S1E4 La pornographie en ligne n’est pas réductible aux sites pornos : indexation et censure

[Si vous avez manqué les épisodes précédents : Une proposition de loi « contre la pornographie » développe des arguments tantôt étranges tantôt éculés. Il s’agit d’y retrouver une logique, en pistant les énoncés les plus solides qui s’y sont logés. En présentant la pornographie comme dangereuse sans jamais la définir intrinsèquement et en centrant les réponses possibles de l’État sur la gestion des accès aux contenus, les députés comptent régler tous les problèmes d’un coup : ils proposent d’établir une liste que les fournisseurs d’accès devraient utiliser pour filtrer ce que les internautes peuvent ou pas regarder sur leurs écrans. Voyons ce que cette liste « officielle » de sites pornos a comme arguments en sa faveur à déployer…]

+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++


Porn (x) = controverse (tech. +  sex.), rien de plus, rien de moins…

Lors du précédent épisode, je n’ai pas assez insité sur l’idée suivante : l’usage du terme « pornographie » désigne l’articulation de considérations techniques (ne serait-ce qu’une morale de la technique) et de considérations sexuelles. Sinon on parle de grivoiseries, d’obscénités, de bien d’autres choses encore, et pourquoi pas, même, d’érotisme ;-). Ceci ne signifie en rien qu’un discours tenu sur la pornographie fera explicitement et systématiquement mention des deux types de considérations, bien au contraire, puisqu’ il n’est souvent centré que sur l’une des deux seulement. Toutefois, on trouvera toujours une remarque, un détail, qui fera plus silencieusement référence au second type de considération, celui qui reste tapi dans l’implicite du discours : le plus souvent, le drame sexuel est mis en avant, ou bien l’extase pornographique, et entre les lignes il devient possible d’y lire un rapport au livre, à l’image, à l’écran, etc. D’où l’équation en guise de titre pour ces premiers paragraphes. C’est une hypothèse foucaldienne et cela implique de considérer comme possible le fait que morale sexuelle et conceptions techniques n’évoluent pas d’un commun mouvement. Chez Foucault, les mots et les choses, pour reprendre ce titre humoristique, ont une grande autonomie, même s’ils entretiennent des rapports puissants.

Pour cerner son point de vue, il est utile de revenir aux histoires croisées entre « mots » et « choses », croisées donc mais rarement coïncidentes : les criminels, par exemple, passent de l’échafaud à la prison, mais où la prison est une architecture qui provient d’un ensemble de savoirs-pouvoirs issus du traitement de la folie (l’hopital général et l’isolement du reste de la ville) et non d’un savoir concernant la pénalisation des crimes. Deleuze, dans son livre sur Foucault, énonce clairement cette diffraction entre le discursif et le non-discursif (ce qui génère la lumière et les mouvements) qui sont tous les deux des manières de stratifier les savoirs, et rappelle au passage qu’il existe en plus un rapport discursif au non-discursif qui peut n’avoir rien à faire avec le discursif lui-même (dans le cas de la pornographie, les énoncés sur la sexualité contenus dans les films, ne sont pas les mêmes que ceux qui sont faits sur l’activité de consommation de pornographie comme forme de sexualité, etc. Ou bien ne le sont qu’à de très rares moments). Depuis le XVIIIème siècle, on peut constater une évolution importante de la pornographie, notamment des acteurs qui s’y impliquent (des écrivains et des penseurs légitimes du XVIIIème siècle, aux actrices X inconnues des productions de la vallée de San Fernando en Californie), mais à chaque époque, les discours reproduisent la même dynamique en ce qu’ils portent sur la sexualité et sont liés à des modes de publications et d’usages de certains objets : le livre, les salons littéraires, la photographie, évidemment, le cinéma et les réponses spécifiques (c’est la loi de finance de 75 qui instaure la catégorie X, pas une loi pénale !), etc. En somme, il faudrait refaire toute une histoire de la pornographie en montrant comment les deux ensembles, que j’appelle trop rapidement sûrement « cultures sexuelles » et « dispositifs techniques », évoluant de façon autonome, sont régulièrement réarticulés et re-problématisés par l’usage persistent du terme « pornographie »1. Pourquoi ce retour sur la définition de la pornographie dans une perspective foucaldienne ? D’abord parce que nous devions poser les enjeux de chaque discours sexuel et technique auparavant, afin de dégager notre propre positionnement, mais aussi parce qu’il n’est pas simple forcément de concevoir l’imbrication ou la dispersion des différents discours sur le sexuel : ceux représentés par les films et ceux impliquant le visionnage des films, ceux que le lecteur se représente avant la lecture et ceux qu’il découvre par la lecture/consultation, etc.

Lorsque les députés se concentrent sur la consultation de pornographie par des mineurs, enfants ou adolescents, ils ne rappellent pas cette double problématique du sexuel et du technique et engagent leur discours de légitimation de leur proposition de loi par le versant moral et sexuel, sans toutefois dissimuler le fait qu’il s’agit de réguler les accès au sein d’un dispositif technique spécifique, l’internet. Ils vérifient notre définiton du discours sur la pornographie sans le valider explicitement. La question de la pornographie y est présentée comme le fait d’une sexualisation trop précoce du visionnage en ligne, sexualisation traumatisante selon les députés. Si nous avons vu comment les arguments n’étaient pas fondés rationnellement mais selon une logique affective ET « affectiviste », il n’en reste pas moins que les députés proposent une solution au problème : lister les contenus à prohiber, fournir la liste aux FAI afin qu’ils appliquent la censure requise.  La dimension technique est remisée à l’écart du danger, simplement parce qu’elle doit constituer la solution. Pour légitimer ce type de méthode, il faut cependant vérifier qu’il n’existe pas des « lieux » pour ne pas dire des « sites » qui produiraient du contenu sexuel sans que celui-ci ne soit annoncé, indexé en fait, comme pornographique. Il faut aussi veiller à repérer ce qui ne serait pas explicitement sexuel et serait pour autant associé aux index « porn/porno/Etc. » (si c’est le sexe explicite dont il faut protéger les personnes sensibles, alors rien ne les empêcherait de consulter les sites de Hentaï japonais, as dans la dissimulation outrageusement visible de ce qui serait obscène si explicitement figuré).  Cela revient à interroger simplement le fait que ce que désire combattre la proposition de loi n’existe peut-être tout simplement pas, ou, au moins, n’existe pas du tout dans les marges qu’elle a tant de mal à définir.  Il est à craindre qu’une portion non négligeable de la pornographie contemporaine n’ait pas été considérée par les députés, ni dans ses contenus, ni dans ses modalités de diffusion et d’utilisation.

L’internet et les modes de communication dont Vanneste ne parle jamais

Le discours sur la technique tenu dans cette proposition de loi est important à analyser, principalement parce que c’est un discours à peine néophyte, pour ne pas dire complètement ignorant de son objet. L’incapacité à distinguer le web et l’internet illustre relativement bien l’impossibilité pour ce groupe de députés de réfléchir dès le départ à ce qu’il se passe sur le terrain. Un exemple simple de ce qui ne fait pas partie du web et fait pourtant partie de l’internet ? Les messengers MSN ou skype.  Ces interfaces ne sont pas des sites pornographiques et ne font pas partie du web, pourtant une part de leurs usages est spécifiquement sexuelle… La différence reste que, tout simplement, théoriquement ces plateformes servent essentiellement à entretenir des relations avec des personnes « connues » de l’internaute, et que l’on considère qu’elels servent à communiquer avant de fournir des contenus pornographiques. Tout est dans la nuance et la suggestion, puisque c’est précisément MSN et Skype qui servent aux internautes à faire « plus ample « connaissance lorsqu’ils se rencontre sur des réseaux sociaux comme facebook ou des sites de rencontre tels que meetic, ces derniers engageant souvent, déjà une politique de censure des contenus sexuels.

De la même manière, l’internet passant de plus en plus par les téléphones portables, on pourrait se poser la question de la légitimité pour un mineur de disposer d’un tel outil. Vanneste, en tout cas, devrait ne pas hésiter sur ce genre de réaction puisque l’on peut aisément supposer que la téléphonie mobile offrant l’internet sur à peu près tous ses appareils, elle constituera bientôt l’un des vecteurs d’introduction de la pornographie dans l’intimité de chaque ado. Surtout, la téléphonie n’a pas besoin d’internet pour instaurer un usage à la fois violent et sexuel du dispositif : le sexting se pratique par le simple usage des appareils photos et des sms, et internet n’intervient que comme un amplificateur des conséquences du premier. Aucune remarque à ces sujets-là de la part des députés, pourtant… On peut expliquer cette absence de la question des mobiles d’abord parce que les FAI d’internet mobile ont bridé nombre d’usages possibles des machines rendant la situation beaucoup plus propice à toute forme de censure, d’un point de vue de la technologie comme des imaginaires des consommateurs, bien que pour le moment ils s’attaquent à des pratiques plus techniques et politiques qu’aux contenus sexuels. Pour le moment, rien ne sera fait contre l’usage des camphones et des sms par les mineurs dans la mesure où les intérêts à équiper tout adolescent d’un téléphone ne souffriront aucune opposition sur ce point ; les députés ne sont pas ignorants de ce genre de règles.

je ne mentionnerai pas ici l’existence des réseaux P2P qui seraient une alternative à la fermeture des accès a priori par les FAI sur demande du législateur, puisque ce sont eux, peut-être, qui sont aussi visés, à terme, par ce genre de politique, P2P et tethering 2 sont déjà proscrits des usages mobiles sur simple décision des industriels, et ceci sans aucune justification ni technique ni légale. En fait, il reste fort à parier que nos députés seraient bien enclins à les faire disparaître eux aussi. Concentrons nous donc, à la place, sur des objets techniques moins stigmatisés :  par exemple, les publicités /pourriels/spams qui arrivent dans les boîtes mails et qui correspondent exactement à ce que la proposition de loi reproche à la pornographie, son caractère envahissant et impromptu, mais ne passent pas du tout par les ports réservés au trafic de données du web. Un adolescents à qui l’on propose Cyalis et Viagra toute la journée, mais aussi rencontres sulfureuses près de chez lui et élargissement du pénis chaque fois qu’il ouvre sa boîte mail, devrait rigoler de la décision des députés : les acteurs susceptibles de filtrer ces spams pornographiques soient n’en ont jamais été capables soient n’y ont jamais tenu, puisqu’en 15 ans, les spams pornos n’ont toujours pas été éradiqués (la question restant plutôt d’éradiquer les spams en leur qualité de spam plutôt qu’en leur qualité pornographique).

Cette suite d’exemples me sert simplement à donner des repères pour que l’on considère le problème sous un angle simple : ce que Vanneste et ses collègues appelleraient « l’internet de la pornographie » n’existe pas. En fait, la pornographie en ligne ne correspond pas aux « sites pornographiques » et leurs pop-ups publicitaires qui sont visés par les députés, elle les déborde très largement. On pourrait supposer que le flou rédactionnel dans lequel restent les députés concernant l’objet qu’il tente d’incriminer est volontairement entretenu pour pouvoir agir contre tous ces lieux potentiellement infestés de sexe. Sauf qu’ils se trahissent lorsqu’ils affirment avoir la solution au problème : s’il est possible de censurer les accès aux contenus pornographiques, c’est qu’il est possible soit de les identifier à l’avance, soit de les identifier sur le champ. L’identification sur le champ (à l’ouverture de la page par le navigateur web) est la spécialité des logiciels de contrôle parental que les députés considèrent être inutiles parce que insuffisamment maitrisés par les parents. L’identification a priori ne peut se faire que sur la constitution d’un registre actualisé régulièrement, ou d’une chasse aux mot-clés et aux images à proscrire qui serait menée en amont de la consultation par un internaute. Ce projet compte sur le fait d’abord que toutes les images sont indexées ou reliées d’une manière ou d’une autre à des mots dont la signification est explicitement sexuelle (par exemple une page web avec écrit en titre « pornographie inside ») et ensuite sur le fait que la pornographie constitue quelque chose de particulièrement bien défini, c’est-à-dire dont l’inclusion ou l’exclusion de contenus pourrait être opérées de manière plus ou moins objective.

La question de l’indexation dont Vanneste ne parle jamais

La question de fond n’est pas seulement de définir quelle zone d’internet (le protocole http ou bien les protocoles des messengers) « contiendrait » le plus de pornographie, mais aussi de se demander qui produit la pornographie, et qui la met en ligne, et donc qui l’indexe, qui produit les mots clés qui serviront à la repérer par la suite. Aujourd’hui, et de plus en plus, la pornographie est produite par des amateurs, par les internautes eux-mêmes, et cette production ne remplace pas la pornographie traditionnelle, celle des studios de cinéma et de photo, mais s’y ajoute. DAns cette pornographie « amateure » les scénarii s’échappent régulièrement des représentations classiques, et souvent équivalentes, de la pornographie standard hétéro- et homosexuelle : approche /fellation / coït-(vaginal)-anal/ejaculation visible/fin de la séquence, c’est-à-dire une pornographie que l’on pourrait définir, en caraicaturant un peu fortement, comme la mise en scène d’organes génitaux. Au contraire elle se concentre sur des fétiches (oreilles, pieds, etc.), des pratiques aussi étranges qu’inoffensives comme le fait de se rouler dans la boue ou de se recouvrir de mousse au chocolat 3. Il ne faut pas oublier que c’est de la seule pornographie génitale dont parlent les députés, celle qu’il ont en tête et se représentent, se remémorent, chaque fois qu’ils interviennent dans l’espace public pour dire qu’il faut s’en protéger. Sauf qu’une portion des contenus mis en ligne de moins en moins négligeable se revendique bien « pornographique » mais ne montre pas d’organes génitaux, ou pas de pénétration, etc. Bref une conception de la sexualité dont les députés n’ont pas encore pris la mesure… Qui le pourrait, à part les internautes… 😉

Dans le mouvement inverse nombre de mises en scène sont particulièrement sexualisées mais non-génitales. Là, nous rejoindront l’argument classique des féministes pornophobes américaines qui jugeront que les clips de Beyoncé et Britney sont quasi pornographiques dans la mesure où ils montrent de la chaire « sexy » en boucle. Soit, mais jamais cette hypersexualisation ne peut être repérée comme pornographique par les index qui l’entourent ; constitue-elle un danger pour les esprits et pour les corps ? Peut-on envisager que tous les adolescents se rabattent dessus dès lors qu’ils seraient privés de leur minute/heure/nuit pornographique quotidienne ? Il s’avère que les commentaires sur youtube, par exemple, sont aprticulièrement sexuels et libidineux mais ne le sont jamais explicitement. Ainsi, les ardeurs adolescentes peuvent s’exprimer sans se voir censurées dans la seconde (il ne faut pas oublier que les adolescents étant jugés plus compétéents que des adultes par les députés, ils ont tous pris soin de se créer des comptes signifiants qu’ils sont majeurs et vaccinés…).Dans la même veine, mais cette fosi-ci avec des index particulièrement chargés sexuellement : prenons l’exemple des termes « MILF » et  « cougar », qui évoquent acronymiquement ou métaphoriquement des femmes de plus de trente ou quarante ans prises dans des activités que la morale réprouve et ainsi fantasmées par des adoslecsents puis par des adultes. Combien de temps, la liste noire de la pornographie mettrait à repérer ce genre de termes ? Comment Vanneste justifierait-il de l’existence d’un bureau de fonctionnaires ou d’une sous-traitance à une entreprise privée payés à identifier les nouveaux signifiants sexuels à la mode ?

Le paradoxe, mais qui ne va pas à l’encontre d’une lecture très critique de la solution proposée par les députés, reste que les endroits où le moins d’internautes mineurs s’inscrivent sont les sites de rencontre : pourquoi cette absence, alors que ces sites sont un moyen particulièrement efficace de trouver de la sexualité, celle des adultes, la vraie ? Et bien d’abord parce que les internautes majeurs qui naviguent sur les plateformes et y discutent ne trainent jamais lorsqu’ils découvrent qu’un jeune tricheur s’est masqué derrière un profil d’adulte. Celui-ci se fait éjecter rapidement, soit par les modérateurs, soit par les internautes eux-mêmes. c’est le phénomène inverse de la pop-up, l’ado doit réussir à franchir l’ensemble des signes sociaux de la maturité sexuelle pour y conserver une place. Et, il ne faut pas se leurrer, un ado qui sait donner ce type de signes ne peut être considérer différemment d’un adulte qui ne sait bien souvent pas grand chose de plus. De fait, les codes de l’hétérosexualité sont bien plus facile à acquérir que ceux de sexualités plus minorisées et par-là-même invisibilisées, ce sera donc sur des sites de rencontre généralistes qu’ils tenteront de s’inscrire. Mais c’est un phénomène que j’ai vu très rarement se produire en dix ans d’enquête.

C’est une vision éculée de la pornographie qui est mise en scène par les députés dans ces quelques pages. La proposition de loi de Vanneste ne se préoccupe même pas d’une contradiction dans les termes concernant la pornographie et sa législation : en France, l’âge légal pour consommer de la pornographie, comme pour en produire, est de 18ans, alors que la majorité sexuelle (c’est-à-dire la capacité à agir sexuellement et à avoir des pratiques sexuelles) est de 15 ou 16 ans. Que dire d’une interaction par webcam ? Celle-ci est-elle de l’ordre de l’acte sexuel ou de la consommation de pornographie ? Deux adolescents peuvent-ils se masturber fensemble chacun face à leur webcam ? Une discussion qui « tournerait » sur un forum ou sur MSN serait-elle considérée comme de la pornographie live, ou bien comme de la sexualité privée, et donc légale. Cette question est insoluble dans l’état actuel du droit français, dans la mesure ou internet introduit, et c’est le fond de la panique qui assaille nos députés actuellement, une conjonction/confusion entre deux entités jusqu’alors totalement distinctes, et moralement opposées l’une à l’autre : la documentation et la relation. Simplement la pornographie était considérée et identifiée en tant que pratique parce qu’elle nécessitait un objet, le magazine ou la cassette vidéo, et ces critères suffisaient pour la repérer. À cette version technicisée de la sexualité, on opposait une sexualité naturelle, la vraie sexualité, qui se faisait à plusieurs personnes (deux au moins) dans un lit (un dispositif technique considéré comme nécessaire et normal), et présidait à l’établissement ou à l’actualisation d’une relation. En ligne, les relations sont des relations de co-production documentaire, pour ce qui concerne la sexualité comme pour le reste : il n’existe pas de solution tant que l’on conserve comme critère d’analyse le binarisme contradictoire document/relation.

Les enjeux sur le terrain que Vanneste ne formule jamais…

Cette question de l’indexation est absolument centrale pour comprendre à la fois les enjeux et les moyens d’une censure telle que les députés la proposent, et pour comprendre avant tout comment les accès aux documents, et donc à la fois les pratiques de documentation et les pratiques sexuelles en ligne se formalisent et s’organisent face à l’écran. L’index, le mot, qu’il soit associé indirectement à une image, qu’il soit contenu dans un texte, qu’il soit apposé plus tard par un autre internaute, etc, est le rouage central et d’une certaine façon l’unité du web. En sa qualité de rouage central, il est aussi le moyen essentiel de gérer les accès à certains documents : nous l’avons vu dans une série d’articles et de billets sur les catégories de genre dans les sites de rencontre et les réseaux sociaux (dont certains sont déjà ou seront bientôt lisibles sur www.sociographie.net) : pour gérer les accès à une série de documents, il faut identifier l’internaute, et identifier le document lui-même, et conserver/figer, la plupart du temps cette identité. La liste d’identification des documents, aussi longue soit-elle (ce n’est pas un problème à l’heure du numérique) doit, on y revient toujours, poser la question de ce qui est sexuel ou pas, de ce qui est pornographique ou pas, de ce qui l’est plus ou moins… Bref, elle doit se confronter, enfin, dans l’arrière boutique, selon la volonté des députés de ne pas mettre ce genre de question sur le tapis trop tôt ou trop publiquement, à la question de déterminer ce qui va être censuré ou non, sachant que l’objectif reste de produire un web sans pornographie, un web peut-être sexuellement neutralisé. Si la proposition de loi n’est fondée sur aucune connaissance pratique du terrain, ou bien sur des connaissance extrêmement partielles et donc d’autant plus aisément partiales, comment doit-on considérer le discours produit malgré tout ?

Ce n’est pas un panorama exhaustif que l’on trace ici, mais simplement un échantillon des questions que les députés devraient avoir logiquement posées dans leur proposition de loi. Il est particulièrement intéressant de constater que l’essentiel des enjeux, des dangers, qu’ils référencent ne se trouve pas issu d’une compréhension directe du terrain, ni même d’enquêtes sur ce terrain, mais d’expériences ou de rapports qui ont trait à autre chose, c’est-à-dire dans lesquels la pornographie n’est évidemment pas plus définie (même si les auteurs sont plus précautionneux comme le rappelle M.A. Paveau au sujet de l’étude de  M. Choquet dans son dernier post sur la performativité de la pornographie). Quels sont les tenants d’un discours qui s’attaque, à l’aide d’affects relativement non-discutables sur la protection des mineurs, à la gestion autonome des accès à des contenus par les parents, de contenus définis a minima comme sexuels, et à la possibilité pour certains adolescents de se représenter la sexualité sans passer par l’école ou les représentations des parents de cette sexualité qui prend dès qu’on l’évoque des tournures univoques, et surtout sans que les considérations sur ce qui est montrable ou pas ne soient clairement énoncées. La neutralisation sexuelle du web, comme projet technologique décidé en dehors du terrain même, par d’autres que les internautes,  ne peut que recouvrir des enjeux que nous avons déjà repérés comme spécifiquement techniques, mais aussi peut-être des enjeux qui sont d’un autre ordre, plus sourd : la neutralisation du web donne lieu à la représentation de cultures affectives qui ne sont souvent pas moins violentes que les mises en scènes pornographiques classiques, mais qui ont la légitimité du non-sexuel, ou du « simplement sexy », sexualisation qui devient pour le coup particulièrement univoque. Nous reviendrons dans le prochain post sur ces deux neutralités qui semblent parfois aller à rebours l’une de l’autre, et sur l’impact qu’elles ont sur la représentations des genres (c’est d’actualité apparemment, et grâce aux députés et sénateurs nous visons les trending topics de twitter 😉 ) des relations et des pratiques affectives en ligne.

(à suivre, donc…)

  1. La catégorie juridique américaine d’obscénité, comme contre-exemple, (je renvois une fois de plus au texte de gayle Rubin) peut croiser la notion de pornographie mais est bien plus vaste dans la mesure où elle n’implique aucune dimension spécifiquement technique. Dans ce contexte, les grands procès américains des années 70/80 ont bien tenté de considérer la pornographie avant tout comme un rapport de pouvoir et d’aliénation (en accusant les réalisateurs et les producteurs de prostitution et d’obscénité), mais cette tactique qui a couté très cher au Gouvernement et au FBi a totalement échoué, simplement parce qu’elle niait l’activité même du cinéma : produire des images, des fictions visuelles, etc., et donc la possibilité de construire une défense structurée autour du discours explicite de la médiation technique []
  2. utilisation d’un téléphone mobile comme modem pour un ordinateur portable, et donc autonomie vis à vis des fournisseurs d’accès fixe, et donc concurrence déloyale à terme. Toute la téléphonie mobile en France est construite selon deux axes très ancrés : lier définitivement les appareils mobiles aux réseaux des antennes isntallées par les fournisseurs d’accès : pas de promotion du meshing, etc. et forcer les clients à ralentir leur consommation de données et à se contenter des services voix et sms, qu’ils leur font surpayer, alors que les usages tendent àmontrer une tendance a consommer de la vidéo et du download de plus en plus grande []
  3. Je ne parle pas d’un monde angélique et no-sexs, loin de là, simplement je parle du terrain de la pornographie en ligne, parce que je l’ai étudié, et que je suis en mesure d’évaluer les incompétences de quelques uns sur ce sujet []

4 réflexions sur « S1E4 La pornographie en ligne n’est pas réductible aux sites pornos : indexation et censure »

  1. Ben oui, avec internet, tout est accessible, mais ça ne veut pas dire qu’il n’y a plus de tabous. Tout peut être vu, mais ce ne sont que des images, elles n’annulent pas complètement le tabou. Même la notion de « déviance sexuelle », existe encore, car l’homme a besoin de se rassurer en désignant l’autre comme déviant, et ce même si des milliers de pages google contredisent cette notion. « La pornographie n’est guère objectivable » dit Marie-Anne Paveau : oui, mais la manière désespérée de vouloir l’objectiver pour pouvoir renforcer et consolider l’interdit me semble très intéressante.

  2. beau billet, un des plus intéressants de la série, on attend le prochain avec impatience !
    je suis assez d’accord avec le commentaire de thierry : effectivement, vanneste ne s’en prend pas vraiment à la pornographie « sur internet », car il n’en a pas les moyens, comme tu le montres très bien, mais développerait un discours idéologique ancien, celui de la dangerosité des pulsions – évidemment ce que tu dis de l’indexation et des mots m’intéresse : le problème, dans le rapport des mots et des choses, c’est qu’il n’existe pas vraiment : ce que je veux dire, c’est que l’ordre de la langue et celui de la réalité sont de nature différente, même si, comme moi, on peut défendre une linguistique réaliste et référentielle – du coup, les mots clés pour lister ce qui est pornographique ne seront jamais que des signes qui réfèrent à des conventions sémantiques, et non pas à ces choses sonnantes et trébuchantes qui gênent tant ce philistin de vanneste – si le pornographique est une interprétation, alors le pornographique n’est guère objectivable, non plus que les prétendus dégâts qu’il produirait sur les jeunes esprits – à chacun sa pornographie, pourrait-on dire, et celle de vanneste et des amis semble commencer où finit la morale sexuelle procrétarice
    quand tu dis :  » Il est à craindre qu’une portion non négligeable de la pornographie contemporaine n’ait pas été considérée par les députés, ni dans ses contenus, ni dans ses modalités de diffusion et d’utilisation », tu formules bien la nature du problème : la prornographie comme une catégorie plastique, déformable et subjective, affective, oui, je suis entièrement d’accord

  3. La problématique de l’indexation en tant que définition de ce qui est ou qui n’est pas pornographique n’est pas nouvelle et n’a jamais empêché toutes les sociétés et au sein d’une société globale, tous les groupes sociaux, de s’y adonner avec délice. La définition d’interdits et leur transgression est une composante essentielle de la sexualité de toutes les sociétés humaines.
    La nouveauté avec Internet, c’est que d’un seul coup cette transgression n’en est plus une parce que l’offre est pléthorique, universelle, immédiatement accessible et que la frontière entre les producteurs et les consommateurs s’est effacée. La notion même de déviance sexuelle par rapport aux normes de son groupe social disparaît dès lors qu’une recherche dans Google permet de réaliser que ses fantasmes sont partagés par des milliers d’internautes.
    S’attaquer à la technologie plus qu’à la définition des contenus est logique parce que ce qui est en cause c’est bien la technologie qui est à l’origine de cette rupture. Mais soigner le mal par le mal et utiliser cette même technologie est impossible comme vous l’avez démontré dans votre analyse de l’utilisation du téléphone par les ados. Contrer la pornographie, quelle que soit sa définition, supposerait que l’on interdise purement et simplement les nouvelles technologies, ce qui aurait des conséquences économiques autrement plus dramatiques que la faillite de la Grèce.
    Alors est-ce que cette proposition de loi est absurde ou est-ce que son objet n’est pas tant de censurer la pornographie que de revitaliser, s’il en est encore temps, une idéologie aussi ancienne que l’humanité qui voit dans la sexualité incontrôlée une menace pour la société?

    1. l’indexation possède quelque chose de particulier, il me semble, qui n’est pas de l’ordre de l’inter-diction, ni de celui de la description : elle est manipulée par les internautes en tant que telle, c’est-à-dire comme un outil lié à une grande quantité de données : la transformation des expressions qui servent à désigner les jeunes filles ou les femmes mûres dans la pornographie hétéro est impressionnante pour cela, dès qu’un tag/mot-clé semble devenir mainstream (et donc efficace du point de vue de l’indexation) un autre apparît pour bientot le remplacer. Les internautes semblent jouer à redéfinir en permanence les « mots » qui vont avec les « choses ». De fait, c’est une première, technologique évidemment, dans la mesure où jusqu’ici un tabou, ou bien l’expérience individuelle de l’interdiction, ne semblait pas passer par la conscience de l’impact culturel que l’acte de nommer pouvait produire. Sur ce thème je vais faire de l’autopromotion rétroactive, en mentionnant l’émission de xavier de la Porte « place de la toile » sur france culture, où j’étais intervenu en compagnie de Maxime Cervulle et Vincent Rouzé et que le blog cultureordinaire.net a joliment renommé « FUCKSONOMY« , pour désigner l’application du principe de Folksonomy aux cultures sexuelles.

      De façon plus large, une fois que l’on considère que le discursif et le non-discursif peuvent croître et évoluer de façon plus ou moins autonome, et que l’on valide l’hypothèse que Vannest et ses collègues ont une démarche qui vise d’abord le système technique et ses usages plutôt que la sexualité et la pornographie directement, on peut creuser plus loin, et interroger la nature sexuelle d’une technologie qui serait officiellement déclarée « par nature, sexuellement neutre ». C’est-à-dire que si l’on peut démontrer, comme je crois l’avoir fait que Vanneste ne s’en prend pas à la pornographie, qu’elle n’est qu’un levier affectif pour lui, dans sa démarche, il n’en reste pas moins qu’il existe, pour lui aussi, des enjeux proprement sexuels (et c’est là qu’il faut savoir distinguer problématique de la pornogaphie et problématiques sexuelles), qui ne peuvent être formulés par lui que de façon technique et technologique, qui ne peuvent être abordé que depuis le seul discours concernant les objets « sexuellement neutres ». bon l’idée est très fragile, je dois bien l’admettre, mais c’est à peu près celle que je compte développer dans le dernier épisode de cette série de l’été. Merci encore pour votre lecture attentive 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *