S1E0 La pornographie, les députés, la technologie

Commenter une proposition de loi contre la pornographie

Christian Vanneste et d’autres députés ont fait enregistrer le 13 juillet 2011 une proposition de loi « visant à lutter contre la pornographie ». Cette proposition très courte invite le législateur à modifier certains alinéas de la loi pour la confiance dans l’économie numérique et  sa version 2011 d’orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure (loppsi2).

Lorsque j’ai lu cette proposition de loi, nombre de journaux et de bloggers l’avaient déjà commentée, retweetée, et la plupart du temps subtilement moquée ou plus grassement raillée. Je n’ai rien à ajouter sur ce point. Par contre, en tant que texte législatif, cette proposition a ravivé chez moi bien des questions concernant les réflexions sur la pornographie comme celles concernant les dispositifs techniques et les pratiques qu’ils suscitent. En un minimum de pages, le texte de Vanneste et de ses confrères invoque, ignore, utilise ou révise un certain nombre d’enjeux contemporains liés aux images, à leur production comme à leur consommation, enjeux qui nécessitent un peu de temps pour être développés chacun.

J’ai d’abord tenté de rédiger un commentaire de cette proposition de loi mais j’ai fini par plier face à l’incohérence générale de son argumentaire. La confusion des députés a fini par déteindre sur mes propres mots. Pour reprendre la main sur ce que je suis susceptible de raconter, et trouver la place de développer les différents éléments séparément avant de pouvoir présenter leurs articulations, je me propose de réaliser une petite série1 de billets qui émailleront ce blog durant les semaines à venir. Ce billet constitue l’épisode pilote, il est donc numéroté S1E0.

Politiques des affects, une intuition à explorer :

Ces enjeux que tracent la proposition de loi de Vanneste, ceux qui me préoccupent, ne sont pas propres à la pornographie. Ils  ne sont pas propres au web non plus, d’ailleurs. Ils ont trait à ce que l’on pourrait nommer les politiques des affects, c’est-à-dire des régimes de production d’affects et les types de rapports et de pouvoirs qui les accompagnent. En ces temps ou action et expression sont des concepts majeurs dans les théories sociologiques comme dans les études des médias, il me semble qu’il manque non pas un concept-clé inédit, mais simplement un point de vue qui peut enrichir autant le déploiement de problèmes théoriques que de certains compte-rendus de terrain. Les actions ne portent pas que sur des objets, et quand elles portent sur des gens elles ne sont pas interprétables uniquement comme des éléments d’inter-actions (la vulgate actuelle voulant y voir soit du lien social, soit un matériau a ergonomiser).

Des actions portent sur d’autres actions, elles les affectent, c’est affaire de forces. « On ne demande pas « qu’est-ce que le pouvoir ? Et d’où vient-il ? », mais : comment s’exerce-t-il ? Un exercice de pouvoir apparaît comme un affect, puisque la force se définit elle-même par son pouvoir d’affecter d’autres force […]. » expliquait Deleuze à propos du modèle synthétique qu’il dégageait comme étant valable à la fois pour ses travaux et ceux de Foucault2. Pourquoi ne pas directement se situer dans une posture foucaldienne, comme bien des chercheurs l’ont déjà fait dans des travaux captivants ? F. Châtelet commentait à son tour le travail de Foucault par une maxime :  « Le pouvoir comme exercice, le savoir comme règlement »3. C’est le croisement des deux qui nous intéresse ici, le fait qu’à certains endroits entre les dispositifs techniques, les cultures et les connaissances, et seulement à certains moments, sont déterminées les manières dont les uns ou les autres pourront affecter ou être affectés. Ce peut être un espace de législation, comme dans le cas de la proposition de loi de Vanneste, ou tout autre type de lieu, bien plus domestique, par exemple. Les affects, donc, servent à parler de pouvoir d’un autre point de vue. Les politiques des affects, elles, servent à parler des controverses, pour reprendre le terme de Latour, des luttes de définition, selon lesquelles l’exercice du pouvoir peut être en passe de se transformer ou de se renforcer dans ses modalités.

Parler d’affects enfin, c’est aussi parler d’une autre manière de produire des données en ethnographie et en visual studies. Mon intérêt pour cette notion est la conséquence de l’enquête que j’ai menée sur les cultures de l’intime en ligne, et plus précisément des difficultés que j’ai eu à produire une ethnographie de mon terrain. À l’instar de la scandinave Susanna Paasonen scrutant ses sensations autant que ses catégories d’analyses face à son corpus de pop-ups porno4, j’ai eu recours à la notion d’affects d’abord pour savoir ce dont moi-même je pouvais rendre compte sur le terrain des sites de rencontre et des blogs à caractère sexuel/intime que j’avais décidé d’étudier5. Pour faire une référence plus légitime en France, il s’est agi de comprendre comment j’étais « pris » sur le terrain, de la même façon que J. Favret-Saada s’est acharnée à noter comment elle était elle-même « prise », « sorcelée », liée pieds et poings aux pratiques et aux discours de sorcellerie qu’elle comptait d’abord objectiver6.

En somme parler d’affects, et encore plus de politiques des affects, consiste pour moi à ancrer dans le terrain un discours qui peut paraître à première lecture relativement abstrait, éloigné des images et de leur décryptage, en comparaison des analyses faites sur les autres blogs de culuturevisuelle.org, mais qui a bien trait aux corps, aux gestes, aux intensités et aux pratiques, des internautes, pour cette série-là.

La proposition de loi :

Que raconte cette proposition de loi qui affiche dès son titre sa détermination à lutter « contre la pornographie ». Elle comporte deux parties ; la première sert à exposer ses motifs, et la seconde propose le texte de loi ou les modifications à apporter aux textes de loi déjà existants. Ce texte est intéressant en ce qu’il agglomère des informations sur les technologies du web, des représentations univoques de la pornographie, et un lexique voué à dramatiser le propos dans son ensemble. L’exposé des motifs visant à modifier la loi se présente ouvertement comme une argumentation contre la pornographie en ligne tendant à se centrer autour de la consultation de celle-ci par les enfants, qui incarne à la fois le signe de leur immoralité et un risque pour leur innocence. En fait d’argumentation contre la pornographie,  il s’agit probablement d’un discours visant un tout autre objectif : l’exposé ne se situe pas sur un registre excessivement rationnel et logique mais table sur la possibilité d’affecter et émouvoir son lecteur en invoquant le spectre de la pornographie.

Il semble que l’enjeu de ce discours consiste avant tout à définir les conditions d’usages possibles d’un dispositif technique bien plus qu’à définir la bonne moralité de pratiques ou d’images sexuelles. La pornographie se situant par définition à l’intersection des représentations des technologies de publications et des représentations des pratiques sexuelles, elle est souvent définie en premier lieu par l’une ou l’autre de ces deux dimensions : si l’on parle de cybersexe ou cyberporn, on évoque d’avantage l’usage de l’ordinateur dans des pratiques sexuelles que les représentations sexuelles qui y seront impliquées (même si, évidemment, les usages ont besoin d’être représentés), si l’on évoque la violence liée à la pornographie on fait mention des contenus plus que des outils ou des formes médiatiques qui lui donnent corps.
Dans le cas qui nous intéresse ici, la pornographie n »est donc pas le véritable problème, ni la cible concrète de la loi, contrairement à ce que le titre de la proposition indique. Elle est le levier rhétorique qui sert le propos des députés quant à l’établissement légal de mesures techniques d’autorisation d’accès à certains contenus du web, pornographiques a priori, mais sans que ne soit jamais proposé de définition de la dite pornographie…

(à suivre, au prochain épisode…)

  1. rendons, ici, hommage à @cultord qui en a eu l’idée, et @mapav8 qui a montré la voie []
  2. DELEUZE G.  Foucault, Paris éd. Minuit, 1986, p. 78 []
  3. CHATELET F. & PISIER E., les Conceptions politiques du XXème s., PARIS, PUF, p.1085 []
  4. PAASONEN S. strange bedfellows, pornography, affects and feminist reading Feminist Theory []
  5. cf. ma communication au RT 16 du congrès AFS2011, par exemple : Comment l’architecture des sites de rencontre participe-t-elle à la définition des sexualités : orienations sexuelles vs. pratiques documentaires []
  6. FAVRET-SAADA J. Les mots, la mort les Sorts, Paris, éd. gallimard, 1977 []

4 réflexions sur « S1E0 La pornographie, les députés, la technologie »

  1. Allez-vous introduire une dimension historique? Une supposée obscénité, la notion même de pornographie et l’activité du législateur sont intimement liés à l’histoire et au succès des arts visuels.

    1. De ce que je vais aborder dans les prochains jours, je ne saurais dire grand chose, simplement parce que je n’ai pas encore tout écrit. A priori je ne partais pas pour revenir à un point de vue historique… De fait, pour évaluer les liens entre pornographie et arts visuels, il me semble important de ne pas réduire l’analyse à ce que la pornographie signifie pour nous aujourd’hui, le plus souvent son lien avec la presse et le cinéma et ses dérivés (TV et sites web porno « classiques »), donc avec les objets visuels, mais aussi d’en revenir aux enjeux politiques et littéraires, non visuel mais pourtant liés à l’édition, l’écriture, etc.

      Les corpus de porno online sur lesquels j’ai travaillé jusqu’ici, s’ils contiennent de très nombreuses images, ont une part vraiment non-négligeable de textes, d’histoires personnelles, de « premières fois », de « fantasmes dont ‘lexpression est enfin permise par le cyberworld », etc. Les textes sont importantsà considérer sur le web, notamment parce qu’iils y sont les plus fragile en terme de censure, lorsqu’il s’agit de repérer des mots-clés sur des sites web, pour les identifier et les black-lister ensuite par exemple. Ce qui n’est pas encore tout à fait la situation des images porno (et c’est l’un des principaux écueils de la proposition de loi de Vanneste, j’y reviendrai).

      Aussi, il me semble important de comprendre la présence de pornographie en ligne selon des questions plus vastes liées aux affects et à leur gestion, qui bien entendu contiennent, entre autres, une conception du visuel, comme source d’excitation aussi bien que langage compréhensible par des illéttrés (imbéciles/masturbateurs ou enfants), que celle-ci passe par la régulation des médias visuels ou par d’autres lieux/dispositifs. Vu sous cet angle, alors, mon propos permettra sans doute d’alimenter la question stricte du développement des arts visuels et de la pornographie, de leur histoire commune.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *