S1E1 Ce que définir la pornographie veut dire…

[Si vous avez manqué l’épisode précédent : On y présente une proposition de loi contre la pornographie. On y annonce que des commentaires vont suivre, et qu’ils concerneront autant la pornographie que certaines conceptions des dispositifs techniques. On y introduit l’idée de « politiques des affects » et celle des enjeux de pouvoirs quant à la production et la consommation des images pornographiques (qui compte tout autant pour aborder le discours du législateur, pour comprendre les usages du web que pour fonder une méthode d’investigation sociologique pertinente]1.

+++++++++++++++++++++++++++++++++

Lorsqu’il est difficile de définir la pornographie, et surtout ses contenus

Parler de pornographie n’est pas toujours évident, légiférer et réguler la pornographie l’est encore moins dans la mesure où le discours législatif se donne deux objectifs : concerner tout le monde, et avoir l’air clair sinon définitif. Dans ce contexte, il faut savoir que la législation française peine depuis des décennies à définir ce qu’est la pornographie et n’arrive en aucune manière à se positionner clairement sur le sujet2. Elle tourne autour de la question, ne pouvant ni s’empêcher de produire un avis sur ce sujet (pour des motifs moraux ou sanitaires : par exemple, la charte de canal+ en est une version riche d’enseignements),  ni parvenir, en conséquence, à fournir une définition cohérente et applicable dans un contexte juridique.

Le texte de C. Vanneste ne déroge pas à cette tradition dans la mesure où, en aucun cas, il n’y est question de s’affronter à la définition des contenus pornographiques qu’il incrimine pourtant. Du coup, pour comprendre l’enjeu de cette proposition de loi, il faut, en premier lieu, se faire à l’idée qu’elle ne parle pas de pornographie, et que ce silence, somme toute bruyant, est tout à fait normal, vu qu’il constitue la rhétorique la plus cohérente pour les personnes qui revendiquent de combattre la pornographie par principe. Ne nous trompons pas, la vision d’un monde séparé entre pro- et anti-pornographie est peu pertinente, même si l’énonciation publique de l’une des positions voit le plus souvent un » mur se lever » pour défendre la position adverse (ce qui est en train de se passer sur le web avec la proposition de loi de Vanneste…).

Vanneste ne définit pas la pornographie par ses contenus et ne discute jamais de ce qu’elle montre.  Pour autant, il n’en donne pas moins une représentation et va même jusqu’à mentionner certains de ses contenus sous réserve de ne jamais les problématiser. La version qu’il donne de la pornographie devrait faire l’objet de l’épisode suivant (S1E2) d’ailleurs. Ainsi, les contenus ne font pas partie de sa stratégie discursive, ou plutôt, ils n’en font précisément partie qu’en restant des objets éloignés et flous de sa proposition de loi.

« Savoir sans savoir-définir », une forme discursive particulière

On peut se remémorer le célèbre « i know it when i see it ! » du juge Potter Stewart qui ne savait pas définir la pornographie hardcore, mais savait la reconnaître lorsqu’il en voyait. De fait, c’est une assertion qu’il faut considérer en ce qu’elle indique une manière de produire ou solliciter de la connaissance : Que sait-on que l’on ne sache définir ? Ou plutôt que sait-on qu’il n’y ait pas besoin, ni intérêt, à définir, pour statuer/trancher/agir ? « Savoir sans savoir définir » constitue un fondement épistémique sur lequel nous reviendrons plus loin, connaître sans savoir dire quoi, connaissance bien silencieuse, que l’on peut déjà considérer comme une forme particulièrement liée à un va et vient entre implicitation et explicitation des choses.

Le juge va voir sa fameuse phrase faire le tour des débats sur la pornographie durant 50 ans pour la raison qu’il était coincé lui-même entre un cadre d’énonciation attaché à une explicitation, le cadre juridique, mais qu’il avait pour position personnelle un penchant plus affirmé pour une implicitation des énoncés sexuels. Il sait ce qu’il voit, il connaît, re-connaît, plutôt, ce qu’il voit et peut le catégoriser sans hésitation cette fois-ci, comme un objet problématique : « l’explicitement sexuel », c’est la définition de la pornographie hard-core aux USA, et donc obscène, etc. Ce qu’il voit est sexuel, même s’il ne peut définir ce qu’il voit. Ce qu’il voit est condamnable, même s’il ne peut définir ce qu’il voit. Bref, s’il ne peut pas dire ce qu’il voit, cela ne l’empêche pas le moins du monde d’avoir un avis et d’agir à partir de là.

Cette lecture de la situation du juge P. Stewart reste pure spéculation, et ce n’est pas grave, la logique est toutefois importante à conserver à l’esprit.3.

Des contenus aux effets, le grand roque de la croisade anti-pornographie

Comment justifier le contrôle ou la censure d’un produit culturel sans jamais aborder la description de ses contenus ? Plutôt que d’en décrire les contenus ou les discours, Vanneste adopte la stratégie assez connue de définir la pornographie par les effets qu’elle a sur les esprits et/ou les corps. Ce déplacement dans la manière et en conséquence la matière qui servent à définir la pornographie trouve son origine dans un postulat essentiel qui veut que la pornographie n’a rien à dire, et ne veut rien dire ; d’où le désintérêt pour ses contenus. Dans sa recension de l’ouvrage de M. Iacub, M. Trachman remarque ce postulat dans les jugements rendus dans des tribunaux américains  :

« La limitation de la liberté d’expression s’appuie sur la faiblesse supposée de publics comme les pervers ou les enfants. Progressivement cependant, l’idée qui s’impose est que l’obscénité n’est l’expression d’aucune idée : les représentations obscènes sont dénoncées comme le revers sombre des expressions utiles à l’intérêt général en ce qu’elles reposent sur un intérêt lascif, sans rapport avec la recherche de la vérité. Les limites imposées par la Cour ne reposent donc pas précisément sur le contenu des messages obscènes, mais sur leur fonction : susciter l’excitation, ce qui permet de considérer le fait d’écrire ou de produire des images obscènes comme un faire et non comme un dire. ».

Un tournant paradigmatique s’engage sur ce point : la pornographie ne dit pas, elle fait, elle affecte, elle est subrepticement « la cause d’effets » que l’on peut, eux, juger indésirables. En même temps que l’on situe le problème hors d’une compréhension interne de la pornographie (qui serait plutôt l’apanage des personnes qui défendent la liberté d’expression, et sollicitent le 1er amendement dans les procès aux USA), on disqualifie la pornographie en tant que discours légitime et on ouvre la porte à un argumentaire très différent : il va s’agir de comprendre ce que la pornographie fait de mal, plutôt que ce qu’elle dit de mal. Des contenus que l’on n’a pas décrit, on se rapproche insensiblement de la description d’un personnage, d’une victime, d’une histoire à raconter plutôt que d’un débat ou d’une problématique à déployer.

C’est de ce point de vue que l’ensemble de la proposition de loi de Vanneste est construite : ne rien dire sur la pornographie en tant que produit médiatique mais déplorer ses effets en tant qu’objet d’une pratique, sans, toutefois, jamais nommer explicitement la pratique en question, ni lui accorder la moindre ligne. En effet, la proposition de loi qui nous occupe comme les critiques les plus vindicatives à l’encontre de la pornographie ignorent tout simplement « l’effet » principal de ses usages : s’exciter et jouir. Accessoirement, se documenter, s’informer, etc. De toute façon, il n’y a rien à dire depuis la pornographie, ses effets, forcément pervers, parlent pour elle : l’asocialité, la dépendance, l’atteinte à l’intégrité morale (honte), et/ou culturelle (perte des repères traditionnels), etc. La figure de la victime potentielle est rapidement incarnée par l’enfant innocent ( aux USA, ce fut plutôt l’image de la femme violée), mais la figure du masturbateur la concurrence largement en ce qu’elle détient historiquement l’ensemble des effets pervers décriés.

Des contenus aux effets, des effets aux accès

Peut-on changer ce que l’on ne peut/veut définir ? Si l’on ne s’occupe pas des contenus, que l’on ne sait pas dire ce qui est problématique, si l’on repère des dangers et la nécessité d’un changement, il est impossible de ne rien faire, Vanneste en appelle à une croisade salutaire. Le seul moyen d’agir que lui laisse sa stratégie discursive consiste alors à réguler les accès à la pornographie. On évacue définitivement la question des contenus, grâce à l’argument des mauvais effets, pour se pencher sur des solutions techniques, sans que les problèmes n’aient été posés dans ce champ là. À moins que son discours n’ait pour seul but d’en venir à des considérations techniques… Concernant la régulation de la pornographie en ligne, il devient logique de s’occuper de l’identification des lecteurs/spectateurs (âge/genre/revenus), et de l’instauration de barrières symboliques (inscription/validation d’accès/vérification de l’âge, etc.), passages ou péages entre une zone pornographique et une autre pornographiquement neutralisée, c’est-à-dire, où le sexe n’est plus explicitement représenté-représentable, la fameuse zone « tous publics » des programmes TV. Un compte-rendu de l’intervention de M. Cotta4, a priori difficile à confondre avec Vanneste, me semble bien illustrer les enjeux de cette gestion globale des accès :

« Michèle Cotta, ex-directrice générale de France 2 et présidente du conseil de surveillance d’ABsat, filiale de AB Groupe qui édite notamment la chaîne pornographique XXL, a annoncé mercredi sur RMC Info qu’elle était « contre la censure » mais pour « un verrouillage très strict ». Alors que le président du Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) Dominique Baudis, inquiet du nombre d’enfants qui voient des films X, demande aux hommes politiques d’agir pour que le porno soit banni de la télévision, Mme Cotta a assuré qu’elle est « toujours contre les interdictions pures et simples. C’est une forme de censure ». « Ce qui me paraît très important, c’est que n’importe quel téléspectateur ne puisse pas déboucher sur un film porno sans le savoir, sans le vouloir, sans avoir un code. On a tous des enfants et franchement on n’a pas envie que les enfants entre 10 et 20 ans aient un accès… », a dit Mme Cotta. « Maintenant il y a des systèmes techniques assez simples, assez faciles, des systèmes de codes, qui interdisent l’accès. Je suis pour un verrouillage très strict, pour un contrôle parental renouvelé et expliqué, mais contre la censure », a-t-elle ajouté. L’un des arguments de M. Baudis est que les abonnés analogiques reçoivent directement les programmes, sans code. Historiquement, « tout ce qui était censuré a fini par apparaître autrement, peut-être plus dangereusement », a souligné Mme Cotta. « Si on interdit les films X, il est évident qu’ils circuleront autrement, que ce sera un autre marché, donc un marché noir ». Interrogée sur l’utilité d’une chaîne pornographique, Mme Cotta a rétorqué : « Vous n’allez pas me transformer en défenseur du porno (…) je ne regarde pas ça, et il n’y a pas tellement de femmes dans le public. A quoi ça sert? C’est une offre. On peut être contre ». Le président du CSA a également exprimé son souhait de ne pas renouveler les autorisations existantes dont bénéficient une dizaine de chaînes pour diffuser des films pornographiques. A propos de cette éventualité, Mme Cotta a affirmé : « Ce n’est pas seulement la mort de XXL, c’est la mort de beaucoup d’autres chaînes, c’est un gros souci pour Canal+. On verra ».

Le recours à la solution technique est particulièrement intéressant en ce qu’il va faire bénéficier celui qui l’engage de deux facilités :

-il ne semble pas relever du champ de la morale puisqu’il se veut technique/technologique et que la représentation commune de la technologie veut qu’elle soit neutre, qu’elle ne porte aucun discours et qu’elle obéisse à celui qui l’utilise. Il est considéré comme rationnel et objectif et formule territorialement des questions par trop liées à d’interminables débats .

-il est le moyen d’envisager une économie fondée sur les péages, qu’elle se fonde sur les paiements réguliers de l’internaute (de type cryptage/décodeur de canal+ ou taxation des œuvres de type loi fiscale de 1975 pour les cinémas X), ou bien sur le monnayage des identifications effectuées par les  internautes, les données issues de ces identifications étant actuellement la véritable valeur économique et politique du web…

Comme si la technique ne pouvait pas être sexualisée, sexiste ou sexuelle, c’est-à-dire sans aucune neutralité. Comme si le web et internet n’était pas des réseaux interactifs, pouvant détourner des flux ou contourner des péages/barrières, développer un fonctionnement par « relations » plutôt que par « sites »… Le législateur est peut-être allé un peu vite en besogne pour affirmer l’efficacité rédicale de sa proposition de loi.

(à suivre, au prochain épisode…)

  1. ce billet étant rédigé au beau milieu des prés et des chataigners, les références bibliographiques seront sommaires, jusqu’à nouvel ordre, c’est-à-dire jusqu’à mon retour en zone de forte densité urbaine… []
  2. cf. les travaux respectifs de M. Iacub, « De la pornographie en Amérique » dont on peut lire la synthèse par M.Trachman, M. Marzano, Alice au pays du porno et… (il est resté sur la table de la cuisine en partant !!), entre autres donc, ainsi que  R. Ogien, dont on peut trouver une synthèse de l’ouvrage « Penser la pornographie » []
  3. Notons toutefois que cette logique est juridiquement datée, dans la mesure où la grande vague de procès contre l’industrie pornographique des années 70 travaillera sur la base d’autres arguments (notamment celui d’assimiler le travail d’acteur pornographique à un acte de prostitution de la part du réalisateur et/ou du producteur du film). cf.  The Other Hollywood, une histoire du porno US par ceux qui l’ont fait, éd. Allia, 2011, ouvrage absolument passionnant malgré son kilo et demie et ses 800 pages []
  4. cf. http://www.telesatellite.com/actu/recherche.asp?page=17&q=porno []

3 réflexions au sujet de « S1E1 Ce que définir la pornographie veut dire… »

  1. Je m’étais à vrai dire perdu dans votre premier texte, mais là ça se précise, le feuilleton va décoiffer. Bonjour aux châtaignes, et merci pour la biblio!

    1. N’hésitez pas à signaler les zones floues, trop denses, bref, les endroits ou l’on se perd dans les textes, je tenterai de préciser ou d’éclaircir certains points. En effet, la difficulté, que je découvre au fur et a mesure de cette mini-série, c’est qu’il devient impossible de reprendre (réduire ou développer) une portion de texte qui a déjà été publiée, même lorsque la rédaction d’un episode donne l’envie de reprendre tout l’episode précédent d’une manière différente. Or j’ai plutôt l’habitude de reprendre les plans de mes textes des dizaines de fois avant d’en être satisfait. Aussi, je reprendrais probablement l’ensemble des textes rédigés autour de cette proposition de loi à la toute fin, pour les rendre plus agréables à lire et mieux organiser le plan d’ensemble.
      j’espère, pour le décoiffage, que vous prendrez autant de plaisir à lire la suite, qui risque a priori de changer de ton plusieurs fois…

      ps : mon voisin a ramené 17 kilos de cèpes hier… 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *