne, passe par les sites de partage de contenus vidéos générés par les internautes14, donnant lieu à des collections relativement imposantes (on les appelle les « tubes », pour leur parentée technique avec le site généraliste youtube.com), collections que l’on peut retrouver par ailleurs mêlées aux archives de films antérieurs au web dans des blogs se spécialisant sur un thème, une pratique ou un fétiche spécifique. Il s’avère que ces sites demandent aux internautes de produire des mots-clés, des tags, qui seront associés aux vidéos qu’ils partagent avec les autres. Le marquage d’une image par un tag permet à l’internaute de trouver d’autres images répondant au même tag. Ce principe, associé au fait que ce sont les internautes qui produisent les vidéos et donc en choisissent les contenus, participe à rendre visible une grande quantité de pratiques, de fétiches, ou de fantasmes qui n’avaient jusque là pas de place dans la pornographie traditionnelle. Non pas qu’ils n’existaient pas ou n’y figuraient pas, mais seulement qu’ils n’étaient pas associés indexicalement et antérieurement au visionnage du film ou de la série d’images. Il fallait visionner un film pour se rendre compte qu’il comportait telle ou telle pratique, tel ou tel objet.

Les films pornographiques ont toujours eu des mots-clés pour définir leurs contenus, à commencer par les termes qui désignaient leur genre : hétéro, gay, Sm, etc., en somme le lexique classique des orientations sexuelles. Mais ces catégories sont ridiculement peu nombreuses au vu des centaines de tags qui marquent les vidéos sur le web15. De plus, elles désignent le film dans sa totalité, alors que les tags peuvent être cumulés et reformulés au fur-et-à-mesure de l’évolution de l’ensemble de la collection mise en ligne. Du genre d’un film en général, on est passé à une économie des tags, cumulables et reformulables à volonté. Ainsi, on peut trouver des vidéos qui présentent des « creampies » (jeux avec le sperme) alors que cette pratique n’est pas nouvelle mais n’a jamais fait l’objet d’un genre pornographique à part entière ; on peut aussi trouver les tags tels que « wamming » et « mudding » qui distinguent des pratiques qui auraient été confondues auparavant (le fait de se couvrir la totalité du corps d’une substance gluante ou collante ou bien de se rouler dedans), ou encore des « innovations » technologiques (animatronics apr ex.) ou de fétichisme hyper-spécialisés (le fétichisme des pieds ou des poils).

# Comment des tags (re-)fondent une/des culture-s :

Nombre de pratiques sexuelles ne sont pas connues, ni envisagées par l’ensemble des internautes, jusqu’au moment où, par des jeux de tags, ils se trouvent confrontés à un matériau dont ils ignoraient l’existence. Ce qu’ils en font ensuite n’est pas important, l’essentiel restant qu’une grande portion des pratiques sexuelles se trouve documentée en ligne et que les cultures sexuelles des internautes aussi diverses soient-elles en viennent à communiquer entre elles, de vidéos en vidéos. Le vocabulaire ainsi produit modifie et multiplie les entrées et les parcours dans la consommation des produits. De ce fait, on peut faire l’hypothèse que toute modification dans les modes d’indexation tend à engager des modifications dans les manières de solliciter des lexiques sexuels, au moins celles représentées à l’écran, ce qui correspond à modifier les fondement même des cultures sexuelles des internautes. Cette modification des cultures sexuelles passe, non pas par une transformation directe du matériau libidinal, mais par la transformation de la « méta-culture » documentaire qui, elle transforme la manière d’accéder à des ressources sexuelles. Pour parodier teresa de Lauretis, on peut dire que les nuages de tags participent à faire du web une technologie de sexe, de la même manière que de lauretis considère que le cinéma est une technologie de genre, c’est-à-dire de construction et de déconstruction des genres et des identités. Par exemple un homme hétérosexuel, qui, en tant qu’hétérosexuel, aurait pour habitude de pas consulter des films incluant des actes sexuels entre hommes, peut en suivant les tags « creampie », ne jamais savoir l’orientation des partenaires des scènes qu’il visionne : le cadrage serré ne permet souvent pas de deviner le genre de tous les corps en présence. Qu’il en soit conscient ou pas, cet internaute construira son imaginaire sexuel, en omettant de temps en temps d’avoir les preuves systématiques d’une identification hétérosexuelle du matériau qu’il consulte16. Dans le même genre, on constate que le tag « lesbienne » est plus souvent employé seul lorsqu’il designe des scènes impliquant plusieurs femmes dans des productions hétérosexuelles, alors qu’il faudrait utiliser les tags « queer » « butch » ou « fem », ou bien associer le tag « lesbienne » à certains tags désignant des pratiques spécifiques pour obtenir des vidéos montrant des lesbiennes butch/camionneuses, qui, elles, ne font jamais partie de la fantasmatique hétérosexuelle. C’est donc le versant indexical qui va jouer un rôle majeur dans la transformation de la pornographie à l’ère numérique. La possibilité d’une augmentation conséquente des catégories qui servent à penser, à dire la sexualité et à organiser l’accès à ses représentations a un impact certain sur les films, les vidéos et les photographies qui sont produits ensuite, dans la mesure où les centres d’intérêts se spécialisent, prennent des voies transversales ou alternatives.

# ouverture

Ces trois points sont autant d’arguments suggérant que la pornographie doit être reconsidérée dans sa définition même, une fois envisagée la perspective du numérique. Si la pornographie reste un objet aisément identifiable, si la définition traditionnelle n’est pas devenue totalement caduque, les acteurs, les pratiques et les dispositifs qui la dessinent ont eux largement évolué depuis quinze ans. Ce n’est donc pas à une mutation complète mais à une augmentation de la signification du terme « porno » que l’on assiste : la multiplication des manières de produire et de consulter des contenus sexuellement explicites, mais aussi la multiplication des usages sexuels qui peuvent être fait d’une image, notamment dans des contextes interactionnels. Et c’est précisément cette augmentation qui en instaure la rédéfinition ; la pornographie ne peut plus être envisagée comme la seule version « sexualisée/génitalisée » d’un format médiatique, ni incarner à elle seule le pendant ou l’opposé de contenus sentimentalistes ou « relationnels » culturellement plus légitimes. Bien évidemment il s’agit toujours et encore de discuter, avec ce terme, les articulations entre pratiques et discours sexuels avec des dispositifs techniques de publication et d’édition, mais il devient de plus en plus difficile de n’y entendre qu’un seul type de pratiques (la masturbation) ou de contenus (la copulation). Cette transformation risque à la fois d’engager une certaine « pornification du web », et de déplacer un certain nombre de représentations de la sexualité, voire la sexualité elle-même, puisqu’à suivre Foucault, elle est un discours, au risque ou à l’avantage de la faire disparaître telle que certains d’entre nous ont pu, jadis, la connaître et la vivre.

***

et là c’est les notes de bas de page !!!

1 Bien évidemment, ce type de composition multi-médiatique ne s’est pas constitué en un instant : depuis la fin des années soixante-dix, en France tout du moins, le développement parallèle de la VHS et du DVD (aussi bien pour la diiffusion des films de studio que pour l’enregistrement de séquences tournées en amateur, à domicile), des magazines porno mais aussi des magazines échangistes et ceux publiant des petites annonces de rencontre, et enfin, la création des services Minitel et leur détournement vers les messageries roses, avaient installé des pratiques d’édition et de publication très variées et relativement complémentaires. Ces pratiques se rejoignent et se combinent dans la plupart des usages qui sont faits du numérique et du web aujourd’hui.

2 A. St Jevin développe une analyse des plancams, manière de nommer l’usage sexuel interactif des webcams, en considérant que l’esthétique qu’ils participent à produire s’écarte de la pornographie traditionnelle pour tendre vers une esthétique du narcissisme. Il met ainsi en évidence cette nouvelle donne réflexive et son articulation avec les canons visuels de la pornographie : l’usage des webcam ferait entrer les internautes en tant que producteurs d’images dans l’exposition non pas de leur corps mais de leur rapport aux stéréotypes pornographiques, ce rapport constituant leur véritable intimité. cf. SAINT JEVIN A. « Esthétique du plan-cam », Mémoire de Master-recherche dir. Par N. Thély, Paris-Panthéon-Sorbonne, 2007

3 L’esthétique P.O.V. (pour « point of view ») des reality shows américains, et la pornographie gonzo, qui se concentre uniquement sur les scènes explicitement sexuelles et promouvoir la possibilité d’un cadrage subjectif de type « caméra à l’épaule », d’un point de vue situé au cœur de l’action.

4 MATTHIAS P. Pornotube, Séminaire « Politiques et technologies de l’amateur », dir. Par L. ALLARD pour l’IRI, 2009, cf. http://web.iri.centrepompidou.fr/fonds/seminaires/seminaire/detail/9

5 C’est le consommateur de pornographie qui est en dernière instance celui qui intéresse des auteurs, pro ou anti-pornographie, aussi variés que C. McKinnon, P. Matthias, M. Marzano, mais aussi des chercheurs qui interrogent les productions porno d’un point de vue épistémologique P. Baudry ou S. Paasonen.

6 sachant que je n’ai pas observé le phénomène sur des sites hétérosexuels, certaines normes de représentation de soi (sexualisation strictement implicite) et des corps en général (restriction quant à la nudité des corps) et certains discours moraux (sentimentalisme et conjugalisme « monté » comme pendants moralement acceptable de l’expression de la sexualité) empêchant, pour le moment, le même phénomène de s’y produire. Mais la complexification des articulations possibles entre registre sentimental et registre sexuel, et la multiplications des réponses possibles, telles que JC. Kaufmann les retranscrits semble indiquer un mouvement posssible à ce sujet sur les sites hétérosexuels/« généralistes ». cf. KAUFMANN JC. Sex@mour, éd. A. Colin, 2010

7 Avoir une activité complémentaire ou parallèle n’est psa une nouveauté pour les stars du X, bien au contraire : depuis les début de l’industrie porno aux USA, acteurs et actrices tournent sur des spectacles, porno ou pas, de cabaret, de danse, etc. Les actrices françaises de l’écurie Dorcel, ont pour la plupart, continué leur carrière en faisant des apparitions régulières dans les salons érotiques, les boîtes de nuit, présentant des produits ou faisant des strip-tease.

8 L’ensemble des sites de rencontre luttent, selon des proportions et des modalités très variées, contre la prostitution qui utiliserait leurs bases de données de clients. Cette lutte prend la forme soit d’une censure systématique des annonces évoquant la prostitution voire la sexualité explicite, soit par une mise à l’écart du commun des profils, en la valorisant et l’identifiant clairement par la notion « d’escorting ». Dans tous les cas, la rencontre vénale est désignée comme anormale sur les sites de rencontre.

9 cf. OVIDIE Porno Manifesto rééd. La Musardine, 2004

On peut ajouter l’anecdote qui a vu durant la période 83-86 en Californie le LAPD tenter par tous les moyens de faire coffrer les produteurs et les réalisateurs de porno pour proxénétisme : les policiers devaient systématiquement faire abstraction du fait que, pour légiférer sur la nature d’un acte sexuel, la loi ne prévyaiit en aucun cas les situations dans lesquelles l’ensemble des protagonistes sont rémunérés, ce qui distinguait pourtant clairement les plateaux de tournages des films porno d’une situation de prostitution. En somme, la relation sexuelle est (était ?) évaluée au prisme de la circulation d’argent et non à celui du consentement des individus. cf. McNEIL L . & OSBORNE J. The Other Hollywood, éd. Allia 2011

10 Le site timtales.com est relativement exemplaire sur ce point. Son principal protagoniste a utilisé des pseudonymes différents selon les sites durant des années, et, en deux ans, commencent à forger une identité numérique cohérente et univoque, « tim krieger », qui est son nom d’acteur par ailleurs.

11 De fait, les structures techniques des deux types de sites sont relativement proches, c’est donc affaire de représentations d’usages plutôt que d’un changement de fond.

12 DUJARRIER A-M. sur la notion de travail : trois critères ergonomique (effort, dépense), sociologique (activité socialisante et organisée, socialisée) et économique (production de valeur, pour qqn ou une entreprise, notamment paiement de l’accès aux vidéos) : la pornographie amateur est toujours au bord du monde du travail de l’actoriat porno, mais de façon intermittente, sporadique. Ce n’est pas différent des monde anté-web où l’amatoriat était affaire de travail pornographique sporadiquement payé… Par contre, l’enjeu se situe dans la définition des espaces que constituent les sites de rencontre et les sites de webcam.

13 MATTHIAS P. intevention au séminaire sur les politiques amateurs dir. Par ALLARD L. 2009 cf. http://www.iri.centrepompidou.fr/res/media/Programme_seminaire_IRI-Politiques_Amateur.pdf

14 Ces sites ont été mis en ligne au départ par l’industrie pornographique elle-même, qui, effrayée par la montée en puissance des productions amateurs sur le web, voyait là le moyen de mettre en évidence les catalogues des studios et de trouver ou retrouver une clientèle au sein même des internautes qui arrivaient de plus en plus à s’autonomiser du monopole des studios. cf. CERVULLE M. intevention au séminaire sur les politiques amateurs dir. Par ALLARD L. 2009 cf. http://www.iri.centrepompidou.fr/res/media/Programme_seminaire_IRI-Politiques_Amateur.pdf

15 Déjà, sur les sites de rencontre, il s’avère que de plus en plus, au moins sur les sites gays et les sites libertins, les listes de mot-clés désignant les pratiques prennent de plus en plus d’importance dans la sélection des profils : un internaute n’est pas forcément choisi pour son identité sexuelle ou de genre, ou bien à la seule vue de son identité, mais aussi pour ce qu’il dit pratiquer, savoir pratiquer ou vouloir pratiquer. La réduction d’une personne à son orientation sexuelle devient alors un cadre qui ne disparaît pas, mais qui entre en discussion avec la description de compétences qui, elles, peuvent être conçues comme indépendantes des identités.

16 N’oublions pas que les réactions à tels ou tels type de pornographie constituent un outil de vérification soit-disant scientifique de l’orientation sexuelle de quelqu’un. Ainsi Kurt Freund a inventé le pléthysmographe qui mesure le débit sanguin dans le pénis d’un homme et est supposé évaluer le degré d’excitation à la vue d’images pornographiques. cf. VOROS F. « L’invention de l’addiction à la pornographie », in Sexologies. Revueeuropéenne de santé sexuelle, vol. 18, n°4 : « La sexologie au regard des sciencessociales », octobre-décembre 2009, p. 270-276.


4 réflexions sur « Pornographie, appareillage numérique et Internet : vers une culture sexuelle augmentée ? »

  1. Bonjour, lorsque vous parlez de rémunération des amateurs est-ce que les montants en jeu permettent réellement de parler de « travail », ou est ce que l’on ne serait pas plutôt dans le fantasme. Toucher une somme symbolique qui permettrait de s’imaginer travailleur du sexe?

    1. Bonjour,
      en premier lieu il faut bien imaginer qu’il existe de très nombreuses situations, et qu’il n’y a pas vraiment de règle. Ensuite je n’ai pas enquêté spécifiquement sur ce point. Toujours est-il qu’une petite portion de personnes peut gagner régulièrement quelques centaines d’euros par ce type d’activités. Mais je ne connais personne qui ait développé cette activité de façon à en tirer un salaire équivalent à un emploi à plein temps dans n’importe quel secteur. Par ailleurs, il assez courant que le tournage de séquences ne remplissent jamais pour les travaileur-eus-se-s du sexe l’équivalent d’un plein temps (comme en témoigne le caractère polyvalent des activités de @judyminx durant l’émission de radio), d’où l’importance du caractère générique de la notion de travailleur et travailleuse du sexe, permettant d’associer des activités qui seraient la plupart du temps distinctes (différence entre prositution de rue et minitel rose, etc.). Ce qui est clair, c’est que mon intention n’était pas du tout de parler de travail au sens de métier et d’activité professionnelle mais avant tout dans le sens d’activité, faisant allusion implicitement à l’époque déjà, à la notion de digital labor, indiquant ainsi le fait que pour nombre de personne la notion de « travail » ne soit pas forcément évidente, et ainsi de suite.

      fp.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *